Introduction Non seulement je ne crains pas les critiques des
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 1048825 visiteurs aujourd'hui
  • 1941108 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Introduction Non seulement je ne crains pas les critiques des

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 21/10/2008 à 23:09

    Introduction

    Non seulement je ne crains pas les critiques des "sceptiques", mais je les recherche au contraire. Soit le cas étudié en ressort renforcé, soit il s'avère peu solide, voire totalement expliqué (canular ou méprise), et il faut avoir l' honnêteté de le reconnaitre.
    J'ai donc soumis le cas Chauvet aux virulents Sceptiques du Québec, sur le forum éponyme. Etant donné le nombre et la netteté des photos de "l'engin" (excluant a priori la méprise), ceux-ci ont attaqué bille en tête sur l'hypothèse du canular, de type "frisbee". Ils ont également remarqué une anomalie concernant le nuage de la photo N°3.
    De plus la parution des quatre premiers chapitres de mon dossier sur le web a généré plusieurs courriers, généralement de félicitations, mais aussi un plus sceptique, tenant opiniâtre d'une méprise avec un ballon.
    D'autre part, une personne de mon entourage, scientifique à Orsay, a rapidement proposé l'explication par un trucage photographique (photomontage), tout en prônant la thèse qu'André Frégnale avait le profil psychologique adéquat pour monter un canular.

    J'ai étudié attentivement chacune de ces hypothèses , et je pense être en mesure de les réfuter toutes, de manière factuelle et objective. Tel est l'objet du présent chapitre V. Le cas Chauvet en ressort donc pour moi encore renforcé.

    Anecdotiquement, j'ai remarqué à cette occasion, que tous les sceptiques sont tous immédiatement certains qu'il ne s'agit pas d'un "vrai" ovni ... mais tous pour des raisons différentes et incompatibles entre elles ! Et pour chacun d'eux, il apparait comme "évident" que son explication (généralement imaginé très vite, et en n'ayant qu'une connaissance superficielle du dossier), est la seule bonne. Or, par définition, TOUTES ces explications sauf au plus une (si j'ai tort) sont FAUSSES. Cela ne peut que nous amener à relativiser la confiance que nous pouvons mettre dans nos "certitudes", nos "premières impressions", et notre "bon sens". Seule à mon avis une étude approfondie, méthodique et objective des faits du dossier, ainsi que la recherche tenace d'éléments nouveaux et authentiques, peut permettre d'avancer utilement dans ce genre d'affaires.

    Dernière minute (mars 2004): J'ai pu rentrer en contact avec Laurent Guérin, le fils de Pierre Guérin. Grâce à lui j'ai pu apprendre des détails inédits sur l'analyse que son père avait faite de ces photos, et à laquelle il a activement participé (l'article du JSE lui en donne d'ailleurs crédit). J'ai pu également corriger quelques petites inexactitudes dans mes quatre premiers chapitres. J'ai également pu avoir accès à des copies agrandies de seconde génération des photos originales, de bien meilleure qualité évidemment que les médiocres reproductions publiées dans l'encart photo du livre de Pierre Guérin. Enfin, Laurent Guérin s'est remis aux calculs de trigonométrie, et planche à nouveau en ce moment sur l'estimation des coordonnées sphériques de l'objet. J'espère pouvoir publier bientôt ses résultats. Pour tout cela, qu'il en soit ici chaleureusement remercié.

    Le canular de type projectile/frisbee

    A quelle distance se trouvait l'objet / Quelle était sa taille ?

    angle en fonction de la focale et de la taille de l'image Pierre Guérin estime que l'objet se trouve à au moins 60 mètres de l'observateur grâce à un "calcul élémentaire" de profondeur de champ qu'il ne donne hélas pas. De là il en déduit la taille minimum de l'objet : 1 mètre, en raison de sa dimension angulaire mesurée sur le film (environ 1°), ce qui on en conviendra rend immédiatement peu plausible l'hypothèse du canular de type "projectile lancé en l'air" (voir mon chapitre II).
    Les sceptiques ont immédiatement mis en doute ce calcul, arguant même que "En plein soleil, et avec un grand angulaire, virtuellement TOUT est net sur la photo", sous entendu : la distance minimale à laquelle l'objet se trouvait pourrait être quasiment nulle.
    Laissons de coté la mauvaise foi évidente d'une telle assertion (une focale de 45 mm n'est pas un grand angulaire mais correspond au contraire exactement à la focale dite "naturelle", c'est à dire qu'elle donne à peu près le même champ de vision que celui de l'oeil humain).
    Laissons aussi de coté le fait que même si cela était vrai, cela ne changerait quasiment rien à la démonstration :
    • L'objet aurait pu être plus près (mettons 20 m) et donc plus petit, mais cela ne prouve pas qu'il l'était effectivement
    • Le lancer et les conditions de prise de vue, pour aligner la bande noire dans le sens de la trajectoire, et donner une apparence de vol rectiligne uniforme, restaient impossible (voir le chapitre II).
    Il n'en reste pas moins qu'il semble nécessaire de vérifier ce chiffre de 60 m. M. Guérin étant hélas décédé, et ses notes de travail perdues, il va donc falloir réfléchir un peu.

    Rappel : l'objectif était à l'évidence réglé sur l'infini (nuage net), et l'objet lui même est très net aussi (hormis le flou de bougé des photos N°1 et 2, du à l'opérateur uniquement).
    La distance minimale à partir de laquelle tout est net, jusqu'à l'infini se déduit de l'hyperfocale (h). Il n'existe pas de formule 100% exacte permettant de calculer h, notamment parce que la notion de "netteté" est éminemment variable et subjective.
    Néanmoins dans la plupart des cas (hors macro), la formule suivante est acceptée : h = F²/(f * c), où :
    - F est la focale de l'objectif,
    - f est l'ouverture du diaphragme, et
    - c est le "cercle de confusion".

    NB : f est un nombre sans dimension, appelé aussi "f-stop" en anglais, et vaut le rapport entre la focale et le diamètre du diaphragme. En posant D = ouverture du diaphragme (en mm), il vient donc : h = F*D/c, autre variante connue de la formule de calcul de h.

    Pour les perfectionnistes, voici un calcul complet de h, faisant appel à la bonne vieille formule de Newton (m.m' = f²). Grand merci à Laurent Guérin pour cette page !

    Le terme "c" désigne justement la plus grande dimension au-delà de laquelle un point ne serait pas "net" sur le film, mais serait en fait une petite tâche. Les valeurs usuelles de c pour un film 24x36 standard vont de 0,025 mm à 0,033 mm, mais il est admis de baisser cette valeur à 20 microns voire moins pour des films de haute qualité à grain fin. Or le film utilisé par M. Frégnale (un Kodak Panatomic-X) est un film à grain fin. Prenons donc c = 0,020 mm à titre conservatoire.

    La focale de l'objectif est connue et vaut 45 mm.
    L'ouverture est connue aussi : f5,6. Mais il existe là une petite imprécision. En effet Guérin stipule également que l'ouverture a été augmentée d'un cran après la photo N°1. Ce qui signifierait une valeur de f=4.

    Donc :
    en prenant c = 0,020 mm et f = 5,6, on obtient h = 18,1 m
    en prenant c = 0,020 mm et f = 4, on obtient h = 25,31 m

    Ce calcul reste encore imprécis, notamment sur le facteur c. Mais d'ores et déjà on constate que l'ordre de grandeur ainsi trouvé est environ trois fois plus petit que celui calculé par Guérin (60 mètres).
    Certes cela correspondrait à un frisbee "géant" de 30 à 40 cm de diamètre, qui ne doit déjà pas être commode à lancer aussi loin et aussi haut.
    Mais connaissant la compétence et l'honnêteté de Pierre Guérin, un tel écart me semblait impossible. Faute d'avoir trouvé secours auprès des scientifiques et opticiens que j'ai consultés, je me suis donc mis à me documenter plus avant sur la notion de "netteté" et de profondeur de champ en photographie.

    Le facteur clé est justement ce "Cercle de Confusion" (c). Or il s'avère qu'il n'existe aucune définition totalement objective impartiale et universelle de ce facteur, qui fait appel dans sa définition à la notion de "netteté", concept éminemment subjectif s'il en est !
    Les valeurs "usuelles" utilisées habituellement par les photographes, même professionnels, et dont j'ai donné la fourchette ci-dessus, ne sont que des valeurs moyennes empiriques, généralement tirées d'abaques ou de calculateurs issus des fabricants (Canon, Nikon, etc.).
    En fouillant un peu plus on tombe bien sur des formules, du type :
    c = d/1300 (valeur moyenne pour un 35mm), ou c = d/1730 (standard Zeiss Icon), ou d est la diagonale d'une vue exprimée en millimètres. Pour un film 35 mm, dont les cotés font 24 et 36 mm, cela donne une valeur moyenne de 25 à 33 microns.
    Mais encore une fois ce ne sont que des "recettes de cuisine".

    C'est sur le web américain que j'ai enfin trouvé la réponse, et notamment ici pour des explications :

    Et ici, j'ai trouvé enfin uen méthode de calcul, certes assez compliquée (accrochez vous en la lisant), mais rationnelle et objective. En la lisant et en la mettant en pratique, j'ai compris quel était le "paramètre manquant" dans mes premiers calculs, basés sur des valeurs empiriques usuelles de c : le facteur d'agrandissement.
    En effet, plus vous pouvez agrandir - sans perte de qualité - une image, plus vous pouvez évaluer finement la netteté de chaque plan, et trouver finalement "pas net" des détails qui paraissaient nets sur un tirage de format standard.
    Autrement dit plus vous pouvez réduire la valeur du cercle de confusion. La limite inférieure étant bien entendu la taille d'un grain élémentaire de l'émulsion chimique qui recouvre le film, comme le confirme cette source : "If you want it to look sharp through a 10 x loupe, or in a big enlargement, then the max COF is what your film can resolve."

    Or Pierre Guérin l'a écrit, il a justement effectué des agrandissements poussés du négatif, allant jusqu'à la limite de résolution de l'émulsion utilisée.
    Il a même constaté qu'à cette échelle l'étalement du bord du disque sur la photo N°3 était toujours inférieur ou égal à 10 microns, soit "sensiblement la résolution maximale du film", preuve que la mise au point était parfaite.
    Il est donc hautement probable que Pierre Guérin a retenu comme valeur de c la valeur limite, c'est à dire la fameuse résolution maximale du film Panatomic-X. Elle m'est inconnue avec précision, mais elle est inférieure ou égale à 10 microns, d'après ce qui précède. Prenons donc cette valeur pratique, comme base. Cela donne immédiatement :
    - pour f = 5,6, h = 36,2 m
    - pour f = 4, h = 50,63 m

    Cette fois-ci on y est presque. L'objet était sûrement à plus de 50 mètres, et probablement au moins à 60 mètres comme l'affirme Pierre Guérin, en prenant c = 8,5 microns au lieu des 10 microns "pessimistes".

    Calculs liés à la vitesse de l'objet

    La vitesse réelle d'obturation était de 1/200 ème de seconde (Voir chapitre III), et l'objet est parfaitement net, hormis un flou de bougé de l'opérateur sur la seconde photo. Cela signifie donc qu'il ne s'est pas "beaucoup" déplacé pendant ce laps de temps, moins en tous cas que le fameux cercle de confusion (c), sinon le bord serait flou.
    Or l'angle W balayé par l'image sur la pellicule, est le même que celui balayé par l'objet dans le ciel.
    Posons : F=focale appareil ; y= demi-distance balayée par l'image ; Y=demi-distance balayée par l'objet ; D=Distance de l'objet à l'appareil photo.
    Il vient alors : sin(W/2) = ymini / F = Y / D, d'où : Y = ymini * D / F
    L'objet n'a donc pu parcourir au maximum que 2Y mètres pendant ces 1/200ème de seconde. On en déduit donc sa vitesse maximum : Vmax = 2Y * 200 (en m/s) = 2Y * 200 * 3,6 (en km/h).
    Or F=45 mm, et en prenant la valeur c=0,020 mm, on a ymini=c/2=0,010mm. D'où :
    • si D= 20 m, alors Vmax = 6,4 km/h
    • si D = 30 m, alors Vmax = 9,4 km/h
    • si D = 60 m, alors Vmax = 18,4 km/h
    Or un projectile de type frisbee lancé en l'air doit avoir une vitesse élevée pour maintenir son assiette et sa trajectoire. Je ne connais pas encore cette vitesse, mais elle est à l'évidence nettement supérieure à 18 km/h. En effet un être humain court, sans se forcer, à 18 km/h. Or essayez donc de rattraper en courant, même aussi vite que vous pouvez, un frisbee lancé par l'un de vos amis ... bon courage !
    Les études scientifiques que j'ai découvert sur la physique du vol du frisbee (il y en a !) prennent comme hypothèse pour des essais en soufflerie, des vitesses de 15 à 50, voire 70 m/s. Soit une vitesse minimale de 54 km/h.

    D'autre part si le photographe avait suivi le mouvement du frisbee avec son appareil, pour que son image soit nette, c'est alors le reste du paysage et du décor qui auraient été flous, ce qui n'est pas le cas.

    Conclusion, l'objet se trouvait à plus de 60 mètres de l'appareil photo. Il faisait donc bien au moins un mètre de diamètre, ce qui exclut tout trucage à base de projectile lancé.

    La tâche sombre sous l'objet est-elle une ombre ?

    Il est évident que si la tâche sombre sous l'objet est une superstructure (saillante ou pas), ou même seulement une partie de couleur différente, alors cela rend quasiment impossible l'hypothèse d'un canular à base d'un projectile type frisbee (voir au chapitre II pourquoi). C'est probablement pourquoi, inconsciemment ou pas, les sceptiques à qui j'ai soumis ce cas ont tous immédiatement prétendu que cette "tâche" était en fait une ombre, causée par le soleil qui éclairait l'objet par l'arrière comme le prouve l'éclat brillant ("metallique") clairement visible sur le pourtour de l'objet, coté Ouest. De ce fait ils expliquaient astucieusement que cette "tâche" soit toujours orientée dans le sens de la trajectoire, puisque cette dernière était justement orientée Ouest-Est.

    Hélas pour eux, cette belle idée ne tient pas la route, par construction même.

    Fig 1. Simulation - Soleil au dessus au zénith : Tout le dessous du disque est dans l’ombre. Fig 2. Simulation - Soleil au dessus à 22° : Tout le dessous du disque est dans l’ombre. Le bord droit est brillant
    Fig 3. Simulation - Soleil au dessous et en angle rasant (situation impossible) : Le dessous du disque est éclairé. Une ombre en forme de croissant concave, générée par le bord droit du disque, apparaît. Fig 4. Photo réelle - Soleil au dessus à 22° : Tout le dessous du disque est dans l’ombre. Le « motif plus sombre » est en forme de bande terminée par un arc convexe.

    McMinville On constate qu'avec le soleil placé au dessus (à 22°) il ne peut pas y avoir d'ombre particulière sous l'objet. Tout le dessous du disque devrait être dans l'ombre, un peu comme dans le célèbre cas "Trent/McMinville" en 1950, dont voici un agrandissement ci-contre.
    Avouez que cette photo est très similaire à ma simulation de la figure 2 !

    Seule une source lumineuse rasante, placée sous l'objet, et dans un cône angulaire très réduit pourrait projeter une ombre sur le coté droit du disque. Mais dans ce cas, cette ombre serait en forme de croissant, à bord concave, et non pas en forme de bande allongée terminée par un arc convexe.
    Certains sceptiques ont imaginé qu'une "grande surface d'eau" (ie : le lac Chauvet) aurait pu modifier les conditions d'éclairage de manière à produire cette ombre. C'est peu probable car il aurait fallu pour cela que le lac soit au sud par rapport à l'observateur. Or le tracé du chemin touristique qui entoure ce site, passe au sud du lac. Un promeneur situé sur ce chemin voit donc le lac vers le Nord, ce que confirme les photos touristiques que j'ai trouvé (et qui illustrent mon site), puisqu'on y voit le Puy de Sancy au Nord. D'autre part si tel avait été le cas, nul doute que le témoin aurait signalé ce fait remarquable ("j'ai vu une soucoupe volante au dessus du lac Chauvet", et non "aux alentours du lac Chauvet").
    De plus, il aurait fallu que l'objet se trouve dans une zone de l'espace extrèmement réduite, celle où la lumière solaire réfléchie par le lac frapperait le bord droit de l'objet sous une incidence adéquate. Et quand bien même, il est démontré plus haut que l'ombre générée n'aurait pas la forme requise.
    Enfin, à titre anecdotique, et dans l'hypothèse d'un canular, il parait loufoque d'imaginer M. Frégnale (ou un complice) lancer son frisbee volontairement au-dessus du lac, d'aller le repêcher ensuite en bateau ou à la nage, et de recommencer cela des dizaines ... ou des centaines de fois, jusqu'à obtention des photos désirées.

    Conclusion : la "tâche sombre" sous l'objet n'est pas une ombre mais fait partie intégrante de l'objet. Soit en tant que motif peint, soit en tant que superstructure saillante.

    A propos du frisbee

    "Les étudiants de l’université Yale (Connecticut) ont inventé le frisbee en 1947, en jouant avec des moules à tarte en aluminium. Ceux-ci provenaient de chez un pâtissier de Bridgeport, Joseph Frisbie, fournisseur régulier de l’université. En 1948, un jeune Américain démobilisé, Fred Morrisson, déposa un brevet pour un disque semblable en plastique. Il en céda plus tard la licence à la Wham-O californienne (cette société avait inventé le hula-hoop en 1958) qui, ayant entendu parler de l’origine du jeu, l’appela frisbee".

    "January 13, 1957, marks the day that the Frisbee--the flying disc loved by dogs as well as people--was first produced by the Wham-O Company (now a division of Mattel). At that time, the disc was called the Pluto Platter, and it had already been around for almost a decade."

    Bref, le frisbee n'a commencé à être commercialisé dans le grand public qu'en 1957, aux USA. Auparavant, l'ancêtre de ce jeu (utilisant de simples moules à tarte) n'était pratiqué que par les étudiants de l’université Yale, puis sur les plages de Californie du Sud.
    Il est donc hautement improbable que quiconque en France ait jamais entendu parler du nom et du concept même de frisbee en 1952,a fortiori André Frégnale !
    Les sceptiques qui invoquent aujourd'hui l'hypothèse frisbee pour expliquer le cas Chauvet, comme si cela allait de soi, oublient tout simplement que cela se passait il y a 51 ans, dans un contexte socio-culturel et technologique bien différent du nôtre.
    Bien entendu il n'est pas TOTALEMENT exclu que, voulant faire "le canular du siècle", M. Frégnale ait également redécouvert seul de son coté les principes du vol stable du frisbee, et en ait fabriqué un en forme de soucoupe volante. Puis, l'ayant fait, il l'aurait immédiatement détruit, et n'aurait jamais cherché à l'exploiter. Bien entendu, personne dans son entourage ne l'aurait vu s'essayer à ces lancers
    Cela ajoute simplement une invraisemblance de plus à une liste pourtant déjà longue. Tout cela dans le seul but d' essayer de coller à tout prix une explication "connue", fût-elle totalement improbable, à un phénomène inexplicable.

    Conclusion : l'hypothèse "frisbee" est historiquement invraisemblable en 1952 et en France.

    Les lanceurs de ball-trap

    Afin de "crédibiliser" son hypothèse, un sceptique a même suggéré que l'objet de type frisbee avait été lancé au moyen d'une machine de type "Ball-trap". Dans son esprit, cela permettait d'assurer une plus grande vitesse et une plus grande stabilité dans la trajectoire, et expliquer ainsi sa parfaite horizontalité.
    Aussi absurde que cette hypothèse puisse être il m'amuse d'en dire deux mots quand même. Ne serait-ce que pour illustrer jusqu'à quels extrèmes des sceptiques donneurs de leçons d'objectivité et de rigueur, sont prêts à aller.

    Les machines de ball-trap lancent des plateaux d'argile de 11 cm de diamètre et d'environ 100 g. Imaginez les modifications à apporter sur un tel lanceur pour lui faire éjecter des plateaux de 1m de diamètre !
    Les machines de ball-trap éjectent ces plateaux selon un certain angle, depuis le sol. Pour obtenir une trajectoire horizontale de l'objet il aurait fallu, non seulement modifier cet angle de départ sur la machine, mais également la hisser à plusieurs dizaines de mètres de haut (puisque l'objet, à supposer qu'il se trouve au plus près à 60 mètres de l'appareil photo, se trouve également par voie de conséquence, à près de 40 mètres de hauteur).
    Les machines de ball-trap étaient rares et très coûteuses en 1952. Il est peu probable qu'un simple particulier ait pu s'offrir un tel luxe, surtout pour un simple canular.
    Il est encore plus improbable que M. Frégnale ait pu s'acheter un objet aussi insolite sans déclencher la curiosité du voisnage, lui qui n'était pas tireur. Sans compter qu'il lui aurait fallu un ou deux complices pour manipuler et hisser cette machine en hauteur, ainsi que du matériel encombrant ... fort peu discret tout ça.

    Considérations psychologiques à propos du "canular"

    Les "faiblesses humaines"

    Bien évidemment, l'une des premières réactions des "sceptiques" (qu'il revendiquent ce terme ou bien qu'ils s'en défendent) face à un tel cas troublant, est de mettre en cause la personnalité du témoin présumé, et de chercher a posteriori les ressorts psychologiques qui pourraient justifier le montage d'un canular aussi sophistiqué.
    A titre d'illustration, voici un extrait d'un mail que l'une de mes relations, par ailleurs scientifique, m'a adressé après que je l'ai sollicité sur ce dossier :
    "Manifestement d'une intelligence au dessus de la moyenne, nourrie par des dons d'observation et une inventivité remarquables, il n'a pas eu la carrière ni le statut social auxquels il pouvait légitimement aspirer. Toutes les conditions me semblent réunies pour imaginer un formidable canular à base de photos, à l'image de celui du monstre du Loch Ness, qu'il avait certainement la capacité de réaliser parfaitement, à une époque où il ne se passait pas de semaine sans que la presse fasse état d'un nouveau témoignage (j'avais 8 ans et ce souvenir m'a marqué). Sa motivation ? comme souvent en pareil cas, le sentiment de supériorité que l'on tire de la mystification de personnes éminentes, du public ou de notables, renforçant sa conviction d'être injustement méconnu par la société. Sil est vrai que les quatre photos sont sur une même bande de négatif, et encadrées par des prises de vue anodines, rien ne dit que ce soit son premier essai, ni que les photos aient été prises dans un court intervalle de temps, dans l'hypothèse d'un canular."
    C'est justement pour contourner le caractère totalement subjectif de tels jugements, que je concentre la majeure partie de mes efforts sur des éléments factuels et objectifs (voir plus haut). En effet, même si nous tombions tous d'accord un jour pour admettre qu'André Frégnale avait effectivement le profil psychologique favorable pour imaginer et réaliser un tel canular (ce dont je ne suis toujours pas convaincu), cela ne prouverait nullement qu'il l'ai réellement fait, ni même qu'il ait eut simplement l'intention de le faire.
    Autrement dit, en prenant une analogie judiciaire, ce n'est pas parce que M. Frégnale avait le "mobile", qu'il avait aussi la "possibilité matérielle" de le faire, ni a fortiori qu'il l'a réellement fait.
    Or il me semble justement avoir avancé de nombreux arguments, faits et raisonnements factuels dans ce chapitre ainsi que dans le chapitre II, qui démontrent l'impossibilité matérielle de réaliser ce trucage. Avant d'avancer donc une explication attentant à la probité et à la sincérite d'une personne, il me parait indispensable au préalable de prouver que je me suis trompé dans mes démonstrations.

    Sur le fond maintenant, l'hypothèse d'un canular me parait au contraire invraisemblable. Les renseignements que j'ai pu recueillir sur André Frégnale ne dépeignent nullement un homme aigri de ne pas être reconnu par l'élite "à sa juste valeur". Compte tenu de l'époque, et bien que n'ayant pas de diplôme supérieur, il avait un statut social respectable, et avait même enseigné dans un lycée. De plus, son coté "original" et libertaire faisait qu'il ne se serait de toutes façons pas plu dans un travail de bureau ou de labo routinier. Il était trop heureux de sa liberté, de pouvoir profiter de la nature à sa guise, sans comptes à rendre à personne. Je pense donc qu'il "n'aspirait" pas du tout à la carrière classique d'un ingénieur ou d'un chercheur.
    Par ailleurs cette motivation supposée (mystifier les élites) implique par construction que son auteur la dévoile un jour ou l'autre : ce sera son jour de gloire, sa revanche. Or là rien ! Vingt ans après les faits, alors que ce cas était retombé depuis bien longtemps dans l'oubli, André Frégnale correspondait encore avec une petite association ufologique Belge (la désormais célèbre SOBEPS), en essayant de comprendre "ce que c'était". André Frégnale n'a jamais révélé (au moins publiquement) ce prétendu canular.
    Or il ne risquait aucune opprobre publique de la part de ses voisins ou relations en dévoilant sa supercherie sur le tard, puisqu'il avait déménagé avec sa soeur, dès les années soixante, dans le sud de la France, loin de son Auvergne natale.
    Par ailleurs Frégnale était un solitaire, cela au moins est certain. Or le montage d'un tel canular aurait nécessité au moins un complice. Quelqu'un de dévoué, en qui il puisse avoir une totale confiance, et qui garderait le secret ensuite jusqu'à la tombe. Connaissant désormais un peu mieux les Frégnale et leur mode de vie, ceci parait impossible.
    Et puis, quitte à truquer, pourquoi déclarer avoir vu une soucoupe qui se "traine" lamentablement à 170 km/h, moins vite qu'un avion de l'époque, et en ligne droite ? Pourquoi ne pas avoir décrit un brusque virage à 90° et une accélération foudroyante qui aurait fait disparaitre la soucoupe de sa vue instantanément. Bref, pourquoi avoir insisté sur un comportement aussi peu étrange, alors que l'irruption des soucoupes depuis 1947 avait justement surpris les témoins, et fait la une des journaix, à cause de leurs performances en vol "impossibles" ?

    Enfin, l'honnêteté et l'intégrité de Pierre Guérin lui même, qu'aucun sceptique à ce jour n'a quand même osé mettre explicitement en doute, sont encore renforcées lorsqu'on sait qu'il a, sur un cas similaire, conclu après analyse au trucage d'une photo d'un ovni soit-disant pris en Corse en 1971, et qu'il a réussi à faire avouer l'auteur de ce canular.

    Arguments de mauvaise foi

    Certains sceptiques ont même été jusqu'à dire que le dossier Chauvet était creux, voire douteux, car "tous les témoins sont morts, et le négatif original a disparu".
    J'avoue que là j'ai du mal à me contenir. Oui, l'être humain n'est pas immortel, et 51 ans après les faits, il est normal que les principaux acteurs soient décédés.

    Mais les témoins et les négatifs ont été à la disposition de la Science, des autorités, des ufologues, et des sceptiques pendant au moins 30 ans !

    => Pourquoi seul Pierre Guérin a-t-il eu le courage de briser le tabou de l'establishment scientifique en étudiant ce cas ?
    => Pourquoi, malgré un article dans Sciences et Avenir N°307 en septembre 1972, où Guérin donnait déjà l'essentiel de son analyse des clichés, personne parmi la communauté scientifique ou intellectuelle ne s'est rué sur ce cas, presque trop beau pour être vrai ?

    De plus, concernant le négatif, cette remarque perfide relève d'un certain révisionnisme de mauvais goût. En effet, le négatif original a bel et bien été analysé, scientifiquement et au micrsocope, par un expert : Pierre Guérin lui même. Il me parait donc indigne de remettre en cause ainsi de manière insidieuse la probité de cet homme, en insinuant qu'il aurait pu mal interpréter les résultats, ou en omettre certains.

    L'anomalie du nuage

    Plusieurs sceptiques perspicaces ont remarqué que le nuage bas, visible sur la photo N°3, n'était plus du tout visible sur la photo N°4, ce qui paraît effectivement étrange (à première vue, on s'attendrait à en voir au moins un bout). De là à imaginer que les photos ont été prises à bien plus que 8 secondes d'intervalle ... bref, ce pourrait être un petit indice de plus en faveur du canular.
    Voyons donc de quoi il retourne exactement.
    Tout d'abord les 4 photos sont compatibles avec les conditions météorologiques du 18/07/1952. Les archives de la Météorologie Nationale auxquelles j'ai eu accès indiquent en effet pour ce jour là :
    "Ciel clair, nébulosité = 2/10°", ce qui correspond bien à la description du témoin et aux photos : ciel uniformément bleu, avec quelques nuages bas à l'horizon (strato-cumulus, visible en photo N°4).

    Sur les photos 3 et 4 l'appareil est tenu verticalement, la largeur de l'image est donc de 24 mm. Connaissant la focale on en déduit immédiatement le champ angulaire balayé par ces photos : un peu moins de 30°.
    Calculons maintenant le déplacement angulaire entre les photos 3 et 4. Il se trouve que sur ces deux photos, l'objet est presque centré, et se trouve environ à 62% de largeur du cadre (ce qui est logique, André Frégnale étant un photographe quasi-pro, il a réussi à garder l'objectif pointé sur l'objet).
    Donc, on peut estimer avec une très bonne approximation, que le déplacement angulaire de l'objectif, est quasiment le même que celui de l'objet. Or celui-ci se déduit très facilement des résultats de l'analyse de Pierre guérin (Cf. chapitre III) :
      Db = b4 - b3
      Db = 61,5° - 38° = 23,5°

    Il y a donc un écart d'un peu plus de 6° (6,4 plus précisément). On devrait donc voir l'extrémité gauche du nuage de la photo N°3, sur près d'un quart de la photo N°4, en bas et à droite.

    Lire au chapitre VI, l'analyse détaillée des mêmes photos par Laurent Guérin, fils de Pierre Guérin. En reprenant tous les calculs de zéro, et en tenant compte des marges d'erreur inévitables, il montre qu'il est possible de faire varier les ai et bi pour que, sans déroger au modèle mathématique de trajectoire déduit du témoignage de Frégnale, ils conduisent à une variation d'azimut suffisante pour que le nuage de la photo 3 n'apparaisse plus sur la photo 4.

    La méprise avec un ballon publicitaire

    A la lecture des coupures de presse que j'ai retrouvé auprès des archives de La Montagne de 1952 (voir chapitre IV), un lecteur attentif a noté l'épisode du ballon publicitaire échappé de la caravane du Tour de France le 18 juillet 1952 à l'arrivée à Vichy. Il a alors défendu avec opiniatreté l'idée que l'objet du lac Chauvet était ce ballon.

    Cette hypothèse n'est pas plausible du tout.
    Tout d'abord l'objet photographié n'a absolument pas l'aspect d'un ballon, a fortiori publicitaire. Ce dernier a vocation à être vu du plus grand nombre, et à rendre instantanément reconnaissable la marque dont il fait la promotion. Pour ce faire ils sont généralement très colorés et couverts d'inscriptions géantes et de logos. Or l'objet est d'une couleur uniforme (grisâtre d'après le témoin), et sans inscription.
    D'autre part la trajectoire qu'aurait du suivre ce ballon parti de Vichy est totalement impossible. En effet les vents soufflaient Nord-Ouest/Sud-Est ce jour là (attesté par la météorologie nationale) à 60 km/h. Le ballon a donc du filer vers l'Est, vers St Etienne probablement.
    Mon contradicteur a alors imaginé que, ayant rencontré les contreforts du massif central, le ballon les avait contourné par l'ouest, toujours en montant, pour être ensuite pris par les vents d'Ouest qui soufflaient près du lac Chauvet, et passer ainsi au-dessus d'André Frégnale (voir tracé brun sur cette carte.
    Mais cela aussi est improbable. Il y a en effet un chemin bien plus naturel et plus facile pour un ballon partant de Vichy : celui de la vallée de l'Allier, puis de la Dore. Ce chemin reste à une altitude basse, et orientée Sud/Sud-Est.

    Devant ces contre-arguments, mon contradicteur a généralisé son explication à "n'importe quel genre de ballon", par exemple un ballon de photographie aérienne de chantier, de provenance inconnue, et porté par le vent sur le lac Chauvet.

    Et puis il s'est finalement rallié à mon opinion : seul un hasard extraordinaire (que j'ai calculé au chapitre II) aurait pu faire que la tâche sombre sous l'objet soit orientée chaque fois dans le sens de la trajectoire. Avec un objet porté par le vent (tel un ballon), cette tâche devrait logiquement avoir une position quelconque.

    La méprise avec un objet de plage emporté par le vent

    Sur la liste de discussion francom.ovni, l'ufologue sceptique Dominique Caudron a soutenu l'idée que l'objet du lac Chauvet était "évidemment" un objet de plage emporté par le vent, de type : parasol, matelas pneumatique, bateau gonflable, ballon de plage.
    Cette thèse ne tient pas debout pour plusieurs raisons :
    • Il n'y avait aucune activité nautique ou de loisir aquatique au lac Chauvet.
      Ni en 1952, ni aujourd'hui. Comme le lac Pavin, son voisin, Chauvet est un lac de cratère où ne se pratique aucune activité de loisir de type baignade, planche à voile, et autres "jeux de plage". Le seul loisir possible, outre la promenade autour du lac, est le canotage et la pêche ... sauf justement au lac Chauvet, qui est une propriété privée. Pas de chance pour les sceptiques : de tous les lacs du Puy-de-Dôme, le lac Chauvet est justement le moins "touristique" ...
      Un simple appel à l'office de tourisme du Mont-Dore suffisait à vérifier cela. Sans compter que, en 1952, les loisirs n'étaient pas du tout les mêmes qu'en 2004. Il est illusoire d'imaginer des lacs de montagne avec des plages bondées d'estivants, batifolant au milieu de parasols et de bateaux pneumatiques. On sortait encore de l'occupation, les Français étaient pauvres (le fameux "hiver 54" était encore à venir), il n'y avait encore que deux semaines de congés payés, et aucune structure d'accueil pas chère (le 1er VVF date de 1958).
    • L'objet photographié ne ressemble pas du tout à un objet de plage

    • C'est d'une évidence effrayante mais il faut oser le rappeler. Ni par la forme, ni par la couleur (les objets de plage sont généralement de couleur vive). Il faut une indéniable mauvaise foi pour trouver une quelconque ressemblance entre l'objet photographié et un objet de loisir nautique ou balnéaire.
      bateau gonflable de plagematelas pneumatiqueparasol
    • Un objet de plage n'aurait jamais pu être emporté à une telle hauteur

    • Un vent de 60 km/h peut secouer de grosses branches, et donc faire tourbillonner et rouler sur la plage un matelas ou un bateau gonflable léger. Mais il ne peut en aucun cas le soulever à plusieurs dizaines de mètres de haut et l'y maintenir plusieurs minues.
      J'ai posé la question à un parapentiste chevronné, connaisseur expérimenté en aérologie pratique qui me l'a confirmé. Seule une ascendence thermique puissante aurait pu faire cela.
    • Un objet de plage emporté par le vent n'aurait jamais eu la trajectoire rapportée

    • Etant plus lourd que l'air il aurait inévitablement adopté une trajectoire descendante en retombant. Sans moteur en effet, il ne peut pas se sustenter, sauf s'il avait un profil d'aile (avec extrados/intrados), ce qui est assez rare pour un objet de plage ! Mais alors dans ce cas, il ne se sustenterait que grâce au vent relatif, c'est à dire que sa vitesse réelle serait nettement inférieure aux 60 km/h du vent réel, voire nulle (Cf. les mouettes qui font du sur-place par grand vent). Ceci m'a également par un aviateur confirmé.

    Sources / Références

    Optique et Photographie
    Merci à Laurent Guérin pour son expérience irremplaçable du cas Chauvet.
    Merci à Yves Colombe pour son aide précieuse lors de mes débuts dans la découverte de la "profondeur de champ" et du "cercle de confusion"
    Merci à Joël E. pour ses critiques constructives et ses liens sur les photo-trucages.

    http://members.lycos.fr/photo87/expdf.html
    http://romain.bel.free.fr/agregation/Lecons/LP46.pdf
    http://www.ifrance.com/philippecoubris/optique/photographie2.htm
    http://astrobreuillet.free.fr/download/Gazette14.pdf

    http://www.nikonlinks.com/unklbil/dof.htm
    http://www.cs.mtu.edu/~shene/DigiCam/User-Guide/950/depth-of-field.html
    http://www.betterphoto.com/forms/qnaDetail.asp?threadID=7062&catID=203
    http://www.largeformatphotography.info/lfforum/topic/497015.html

    Trucages photos / Photomontages :
    http://www.rtfm.be/king/photomontage/index.html
    http://home.fuse.net/arcsite/photoan2.htm
    http://www.csicop.org/si/2003-09/faking-ufo-photos.html
    http://www.garfnet.org.uk/new_mill/bbmedia/issue001/ufo_fake.htm
    http://www.collagetown.com/ => collages photo artistiques
    http://bruno.cicv.fr/etudes/semio.html
    http://www.ac-reunion.fr/pedagogie/lybouvep/TPE/PremiereS/elev/trucages/comment.html
    Sur le frisbee
    http://www.chez.com/chamminou/c13fen05a.htm
    http://inventors.about.com/library/weekly/aa980218.htm
    http://inventors.about.com/gi/dynamic/offsite.htm?site=http://www.sas.it.mtu.edu/%7Edkwalika/frisbee/prohistory.html
    http://www.enc.org/features/calendar/unit/0,1819,153,00.shtm
    http://www.disc-wing.com/AIAA-2002-3150.pdf
    http://www.disc-wing.com/CEAS_AARC_2002.pdf
    Divers
    Ball-trap : http://www.laporte-shooting.com
    Le faux OVNI Corse dénoncé par Pierre Guérin : http://www.ifrance.com/lesrepasufologiquesparisiens/L'histoire%20des%20soucoupes%20volantes%20en%20photos.htm

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=360623
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum