Les observations à Haneda AFB, Japon 1952 ovni
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 975729 visiteurs aujourd'hui
  • 1868012 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Les observations à Haneda AFB, Japon 1952 ovni

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 21/10/2008 à 23:23

    Les observations à Haneda AFB, Japon 1952:


    Voici un cas que le projet Colorado qui a mené au rapport Condon a considéré comme expliqué, arguant qu'il s'agissait d'une étoile, d'une part, et de faux échos de radar causés par des conditions météorologiques d'autre part. Ce n'est aucunement le cas, comme on le constate en effectuant une lecture attentive du matériel disponible; au contraire, c'est là une des observations qui montrent que des engins inconnus et qui ne peuvent pas être d'origine humaine parcourent nos cieux.


    LES EVENEMENTS, UN BREF RESUME:


    Je n'aime pas du tout l'idée d'un résumé de cas ici: chaque petit détail du cas est important. En fait, il est c'est en faisant des oublis et en minimisant des détails que ce cas a été transformé en cas "expliqué" par le Colorado Project qui abouti au rapport Condon. J'encourage profondément les personnes sérieusement intéressées à lire tous les documents que j'ai fourni ci-dessus. Pour ceux qui sont pressés ou simplement curieux ou, voici tout de même un court résumé.

     

    Le 5 Août 1952, juste avant minuit, deux opérateurs de la tour de contrôle de la base de Haneda de l'US Air Force près de Tokyo, au Japon, ont remarqué et observé une lumière brillante dans le ciel, ils ont rejoint d'autres observateur et l'ont examinée avec des jumelles 7x50.

     

    L'OVNI a approché la base lentement et est resté stationnaire, très visible depuis la tour de contrôle. En dessous de la lumière brillante, les observateurs pouvaient voir une forme foncée circulaire de quatre fois le diamètre de la lumière. Une autre lumière semblable était visible sur le dessous à un moment. L'OVNI a plané, a effectuée des va et vient et a exécuté une variété de manoeuvres.

     

    L'objet a été détecté sur le radar au sol, et un intercepteur F-94 a été envoyé. Le pilote, le 1er lieutenant W.R. Holder a été dirigé vers l'OVNI par des opérateurs de ce radar au sol de Shiroi CGI et son 1er lieutenant A.M. Jones, opérateur de radar dans le jet, a obtenu un verrouillage radar également, bien qu'ils n'aient pu voir l'OVNI visuellement.

    L'OVNI a été poursuivi par le F-94, dépisté par le radar su sol également, et est entrée dans une série de manoeuvres circulaires, répétées plusieurs fois. A un moment, l'OVNI a soudainement filé loin à une vitesse chronométrée à 300 noeuds (environ 345 miles par heures), se divisant en trois cibles de radar séparées à intervalles espacés. Le contact avec l'OVNI par le radar ou visuellement de Haneda AFB, a été maintenu pendant plus de 30 minutes. Pendant cette période, les témoins dispersés ont vu l'OVNI exactement où le radar a indiqué qu'il était.

     

    Le Projet Blue Book, l'étude officielle des OVNIS par l'Armée de l'Air des USA a conclu que l'OVNI appartient à la catégorie des "inconnus," leur euphémisme pour signifier qu'il ne pouvait pas être quelque chose de normal.

     

    Les manoeuvres de l'OVNI étaient tellement clairement le fait d'un pilotage intelligent que le Major Dewey Fournet, le représentant du Projet Blue Book au Pentagone, a choisi ce cas comme un des exemples qui prouveraient que les OVNIS sont des vaisseaux spatiaux d'une autre planète. Malheureusement, par la suite l'étude des manoeuvres d'OVNIS pour prouver que ce sont des vaisseaux spatiaux n'a été simplement pas été menée.

     

    Plus tard, le Colorado Project, un effort sceptique d'étude des OVNIS commandité par l'U.S. Air Force qui ne voulait plus s'occuper de la question des OVNIS, a réduit au minimum les détails de l'observation. L'OVNI visuel a été réduit à "une lumière qui ressemblait à une étoile" et la détection par les radars de ce qui était évidemment un engin sous contrôle intelligent a été réduite à "de faux échos de radar provoqués par une couche d'inversion de température."

     

    Le Professeur James McDonald, un spécialiste célèbre et respecté de la météorologie et de la physique atmosphérique, qui était en désaccord avec la manipulation des cas d'OVNIS par le Comité Condon, a réévalué et a réexaminé le cas et a démontré comment et pourquoi leur conclusion sur ce cas - et sur de nombreux autres cas - était fausse.

     

    SOURCES ET REFERENCES:
    Une liste de sources et de références n'est pas nécessaire ici: les sources et les références originales, y compris des documents Blue Book, le rapport de Condon, l'analyse de McDonald, le compte rendu de Ruppelt, sont reproduits dans cette section. Lisez-les.

    http://ufologie.net/htm/hanedaf.htm


    EXTRAITS DU DOSSIER BLUE BOOK SUR CE CAS, PAGE 34:
    5 Août 1952
    Haneda APS, Japon

     

    Description de l'Incident

     

    L'objet a remarqué la première fois par deux aviateurs marchant à travers la rampe chez Haneda AFB la nuit du 5 Août 52 à 23:30I (heure locale). Les hommes de l'air étaient sur leur chemin vers la tour pour remplacer les opérateurs. Quand ils se sont présentés à la tour, ils ont appelé l'attention des opérateurs de la tour, qui quittaient leur service, sur l'objet.

    Les quatre opérateurs ont convenu que l'objet, qu'ils ont observé pendant de 50 minutes à une heure par des jumelles 7x50, était circulaire dans sa forme et avec une luminosité constante. La lumière a semblé être une partie d'une grande forme ronde, foncée, qui avait environ quatre fois le diamètre de la lumière. Quand l'objet a été assez proche pour que les détails soient vus, une lumière plus petite, moins brillante, a pu être vue le long du bord inférieur de la forme foncée. L'objet s'est éteint en allant vers l'Est, mais est réapparu deux fois; il pouvait s'être éteint ou être réellement parti et revenu. La taille de la lumière, quand elle a été au plus proche de la tour, était approximativement identique à celle des ballons de haute altitude qui sont lâchés près de la tour. Une comparaison a été faite avec ces ballons de diamètre 24 pouces à 2000 pieds. Ceci ferait un objet de 50 pieds de diamètre à 10 miles. Pendant l'observation, un ballon lumineux a été lâché mais sa lumière était extrêmement faible et jaune comparée à l'objet.

     

    Un C-54 en vol a été requis à vérifier l'objet, ce qu'a fait le pilote, mais il a rapporté ne voir qu'une étoile.

     

    Une unité d'AC&W a été informée peu après l'observation visuelle originale et peu de temps après 23:40 a détectée un écho non identifié. L'objet a été détecté à des vitesses variables, de stationnaire à 300 noeuds. A 00:12 l'écho "s'est séparé en trois morceaux" et ils ont maintenu une distance de 1/4 de miles. Aucune observation visuelle n'a été faite à partir de l'unité d'AC&W bien que cela ait été tenté et que, en même temps, l'objet était à moins de 10 miles de la station. Le radar a été dirigé sur la cible par des observations visuelles de la tour, donc il peut sans risque être assumé que le contact visuel et le contact radar se sont rapportés au même objet.

     

    A 00:03 un F-94 avait été dépêché pour une interception et avait reçu l'ordre de rechercher au Nord-Est de Haneda AFB au-dessus de la baie de Tokyo. Ils n'ont pu faire aucune observation visuelle, mais pouvaient voir l'étoile polaire et Vénus. Le F-94 a été dirigé vers l'objet par le GCI (le F-94 et l'objet étaient sur leur écran) et a il été tenu pendant 90 secondes. Peu de temps après ceci, l'objet et le F-94 ont disparu dans l'image de fond du sol sur le radar du GCI. A aucun moment le F-94 n'a eu de contact visuel. Le contact radar a indiqué que la cible était à 6000 yards, 10 degrés au-dessous et 10 degrés à la droite et à un cap de 320 degrés de la station.  


    EXTRAITS DU DOSSIER BLUE BOOK SUR CE CAS, PAGE 35:
    Peu après la perte ou le contact de radar, l'objet a été perdu visuellement.

     

    Commentaires

     

    L'équipage du F-94 a rapporté une excellente visibilité, pourtant ils ne pouvaient pas visuellement observer l'objet pendant une recherche complète du secteur. Ils ont déclaré que la lune était brillante et pourrait probablement avoir causé des réflexions sur les quelques nuages dispersés. Ceci, cependant, n'est pas en accord avec la description d'une lumière particulièrement brillante donnée par les opérateurs de la tour.

     

    Puisque la météo n'a pas été donnée, il n'est pas possible de déterminer si le retour de radar a été provoqué par une certain type de propagation anormale.


    SCANS DES PAGES ORIGINALES DANS LES DOSSIERS BLUE BOOK:

     

    http://ufologie.net/htm/hanedausafp3435f.htm#doc


    LE CAS PAR LE RESPONSABLE DE L'ETUDES DES OVNIS DE L'US AIR FORCE:


    Voici des passages du chapitre 14 de l'ouvrage "Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés" par le capitaine Edward J. Ruppelt, qui était alors le chef du projet Blue Book de l'US Air Force, un projet ayant pour mission de déterminer pour le public Américain la nature du phénomène OVNI.

     

    Plusieurs rapports étaient arrivés pendant le début Août, qui avait été lus avec beaucoup d'intérêt par les militaires et d'autres agences gouvernementales. En fin Août 1952 plusieurs groupes à Washington suivaient la situation des OVNIS de très près.

     

    L'observation qui avait fait remuer chacun d'entre eux est venu de Haneda AFB, maintenant Aéroport International de Tokyo, au Japon. Puisque l'observation est venu de l'extérieur des États-Unis, nous ne pouvions pas sortir et l'étudier, mais les officiers du renseignement de l'Armée de l'Air de l'Extrême-Orient avaient fait du bon travail, donc nous avons eu l'histoire complète de ce compte rendu étonnant d'une rencontre avec un OVNI. Seules quelques questions mineures avaient été sans réponse, et un câble rapide à la FEAF a rapporté ces données absentes. Normalement il a fallait trois mois de va-et-vient de questions de routines pour pour obtenir des réponses, mais cette fois l'échange des câbles a pris seulement quelques heures.

    Plusieurs mois après cette observation j'ai parlé à un des officiers du renseignement de la FEAF qui l'avaient étudié, et dans son évaluation elle était un des meilleures observations provenant de l'Extrême-Orient.

    Les premières personnes à avoir vu l'OVNI étaient deux opérateurs de tour de contrôle qui marchaient à travers la rampe qui allait de la base aérienne vers la tour de contrôle pour commencer leur service de minuit. Il était à peu près une demie heure trop tôt, donc ils n'étaient pas très pressés à arriver dans la tour - au moins pas jusqu'à ce qu'ils ont vu une grande lumière brillante au loin au nord-est au-dessus de la baie de Tokyo. Ils ont cessé de regarder la lumière pendant quelques secondes, pensant que ce pourrait être une étoile particulièrement brillante, mais les deux hommes avaient passé beaucoup de nuits isolés dans une tour de cotrôle où ils n'avaient rien à regarder excepté les étoiles et ils n'avaient jamais vu n'importe quoi d'aussi lumineux auparavant. En outre, la lumière se déplaçait. Les deux hommes l'avaient alignée sur le coin d'un hangar et ont pu constater qu'elle se déplaçait continuellement plus près d'eux et qu'elle dérivait un peu vers la droite.

     

    Dans la minutes qui suivi ils avaient couru à travers la rampe, vers la tour haute de plusieurs centaines de marches, et regardaient la lumière à travers des jumelles 7x50. Les deux hommes, et les deux opérateurs dans la tour qu'ils venaient remplacer, ont pu bien voir l'OVNI. La lumière était de forme circulaire et avait une brillance constante. Elle a semblé être la partie supérieure d'une grande forme ronde, sombre, qui avait environ quatre fois le diamètre de la lumière elle-même. Pendant qu'ils observaient, l'OVNI s'est déplacé plus près d'eux, ou du moins il a semblé venir plus près parce qu'il est devenu plus distinct. Quand il s'est rapproché, les hommes ont pu voir une deuxième et plus faible lumière sur le bord inférieur de la partie foncée et ombragée.

    En quelques minutes l'OVNI s'était écarté vers l'Est, devenant de plus en plus faible, au fur et à mesure qu'il disparaissait. Les quatre hommes dans la tour ont continué à observer le ciel oriental, et soudainement la lumière a commencé à réapparaître. Elle est restée en vue quelques secondes, a de nouveau disparue, et est alors revenue pour la troisième fois, se dirigeant vers la base aérienne.

     

    Cette fois un des opérateurs de tour a pris un microphone, a appelé le pilote d'un C-54 qui était en train de traverser la baie de Tokyo, et a lui demandé s'il pouvait voir la lumière. Le pilote n'a rien vu d'inhabituel.

    A 23:45 P.M., selon le carnet d'activités de la tour, un des opérateurs a appelé un site de radar voisin et leur a demandé s'ils avaient une cible non identifiée sur leurs écrans. C'était le cas.

     

    Les officiers du renseignement de la FEAF qui ont étudié cette observation ont fait un effort particulier pour essayer de découvrir si la cible non identifiée au radar et la lumière étaient le même objet. Ils ont déduit que c'était le cas puisque, quand les opérateurs de la tour et les opérateurs du radar ont comparé leurs notes par téléphone, la lumière et la cible de radar étaient au même endroit et se déplaçaient la même direction.

    Pendant environ cinq minutes le radar a dépisté l'OVNI pendant qu'il se déplaçait d'avant en arrière à travers la partie centrale de la baie de Tokyo, voyageant parfois tellement lentement qu'il a presque fait du sur place, et à d'autres moments accélérant à 300 miles à l'heure. Pendant tout ce temps les opérateurs de la tour observaient la lumière par des jumelles. Plusieurs fois, quand l'OVNI a approché la station de radar - à un moment ils l'ont relevé à 10 miles - un opérateur de radar est sorti dehors pour découvrir s'il pouvait voir la lumière mais personne au siteb de radar n'a jamais pu la voir. En arrière à la base aérienne, les opérateurs de la tour avaient appelé d'autres gens qui ont aussi vu la lumière. Plus tard l'homme de la tour a dit qu'il a eu le sentiment net que la lumière était fortement directionnelle, comme un projecteur.

     

    Une partie des gens qui observaient ont pensé que l'OVNI pourrait être un ballon lumineux; donc, pour faire la comparaison, un ballon météo illuminé a été lâché. Mais la lumière sur le ballon était beaucoup plus "jaunâtre" que l'OVNI et en quelques secondes il s'était assez éloigné pour que sa lumière ne puisse plus être vue. Ceci a donné aux observateurs une chance de comparer la taille du ballon et la taille de la partie sombre et ombragée de l'OVNI. S'il avait été à 10 miles de distance il aurait au 50 pieds de diamètre.

     

    Trois minutes après minuit un F-94 a été envoyé de la base voisine de Johnson AFB et est arrivé dans le secteur. Le contrôleur au sol a envoyé le F-94 au Sud de Yokohama, vers le haut de la baie de Tokyo, ce qui l'a amnené "derrière" l'OVNI. A la seconde à laquelle le contrôleur au sol a dit au pilote du F-94 qu'il était aligné sur l'OVNI et pourrait avoir un verrouillage radar sur l'OVNI, l'opérateur de radar dans le siège arrière du F-94 a annoncé qu'il avait ce verrouillage. Sa cible était à 6.000 yards, à 10 degrés vers la droite et à 10 degrés au-dessous du F-94. Le verrouillage a été maintenu pendant quatre-vingt-dix secondes pendant que le contrôleur au sol observait l'OVNI et le F-94 faire un virage et venir vers l'emplacement du radar au sol. Juste au moment où la cible arrivait dans "la zone de retours du sol" - l'écho permanent et plein près de la station de radar provoquée par le rayon de radar heurtant le sol - le verrouillage fut perdu. La cible avait semblé s'écarter rapidement de l'intercepteur à réaction. Presque à cet instant exact les opérateurs dans la tour ont rapporté qu'ils avaient perdu le contact visuel avec l'OVNI. La tour a appelé le F-94 et a demandé s'ils avaient vu quoi que ce soit visuellement pendant la chasse - ils n'ont rien vu. L'équipage du F-94 est resté dans le secteur dix ou quinze minutes supplémentaires mais n'a rien pu voir et n'a rien pu détecter sur son radar.

     

    Peu après que le F-94 ait quitté le secteur, le radar au sol et les opérateurs de la tour ont encore détecté l'OVNI. En environ deux minutes le radar a appelé la tour pour indiquer que leur cible "s'était juste séparée en trois morceaux" et que les trois "morceaux," espacé d'environ un quart d'un mile de distance, quittaient le secteur, allant au Nord-Est. Les opérateurs de la tour ont perdu de vue la lumière quelques secondes plus tard.

    Les officiers du renseignement de la FEAF avaient vérifié chaque aspect possible mais ils ne pouvaient rien offrir pour expliquer l'observation.

     

    Il y avait un bon nombre d'avis, des éChos radars causés par la météo par exemple, mais de nouveau les chances que la météo ait causé des faux échos là où une étoile brillante avait été vue, laquelle étoile semblant se déplacer en même temps que la fausse cible de radar, ne sont pas trop probables - c'est le moins qu'on puisse dire. Et ensuite, le même genre de choses s'étaient produites deux fois en l'intervalle d'un mois, une fois en Californie et une fois dans le Michigan.

     

    Comme l'un des hommes au briefing, j'avais dit, "c'est incroyable, et je ne puis pas le croire, mais ces gars du FEAF sont dans une guerre - ce sont des vétérans - et par tous les diables, je pense qu'ils savent de quoi ils parlent quand ils disent qu'ils n'ont jamais rien vu de pareil auparavant."

     

    Je pourrais entrer dans un long discours sur les explications possibles pour cet observation; j'en ai entendu beaucoup, mais à la fin il y aurait seulement une réponse positive - l'OVNI ne pouvait pas être identifié comme quelque chose que nous connaissions. Ce pourrait avoir été un vaisseau spatial interplanétaire. Beaucoup de gens ont pensé que c'était la réponse et ils étaient tous a essayer de faire entendre leur voix pour que soit établie une catégorie de conclusion pour les rapports d'OVNI qui seraient indetifiés comme vaisseau spatial. Mais la majorité régnait, et un OVNI est resté un objet volant non identifié.
     


    Nous avons ensuite un élément tout à fait capital pour comprendre ce que les militaires estimaient au sujet de ces événements. Tandis que le rapport Condon prétendra plus tard les expliquer comme ayant été une étoile, doublée d'une anomalie de radar, au sein du groupe de recherche sur les OVNIS de l'USAF l'opinion était radicalement différente quant à la portée de ce cas.

     

    Lors de mon voyage suivant au Pentagone j'ai passé toute la journée à parler au Major Dewey Fournet et deux de ses patrons, le Colonel W. A. Adams et le Colonel Weldon Smith, au sujet du problème des OVNIS en général. Une des choses que nous avons discutée était une nouvelle approche du problème des OVNIS qui serait de tenter de montrer que les mouvement d'un OVNIS quand il volait étaient intelligemment commandés.

    Je ne sais pas qui obtiendrait le crédit pour avoir lancé l'idée de tester et d'analyser le mouvement de OVNIS. C'était une de ces sortes d'idées qui sont lancées par les uns et les autres, chacun ajoutant quelques modifications. Nous parlions d'effectuer une étude de cette idée depuis longtemps, mais nous n'avions pas eu beaucoup de rapports sur lesquels travailler; mais maintenant, avec la masse des données que nous avions accumulées en Juin, Juillet et Août, les perspectives d'une telle étude ont semblé prometteuses.

     

    Le but de base de l'étude serait d'apprendre si le mouvement des OVNIS rapportés était aléatoire ou sous contrôle. Le mouvement aléatoire est un mouvement non ordonné, chaotique, très semblable à celui d'un essaim de moucherons ou des mouches voletant au hasard. Il n'y a aucun modèle ou but apparent à leurs chemins de vol. Mais prenez, par exemple, le vol de l'hirondelle autour d'une cheminée - elles tournent, virent et plongent, mais si vous les observez de près, elles suivent un pattern défini dans leurs mouvements - un mouvement ordonné. Le modèle défini est sous commande intelligente parce qu'ils attrapent des insectes ou se mettent en position d'arriver à leur cheminée.

     

    Vers l'automne de 1952 nous avons eu un nombre considérable de rapports bien documentés dans lesquels les OVNIS ont effectués une série de manoeuvres. Si nous pouvions montrer que ces manoeuvres n'étaient pas aléatoires, mais sous contrôle, ce serait la preuve que les OVNIS étaient des choses qui sont commandées par une intelligence.

     

    Pendant notre discussion le Major Fournet a évoqué deux rapports dans lesquels l'OVNI a semblé savoir ce qu'il faisait et n'était pas simplement en train de voleter au hasard. L'un de ces deux rapports était l'observation récente de Haneda AFB, Japon, et l'autre était l'incident qui s'est produit dans la nuit du 29 Juillet, quand un F-94 a essayé d'arrêter un OVNI au-dessus de l'Est du Michigan. Dans les deux cas les radars avaient établi le trajet de l'OVNI.

     

    Dans l'incident de Haneda, selon le croquis du trajet de l'OVNI, chaque virage qu'avait fait l'OVNI était constant et les "jambes" droites entre les virages étaient de longueur à peu près identique. Le croquis du chemin de vol de l'OVNI pendant qu'il se déplaçait dans les deux sens au-dessus du baie de Tokyo m'a rappelé infiniment les modèles "entre-croisés" de recherches que nous avions l'habitude de pratiquer pendant la deuxième guerre mondiale quand nous recherchions l'équipage d'un avion qui s'était écrasé. Le seul cas où l'OVNI a sérieusement dévié de ce modèle était quand le F-94 est arrivé derrière lui.
     
    http://ufologie.net/htm/hanedaruppeltf.htm#doc


    LES PAGES DU RAPPORT CONDON SUR LE CAS DE HANEDA:


    Voici les paragraphes du rapport Condon concernant le cas de Haneda. En désaccord avec toutes les autres évaluations, l'équipe de Condon a dit que les observations visuelles étaient celles de l'étoile Capella et que le repérage radar a été provoqué par des effets de propagations anormales des ondes radar.

     

    237-B. Haneda AFB (Tokyo), Japon, 5-6 Août 1952, 23:30-00:30 LST. Météo: "particulièrement bonne," 0,3 de couvertures nuageuse environ à 10 miles au Nord et 10 miles au Sud du secteur du contact, "excellente visibilité," patches isolés de nuages bas, le Mont Fuji (à 60 miles au Nord) "clairement perceptible," orages dispersés dans les montagnes au Nord-Ouest, température à Haneda 78° F, point de condensation à 73° F. Les observateurs ont vu une lumière brillante et ronde (d'environ 1 milliradian d'arc) entourée par une zone apparaissant foncée quatre fois plus grande, dont la circonférence inférieure a tendu à montrer un point lumineux. Elle était basse dans le ciel à environ 30° -50° d'azimut. L'objet a paru s'éteindre deux fois, et pendant ce temps il est apparu comme une faible source ponctuelle. Il a disparu, probablement caché par des nuages, après environ une heure. Le ciel à Haneda AFB était obscurci à 01:00 LST. Un des observateurs visuels a noté que vers la fin de l'observation l'objet a semblé légèrement plus haut dans le ciel et que la lune a semblé proportionnellement plus haute. Le pilote d'un avion C-54 arrivant pour

     

    [Page 184]

     

    un atterrissage a été requis d'observer l'objet et il a répondu qu'il a ressemblait à une étoile brillante, et il a écarté l'observation en tant que telle.

     

    Quand le contrôleur à Shiroi AFB a été invité à rechercher la cible sur le radar de GCI, il n'a rien pu détecter pendant 15 minutes. Il a énoncé: "il y avait trois ou quatre blips bas sur le faisceau mais aucun dont je ne pouvais obtenir un mouvement certain et aucun dont je pouvais obtenir une lecture sur l'écran de RHI (indicateur d'altitude)." Un nouveau contrôleur lui succédant à 23:45 LST "a cru que" il était entré en contact radar avec l'objet et un F-94 a été envoyé. Cet officier a indiqué: "la cible était dans une bonne orbite et se déplaçait à des vitesses variables. Il était impossible d'estimer la vitesse du fait des courtes distances et du chronomètre utilisé." Avant que le F-94 ne soit arrivé dans le secteur de l'écho, Shiroi GCI avait perdu le contact radar; regagnant le contact à 00:17 LST "sur une orbite droite dans le même secteur qu'avant." Le F-94 a été dirigé vers la cible, et à ce moment les timings deviennent confus. Le contrôleur de Shiroi déclare que le F-94 "a rapporté le contact à 00:25 (LST) et a rapporté perdre le contact à 00:28 (LST)." Les notes de l'opérateur du radar du F-94: "à 00:16 (LST) j'ai été eu un contact radar à 10° à droite, 10° en-dessous, à 6.000 yards. La cible se déplaçait rapidement de notre droite à notre gauche et un verrouillage radar n'a pas pu être obtenu. Un virage à gauche a été demandé [sic] pour arrêter la cible qui a disparue de l'écran en approximativement 90 secondes. Aucun contact visuel n'a été fait avec la cible non identifiée." Shiroi GCI avait perdu le F-94 dans l'image de fond du sol, et avait également perdu la cible. Il n'est pas clair si le radar du GCI ait jamais dépisté la cible rapide décrite par l'équipage F-94. La portée maximum du radar du F-94 n'est pas indiquée dans le rapport de Blue Book.

     

    Le pilote du F-94 a déclaré que la météo était très belle avec "une visibilité exceptionnelle de 60 à 70 miles," pourtant cet UFO rapide, dépassant évidemment de loin la vitesse anémométrique du F-94 (environ 375 noeuds), n'a été vu par ni l'équipage de l'avion ni par les observateurs au sol à Shiroi GCI quoique l'écho de l'OVNI ait approché de très près Shiroi GCI numéro quatre. Il y a beaucoup d'autres contradictions dans

     

    [Page 186]

     

    le rapport de l'incident sans compter le timing et le manque de contact visuel par l'équipage du F-94. L'objet lumineux et quasi stationnaire a été aperçu au Nord Est de Haneda AFB, et vu également de Tachikawa AFB (à environ 30 milles à l'Ouest de Haneda AFB), devrait avoir été visible au Sud de Shiroi AFB, mais n'a jamais été vu par n'importe laquelle d'un grand nombre de personnes qui ont tenté de telles observations. En outre, à 00:12 LST l'objet dépisté par le radar du GCI CPS-1 s'est censément "séparé en trois plus petits contacts maintenant une distance d'environ 1/4 de mile." Les blips sur le CPS-1 ont été décrits comme petits et relativement faibles, mais nettement définis.

     

    Deux choses semblent évidentes:

     

    l'objet vu chez Haneda et Tachikawa AFB était parti beaucoup plus lointain que les observateurs ne l'ont réalisé;

    l'OVNI visuels et la cible dépistée par le radar n'étaient pas identiques. Cette première déclaration est soutenu par l'incapacité des observateurs de Shiroi de voir quoi que ce soit au Sud; la deuxième affirmation est soutenue par de nombreuses contradictions entre les observations visuelles et les observations de radar. Les deux des plus importants de ces dernières sont:

     

    Pendant des périodes quand le radar du GCI n'a pas pu trouver la cible, l'objet visuel était à un endroit à peu près identique à celui où il a pu être détecté sur le radar;

     

    L'objet visuel a été vu pendant au moins cinq mn après le moment où le radar de bord sur le F-94 a indiqué que l'OVNI avait quitté le secteur à une vitesse bien au-dessus de 300 miles par heure.

     

    La source lumineuse la plus susceptible avoir produit l'objet visuel est l'étoile Capella (magnitude 0,2), qui était à 8° au-dessus de l'horizon à l'azimut 37° à 24:00 LST. La nature précise du mécanisme optique de propagation qui aurait produit une image étrangement diffractée telle que rapportée par les observateurs de Haneda AFB doit demeurer conjecturale. Les données complètes de météo ne sont pas disponibles pour ce cas, mais on sait que la circulation de la légère humidité vers le Sud Sud Est de la baie de Tokyo a été recouverte par un flux d'air plus sec du Sud Ouest. Une nette inversion de la température a pu avoir existé au dessus de cette couche humide, au-dessous de laquelle des patches de brouillard 

     

    [Page 187]

     

    la brume ont pu se rassembler. Le diagramme de diffraction observé pourrait avoir été produit par l'un ou l'autre de


    1 )des effets d'interférence associés à la propagation en dedans et près du dessus d'une inversion, ou


    2)une corona avec un auréole foncé produite par une brume de gouttelettes d'eau du diamètre d'environ 0,2 millimètres espacé à intervalles réguliers comme décrit par Minnaert (1954).


    Dans l'un ou l'autre cas, le phénomène doit être tout à fait rare. L'éclat de l'image a pu avoir été dû en partie à "l'éclaircissement de Raman" d'une image vue au travers d'une couche d'inversion.

     

    La nature des effets de propagation de radar ne peut pas non plus être évaluée, en raison du manque de données complètes sur la météo. Cependant, une inférence substantielle que les échos de radar provenaient d'une propagation de nature anormale est dérivée de:


    1)la tendance pour les cibles à disparaître et à réapparaître;


    2)la tendance de la cible à se séparer en plus petites cibles;


    3)le manque apparent de corrélation entre les cibles vues au GCI et sur les radars de bord;


    4)l'invisibilité au radar de la cible quand la visibilité était "particulièrement bonne."


    Séparément, chacun de ce qui précède pourrait être interprété dans une lumière différente, mais pris ensemble ils sont tout à fait suggestifs d'une cause par propagation anormale.

    En résumé, il s'avère que les causes les plus probables de ce rapport d'OVNI sont un effet optique sur une source lumineuse brillante qui a produit les observations visuelles et des effets peu communs de propagation de radar qui ont produit les échos apparents de l'OVNI par radar.

    http://ufologie.net/htm/hanedacondonf.htm#doc


    UN SCIENTIFIQUE RENOMME RIDICULISE LES EXPLICATIONS DU RAPPORT CONDON SUR CE CAS:


    Le texte ci-dessous est extrait de:

    SCIENCE IN DEFAULT: 22 YEARS OF INADEQUATE UFO INVESTIGATIONS

     

    James E. McDonald, Institute of Atmospheric Physics
    University of Arizona, Tucson

    Material presented at the Symposium on UFOs, 134th Meeting, AAAS, Boston, Dec, 27, 1969.

     

    Le texte intégral est ici.

     

    Cas 3. Base Aérienne de l'USAF de Haneda, Japon, 5-6 Août 1952.
    Brève synthèse:

     

    Les opérateurs de la tour de contrôle de l'U.S. Air Force à la base aérienne de Haneda ont observé une lumière bleuâtre-blanche exceptionnellement brillante à leur Nord-Est, ont alerté l'unité de radar GCI à Shiroi, qui a alors demandé l'envoi d'un intercepteur F-94 après avoir obtenu des échos radars dans le même secteur général. Le radar au sol du GCI a dirigé le F-94 vers la cible inconnue orbitale, que le F-94 a détectée sur son radar de bord. La cible a alors accéléré hors de la portée de radar du F-94 après 90 secondes d'une poursuite qui a été suivie également sur le radar GCI de Shiroi.

     

    1. Introduction:

     

    Les observations visuelles et par radar à Haneda AFB, Japon du 5-6 Août 1952 représentent un exemple d'un cas toujours intriguant, toujours classé parmi les non identifiés par le Projet Bluebook, à ma dernière vérification, et choisi pour analyse dans le rapport Condon. Dans ce dernier, il est putativement expliqué en termes de combinaison de la déformation de diffraction et de mirage de l'étoile Capella, en ce qui concerne les pièces visuelles, alors que les parts des observation de radar sont attribuées à des propagations anormales. Je trouve des difficultés très graves avec ces "explications" et je les considère comme typiques d'un certain nombre d'explications avancée de façon plutôt légères dans des cas d'OVNIS de longue date qui apparaissent dans le Rapport Condon. Puisque ce cas a été discuté dans des livres tels que ceux de Ruppelt, de Keyhoe, et de Hall, il est d'intérêt particulier d'examiner soigneusement les détails de ce cas et d'examiner ensuite la base de l'explication du rapport Condon de lui, comme exemple de la façon dont le rapport Condon s'est débarrassé de "cas classiques."

     

    La base de Haneda, active pendant la guerre de Corée, se situe à une distance intermédiaire entre le centre de Tokyo et le centre de Yokohama, à côté de l'aéroport international de Tokyo. Cet incident OVNI de 1952 a commencé par des observations visuelles d'un objet brillant dans le ciel du Nord-Est, comme vu par deux opérateurs de tour de contrôle qui se rendaient à leur service à 2330 LST (toutes les heures données ci-après sont des heures LST). Il sera utile pour la brièveté de présenter quelques désignations codées pour nommer ces hommes et plusieurs officiers impliqués, puisque ni le rapport Condon, ni mes copies des dossiers originaux du cas dans le projet Bluebook ne donnent les vrais noms (censurées des copies récentes selon la pratique en vigueur de Bluebook sur la non-publication des noms de témoin dans des cas d'OVNIS):

    Désignation Identification


    Contrôleur A L'un des deux opérateurs de la tour de contrôle de Haneda qui a vu la lumière au début; son grade était A/3c.


    Contrôleur B Le deuxième opérateur de la tour de contrôle de Haneda ayant vu la lumière au début; son grade était A/1c.


    Lieutenant A Contrôleur en service au radar GCI de Shiroi jusqu'à 24:00, le 5 Août; 1er Lieutenant.
    Lieutenant B Contrôleur à Shiroi GCI après 00:00, le 6 Août; 1er Lieutenant.
    Lieutenant P Pilote du F-94 qui a été dépêché; 1er Lieutenant.
    Lieutenant R Officier radariste à bord du F-94; 1er Lieutenant.


    La station GCI de Shiroi, maintenue par le 528e groupe d'AC&W (Aicraft Control and Warning - Contrôle et Alerte d'Avions), se trouve approximativement à 20 miles au Nord-Est de Haneda (Précisément à 35 degrés 49' Nord, 140 degrés 2' Est) et avait un radar de recherche CPS décimétrique plus un radar CPS décimétrique de détection d'altitude. Deux autres équipements de l'U.S. Air Force figurent dans l'incident, à Tachikawa AFB, qui se trouve juste à 20 miles à l'Ouest-Nord-Ouest de Haneda, et Johnson AFB, à presque 30 miles au Nord-Ouest de Haneda. Les incidents principaux de radar se concentrent au-dessus de l'extrémité du Nord de la baie de Tokyo, à peu près à mi chemin entre le centre de Tokyo et Chiba à travers la baie.

     

    Le dossier sur ce cas par Bluebook contient 25 pages, et du fait que l'incident est antérieur au règlement AFR200-2, les censures sur les heures des événements ne sont pas sont pas ici aussi gênante comme dans le cas de Lakenheath de 1956, discuté ci-dessus. Néanmoins, les mêmes sortes de contradictions internes sont présentes ici comme on les trouve dans la plupart des rapports de cas des dossiers Bluebook; en particulier, il y a une variation gênante des périodes données pour des événements spécifiques dans différentes parties du dossier sur ce cas. L'une d'entre elle, sur laquelle le rapport Condon insiste, sera discutée explicitement ci-dessous; mais pour le reste, j'emploierai les périodes qui semblent être cohérentes globalement. Ceci ne provoquera aucune erreur sérieuse, puisque les incertitudes sont la plupart du temps seulement de 1 ou 2 minutes et, excepté l'exemple cité, et ne changent aucune implication importante quel que soit cette imprécision. La durée globale de l'observation visuelle et des observations par est d'environ 50 minutes. Les événements d'intérêt principal se sont produits entre 23:30 et 00:20, approximativement.

     

    Bien que ce cas comporte des observations visuelles et par radar d'objets non identifiés, un examen soigneux ne permet pas de soutenir l'opinion que le même objet ait été de façon certaine vu visuellement et sur radar en même temps, à l'exception possible de la toute première détection de radar juste après 23:30. Donc ce n'est pas un cas "radar-visuel," dans le sens d'observations simultanées par deux canaux différents d'un objet inconnu. Ce point sera discuté plus avant dans la section 5.

     

    2. Observations visuelles:

     

    a. Première détection visuelle. A 23:30, les contrôleurs A et B, alors qu'ils marchaient à travers la rampe à Haneda AFB pour aller prendre leur tour de garde de minuit à la tour de contrôle du terrain d'aviation, ont remarqué "une lumière particulièrement brillante" dans le ciel au Nord-Est. Ils sont allés immédiatement à la tour de contrôle pour alerter deux autres contrôleurs en service et l'examiner plus soigneusement à l'aide des jumelles 7x50 disponibles dans la tour. Le dossier sur ce cas par Bluebook note que les deux contrôleurs déjà en service dans la tour "ne l'avaient pas remarquée avant parce que les nécessités de fonctionnement avaient monopolisé leur attention ailleurs."


    b. Détection visuelle indépendante à Tachikawa AFB. Environ dix minutes plus tard, selon le rapport d'information du renseignement aérien du 12 Août 1952 (IR-35-52), dans le dossier de Bluebook sur ce cas; Haneda a été questionné au sujet d'une lumière exceptionnellement lumineuse par des contrôleurs à Tachikawa AFB, à 21 miles à leur Ouest-Nord-Ouest. L'IR-35-52 dit: "la tour de contrôle à la base aérienne de Tachikawa a appelé la tour de Haneda à peu près à 23:50 pour attirer leur attention vers une lumière blanche brillante au-dessus de la baie de Tokyo. La tour a répondu qu'elle avait été en vue pendant un certain temps et qu'on allait vérifier."

    Cette caractéristique du rapport est significative à deux égards: 1) elle indique que la source lumineuse était d'une brillance suffisamment peu commune pour faire répondre indépendamment par des mesures d'alerte à deux groupes séparés de contrôleurs de l'Armée de l'Air en deux terrains d'aviation différents; et 2) de manière plus significative, le fait que les contrôleurs de Tachikawa ont vu la source dans une direction "au-dessus de la baie de Tokyo" implique une ligne de vue clairement vers l'Est. De Tachikawa, même l'extrémité Nord de la baie se trouve à l'Est-Sud-Est. Donc l'intersection des deux lignes de vue est tombe quelque part dans la moitié Nord de la baie, cela semble clair. Comme sera vu plus tard, c'est là que les parties les plus significatives du repérage radar se sont produites plus tard.


    c. Direction, intensité, et configuration de la source lumineuse. Le formulaire IR-35-52 contient un rapport signé par l'homme A, un croquis de la manière dont la source lumineuse apparaissait, regardée par des jumelles 7x, et le résumé commenté par le Capitaine Charles J. Malven, l'officier du renseignement de la FEAF ayant préparé le rapport pour sa transmission à Bluebook.

     

    Les propres déclarations de l'homme A donne la direction de la source comme Nord-Nord-Est, le résumé de Malven indique seulement le Nord-Est. On peut présumer que ce que donne le témoin est plus fiable, et il semble également donner un plus grand degré de précision, d'où un azimut de ligne de vue quelque part dans l'intervalle de 25 à 35 degrés à l'Est du Nord semble être impliqué dans les observations de Haneda. Par contraste, l'azimut de l'observation depuis Tachikawa exagérait de 90 degrés vers le Nord, et probablement au delà de 100 degrés, vu la géographie impliquée, un point sur lequel je reviendrais plus tard.

     

    Plusieurs différents articles dans le rapport indiquent l'intensité élevé de la source. Le rapport signé de l'aviateur A se rapporte à elle comme une "lumière brillante intense au-dessus de la baie." Le croquis annoté parle de "brillance constante à travers toute la zone" de la source (prolongée), et fait des remarques sur "l'effet aveuglant de la lumière brillante." Le sommaire de Malven précise même que "les observateurs ont déclaré que leurs yeux se fatiguaient rapidement quand ils essayaient de concentrer leur vision sur l'objet," et parle ailleurs de "la lumière bleu-blanche brillante de l'objet." La plupart de ces indications d'éclat sont omises du Rapport Condon, pourtant cela concerne l'hypothèse de l'étoile Capella par laquelle ce rapport cherche à se débarrasser de ces observations visuelles.

     

    Le rapport rédigé par l'homme A inclut la remarque "je sais que ce n'était pas une étoile, un ballon météo ou Vénus, parce que je l'ai comparé à chacun des trois." Ceci demande deux commentaires. D'abord, Vénus est mentionné ailleurs dans le dossier du cas, mais c'est certainement une question de confusion, puisque Vénus s'était couchée cette nuit avant environ 20:00 LST. Puisqu'ailleurs dans le rapport la référence est faite à Venus comme se trouvant dans l'Est, et puisque le seul objet céleste apparent dans ce secteur à ce moment-là aurait été Jupiter, j'impliquerais que là où "Vénus" est citée dans le dossier du cas, on devrait lire "Jupiter." Jupiter se serait DONC levée près de 23:00, presque directement à l'Est, avec une magnitude de -2. Donc l'affirmation de l'aviateur A qui dit que l'objet était plus lumineux que "Vénus" peut être pris probablement pour signifier quelque chose de l'ordre de la magnitude -3,0 ou plus lumineux. En effet, puisqu'il est peu probable que n'importe quel observateur parlerait d'une source de -3,0 grandeurs comme "aveuglante" ou "fatiguante" au regard, je proposerais que la luminosité réelle, à ses périodes de valeur maximale (voir ci-dessous) doive avoir excédé une magnitude égale à -3 d'une marge substantielle.

     

    L'allusion de l'aviateur A à l'intensité par rapport à un "ballon météo" se rapporte aux comparaisons (discutées ci-dessous) avec la lumière suspendue d'un ballon pilote libéré près de la tour à 24:00 cette nuit et observé par les contrôleurs de la tour pour mesurer la taille et l'éclat de l'OVNI. C'est une opportunité de comparaison qui a tenu à la chance, parce que les petites lumières à piles longtemps utilisées dans la pratique météorologique ont une luminosité connue d'environ 1,5 bougies. Puisqu'une source de 1 bougie à 1 kilomètre fournit une magnitude apparente de 0.8, l'élévation inverse au carré de la distance ici connue pour ballon comme ayant été de 2000 pieds (voir ci-dessous) implique une magnitude apparente d'environ -0,5 pour la lumière du ballon telle que vue à la période du lancement. Le récapitulatif du Capitaine Malven énonce, en discutant cette comparaison tout à fait utile, "la lumière du ballon a été décrit comme extrêmement faible et jaune, en comparaison avec la lumière blanche bleue brillante de l'objet." Ici encore, je crois qu'on peut sans risque estimer une luminosité apparente de l'objet bien au delà des -2.0 de Jupiter, ainsi, nous avons ici un certain nombre d'indications compatibles d'éclat apparent bien au delà de celle de n'importe quelle étoile, et nous verrons tard que ceci contredit les explications proposées dans le Rapport Condon pour les parties visuelles des observations de Haneda.

     

    D'intérêt supplémentaire par rapport à n'importe quelle hypothèse de source stellaire, il y a les descriptions de la configuration de l'objet tel que vu avec les jumelles de grossissement 7x dans la tour de Haneda, et son diamètre angulaire approximatif. Heureusement, ce dernier a pu être estimé en comparaison directe avec un objet de taille angulaire déterminée qui a été en vue à peu près au milieu de cette observation de 50-minutes. A 24:00, un petit ballon météo a été lâché d'un point à une distance connue de 2000 pieds de la tour de contrôle. Son diamètre au moment du lâcher était d'approximativement 24 pouces. (L'IR-35-52 se rapporte à lui comme étant un "ballon de plafond," mais les données contenues là-dedans sur la couverture nuageuse sont elles qu'aucun ballon de plafond n'aurait été utile. En outre, la masse indiquée du ballon, 30 grammes, et son diamètre, 2 pieds, sont précisément ceux d'un ballon pilote standard pour la mesure des vents de haute altitude. Et en conclusion, l'heure [2400 LST = 1500Z] était l'heure standard pour le lâcher d'un ballon pilote pour mesurer les vents de haute altitude, à cette époque) Un ballon d'un diamètre de 2 pieds à la distance de 2000 pieds occuperait un milliradian, soit juste plus de 3 minutes d'arc, et ceci a été employé par les observateurs de la tour pour mesurer le diamètre angulaire apparent de la source lumineuse. Comme l'IR-35-52 le dit: "trois des opérateurs ont indiqué la taille de la lumière, quand au plus près de la tour, comme étant approximativement identique à celle de petits ballons de plafond (30 grammes, apparaissant de 24 pouces de diamètre) une fois lancé de la station météorologique, située à environ 2000 pieds de la tour. Ceci ferait pour la taille de la lumière centrale environ 50 pieds de diamètre, par rapport aux 10 milles de distance dépistée par GCI... "Un ballon lumineux a été lancé à 24:00 heures..." Donc, il s'avérerait qu'un diamètre angulaire apparent de près de 3 minutes d'arc est une évaluation raisonnablement fiable pour la lumière telle que vue par l'oeil nu depuis Haneda. C'est presque deux fois la limite de la résolution moyenne de l'oeil humain, tout à fait assez grande pour correspondre aux impressions rapportées qu'il a eu une ampleur perceptible, c.-à-d., n'était pas simplement une source ponctuelle.

     

    Mais ce dernier point est défini encore beaucoup plus clairement, en tout état de cause, parce que l'IR-35-52 donne une description assez détaillée de l'aspect de l'objet par les jumelles de grossissement 7. Il doit être noté que, si le diamètre à l'oeil nu était d'environ 3 minutes, son diamètre angulaire apparent une fois vu parles jumelles 7X serait d'environ 20 minutes, ou deux tiers du diamètre angulaire de la pleine lune vue à l'oeil nu, tout à fait assez grand pour permettre l'identification des détails plus fins cités dans l'IR-35-52, comme suit: "la lumière a été décrite comme ayant une forme circulaire, avec une brillance semblant être constante sur sa face. La lumière a semblé être une partie d'une grande forme foncée ronde qui avait environ quatre fois le diamètre de la lumière. Quand l'objet était assez proche pour que les détails soient vus, une lumière plus petite, moins brillante pouvait être vue au bord inférieur gauche, avec deux ou trois lumières plus faibles situées dans une ligne incurvée le long du reste du bord inférieur de la forme sombre. Seule la partie inférieure de la forme plus sombre pouvait être déterminée, en raison du ciel plus clair dont on pensait qu'il brouillait la vue sur le côté supérieur de l'objet. Aucune rotation n'a été notée. Aucun bruit n'a été entendu."


    la suite ici


    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=360635
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum