L'aprés Roswell Colonel Philip Corso (suite 5)
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 975783 visiteurs aujourd'hui
  • 1868066 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    L'aprés Roswell Colonel Philip Corso (suite 5)

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 19/10/2008 à 15:24

    « Comme le Congrès l’a noté, » continua le Général Trudeau, « nous sommes pris dans une tempête dans laquelle nous n’avons pas d’autre choix que de continuer. »

     

    Cependant, alors qu’ils s’efforçaient de trouver le financement et le développement du projet Horizon, ils furent stoppés. Le programme spatial National était devenu la propriété de l’agence spatiale civile et la NASA avait son propre ordre du jour et son propre plan pour l’exploration spatiale. L’Armée avait réussi dans des projets discrets comme Corona, mais cela n’était pas suffisant pour lui fournir le contrôle nécessaire pour établir une base lunaire sous les conditions du projet Horizon.

     

    Corso devint le porte-parole du Général Trudeau pour le projet à la Maison Blanche. Il était capable de faire pression pour cela et Horizon devint finalement une couverture effective pour tout le développement technologique qu’il avait mis en chantier avec le dossier Roswell. Personne ne savait combien de technologie de Roswell serait insérée dans le développement.

     

    Après sa première année au bureau, le Président Kennedy avait aussi vu la valeur du projet Horizon même s’il n’était pas en position de démanteler la NASA et d’ordonner à la NASA de céder le contrôle à l’Armée pour le développement d’une base sur la lune. Peu de temps après que Corso ait témoigné devant le Sénat dans une séance top-secrète sur la façon dont le KGB avait infiltré la CIA et dictait certaines estimations des renseignements depuis la Guerre de Corée, le Procureur Général Robert Kennedy, qui avait lu ce témoignage secret, invita Corso à venir au Département de la Justice pour une visite.

     

    Ils allèrent à une réunion ce jour là. Corso savait qu’il l’avait convaincu que les renseignements officiels que recevait le Président, à travers ses Agences, n’étaient pas seulement faux, mais qu’ils étaient délibérément défectueux. Robert Kennedy commença à voir que les Militaires au Pentagone n’étaient pas seulement un groupe de vieux soldats en attente d’une guerre. Il comprit qu’ils concevaient réellement une menace et que les USA étaient vraiment compromis par la pénétration Soviétique de la plupart de ses agences secrètes.

    Ils ne parlèrent pas d’Extraterrestres ou de Roswell. Corso ne lui parla jamais des Extraterrestres, mais il fut capable de le convaincre que si les Soviétiques allaient sur la Lune avant eux, la victoire de la Guerre Froide leur appartiendrait à la fin de cette décennie.

     

    Bobby Kennedy suspectait le fait qu’il y ait un autre ordre du jour dans le désir de l’Armée de déployer un avant-poste lunaire pour l’Armée, la science et les intentions commerciales, et sans jamais connaître cet ordre du jour inconnu, il promit qu’il en parlerait au Président.

     

    Corso put seulement nous dire que pour lui ce fut un signe d’aboutissement quand le Président John Kennedy annonça à la Nation, peu de temps après la rencontre de Corso avec Bobby, qu’un de ses buts était que les USA envoient une expédition lunaire habitée avant la fin des années 60.

     

    Il l’a fait !

     

    Peut-être ne pouvait-il pas laisser à l’Armée un autre projet Manhattan. C’était une autre époque et une autre guerre. Mais John Kennedy avait compris, pense Corso, les vraies conséquences de la Guerre Froide et ce qui se passerait si les Russes avaient envoyé un vol habité sur la Lune avant eux.

     

    La marche de l’histoire changea. C’était leurs expéditions lunaires, les unes après les autres, pendant toutes les années 60, qui non seulement attirèrent l’attention du monde sur Eux mais montrèrent à tous leurs ennemis que les USA étaient déterminés à la surveillance de ses territoires et à défendre la Lune. Personne ne considérait une guerre, plus spécialement les EBEs qui essayaient de les effrayer pour les éloigner de la Lune et de leurs propres bases.

     

    Ils bourdonnaient autour des vaisseaux Américains, interféraient avec leurs communications et cherchaient à les intimider avec leur présence. Mais les Américains continuèrent et persévérèrent. Finalement, ils atteignirent la Lune et envoyèrent assez d’expéditions habitées pour explorer la surface lunaire et effectivement défier les EBEs pour le contrôle du ciel Terrien et de l’Espace.

     

    Et bien que la proposition Horizon prévoyait un atterrissage lunaire en 1967, il présupposait que l’Armée voulait commencer à créer la bureaucratie nécessaire pour gérer l’effort et la construction du matériel nécessaire dès 1959.

     

    Parce que la NASA gérait l’exploration spatiale, les USA mirent plus de temps pour atteindre la Lune que les Militaires ne l’avaient prévu au début, et bien sûr, ne construisirent jamais la base permanente prévue dans le projet Horizon.

     

    Corso savait, bien qu’il soit sorti de l’Armée depuis 1969 que leurs succès pour l’exploration lunaire avaient démontré qu’ils en exerçaient le contrôle et que les EBEs n’auraient plus les rênes des cieux.

    Ils démontraient aussi que si une transaction devait être faite, pour une relation de proximité à établir, les Soviétiques n’étaient pas ceux à qui parler.

     

    Mais pour Corso, de retour en 1961, en considérant le gigantesque projet Horizon rapporté sur son bureau et en réalisant que l’Establishment Scientifique Civil s’était mobilisé contre cette tentative, Corso savait que des petites victoires pourraient suffire jusqu’à ce que la grande puisse être gagnée. Corso prit la plaquette avec les circuits imprimés récupérée de l’épave de Roswell et se dit que cela pourrait contenir le prochain projet.

    Il savait à peine ce que c’était, mais si les scientifiques de White Sands avaient raison, c’était une victoire qu’ils savoureraient bien après les batailles politiques après la fin du projet Horizon.


    13 - La puce à circuit intégré


    Avec le projet de vision nocturne en route à Fort Belvoir et l’équipe du projet Horizon essayant de nager en amont du courant de la gestion civile pour le programme spatial, Corso tourna son attention sur le fragment suivant du crash de Roswell qui semblait particulièrement intriguant : la plaque de semi-conducteurs carbonisée qui s’était cassée en plusieurs morceaux. Corso n’en avait pas fait sa priorité, ne sachant pas réellement ce que c’était, jusqu’à ce que le Général Trudeau lui demande d’y jeter un oeil plus attentif.

     

    « Parlez en à quelques-uns des Scientifiques des fusées à Alamogordo » dit-il, « Je pense qu’ils sauront ce que nous pourrons en faire »

     

    Corso savait que dans les jours suivant le crash, le Général Twining avait rencontré le groupe d’Alamogordo et leur avait décrit quelques-uns des débris. Mais Corso ne savait pas jusqu’où il avait poussé ses descriptions et si les Scientifiques savaient quelque chose au sujet des plaquettes en leur possession.

     

    « Je veux parler aussi à quelques Scientifiques, là-bas » dit Corso, « et plus spécialement je veux voir quelques ingénieurs des fournisseurs de la Défense. Peut-être pourront ils en estimer le processus de fonctionnement ».

    « Allez à Bell Labs, Phil » suggéra le Général Trudeau « le transistor est sorti de leur atelier et ces choses ressemblent beaucoup à des circuits transistorisés. »

     

    Corso avait entendu dire que le Général Trudeau avait travaillé de très près avec Bell Labs et Motorola sur la recherche en communication pendant la guerre, ensuite sur le site de test de lancements de missiles V2 à Alamogordo après le crash de Roswell. Est-ce qu’il leur avait donné du matériel du crash ou leur avait il montré la minuscule puce de silicone ?c’était pure spéculation. Tout ce que Corso savait, c’est que les travaux sur la miniaturisation des circuits firent un bond de géant en 1947 avec l’invention du transistor.

     

    À la fin des années 50, les transistors avaient remplacé les tubes à vides dans les radios et avaient changé la boîte en bois de la taille d’un mur des années 40, en radio portable en plastique que vous pouviez écouter sur la plage pendant un chaud dimanche de Juillet. L’industrie de l’électronique avait fait un bond technologique majeur en moins de 10 ans et Corso s’était demandé, en privé, si du matériel de Roswell n’était pas sorti avant son arrivée aux RD en 1961.

     

    Corso ne comprit pas immédiatement tout ça quand il montra ses plaques de silicones au Général Trudeau, mais il en devint rapidement et intimement convaincu de par le bourgeonnement de l’industrie informatique et par un très petit et invisible pignon d’un processus d’assemblage qui donnerait 50 ans plus tard les premiers systèmes de micro-ordinateurs et la révolution de l’ordinateur personnel.

     

    Suite aux années qui avaient vu Corso rejoindre l’Armée en 1942, sa carrière l’avait conduit à travers les étapes d’un système basé sur les tubes à vide, comme les radios et les radars de la Deuxième Guerre Mondiale, au châssis de composants. C’étaient à l’origine de grosses unités de circuits qui, si elles réduisaient en taille, pourraient être changées en élément, voir très petits éléments, finalement en minuscules transistors et enfin en composants électroniques transistorisés. Les premiers ordinateurs militaires que vit Corso étaient de la taille d’une demi-salle, des monstres de tubes à vide cliquetants qui, aux standards d’aujourd’hui, prenaient une éternité pour calculer la plus simple réponse. Mais ils émerveillaient ceux qui n’avaient jamais vu d’ordinateur travailler auparavant.

     

    À Red Canyon et en Allemagne, les radars de poursuite qu’ils utilisaient étaient contrôlés par de nouveaux ordinateurs à châssis transistorisés qui étaient assez petits pour être transportés en camion et suivre le bataillon. Quand Corso vit la plaque grise avec un quadrillage gravé dessus, il put faire une estimation juste sur sa fonction même s’il n’en n’avait jamais vu auparavant. Il savait, cependant, que les Spécialistes des fusées et les chercheurs Universitaires qui travaillaient avec les laboratoires de développements à Bell, Motorola et IBM feraient plus que comprendre la fonction primaire de ces puces et estimeraient ce dont ils auraient besoin pour le reproduire et se l’approprier.

     

    Mais d’abord Corso appela le professeur Hermann Oberth pour savoir si un développement parallèle avait eu lieu après le crash de Roswell. Le Dr Oberth connaissait les Scientifiques d’Alamogordo et avait probablement reçu, en sous main, le contenu de la conversation qu’avait eu le Général Twining avec son groupe de travail dans les heures qui avaient suivi la récupération de l’appareil. Et si le Général Twining avait décrit certains débris, avait-il décrit ces petites puces de silicone ? et s’il l’avait fait, en ces mois ou l’ENIAC - le premier ordinateur - faisait ses premiers tours de manivelles à l’ « Aberdeen Ordonance Testing Ground », Maryland, qu’est-ce que ces Scientifiques avaient fait de ces puces ?

     

    « Ils ont vu ceci à ‘Walker field hangar’ » dit le Dr Oberth à Corso, « tous ceux d’Alamogordo se rendirent à Roswell avec le Général Twining pour surveiller le chargement à Wright Field »

     

    Oberth décrivit ce qui s’était passé le jour du crash quand une équipe de Scientifiques de l’AMC étudia soigneusement les morceaux et les débris du site. Quelques-uns de ces débris furent emballés pour être emmenés en B29. L’autre matériel, plus spécialement les caisses en partance pour Fort Riley, fut chargé dans un camion par la route.

     

    Le Dr Oberth dit que des années plus tard, von Braun lui avait décrit comment les Scientifiques se tenaient en rang avec leurs équations prêtes afin de pouvoir les traiter sur l’ordinateur expérimental d’Aberdeen Maryland.

    Von Braun avait demandé au Général Twining si quelqu’un à Bell Labs avait été contacté à propos de cette découverte. Twining avait semblé surpris au début, mais quand von Braun lui avait parlé des expériences sur les circuits intégrés, matériel dans lequel les électrons n’avaient pas besoin d’être excités par la chaleur pour conduire le courant, Twining avait été intrigué.

     

    Et si ces puces étaient des composants d’un circuit très avancé ?lui demanda von Braun. Et si une des raisons pour laquelle l’Armée ne trouvait pas d’installation électronique dans le vaisseau était que des couches de ces plaques courraient dans tout le vaisseau ? Ces puces pouvaient être le système nerveux du vaisseau, transportant les signaux et transmettant les commandes exactement comme le système nerveux dans un corps humain.

     

    La seule expérience du Général Twining était constituée du lourd système isolé de tubes à vide de la Deuxième Guerre Mondiale, où les fils multiples étaient protégés par des nappes. Il n’avait jamais vu, auparavant, de circuits imprimés métalliques comme ceux-ci. Comment fonctionnaient-ils ? demanda t’il à von Braun.

    Le Scientifique Allemand n’en n’était pas très sûr, bien qu’il estimait qu’il s’agissait du même principe que les transistors que les laboratoires essayaient de développer jusqu’à ce qu’ils puissent être commercialisables. Cela transformerait complètement l’industrie de l’électronique, expliqua von Braun au Général Twining. Les Allemands avaient essayé, désespérément, de développer un circuit de cette sorte pendant la guerre, mais Hitler, qui pensait que la guerre serait finie en 1941, avait dit aux Chercheurs en informatique Allemands que la Wehrmacht n’avait pas besoin d’ordinateurs qui auraient un temps de développement supérieur à 1 an. Ils auraient célébré la victoire à Berlin avant la fin de cette année.

     

    Mais la recherche sur les composants de circuits intégrés, que les Allemands avaient faite et le début du travail à Bell Labs n’étaient rien à côté de la merveille que Twining avait montré à von Braun et aux autres Scientifiques au Nouveau Mexique.

     

    Sous une magnifique vitrine, le groupe pensa qu’il ne regardait pas seulement un simple composant de circuit intégré mais tout un ensemble de composants, intégrés les uns aux autres qui devaient contenir ce qui ressemblait à un circuit complet ou un système de circuits.

     

    Ils n’en étaient pas sûrs parce qu’ils n’en n’avaient jamais vu auparavant. Mais ça leur montrait le futur de l’électronique, si un chemin pouvait être trouvé, afin de fabriquer cette sorte de circuit sur Terre.

    Soudain, l’énorme système de guidage nécessaire pour contrôler le vol d’une fusée, en 1947 qui était trop gros pour être compressé à l’intérieur du fuselage de celle-ci, pourrait être miniaturisé de telle façon que cette fusée puisse avoir son propre système de guidage.

     

    S’ils pouvaient copier ce qu’avaient les EBEs, ils auraient, eux aussi, la possibilité d’explorer l’Espace. Résultat, la production des composants de circuits intégrés, commença dans les semaines et les mois après le crash de Roswell, même si William Shockley à Bell Labs, travaillait déjà sur une version de son transistor dès 1946.

    En été 1947, les Scientifiques à Alamogordo avaient conscience de la recherche en cours sur les composants de circuits intégrés à Bell Labs et à Motorola. Donc ils s’adressèrent à Nathan Twining afin de rechercher des Scientifiques, au sein des entreprises, susceptibles de l’aider à organiser une réunion pour définir la nature de la découverte de Roswell. L’Armée, très secrètement, avait envoyé quelques composants aux Ingénieurs, pour études et début 1950, le transistor fut inventé et maintenant les circuits transistorisés sont devenus un bien de consommation courant comme dans les systèmes électroniques militaires. L’ère des tubes à vide, vieille de 80 ans avec laquelle une génération entière de communication, tels que télévisions et ordinateurs, a été bâtie, était maintenant proche de la fin avec la découverte dans le désert d’une technologie entièrement nouvelle.

    Le poste à tubes était un legs des expériences du 19éme siècle. Comme beaucoup de découvertes scientifiques historiques, la théorie derrière les tubes à vide a été découverte par chance, personne ne sut réellement ce que c’était, ni qu’en faire, seulement bien des années plus tard. Les tubes à vide trouvèrent leur plus grande utilité des années 1930 à 1950, jusqu’à ce qu’ils deviennent obsolètes, grâce à la technologie découverte à Roswell..

     

    Bien qu’IBM et Bell Labs aient investi des sommes énormes pour mettre au point un ordinateur qui ait un rendement opérationnel faible, il semblait, étant donné la technologie informatique digitale aux alentours de 1947, qu’il n’y avait pas d’applications où l’employer. Il était simplement trop cher à construire, trop cher à démarrer, un éléphant très encombrant en fin de compte. Alors un vaisseau extraterrestre tomba des cieux au-dessus de Roswell, s’éparpillant sur le sol désertique et en un après-midi, tout changea.

     

    En 1948, le premier transistor de dérivation - un microscopique sandwich de silicone - fut inventé par le physicien William Sockley. L’invention fut créditée à Bell Labs et comme par magie, le développement des ordinateurs dinosaures, comme l’ENIAC, fut stoppé et une génération entièrement nouvelle de circuits miniaturisés commença.

     

    Où le tube à vide nécessitait une énorme quantité d’énergie pour chauffer, le transistor nécessitait une très faible quantité d’énergie. Comme il ne nécessitait qu’une très petite quantité d’énergie, il pouvait être alimenté par batteries. Parce qu’il ne dépendait pas d’une source de chaleur pour fournir du courant et qu’il était si petit, beaucoup de transistors pourraient être alignés dans un espace très réduit, permettant la miniaturisation des circuits.

     

    Finalement, comme il ne brûlait pas comme les tubes, il était plus fiable. Ainsi, dans les mois suivants le crash de Roswell et le premier échantillon de la technologie des plaquettes de silicone montré aux entreprises déjà impliquées dans le développement des ordinateurs, la limitation de taille et d’énergie des nouveaux ordinateurs se réduisit soudainement et la nouvelle génération d’ordinateurs entra en développement.

     

    Cela fournit aux RD et plus spécialement pendant la présence de Corso, l’opportunité d’en encourager le développement auprès des fournisseurs de la Défense appelés pour la mise en oeuvre des appareils à circuits intégrés dans les générations précédentes de systèmes d’armements.

     

    Plus d’un historien qui s’intéresse à l’âge des ordinateurs a écrit que personne avant 1947 ne prévoyait l’invention des transistors ou avait même rêvé d’une technologie entièrement nouvelle. Plus grande que l’idée d’une calculatrice ou d’un engin analytique ou de toutes autres combinaisons qui feraient les premiers ordinateurs des années 30 à 40, l’invention du transistor et son évolution naturelle dans les circuits intégrés était derrière ce que tout le monde pourrait appeler un saut quantique de technologie.

     

    Le développement complet des tubes à vide, depuis les expériences d’Edison jusqu’aux mécanismes de l’ordinateur ENIAC, avait prit 50 ans. Le développement des transistors en silicone semblait n’être qu’une question de mois. Et si Corso n’avait pas eu en mains les plaques de silicone provenant du crash de Roswell, s’il n’en n’avait pas parlé avec Hermann Oberth, Wernher von Braun ou Hans Kohler, s’il n’avait pas pris connaissance des rapports des Scientifiques, aujourd’hui disparus, de la première réunion avec Nathan Twining, Vannerar Bush et les Chercheurs à Bell Labs, il aurait pensé que l’invention du transistor était un miracle. Il savait maintenant d’où venait ce miracle.

     

    Comme l’histoire l’a révélé, l’invention des transistors n’a été que le début de la technologie des circuits intégrés développée dans les années 50 et qui continue aujourd’hui.

     

    Le Général Trudeau était inquiet sur la façon de conduire les nouvelles productions électroniques basées sur la miniaturisation des circuits qui allaient créer des nouveaux marchés et qui allaient forcer des industries Américaines à la faillite. Il prédit que ça leur deviendrait meilleur marché de faire fabriquer leur production en Asie, où l’industrie s’était déjà ré outillée, après guerre pour produire des composants transistorisés. Il savait que les nouveaux besoins pour l’exploration spatiale, pour défier les EBEs hostiles, sur leur propre territoire, étaient liés au développement de la technologie du circuit intégré pour ajuster sa taille aux exigences des véhicules à propulsion comme les fusées. La course pour développer des missiles plus intelligents nécessitait aussi le développement de nouveaux types de circuits qui pourraient être rangés dans des espaces de plus en plus petits.

     

    Mais les industries ré outillées Japonaises et Allemandes étaient les seules capables de prendre un avantage immédiat avec ce que le Général Trudeau appelait la « Nouvelle électronique ».

     

    La recherche devait être payée par les Militaires pour que l’industrie militaire puisse entrer sur ce terrain de jeu. C’était quelque chose que le Général Trudeau était disposé à défendre au Pentagone parce qu’il savait que c’était le seul moyen pour qu’ils aient leurs armes.

     

    Seulement quelques uns d’entre eux savaient qu’ils en avaient aussi besoin pour mener une guerre d’escarmouche contre les Extraterrestres. Arthur Trudeau était un Général, sur un terrain de combat, engagé dans une campagne militaire solitaire que même la politique nationale et les lois secrètes lui interdisaient de dévoiler. Et dans le gouffre de temps entre le crash de Roswell et les intérêts de l’expansion économique d’après-guerre, même ceux qui avaient combattu auprès du Général Trudeau étaient, un par un, en train de mourir. L’industrie pouvait faire la guerre pour eux, pensait le Général Trudeau, si le terrain était correctement ensemencé avec les idées et l’argent pour les développer.

     

    En 1961, ils avaient porté leur attention sur le circuit intégré. Les dépenses Gouvernementales pour les armes militaires et la nécessité de l’exploration spatiale avaient déjà fortement renforcé le circuit à composants transistorisés. Les radars et les missiles que commandait Trudeau à Red Canyon, Nouveau Mexique, en 1958, dépendaient de la miniaturisation des composants pour leur fiabilité et leur mobilité. Les nouvelles générations de radars de poursuites sur les planches à dessin en 1960 étaient bien plus sophistiqués et électroniquement plus intelligents que les armes que Corso avait pointé sur les cibles Soviétiques en Allemagne.

     

    Aux USA, les radios Japonaises ou Taiwanaises, qui tenaient dans la main, étaient sur le marché. Les ordinateurs comme l’ENIAC, n’occupaient maintenant pas plus de place que des toilettes. Les mini-ordinateurs, aidés par le financement Gouvernemental des RD, qui seraient bientôt disponibles sur le marché étaient déjà en phase d’étude.

     

    C’était le début d’un nouvel âge électronique, aidé en partie, par le financement Gouvernemental. Mais le vrai prix, le développement de ce qui avait été découvert à Roswell, viendrait quelques années plus tard. Quand il arriva, à nouveau stimulé par les besoins de nouveaux développements d’armes militaires et de voyage spatial, il causa une autre révolution.

     

    L’histoire du circuit intégré et du microprocesseur est aussi l’histoire d’une technologie qui a permis aux Ingénieurs d’intégrer de plus en plus de circuits dans des espaces de plus en plus petits. C’est l’histoire du circuit intégré, qui se développa à travers les années 60, qui se développa ensuite à un haut niveau d’intégration dans les années 70, juste avant l’émergence des vrais ordinateurs individuels et le très haut niveau d’intégration au début des années 80.

     

    Aujourd’hui, les ordinateurs à 200 méga-hertz sont le résultat de la technologie, des circuits intégrés, commencée dans les années 60 et qui continue aujourd’hui.

     

    Le bond entre le circuit intégré basique à transistors et la haute intégration fut possible grâce au développement du microprocesseur en 1972.

     

    Cette année marqua le début de l’industrie des micro-ordinateurs, bien que le premier ordinateur n’apparaisse sur le marché qu’avec le 8080A d’Intel. En 1979, Apple Computer avait commencé à vendre le premier ordinateur qui poussa la révolution du micro-ordinateur à une vitesse supérieure. Et au début des années 80, avec l’introduction du Macintosh d’Apple, pas seulement le lieu de travail mais le monde entier ressembla à un endroit très diffèrent de celui qu’il était au début des années 60.

     

    C’est comme si, de 1947 à 1980, un changement fondamental avait eu lieu dans la capacité de traitement de l’information au niveau du cerveau humain.

     

    Les ordinateurs eux-mêmes étaient devenus une sorte de forme de vie basée sur le silicone.

    Si tout ceci est vrai, n’est il pas indiscutable que les plaques de silicone découvertes à Roswell étaient les vraies maîtresses et les voyageurs de l’Espace ou les Créatures extraterrestres leurs hôtes ou leurs serviteurs ?

    Une fois implanté avec succès sur Terre, notre culture a atteint un point ultime de vivacité d’esprit, à travers le développement des ordinateurs digitaux qui n’est plus le courant normal de développement, en commençant par le développement du transistor qui nous a transporté à un point où nous achevons la symbiose avec le matériel de silicone qui transporte nos données et nous rend capables de devenir plus créatifs et donc victorieux.

     

    Peut-être que le crash de Roswell qui nous a permis de développer la base de la technologie des systèmes d’armes pour protéger notre planète des EBEs, était aussi le mécanisme pour une implantation, réussie, d’une forme de vie non-humaine qui survit d’hôte en hôte comme un virus, un Ebola digital, que les hommes emmèneront un jour sur une autre planète. Á moins que, quelqu’un ne veuille implanter le parfait espion ou mécanisme de sabotage dans une autre Culture ?dès lors l’implantation des microprocesseurs dans notre technologie par les EBEs serait la méthode parfaite.

     

    Peut-être que le crash de Roswell en 1947 était un événement qui attendait d’arriver, comme un fruit empoisonné tombant d’un arbre sur le sol. Le fruit une fois mordu, le poison ferait effet.

     

    « Retenez vos chevaux » disait le Général Trudeau quand Corso spéculait trop. « Souvenez-vous, vous devez vous adresser à un groupe de Scientifiques, des gens chez Bell Labs qui attendent de voir vos rapports quand vous aurez fini d’en parler au groupe d’Alamogordo. »

     

    C’était en 1951 et la miniaturisation des circuits électroniques et des ordinateurs avait déjà commencé, mais les rapports de Corso pour le Général et les rendez-vous qu’il lui avait arrangé à Sperry-Rand, Hughes, et Bell Labs étaient des réunions avec des Scientifiques afin de déterminer comment leurs unités respectives allaient procéder pour l’application des circuits miniaturisés à l’intérieur des études de systèmes d’armements.

    L’inspiration pour les micro-circuits était tombée du ciel, à Roswell, et avait orienté le développement des ordinateurs digitaux dans une direction entièrement nouvelle. C’était maintenant le travail de Corso d’utiliser les processus de développements d’armes et plus précisément développement des systèmes de guidages pour les missiles balistiques, afin d’appliquer les systèmes de micro-circuits dans ces nouvelles générations d’armes.

    Le Général Trudeau et Corso faisaient partie des premiers éclaireurs dans ce qui serait la guerre de l’électronique des années 1980.

     

    « Ne vous inquiétez pas, mon Général, j’ai établi tous mes rendez-vous » dit il à Trudeau. « je pense, toutefois, que les gens à Bell Labs ont déjà vu ces choses là, auparavant ».

     

    Et ils les avaient effectivement vu…en 1947.


    14 - Le laser


    Alors que Corso épluchait sa liste, écrivant des rapports consultatifs et des recommandations pour le Général Trudeau à propos du potentiel de chacun des articles, il perdit toute notion de temps.

     

    Il pouvait suivre, sur la rive opposée du Potomac, les progrès de la vision nocturne : Fort Belvoir, alors que l’été finissait. Il se rendait compte qu’il faisait maintenant, nuit alors qu’il quittait le Pentagone. Et il faisait également noir lorsqu’il rentrait au Pentagone le matin. Il avait pris l’habitude d’utiliser différents itinéraires pour aller au Pentagone au cas où la CIA le suivrait.

     

    Lui et le Général Trudeau étaient enracinés dans une longue journée routinière aux RD. Ils avaient leurs réunions matinales à propos du dossier Roswell - il appelait aussi ça « le tas de vieilleries » parce que c’était plein de morceaux et de débris qui provenaient de plus grands morceaux cassés - mais ils avaient enterré si profondément les projets de développements du matériel de Roswell que même les autres, qui travaillaient avec eux tous les jours, ne savaient rien de ce qui se passait.

     

    Ils avaient classé le travail qu’ils faisaient avec tant de précaution que lorsqu’il fallait discuter de Roswell, ils faisaient en sorte que personne d’autre ne soit dans le bureau, ou s’arrangeait pour continuer à en discuter dans un endroit où ils ne pouvaient être écoutés alors que quel qu’un était entré dans la pièce.

     

    La mission de Corso aux RD était d’alimenter les projets de développements en cours avec des informations et des renseignements venant de sources extérieures, hors des circuits militaires réguliers. S’ils étaient en train de développer des méthodes pour protéger la nourriture et que les Italiens ou les Allemands avaient un procédé qui semblait fonctionner, c’était le travail de Corso de tout apprendre sur celui-ci et de glisser l’information dans le processus de développement.

     

    Même s’il n’y avait pas de développement officiel pour un article précis, si Corso entendait parler de quelque chose qui pouvait être utile à un commandant de l’Armée, même si c’était le Corps Médical, les Transmissions, le groupe Motorisé, l’Ordonnancement ou même la Timonerie, c’était le travail de Corso de trouver un moyen pour faire du goutte-à-goutte de cette information sans faire une ride en surface.

     

    C’était la couverture parfaite pour ce que faisait Corso avec le dossier Roswell.

     

    Le Général Trudeau et lui, avaient des réunions régulières sur les projets en cours aux RD, ceux dont ils avaient hérités du commandement précédent et ceux qu’ils voulaient démarrer.

     

    Les Officiers qui avaient été assignés aux RD avant eux, avaient leurs propres projets en cours de développement, aussi, le Général avait donné à Corso la tâche de trouver ces projets avec les informations et les renseignements nécessaires, peu importe leurs provenances, sans perturber ce que les officiers faisaient et sans interférer avec leurs équipes.

     

    C’était difficile à réaliser parce qu’il devait travailler dans le noir et clandestinement, même auprès de ses propres collègues dont les réputations auraient été détruites si une relation « au matériel de soucoupe volante » venait à s’ébruiter dans le cadre de leurs travaux en cours.

     

    Néanmoins, au même moment, la plupart des Officiers de haut rang au Pentagone et les membres clefs de leurs équipes savaient que la technologie de Roswell flottait à travers la plupart des nouveaux projets en cours de développement. Ils avaient aussi, vaguement, connaissance de ce qui c’était passé à Roswell d’après la dernière version du Groupe de travail d’Hillenkoetter / Bush / Twining, qui avait du personnel oeuvrant au Pentagone.

     

    En plus du travail officiel de Corso qu’il appelait « travail journalier » sur des projets réguliers et de son travail clandestin sur le dossier Roswell, son autre rôle officiel, mais bien souvent informel, était celui de délégué du Général Trudeau. Quand le Général avait besoin d’information pour l’aider à redéfinir ses priorités budgétaires ou d’informations pour l’aider à compiler des budgets supplémentaires de développements, il demandait souvent à Corso de l’aider ou de lui donner son avis.

     

    Corso fonctionnait comme l’officier de renseignement du Général, l’aidant pour ses réunions avec les informations nécessaires, l’aidant même quand il devait rencontrer les comités du Congrès et le défendre, lui et la division, contre les attaques hebdomadaires des Officiers des autres branches militaires ou des Agences de renseignement ou de développements, civiles.

     

    Tout le monde voulait savoir ce que les RD savaient et à quoi étaient consacrées leurs dépenses. De cette façon ils n’avaient pas à se chamailler avec ceux qui voulaient savoir ce que l’argent du peuple Américain permettrait d’élaborer et de lui mettre, par la suite, à disposition, avec toutefois une seule exception : Roswell.

     

    Même les gens des RD pouvaient se sentir frustrés quand le Général Trudeau se tournait vers Corso, en cours de réunions et pouvait dire, « Connaissiez-vous l’information sur la vision nocturne que vous avez envoyé à Fort Belvoir il y a quelque temps ?où avez-vous trouvé ce dossier ? » comme Corso ne pouvait pas rester muet, il disait, « Je ne pense pas avoir eu l’occasion de voir ça auparavant, quelqu’un d’autre devait l’avoir en charge » alors Corso haussait simplement les épaules et disait « Je ne sais pas, mon Général, peut-être que c’était quelque part dans les dossiers. Je vais aller voir. ».

     

    C’était du cinéma et beaucoup d’Officiers, qui les suspectaient d’avoir une planque d’information quelque part, savaient qu’ils cachaient quelque chose. Mais s’ils étaient dans la carrière, c’est qu’ils savaient comment, au Pentagone, se jouait la version du voleur de jambon. Les RD possédaient les infos et les cachaient. Personne ne trouverait quoique ce soit, tant qu’ils ne laisseraient pas faire.

     

    La CIA était si frustrée de n’avoir aucune information d’eux qu’elle commença à observer de plus près les contrôleurs Soviétiques qui étaient dans les parages de Washington et qui travaillaient pour les contrôleurs du KGB dans les Ambassades.

     

    Parce que la CIA savait parfaitement comment les Universités étaient infiltrées, elle pensa qu’elle pourrait avoir des informations, par rebond, en photographiant ce qui se trouvait à l’intérieur des photocopieuses de l’ambassade Russe, à Washington.

     

    Et bien sûr, il y avait la rumeur circulant autour de l’échange de Scientifiques entre l’industrie et le milieu universitaire.

     

    La CIA savait qu’il se passait quelque chose aux RD et c’est pourquoi les RD essayaient de garder le cercle autour d’eux aussi serré que possible. Corso devait donc garder un oeil sur le Général, ne pas le laisser aller à des réunions sans protections, en étant tout le temps sûr que la CIA sache bien qu’elle devrait passer par-dessus Corso pour avoir le Général Trudeau et tout ce qu’il savait.

     

    Et la CIA savait que Corso savait ce qu’elle faisait, sachant qu’un jour il y aurait une confrontation. Corso et le Général Trudeau avaient rapidement établi leurs routines dès 1961 et la façon dont ils effectuaient leur travail semblait bien fonctionner. La vision nocturne était en cours de développement à Fort Belvoir, et les Chercheurs qui travaillaient pour eux avaient fait en sorte que les plaquettes de silicone arrivent dans les mains de ceux qui travaillaient, pour eux, à Bell Labs en leur assurant que ça avait déjà trouvé une voie de développement dans une nouvelle génération de circuit transistorisé.

     

    Les puces de silicone étaient un camouflage de réintroduction pour les gens de Bell Labs parce que les puces avaient été présentées initialement aux Fournisseurs de la Défense suite au crash de Roswell dés 1947, dans les semaines suivant l’envoi du matériel de Wright Field.

     

    Une histoire similaire d’introduction et de réintroduction s’était déjà produite avec la stimulation d’un rayonnement d’énergie. Une arme, pensèrent les premiers Analystes en regardant l’épave du vaisseau de Roswell.

     

    Bien que la technologie du rayon d’énergie dirigé ait été déjà déployée pendant la Deuxième Guerre Mondiale, ce qu’ils en voyaient maintenant était une version très avancée de cette technologie, tellement avancée qu’elle devait venir d’un autre monde.

     

    Ça excitait tellement les Analystes qu’ils voulaient le passer aux Scientifiques aussi vite que possible. Au début des années 50, une version du rayonnement d’énergie stimulée avait trouvé son chemin dans la Communauté scientifique, version à partir de laquelle furent développées de nouvelles productions autour du processus de génération de micro-ondes.

     

    La plupart des Américains vivant en 1950 se rappellent l’introduction du four à micro-ondes qui les aidèrent à « vivre mieux électriquement » dans leurs nouvelles cuisines modernes. Un des dispositifs miraculeux qui surgit sur scène, dans les années 50, fut la promesse de cuire la nourriture en deux fois moins de temps que les fours traditionnels, même si la nourriture était initialement complètement gelée.

     

    La théorie derrière le four à micro-ondes qui commença à apparaître, pour un long et profitable chemin, fut formulée en 1945 avec la première commercialisation d’un four à micro-ondes au Massachusetts en 1947, avant toute dissémination de renseignement ou de matériel provenant du crash du vaisseau de Roswell.

    Mais dans l’épave de ce vaisseau, les Scientifiques des essais de vols à longues portées, à Alamogordo, rapportèrent que les occupants du vaisseau semblaient utiliser des instruments de stimulation d’ondes très avancés, qui d’après leurs analyses, établiraient la base pour la physique de base d’un générateur micro-ondes.

     

    L’équipe de récupération qui avait enlevé l’épave du désert avait aussi trouvé un petit appareil tronqué avec une source lumineuse interne qui lançait un intense rayon de lumière, sur une courte distance et qui pouvait couper le métal.

     

    Ceci, pensaient les ingénieurs de Wright Field, était aussi basé sur une stimulation d’ondes. Les questions étaient : comment les EBEs utilisaient la stimulation d’onde et comment les Américains pourraient-ils l’adapter à une utilisation militaire ou la glisser dans un développement déjà en cours ?

     

    En 1954, alors que Corso était à la Maison blanche, le NSC recevait déjà une théorie, développée par Charles H. Townes, qui décrivait le comportement des atomes d’un gaz qui pouvaient être excités à un très haut niveau d’énergie par l’application d’énergie explosive.

     

    Ce gaz délivrant son excès d’énergie sous forme de micro-ondes et à une fréquence très précise pouvait être contrôlé. En théorie, pensaient-ils, le rayon d’énergie pourrait être un signal de support de transmission de communications, voire même un amplificateur de ce signal. Quand le premier maser fut assemblé aux laboratoires Labs en 1956, il fut utilisé comme chronomètre en raison du calibrage exact de sa fréquence.

    Le maser, toutefois, était seulement le précurseur de la production à venir ; le laser, qui révolutionnerait tous les aspects de la technologie qu’il toucherait. Il pouvait être aussi utilisé comme une arme qui les aiderait à déployer une menace réaliste face aux EBEs qui semblaient vouloir déclencher une guerre nucléaire entre les Super-puissances.

     

    Là où le maser n’était qu’une amplification de micro-ondes, le laser était, lui, une amplification de lumière, et les théories conduisant à son élaboration circulaient dans la petite communauté des développeurs d’armes, bien avant que Bell Labs ne produise le premier maser.

     

    Corso avait vu des descriptions du laser EBE dans les rapports du crash de Roswell, un faisceau de lumière si fin qu’on ne pouvait le voir que lorsqu’il se fixait sur une cible. Quel était l’usage de ce générateur de faisceau ? avait demandé le groupe à Alamogordo. Il ressemblait à un appareil de communication ou de ciblage, semblait avoir une portée limitée et si un bon support de puissance était découvert pour amplifier le faisceau de lumière afin de traverser le métal, il pourrait se transformer en perforateur, poste à souder, ou même en arme dévastatrice.

     

    Alors que Corso était à la Maison Blanche, les trois branches militaires travaillaient déjà avec des Chercheurs universitaires sur le développement d’un laser fonctionnel. Finalement, en 1958, l’année où Corso quitta la Maison Blanche, il y eut une poussée dans l’activité de recherche et plus spécialement à l’Université de Colombia, où, deux ans plus tard, le physicien Théodore Maiman construisit le premier laser opérationnel.

    La première démonstration pratique du laser prit place en 1960 au moment ou Corso rejoignit le Pentagone. Au Pentagone, le Général Trudeau avait mit le laser dans leur liste de développements prioritaires à buts militaires. Comme l’appareil à stimulation d’énergie était au milieu des débris technologiques découverts à Roswell, le développement Américain du laser englobait les conditions spéciales d’urgences de la mission de Corso sur Roswell. Il devait écrire un rapport au Général Trudeau suggérant les possibilités d’utilisations de la technologie laser par les EBEs dans leurs missions sur Terre et comment ils pouvaient développer la même chose sous le couvert d’un développement conventionnel.

     

    En d’autres termes, une fois qu’ils auraient imaginé comment les Extraterrestres l’utilisaient, ça devait devenir leur modèle de développement pour des applications similaires.

     

    Ils pensaient que les EBEs utilisaient les lasers pour la navigation, en émettant des rayons dans l’espace et en les récupérant afin de trianguler une trajectoire, pour communiquer, en utilisant le laser comme vecteur de signal ou comme signal lui-même, pour la surveillance, en peignant des cibles potentielles avec un faisceau ou pour un moyen de transport d’énergie, d’illumination et même comme accumulateur de données. L’intensité et l’intégrité du faisceau laser aurait pû servir aux EBEs comme moyen de communication primaire pour de grandes distances et même comme moyen de stocker des communications en paquets pour une livraison future.

    Toutefois, c’est l’utilisation du laser par les EBEs comme outil médical ou, en fin de compte, comme arme qui les fit frissonner car pour eux, il était évident que les Extraterrestres avaient des intentions hostiles.

     

    Si les Extraterrestres considéraient les Humains comme de vrais ennemis à détruire ou alors voyaient la Terre comme un laboratoire de spécimens à fin d’expérimentation, les résultats faisant suite à toutes les carcasses d’animaux ramassés sur le terrain par les équipes chimiques, biologiques et nucléaires de récupérations pourraient être très semblables.

     

    De 1961 à 1963, au Pentagone, Corso eut connaissance de rapports de terrain d’agences de police locale et d’État, à propos de la découverte de bétail mort dans lequel les carcasses semblaient systématiquement avoir été mutilées, ainsi que des témoignages de personnes disant avoir été enlevées par les Extraterrestres et avoir été l’objet d’expériences.

     

    Un des fils conducteurs de ces théories était constitué avec les rapports d’enlèvements qui décrivaient comment les personnes avaient été soumises à une sorte d’opération chirurgicale avec un faisceau de lumière, fin et intense. La police locale rapporta que lorsque les vétérinaires étaient appelés sur le terrain pour examiner le bétail mort, ils trouvaient souvent des preuves que, non seulement le sang de l’animal avait été pompé, mais que des organes entiers étaient déplacés avec une adresse chirurgicale ce qui ne pouvait pas être le fait d’un prédateur ou d’un vandale prenant les organes pour quelque rituel dépravé. On pouvait aussi trouver des preuves de meurtres ou de mise en scènes macabres, d’habitude mises en évidence par la maladresse de l’effort de mise en scène intentionnelle des carcasses.

     

    Et dans la grande majorité des cas où l’animal était tué par un prédateur qui avait consommé son sang et transporté au loin des organes internes, les marques de dents ou la brève lutte lors du passage de la vie à la mort étaient des indicateurs évidents sur ce qui c’était passé.

     

    Mais dans les cas où les enquêteurs disaient avoir été déconcertés par ce qu’ils avaient trouvé : l’ablation d’organes et le drainage complet du sang de l’animal, étaient faits de manière si sophistiquée qu’il n’y avait pas de dommages subis par les tissus environnants. On supposa même, dès le début des années 60, que quel que soit ce qu’utilisaient les EBEs, ce quelque chose n’avait même pas besoin de pénétrer ou d’endommager les tissus environnants. Les instruments médicaux disponibles à l’époque étaient loin d’égaler les capacités de ce qu’avaient les Extraterrestres. Le résultat était bien supérieur à la précision de leurs propres appareils chirurgicaux.

     

    Corso fut intrigué par ces rapports alors qu’il se trouvait à la Maison Blanche et par la suite au Pentagone. Il se rappelle également qu’aussi bien le Personnel civil que militaire, attaché aux Équipes qui travaillaient pour les groupes de Twining et d’Hillenkoeter sur les ovnis, dans les années 50, était activement engagé dans la recherche de méthodes chirurgicales qui pourraient produire des « Preuves du crime » comme celles-ci.

    Les Russes y étaient-ils mêlés, pensèrent-ils d’abord ? Étant donné le climat tendu de la Guerre froide, la peur que les Soviétiques expérimentent sur le bétail Américain afin de développer une arme biologique ou une toxine qui pourrait dévaster les troupeaux n’était pas si paranoïaque. Il suffit de dire sans rentrer dans les détails, que les Américains pensaient aux mêmes types d’armes, donc ce n’était pas aller chercher bien loin que de prétendre qu’ils protégeaient leurs propres stratégies du « jugement dernier », au vu de ce que les Russes pouvaient, peut-être avoir.

     

    Mais ce n’était pas les Russes qui s’en prenaient au bétail. C’était les EBEs qui expérimentaient avec les organes, peut-être pour la transplantation dans d’autres espèces ou pour produire une sorte de bloc nutritif ou même pour créer une nouvelle entité biologique hybride. C’était ce à quoi pensaient les gens rattachés au groupe de travail dans les années 50 et 60.

     

    Bien que le premier rapport public sur les mutilations de bétail ait fait son apparition en 1967 au Colorado, à la Maison blanche, ils étaient au courant des mutilations depuis le milieu des années 50, et plus particulièrement dans la zone englobant le Colorado. On spécula aussi sur le fait que les compagnies pharmaceutiques pouvaient être derrière tout ça voulant utiliser les organes et tissus pour des expérimentations biologiques, mais cette hypothèse fut rejetée parce que toutes ces compagnies avaient leurs propres élevages et pouvaient disposer de tout ce dont elles avaient besoin.

     

    Les Organisations de renseignement et surtout le Groupe de travail pensaient que les mutilations de bétail qui ne pouvaient pas être expliquées par des prédateurs, des farces ou par des massacres rituels, étaient le résultat direct de l’intervention des Extraterrestres pour la recherche d’organes.

     

    Donc si les troupeaux Terriens avaient autant d’importance pour les EBEs, au point de prendre tellement de risques et de s’exposer, il s’imposait de savoir pourquoi.

     

    Les EBEs avaient une efficacité froide et clinique, qui rappelait la méthode Nazie, ils ne perdaient pas de temps au sol, où ils étaient très vulnérables à une attaque, s’ils n’avaient pas une bonne raison de le faire.

    Dans les années 50 et 60, les Américains ne connaissaient pas les raisons de ces agissements et pouvaient seulement spéculer, ça les plongeait dans la terreur jusqu’à ce qu’ils trouvent le moyen de se protéger des EBEs qui se servaient d’eux comme tissus de remplacement ou de source nutritionnelle.

     

    En 1997, cela ressemble au cauchemar sorti d’un film d’horreur de soucoupes volantes, mais en 1957, c’était ce à quoi ils pensaient, aussi bien à la Maison Blanche que dans l’Armée.

     

    Ils ne comprenaient pas mais avaient des preuves irréfutables selon lesquelles les EBEs atterrissaient dans les fermes, récupéraient les organes vitaux du bétail pour ensuite laisser les carcasses sur le sol sachant que les humains ne pouvaient rien faire.

     

    Quiconque en avait après le bétail était particulièrement intéressé par les mamelles, le système digestif, et les organes de reproduction, spécialement l’utérus des vaches. Dans beaucoup de cas, les yeux et la gorge étaient retirés par une méthode chirurgicale où la ligne de démarcation était microscopique et les tissus environnants démontraient que l’incision était soumise à très haute température, vu qu’ils étaient noircis après refroidissement.

     

    Dans ces rapports de mutilations, l’examen médico-légal ne montrait pas de preuves de traumatismes collatéraux ou même d’inflammation. Par conséquent, pensaient-ils, les coupures pour extraire les tissus étaient si rapidement faites et la blessure étanchée si vite que les tissus environnants n’étaient jamais détruits. Cela montrait que, quel que fut ce qui opérait les animaux, ce quelque chose le faisait en quelques minutes.

    Donc s’ils ne pouvaient pas protéger le bétail et s’ils ne réagissaient pas avec intelligence aux histoires d’abductions humaines, sauf par dé-bunkage (fausses allégations) ou en faisant croire aux personnes ayant été enlevées qu’elles avaient eu une hallucination, ils devraient trouver les armes qui les mettraient sur un pied d’égalité, face aux EBEs. Une de ces armes, qui avait un large potentiel d’application, était le laser, l’objet que l’Armée avait trouvé dans le vaisseau de Roswell et qu’elle développerait plus tard comme arme en coopération avec Hughes Aircarft.

     

    Peu de temps après la première démonstration réussie d’un laser rouge à l’université de Columbia, les trois branches militaires réalisèrent qu’elles avaient misé juste. L’année suivant les résultats des tests à Columbia, l’intérêt industriel pour le développement du laser et le rapport de Roswell sur l’énergie stimulée arrivèrent tous les deux sur le bureau de Corso. Maintenant, c’était à son tour d’être impliqué et de rassembler l’information pour le développement du laser avec des fonds militaires avant que l’opération entière ne soit expédiée à un spécialiste des RD qui voudrait faire suivre la production aux niveaux suivants.

     

    C’était leur façon de travailler : Corso alimentait le jeu, assurant le coup, puis disparaissait. Pendant que le porteur de la balle faisait son chemin, Corso était déjà hors jeu.

     

    Corso commença par lister les besoins de l’Armée par rapport à ce que le laser était capable d’accomplir. En se basant sur ce que les Analystes militaires avaient vu dans le vaisseau de Roswell, il semblait à Corso, que si le laser de Roswell était un couteau ou un outil chirurgical, le faisceau pourrait être aussi analysé comme une arme avancée de tir rapide.

     

    Avec un faisceau dirigé si précis, le laser pourrait se révéler aussi un excellent télémètre et gestionnaire de cible pour l’artillerie. Si le faisceau était capable de se réajuster instantanément et d’être incorporé dans un ordinateur, il serait aussi le parfait système de ciblage pour un char d’assaut, surtout un char d’assaut en mouvement.

     

    Et si un laser pouvait peindre la cible d’un char d’assaut et trouver la distance de tir, Corso spécula qu’il pourrait faire la même chose d’un hélicoptère.

     

    Corso suggéra au Général Trudeau que toutes les recherches qu’ils allaient entreprendre pour les hélicoptères tactiques se rejoindraient parfaitement considérant les possibilités du laser comme mécanisme de télémétrie. Ils pourraient peindre les troupes amies pour les localiser, identifier leurs ennemis et détruire leurs cibles potentielles avec une lumière invisible à tous.

     

    Comme signal, un laser est si intense, et parfaitement stable qu’il est inaccessible à toutes sortes de perturbations. Pour cette raison, Corso fit valoir au Général Trudeau que les EBEs devaient utiliser une sorte de forme avancée de laser pour leurs communications, eux pouvaient aussi le faire. Les lasers avaient aussi la capacité de transporter des signaux multiples. Par conséquent ils devaient pouvoir assembler un grand nombre de fréquences de transmissions dans un signal laser qu’ils pourraient ensuite récupérer avec leurs systèmes de transmissions habituels. Cela voulait dire qu’ils pouvaient littéralement inonder une zone de combat avec différentes sortes de canaux de communication, chacun portant différentes qualités de transmissions dont certaines restaient à inventer.

     

    Le Général Trudeau se dit aussi intéressé par un article écrit par d’autres Observateurs, dans un des rapports de spécifications que les lasers pourraient aussi servir comme moyen de protection en projections de grands écrans.

     

    Les lasers étaient si lumineux que les projections pouvaient se faire dans une pièce éclairée. Le Général vit la possibilité de monter des « salles de situation » avec des projections grand écran équipées pour les transmissions de satellites radars. La pièce permettrait aux informaticiens de suivre ce qu’ils faisaient sur leur clavier tout en surveillant les écrans et en recevant les instructions.

     

    Corso suggéra que la division militaire de cartographie serait particulièrement intéressée par la capacité de mesure du laser pour les cartes. La même capacité de mesure pouvant générer une image digitale du sol pour aider les hélicoptères en vol à basse altitude. Corso avait eu l’idée de cette évolution en lisant les rapports d’analyses sur des ovnis qui avaient eux aussi cette capacité.

     

    C’est ce qui leur permettait de se déplacer très près du sol et de se mouvoir à des vitesses supérieures à 1000 miles/heure au niveau de la cime des arbres sans heurter quoi que ce soit.

     

    L’appareil laser à l’intérieur de l’ovni fournissait instantanément la topographie du paysage et le vaisseau s’adaptait automatiquement au terrain.

     

    Fin 1961, le Général Trudeau encouragea Corso à visiter Fort Belvoir de nouveau, cette fois pour rencontrer le Dr Mark Johnston, un des chercheurs en aéronautique de Hughes Aircraft.

     

    Fort Belvoir était un des lieux sécurisés où les RD pouvaient avoir des réunions. Les allése et venus de Corso de là-bas jusqu’au RD étaient pure routine, même si les équipes de surveillances de la CIA suivaient parfois sa voiture à la sortie du Pentagone. La réunion de Corso avec Johnston était faite pour évoquer le programme de développement des hélicoptères Hughes, pas pour lui donner ses rapports sur les appareils de mesure à laser qu’ils pensaient avoir trouvé dans le vaisseau de Roswell. Il parla sommairement à Johnston de ce que l’équipe de Scientifiques d’Alamogordo pensait se trouver dans le vaisseau, il lui demanda de ne pas parler de tout ça et lui suggéra que l’équipe de développement de Hughes devait considérer intégrer le nouveau développement du laser dans leur dispositif de mesure de terrain servant aussi à l’acquisition des cibles, dans leurs hélicoptères.

    « Oui, bien sûr » lui assura Corso, « le bureau des RD aurait un budget de développement pour le projet de laser, si l’équipe RD de Hughes pensait que leurs idées étaient réalisables et qu’ils pourraient les développer. »

    C’est exactement ce qui arriva. Aujourd’hui, le laser est devenu le H.E.L., High Energy Laser, déployé pour le S.D.C. (Space Defense Command) étant entre autres choses, une arme anti-missile et anti-ogive.

    La rencontre de Corso avec Hughes fut brève et directe. Comme beaucoup de Chercheurs que Corso avait rencontré à Hughes, Dw, IBM et Bell, Johnson avait disparu derrière un bureau, des écrans radars ou des tubes à essais dans l’arrière-salle et il ne le revit jamais.

     

    Quand le Général Trudeau demanderait à Corso de suivre le projet des mois plus tard, un représentant d’une nouvelle entreprise le rencontrerait et le projet ressemblerait à tous les autres contrats de recherche démarrés par les RD.

     

    La suite ici

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359931
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum