L'aprés Roswell Colonel Philip Corso (suite 1)
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 1057429 visiteurs aujourd'hui
  • 1949712 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    L'aprés Roswell Colonel Philip Corso (suite 1)

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 19/10/2008 à 15:22

    5 - À l’intérieur du Pentagone, au bureau des RD


    Le Pentagone ne dort jamais, il y a toujours quelqu’un qui y travaille.

     

    Corso passait plus de temps dans son bureau que chez lui. Soirée, week-end, tôt le matin avant l’aube, Corso réfléchissait sur la stratégie à recommander à son patron.

     

    Tout le monde pense que le Pentagone est une énorme entité avec un seul esprit et avec un seul but. Tout le monde pense aussi que l’Armée Américaine n’a qu’un seul but que tout le monde fonctionne ensemble.

    C’est totalement faux.

     

    L’Armée Américaine et le Pentagone sont comme n’importe quelle grosse entreprise avec des centaines de bureaux différents. Beaucoup de buts différents et des ordres du jour très différents.

     

    Comme la Navy, l’Air Force avait des partisans différents avec des buts différents. Chacun jouait avec l’autre dans un seul but : avoir la plus grosse part du budget militaire. Et au centre de tout cela, le service où serait dépensé tout cet argent par les gens qui développeraient des armes dans leur branche militaire respective.

    Donc avec toutes ces tensions entre les bureaux du Pentagone, Corso ne mit pas longtemps à comprendre la politique à suivre pour son nouveau travail. Avec les rapports de terrain, les analyses scientifiques, les autopsies médicales et les débris technologiques du crash de Roswell, il devait tout laisser sous clefs.

    Quand les gens pensent que vous n’êtes pas là, ils parlent. Et c’est à ce moment-là que vous apprenez des choses. Durant les deux premières semaines de son travail, Corso entendit beaucoup de choses, notamment sur la politique utilisée pour la découverte de Roswell durant les 40 ans séparant le crash et les intenses discussions à la Maison Blanche après qu’Eisenhower soit devenu Président.

     

    Chaque branche de l’Armée avait protégé ses propres dossiers sur Roswell et avait essayé de récupérer le plus possible de matériel de Roswell. Il est à peu près sûr que tous les services avaient leurs propres rapports des Examinateurs de Walter Reed et Bethesda en ce qui concernait la physiologie des Extraterrestres.

    Il était clair, pour Corso, que vu la façon dont l’Air Force et la Navy formulaient leurs plans de développements d’armes avancées, quelques pièces de même nature que celles de Corso se trouvaient dans ces autres services.

     

    Personne ne disait rien mais tout le monde voulait savoir ce que possédait l’autre. Malgré tout, il y avait de réelles histoires qui circulaient. Par exemple, Corso entendit une rumeur selon laquelle l’Air Force gardait l’ovni à la base d’Edwards, en Californie et qu’elle étudiait la technologie du vaisseau et plus particulièrement le système de propulsion par ondes magnétiques.

     

    D’autres rumeurs circulaient autour de l’Air force à propos de l’implication de Roswell dans le design des bombardiers en formes d’ailes. L’Armée avait développé des avions en formes d’ailes après la Première Guerre Mondiale et un an après le crash de Roswell, la compagnie Northrops commençait les essais de leur aile volante, YB49 : un bombardier.

     

    Le YB49 avec ses 4 queues verticales était si ressemblant à la forme de l’appareil de Roswell qu’il était difficile de ne pas faire le lien.

     

    Mais le développement des ailes volantes commença 10 ans avant l’arrivée de Corso aux RD donc il n’avait pas de preuves sur ce lien entre le bombardier et le vaisseau extraterrestre.

     

    Le Général Trudeau avait raison lorsqu’il disait que tout le monde au Pentagone épiait le bureau des RD parce qu’ils pensaient que les RD avaient quelque chose en leur possession. Les gens voulaient savoir sur quoi les RD travaillaient, juste pour être sûr que ce n’était pas sur la même chose que la leur et que les RD ne gaspillaient pas le budget.

     

    En plus des attentions des autres services, Corso et Trudeau devaient faire face aux analystes de la CIA. La CIA collectait le maximum de pouvoir possible. L’information c’est le pouvoir, et plus la CIA essayait de se renseigner sur les programmes de développements en cours, plus les RD étaient nerveux.

     

    "Vous m’avez mis sur un siège brûlant, mon Général" dit Corso, "Comment la CIA sait-elle ce que nous avons ?"

    "Ils ne font que des suppositions, je pense" répondit-il, "Ils doivent procéder par élimination. Regardez, tout le monde suspecte, ce que possède l’Air Force".

     

    Trudeau avait raison. Tout le monde au Pentagone pensait que l’Air Force possédait le "SaintGraal", un vaisseau spatial et même un extraterrestre vivant.

     

    Personne n’en était certain mais tout le monde savait qu’après la séparation de l’Air Force d’avec le reste de l’Armée, en 1948, celle-ci avait envoyé du matériel de Roswell à Wright Field, Ohio, base de l’Air Force.

    La Navy avec sa technologie sous-marine et ses sous-marins lanceurs de missiles nucléaires luttait avec son propre problème : Les UUO ou USO - Unidentified Submerged Objets ( objets sous-marins non identifiés ) -.

    La Navy cherchait où Ils avaient construit leurs bases sous-marines, bien plus en profondeur que les capacités de leurs meilleurs sous-marins. La Navy était toute pré-occupée à faire sa propre guerre contre les vaisseaux extraterrestres en l’air et sous la mer.

     

    Les RD devaient développer un système de camouflage sur la technologie de Roswell. Ils opéraient avec le budget normal pour l’analyse des nouvelles armes.

     

    Ils avaient des contrats avec les plus grandes entreprises nationales. Les buts des recherches étaient d’améliorer les armes actuelles avec les renseignements collectés dans les autres pays. Les Français, les Italiens, les Allemands avaient leurs propres systèmes d’armements et leurs propres développements en cours qui semblaient exotiques pour les standards Américains mais qui pouvaient avoir certains avantages.

    Ce que l’Armée avait récupéré à Roswell était probablement le secret le mieux gardé. Jusqu’en 1961, l’Armée n’avait pas eu de plan particulier pour utiliser cette technologie sans en révéler sa nature.

    En 1961, Trudeau lança le développement. D’abord, il fallait savoir comment les informations - rapports sur le terrain, autopsies, descriptions d’objets et les objets eux-mêmes étaient arrivés au bureau des RD. La recherche de Corso ne concernait pas le crash lui-même.

     

    Le jour suivant le crash, Bill Blanchard du 509e Groupe, envoya les débris extraterrestres à Fort Bliss, où l’équipe du Général Roger Ramey détermina sa position finale en même temps que la censure du Gouvernement commençait à être mise en place.

     

    Dans les heures qui ont suivi l’arrivée de Corso au Texas, il y a eut tellement de confusion sur ce qui avait été trouvé que les Officiers militaires, qui avaient la responsabilité de la découverte, créèrent rapidement une histoire de remplacement et un plan de mise au silence des témoins militaires et civils fut lancé.

    L’histoire de substitution était facile, le Général Ramey ordonna au Major Jesse Marcel de se rétracter sur son histoire de soucoupe volante et de poser pour de nouvelles photos avec des débris de ballon météo, qu’il décrivit comme les restes découverts à Roswell.

     

    Marcel suivit les ordres et la soucoupe volante devint officiellement un ballon météo.

     

    Le silence des témoins militaires fut facile grâce à l’ordre du Général Ramey, au personnel du 509e Groupe et de Fort Bliss, de nier qu’ils faisaient partie d’une opération de récupération différente de celle d’un ballon météo. Une fois que le matériel arriva à Wright Field, sous la responsabilité du Lieutenant Général Nathan. P. Twining, Ramey nia tout de l’histoire et que ce n’était plus sous sa responsabilité.

     

    Le Général Ramey traita l’accident comme relevant de la "Sécurité Nationale". Il déploya le Personnel des Renseignements du 509e Groupe et lui ordonna d’aller en ville pour étouffer l’histoire du crash et de sa récupération.

     

    Aucune info ne devait filtrer, aucune spéculation n’était tolérée. L’histoire circulant sur une soucoupe volante devait cesser d’exister.

     

    Le 8 Juillet, la suppression de l’histoire du crash était en cours. L’Armée avait fourni une nouvelle histoire pour la Presse. Les officiers du CIC soudoyaient ou menaçaient les témoins, les forçant à se rétracter sur leurs témoignages.

     

    Mac Brazel, le fermier qui fut le premier sur le site lors de la récupération, disparut pendant deux jours puis réapparut en ville avec un pick-up neuf. Il nia n’avoir jamais vu quoique ce soit.

     

    Les Officiers du CIC rencontrèrent les habitants de la ville et parlèrent avec les parents à propos de ce que leurs enfants entendaient dire. Quoi que les gens puissent penser sur ce qui s’était passé, l’Armée prétendait que c’était faux et que cela devait le rester.

     

    Le travail de mise au silence fonctionna si bien que pendant les 30 années suivantes, l’histoire resta étouffée. Nathan Twining est devenu important aux yeux des ufologues à cause de son implication dans des réunions top-secrètes à la Maison Blanche. Elles avaient pour but de découvrir l’implication des ovnis dans la Sécurité Nationale.

     

    Il intéressait aussi les ufologues en raison de ses relations avec Robert Cutler, l’assistant spécial de la Sécurité Nationale qui était le lien entre la NSC et le Président Eisenhower.

     

    Corso était au sein de la NSC, dans les années 50.

     

    Le Général Twining était celui qui avait fait la première étude et qui avait disséminé le matériel de Roswell. En partie à cause des ses capacités à gérer l’AMC, il devint membre d’un groupe de Militaires et de Civils rassemblés par le Président Truman afin de l’aviser sur la découverte de Roswell et des ses implications dans la Sécurité Nationale.

     

    Le Général Twining se rendit jusqu’à la base d’Alamogordo, Nouveau Mexique et y resta jusqu’au 10 Juillet.

    La base d’Alamogordo n’était pas seulement importante en raison de son site d’essais nucléaires, entre 1940 et 1950, mais aussi parce que s’y trouvait le bureau de l’AMC. Là-bas, se trouvaient les spécialistes des fusées, comme Werhner von Braun et bien d’autres. Il y avait des installations sensibles, spécialement durant l’activité ufologique de ce week-end et il est parfaitement sensé de penser qu’immédiatement après la découverte de l’ovni, le Général, qui en était responsable, ait voulu gérer cette découverte directement sur les lieux avec ses meilleurs spécialistes.

     

    Corso n’a jamais eu connaissance du mémo du Général Twining au Président Truman, à propos de son voyage au Nouveau Mexique. Il eut vent d’histoires comme quoi Truman aurait directement contacté Twining au Nouveau Mexique et lui aurait donné l’ordre d’enquêter sur le crash et de lui rapporter directement, à la Maison Blanche, ce qu’il avait trouvé.

     

    Corso pense que le rapport du Général Twining au Président confirmait que l’Armée avait récupéré quelque chose dans le désert et que cela suggérait la création d’un groupe pour définir la politique à adopter sur cette découverte. Dans les 48 heures après le crash, personne ne savait ce qu’était l’objet.

     

    Pendant que les débris étaient transportés de Fort Bliss à Wright Field, le Général Twining se rendait à Wright Field pour voir les analyses et l’évaluation du trésor de Roswell.

     

    Twining revint rapidement à son bureau. Les corps des Extraterrestres furent autopsiés dans le secret et le vaisseau et son contenu, analysés, catalogués, et préparés pour être disséminés dans différentes installations militaires. Tout ce qui avait un rapport avec le crash était classifié au plus haut niveau.

     

    La censure officielle était très importante en 1947 et toujours aussi importante en 1961. Elle était importante parce que l’Armée était impliquée, en 1947, dans une guerre, une Guerre Froide mais une guerre quand même. Donc, l’Armée traita le matériel de Roswell comme si c’était une opération dans des conditions de combat pour que les Soviétiques ne mettent pas la main dessus.

     

    Le Général Twining vit lui-même le matériel et avant son départ de Wright Field, il discuta avec les spécialistes des fusées qui faisaient partie de son équipe à Alamogordo. Ensuite, il compila un rapport qu’il donna au Président Truman. Il recommandait la création d’un groupe de Militaires et de Civils qui deviendrait, plus tard, le groupe responsable de ce qui pourrait devenir un futur contact avec des Extraterrestres.

     

    Comme des histoires de crashs d’ovnis et d’observations d’ovnis apparaissaient sans cesse, le Général Twining eut besoin d’établir un chaînon de sécurité inférieur afin qu’il puisse échanger des informations avec d’autres Commandants qui n’avaient pas accès aux niveaux supérieurs. Le Général Twining avait besoin de maintenir une censure à l’intérieur même de l’Armée.

     

    Le premier des rapports de Twining au commandant de l’Air Force à Washington datait du 23 Septembre 1947. Il était écrit à l’intention du Général George Shulgen. Ce rapport faisait état, en termes très généraux de la prise en considération, par le Service des Renseignements de l’Air Force, des ovnis. Twining écrivit un certain nombre de conclusions basées sur ses propres informations de première main, comme par exemple le matériel en possession de l’Armée.

     

    "Les soucoupes volantes ne sont pas des illusions", disait Twining, "elles sont quelque chose de réel et pas une vision."

     

    "Bien que certaines observations aient été dues à des météorites ou à d’autres causes naturelles" écrit-il "Ces rapports sont basés sur des observations de vrais objets".

     

    "Approximativement de la forme d’un disque avec une taille appréciable pouvant être de fabrication humaine."

    Comme le rapport n’était pas destiné au Public, Twining s’émerveilla sur les caractéristiques de ces appareils. Il écrivit que leur extrême manoeuvrabilité et leurs actions évasives pour éviter tout contact devaient être le résultat d’intentions hostiles.

     

    Les Officiers estimaient que ces objets ainsi que leurs occupants constituaient une menace militaire.

    Il décrivit le vaisseau de la même façon que les témoignages, "Réflexion lumineuse ou surface métallique. Absence de queue, excepté dans les conditions de très hautes performances. Forme circulaire ou elliptique. Plat sur le dessous et bombé sur le dessus. Vols en formation de 3 à 9 objets. Pas de sons exceptés dans quelques cas ou un grondement était entendu. Ces objets se déplacent trop vite pour être des avions de cette époque".

    Pour que les USA puissent développer un tel appareil, le coût et la charge de travail nécessiteraient que le projet soit indépendant et extérieur aux développements normaux.

     

    En fait, Twining, suggérait au commandant de l’Air Force, qui deviendrait une branche à part dans l’Armée l’année suivante, d’exploiter la technologie récupérée séparément et indépendamment des programmes de développements normaux.

     

    La description des projets Top-secrets de la base de Nellis ou de l’Area 51, au Nevada, semblait avoir le profil des recommandations de Twining.

     

    Il ne fut pas révélé au commandant de l’Air Force que Twining lui-même avait visité des bases au Nouveau Mexique dans les heures qui avaient suivi le crash. Le Général disait à ses patrons que les Militaires devaient traiter les soucoupes volantes comme étant de chez eux, "Les produits d’un projet de haute-sécurité", développé par les USA en dehors des circuits normaux ou développé par une puissance étrangère.

    Quand Twining suggérait aux officiers de l’A.F. que toutes les branches de l’Armée devaient participer à cette information, la dispersion du matériel de Roswell était déjà en route. Et c’est pourquoi cette technologie est arrivée en possession des RD.

     

    Trois jours après ce mémo, le 26 Septembre 1947, Twining donna son rapport sur le crash de Roswell et son implication pour les USA au Président TRUMAN et il fournit aussi une petite liste d’Officiels qu’il rassemblerait pour commencer à gérer le sujet.

     

     Ce groupe était composé de :

     

    - Roscoe H.Hillenkoetter
     Dr Vannevar Bush
     Secrétaire James Forrestal
     Général Hoyt Vandenberg
     Dr Detlev Bronk
     Dr Jerome Hunsaker
     Sidney W.Souers
     Gordon Gray
     Dr Donald Menzel
     Général Robert M.Montague
     Dr Lloyd V.Berkner
     Général Nathan Twining

     

    Ce groupe, à la Maison blanche, était appelé, "Le Groupe". Il était aussi connu sous le nom "MAJESTIC 12".

    Mais le plan ne s’arrêtait pas à la création de ce groupe de travail. En fait, l’opération se développa rapidement en quelque chose de plus sophistiqué parce que les soucoupes volantes de Twining ne s’en iraient pas.

    De plus en plus d’informations arrivaient : des Officiers de la Police tapaient des rapports sur des civils effrayés, des pilotes de lignes étaient suivis par d’étranges objets… etc.

     

    Le groupe réalisa qu’il devait définir une politique pour bien appréhender quelque chose qui prenait les proportions d’un phénomène de masse. Ils avaient besoin d’un dispositif pour gérer les centaines de rapports d’ovnis. Le groupe devait aussi estimer la menace de l’Union Soviétique et d’autres Pays, en présumant, bien sûr, que les soucoupes volantes ne se contentaient pas de survoler les USA.

     

    Ce groupe devait aussi chercher à utiliser la technologie de Roswell. Il créa donc des petits comités et des sous-groupes, quelquefois des organisations complètes, comme le projet BLUE BOOK, sans qu’il n’y ait aucune fuite.

     

    Tout était dirigé par le Groupe principal.

     

    Les plans à long terme sur la technologie de Roswell pouvaient commencer. Mais comment faire ? Où mettre le matériel ? Et comment camoufler ce que les militaires faisaient ? Twining avait un plan.

     

    Dans le rapport 100-203-79 de 1948, intitulé, "Analyses des accidents de soucoupes volantes aux USA", les ovnis ne sont pas présentés comme des Extraterrestres mais comme des éléments de "Technologie étrangère".

    Ce rapport inoffensif pour la plupart des gens parce qu’il ne disait pas que les soucoupes volantes viennent de l’Espace est un des premiers qui montre comment le plan de camouflage était supposé fonctionner pour les années à suivre.

     

    Les auteurs de ce rapport localisèrent dans l’Administration Militaire, le seul endroit où toutes les recherches pourraient se faire : Le bureau de Recherche et Développement des technologies étrangères. Ici, le matériel pourrait être en sécurité jusqu’à ce que l’Armée décide de quoi en faire.

     

    Il ne fallait pas appeler cela extraterrestre mais "Technologie Étrangère".

     

    Et c’est pourquoi, 12 ans plus tard, la technologie de Roswell qui se trouvait dans une vieille armoire se retrouva dans le bureau de Corso.


    6 - La Censure ou « cover-up ».

     

    Corso entendit cette histoire racontée par l’équipe de la Sécurité Nationale d’Eisenhower, six ans plus tôt.

    Pendant que le Général Twining se rendait du Nouveau Mexique vers l’Ohio, à Moscou, Joseph Staline était furieux. Il tenait une copie du "Roswell Daily Record" daté du 8 Juillet 1947.

     

    Il n’avait pas besoin d’un journal Américain pour lui dire ce que ses gens du NKVD lui avaient rapporté une semaine avant : qu’une équipe de récupération militaire avait obtenu un vaisseau extraterrestre crashé dans le désert du Nouveau-Mexique et qu’elle était en train d’évaluer la technologie découverte.

     

    Au début, les Renseignements Soviétiques prirent tout ça avec scepticisme. Ils pensaient que c’était une histoire fausse pour tromper leurs Espions suspectés d’avoir infiltré les bases secrètes Américaines. Ainsi, si les Soviétiques réagissaient à l’histoire, les Américains pourraient localiser ces espions. Mais quand les journaux parlèrent du crash puis du ballon météo, les Soviétiques comprirent que c’était bel et bien réel.

     

    Lors d’une réunion avec des Scientifiques Soviétiques, Staline leur demanda ce que les USA pouvaient en faire. Dans ce groupe se trouvait le chef du programme, embryonnaire, sur les missiles à carburant liquide.

    Lui et d’autres avaient les dossiers des armes secrètes Allemandes, de la fin de la guerre, et savaient exactement où en étaient les Américains avec leur programme de missiles guidés. Toutes les informations nécessaires étaient données par les agents sur le terrain. Mais ils n’avaient jamais entendu parler du crash.

    Les programmes de missiles Américains étaient entièrement basés sur les recherches Allemandes récupérées avant la fin de la guerre. Ce fut le projet "PAPERCLIP" qui débuta en 1944. Les concepteurs du V2 comme Wernher von Braun, Willy Ley et d’autres furent envoyés aux USA. L’Armée Américaine s’était appropriée, avec succès, leur technologie et commençait ses essais au Nouveau Mexique.

     

    Les Soviétiques avaient eux aussi leur propre technologie Allemande récupérée par les Services de Renseignement et par les partis Communistes locaux dans les pays occupés. Les Allemands avaient développé un Jet en forme d’aile volante, un Messerschmitt et des sous-marins U-Boat lanceurs de V1 et de V2.

     

    Tout ce dont ils avaient besoin, était d’un peu de temps pour déployer une petite flottille de UBoat prés des côtes Américaines afin de bombarder le pays. C’était leur stratégie à la fin de l’année 1944.

     

    Avec leurs armes nouvelles, ils pouvaient battre les Alliés. Les Américains et les Soviétiques voulaient posséder les armes Allemandes et en particulier les V2.

     

    Après la Guerre, les deux camps étaient à égalité dans la récupération des armes Allemandes, mais le crash du vaisseau, c’était une autre affaire. Les Américains pouvaient prendre un énorme avantage sur les Soviétiques. C’est pourquoi ceux-ci cherchèrent ce que les Américains avaient bien pu récupérer du crash.

     

    Les agents Soviétiques rapportèrent que la petite ville de Roswell parlait de petites créatures sur le site du crash et d’un vaisseau que l’Armée avait emmené dans un camion. Mais ces histoires avaient été rapidement mises sous silence grâce au Service de Renseignement militaire Américain.

     

    Les Américains n’étaient pas les plus efficaces pour capturer des espions mais les Renseignements étaient en alerte bien avant que les Russes ne sachent qu’une soucoupe volante avait été récupérée.

     

    Pendant l’été 1947, et à partir de la base du Nouveau Mexique, les agents du CIC questionnèrent quiconque semblait intéressé par ce qui s’était passé à Roswell. Si vous posiez des questions, un couple d’agents frappait à votre porte et fouillait vos affaires sans mandat de perquisition.

     

    Début Août, cette méthode commença à porter ses fruits. Pendant que le Général Twining écrivait son rapport au Commandant de l’Air Force à Washington, les Commandants de la Navy et des Renseignements de la Navy savaient que les Soviétiques avaient une opération de haute priorité sur place, dans les bases militaires, autour de la région. Les agents Soviétiques étaient partout.

     

    Roscoe Hillenkoetter, membre du Groupe sur les ovnis, du Président Truman et directeur du Service Central des Renseignements, informait le Président.

     

    Une opération de renseignement fut immédiatement mise en place.

     

    Il y avait beaucoup de questions : est-ce que cette soucoupe volante était un prélude à quelque chose de plus grand ? Est-ce qu’ils communiquaient avec les Soviétiques ? Étaient-ils alliés avec les Soviétiques ? Est-ce qu’ils sondaient les défenses militaires pour une invasion planétaire ?

     

    Les Militaires avaient toujours estimé que les intentions de ces vaisseaux étaient hostiles, mais que voulaient-ils ?

     

    Un secret si grand, à propos des soucoupes volantes, révélé au public, causerait une panique dans la population civile. C’est pourquoi un plan de camouflage élaboré fut établi. De plus, jusqu’à ce qu’ils sachent ce qu’ils possédaient, les Américains devaient tenir à l’écart les Soviétiques.

     

    Certains disent que ce fut l’idée du Secrétaire à la Défense James Forrestal, d’autres que l’idée vint de Hillenkoetter. Corso ne le sut pas, car pendant la mise en route du plan, il se trouvait à Fort Riley, essayant d’oublier l’image de la Créature flottant dans la caisse.

     

    Peut-être était-ce Forrestal, après tout. Il était la seule personne du cabinet qui pouvait parler au Président. Truman savait comment une histoire pouvait se transformer. C’était pareil pour le Général Twining qui s’était trouvé, lui-même, sur le site du crash. Si Truman voulait des réponses, il devait passer par quelqu’un qui s’était trouvé directement sur les lieux.

     

    "Savons-nous à quoi s’intéressent ces emmerdeurs ?" demanda Truman à propos des Extraterrestres trouvés dans la soucoupe volante.

     

    "C’est une question que nous devons résoudre" répondirent Forrestal et Hillenkoetter.

     

    "Comment allez vous procéder pour cela ?" demanda Truman.

     

    Forrester et Hillenkoetter expliquèrent qu’ils voulaient que le Président écoute ce que le Général Twining avait à dire et ensuite qu’il devait convoquer un groupe de Militaires, de Civils et de Personnels des Renseignements. Dans cette logique, quoi qu’ils décident de faire, cela ne devait pas être rendu public, pour éviter le risque de fuite auprès des Soviétiques.

     

    "Nous ne voulons pas que les journaux et les radios aient quoi que ce soit en mains" dirent ils au Président.

     

    "Winchell voudra me crucifier s’il découvre ce que nous allons faire." dit, apparemment, Truman lors de cette réunion. Personne n’aimait beaucoup le Président Truman et il en avait conscience.

     

    "C’est comme le projet Manhattan, Mr le Président" lui rappela Hillenkoetter, "c’était la guerre, nous ne devions rien dire à personne. C’est à nouveau la guerre : c’est la même chose."

     

    Ensuite, ils expliquèrent qu’après avoir convenu d’un Groupe de travail, ils voulaient créer un détachement spécial pour la recherche extérieure sur la technologie alors que la machine à espionner Soviétique était en route.

     

    "Nous le cacherons au Gouvernement lui-même" expliqua le Secrétaire.

     

    "Créez un nouveau niveau de sécurité juste pour ça" dit le Directeur du Centre des Renseignements. "Toutes les informations que nous déciderons de diffuser, même en interne, devront descendre à un niveau inférieur empêchant, ainsi, ceux qui auront cette information de remonter plus haut. La seule façon de cacher ça aux Soviétiques, c’est de la cacher à nous-mêmes."

     

    Le Président réfléchissait sur la difficulté à cacher un sujet qui était devenu très chaud. Qu’était-il supposé dire quand les gens questionneraient le Gouvernement sur les soucoupes volantes ?

     

    Comment faire des recherches sur ces étranges Créatures sans que les journaux ne mettent la main dessus ?

    Comment étudier les propriétés physiques du matériel décrit par Hillenkoetter sans impliquer des gens externes au Gouvernement ?

     

    Truman ne voyait pas comment un Gouvernement dans un Gouvernement pourrait travailler sans perdre le contrôle. Malgré les assurances de Forrestal, le Président restait sceptique.

     

    "Et il y a un point final" dit Truman, "Devons-nous dire au peuple Américain ce qui s’est réellement passé ?".

    Il y eut un silence.

     

    "Hé bien" dit Truman, "Le faisons nous ?".

     

    C’était une question simple avec une réponse simple, "Oui ou non". Forrestal et Hillenkoetter répondirent par réflexe, "NON". Forrestal vit cependant que ce ne serait pas aussi facile. Comme Administrateurs en temps de guerre, leur première réponse était naturellement de garder tout secret. Ce que le peuple ne sait pas, il n’avait pas besoin de le savoir. Mais le Président Truman, qui n’avait pas de passé militaire, avait vu autre chose que ni Forrestal ni Hillenkoetter n’avaient expérimenté. Si ces vaisseaux pouvaient échapper aux radars et pouvaient atterrir n’importe où, qu’est ce qui pouvait les empêcher d’atterrir devant la Maison Blanche où devant le Kremlin ? Certainement pas l’Armée Américaine.

     

    "Alors que dirons-nous lorsqu’ils atterriront" continua Truman, "pour ne pas créer plus de panique dans la rue que si nous avions révélé d’emblée ce que nous pensons savoir maintenant. ?"

     

    "Mais nous ne savons concrètement rien" répondit le Directeur des Renseignements. "Rien jusqu’à ce que nous analysions ce que nous avons récupéré".

     

    Le Secrétaire à la Défense et le Directeur des Renseignements étaient d’accord avec le Président Truman sur le fait qu’il soit sceptique et plus spécialement sur ce point final de la révélation publique.

    "Donc nous ne pouvons tirer aucune conclusion tant que vous n’aurez pas rencontré le Général Twining" dit Hillenkoetter. "Je pense qu’il fournira quelques réponses à nos questions."

     

    Pendant que Hillenkoetter et Forrestal étaient en discussions avec le Président Truman à propos du groupe de travail, le Général Twining terminait ses premières analyses des rapports et du matériel envoyé à Whrigt Field. Il envoya immédiatement les restes des Extraterrestres à l’Hôpital Naval de Bethesda et à l’Hôpital militaire de Walter Reed pour différentes analyses. Le vaisseau lui-même fut envoyé à Whight Field, mais comme Twining l’avait promis dans son mémo, il se préparait à distribuer le matériel de l’épave à travers les différents bureaux militaires et civiles pour des évaluations complémentaires.

     

    Il avait eu l’assurance de l’Amiral Hillenkoetter qu’une nouvelle classification de sécurité serait mise en place pour Roswell. Personne dans l’Armée, autres que les noms qu’il avait reçu du Président lui-même, ne possédait le niveau de sécurité suffisant pour prendre connaissance de l’histoire de Roswell que Twining devait fournir au Président et au Groupe de travail.

     

    Trois mois après sa visite au Nouveau Mexique afin d’en savoir plus sur ce qui s’était passé à Roswell, le Général Twining rencontrait le Président Truman comme Hillenkoetter et Forrestal l’avaient suggéré. Il expliqua très clairement ce qu’il pensait de l’objet récupéré dans le désert par l’Armée. C’était en dehors de toute compréhension, décrivit-il au Président, rien qui ne pouvait venir de notre Terre. Si les Soviétiques travaillaient sur quelque chose comme ça, c’était si secret qu’aucun Commandant n’en avait entendu parler.

     

    Pour Twining, ce qu’ils avaient trouvé n’était pas "de cette Terre". Après que le Président Truman l’ait entendu, il appela Forrestal, pendant que Twining retournait dans l’Ohio.

     

    Il en était convaincu. C’était plus gros que le projet Manhattan et nécessitait d’être géré à une plus grande échelle et manifestement pour une longue période. Le groupe proposé par Forrestal et Hillenkoetter devait prendre en considération ce qu’ils devraient réellement gérer et pour combien de temps.

     

    Ils devaient essayer de garder le secret du vaisseau extraterrestre crashé à Roswell. Ils devaient le cacher dans ce qui deviendrait plus tard, le plus grand programme de recherche parallèle de l’histoire, la gestion de ce qui pouvait devenir une relation entre l’Amérique et les Extraterrestres.

     

    Le Général Twining montrait clairement dans ses analyses préliminaires qu’ils enquêteraient sur le phénomène des disques volants, Roswell inclus. Ces entités étaient hostiles, disait le Général. Si elles étaient en mission pacifique, elles n’utiliseraient pas des manoeuvres d’esquives pour éviter tout contact, même lorsqu’elles pénétraient dans l’espace aérien Américain au-dessus des installations les plus secrètes.

     

    Elles avaient une technologie bien supérieure à la notre. Ils devaient l’étudier et l’exploiter au cas où ces Entités deviendraient plus agressives. S’ils étaient obligés de se battre dans une guerre spatiale, ils devaient comprendre mieux la nature de leurs ennemis et plus spécialement s’ils devaient préparer le peuple Américain à faire face à un ennemi.

     

    Ça, Truman le comprenait. Il comprenait que Twining lui décrivait les étrangetés d’un vaisseau spatial qui semblait n’avoir ni moteur, ni carburant, ni aucun système de propulsion apparent, bien qu’il dépasse en vitesse nos plus rapides chasseurs. Il décrivait les curieuses créatures à l’air d’enfant, qui étaient à l’intérieur de l’appareil et dont une avait été tuée par balle.

     

    Il décrivait le fait que l’on pouvait voir l’aube de l’intérieur du vaisseau, même si le soleil n’était pas encore levé. Il décrivait également, les débris métalliques qu’ils ne pouvaient pas brûler ou fondre, un rayon de lumière que vous ne pouviez pas voir jusqu’à ce qu’il touche un objet et le brûle,.. etc…

     

    Plus de questions que de réponses, disait Twining. C’était hors des capacités Militaires de faire quoi que ce soit de tout ça. Ça consommerait beaucoup d’énergie humaine, disait le Général, et tout le travail à venir devrait rester secret.

     

    Le Général Twining montra des photos de ces Créatures humanoïdes et des rapports d’autopsies qui suggéraient qu’elles étaient très humaines. Elles devaient avoir eu des rapports avec notre espèce à un moment donné. Elles étaient intelligentes et capables de communiquer. Des témoins, sur les lieux de l’accident, avaient constaté une sorte de télépathie. Ils ne savaient pas si elles venaient d’une autre planète comme Mars, dans notre système solaire ou d’une autre galaxie.

     

    Mais elles possédaient une technologie militaire qui, apparemment, était compréhensible et exploitable même si c’était seulement pour se défendre contre les Soviétiques. Mais en étudiant ce que possédaient ces Extraterrestres, les Américains seraient capables de fabriquer un système de défense valable aussi contre Eux.

    A la fin, Twining disait que comme le vaisseau extraterrestre était très ressemblant avec les ailes volantes Allemandes Horten, appareils vus par les aviateurs Américains à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, il suspectait les Allemands d’avoir trouvé quelque chose qu’e nous ne connaissions pas.

     

    La conversation de Twining avec Werher von Braun et Willy Ley, à Alamogordo, dans les jours suivants le crash, le lui avait confirmé. Ils pensaient qu’il y avait une autre histoire à propos de ce que construisaient les Allemands. Les similitudes entre les ailes Horten et le vaisseau récupéré n’étaient pas un accident. Les Américains avaient toujours été émerveillés par la technologie avancée utilisée dans les développements d’armes Allemandes dans un temps si court et pendant la grande dépression. Avaient-ils eu de l’aide ? Peut-être les Américains seraient ils aussi en veine de chance que les Allemands et peut-être allaient-ils récupérer une partie de cette technologie pour eux-mêmes.

     

    Avec des telles capacités de manoeuvres et d’accélérations, ce vaisseau occuperait les ingénieurs Américains pendant des années rien que pour pouvoir en intègrer le concept.

     

    Tout ça était trop gros à cacher pendant tout ce temps alors que les journalistes tournaient comme des chiens autour d’un os. Donc, mettre tout cela sur le plus haut degré de classification n’était pas suffisant. On ne pourrait prévenir les fuites, elles pouvaient venir de partout. Le Général y pensait avant que le groupe ne prenne sa décision finale. Le Président aviserait.

     

    Mi-septembre, tout ça était évident pour chaque membre du Groupe de travail du Président Truman. Le Groupe était constitué de :

     

     Roscoe Hillenkoetter : Directeur du Bureau Central des Renseignements.


     James Forrestal : Secrétaire à la Défense.


     Le Général Nathan Twining : Commandant de l’AAF puis de l’USAF.


     Donald Menzel : Astronome et expert sur les renseignements cryptographiques de la Navy.


     Vannevar Bush : Président du "Joint Research and Developpement Board".


     Detlev Bronk : Président du "National Research Council" et biologiste qui sera nommé au "National Committee on Aeronautics".


     Le Général Robert Montague : Camarade de classe du Général Twining à West Point. Commandant à Fort Bliss, avec un niveau de commandement supérieur au Commandement de White Sands.


     Gordon Gray : Secrétaire du Président Truman et Président du "CIA’s Psychological Strategy Board".


     Sidney Souers : Directeur du "National Security Council (NSC)".


     Le Général Hoyt Vandenberg : Directeur du "Centre Intelligence Groupe" puis chef de l’équipe de l’USAF en 1948.


     Jérome Hunsaker : Ingénieur en aéronautique et Directeur du "National Advisory Committee on Aeronautics".


     Llyod Berkner : Membre du "Joint Research and Development Board".

     

    À moins que ce groupe n’établisse un plan à long terme pour protéger et développer le projet Roswell, le secret serait bientôt divulgué.

     

    Corso pensait que c’est le Général Twining qui fit la remarque selon laquelle l’histoire était déjà éventée. Elle était sortie, dit-il, quelques heures après le crash puis s’était effacée. En fait, la population du Nouveau Mexique parlait, mais après l’histoire du ballon météo de l’Armée, les journaux Nationaux traitaient les rapports sur les soucoupes volantes comme une vision de gens qui avaient trop regardé de films de Buck Rogers. La presse Nationale avait déjà fait le travail du Groupe. Ce qui était réellement nécessaire, suggéra Twining, c’était une méthode pour rassembler l’information à propos des activités continuelles des ovnis, spécialement les crashs, les observations très probantes des pilotes ou des militaires, ou les rencontres physiques individuelles, et furtives, il fallait faire filtrer cette information par le Groupe pour que l’explication devienne un phénomène complètement identifiable et explicable.

     

    Sous la couverture des explications des soucoupes volantes, les agences appropriées, représentées par des membres du Groupe, pouvaient enquêter librement sur le vrai phénomène ovni. Mais par-dessus tout, dit Twining, il fallait nier complètement et durablement le phénomène des ovnis jusqu’à ce que le public soit préparé à une révélation graduelle, de manière à réduire le potentiel de peur d’une confrontation avec une entité biologique plus puissante venant d’un monde différent. Cela devait être, suggéra Twining, la plus grande Censure et le plus grand programme de relations publiques jamais effectué.

     

    Le groupe fut d’accord. Il ne formait, en fait, rien de plus qu’un gouvernement dans le gouvernement.

    "Ce sera" dit le Général Twining, "Un cas où la censure est une révélation et la révélation une censure. Nier tout, mais laisser le sentiment du public faire son chemin ; rester sceptique jusqu’à ce que la vérité devienne plus acceptable".

     

    Le groupe fut d’accord pour établir un projet d’information et de collecte. Il fut nommé BLUE BOOK, et il fut géré par l’Air Force. Pendant que les Officiels du projet BLUE BOOK donnaient des explications sur les observations, le projet entier, en fait, était une machine de collecte des enregistrements photographiques sur l’activité des soucoupes volantes pour l’évaluation et la recherche.

     

    Les observations les plus intrigantes et ayant les plus grandes chances d’être véridiques étaient envoyées au Groupe de travail pour ensuite être envoyées aux différentes Agences de recherches. Quand Corso entra au Pentagone, la section traitant de la recherche et de l’évaluation des soucoupes volantes s’appelait simplement "Technologie étrangère".


    7 - La stratégie


    Il y a une vieille histoire qu’entendit une fois Corso à propos des secrets.

     

    Un groupe d’hommes essayaient de cacher les plus importants secrets du reste du monde. Ils prirent leurs secrets et les rangèrent dans une cabane dont la localisation était secrète. Mais la localisation secrète fut bientôt trouvée et dedans furent découverts les secrets que le groupe cachait. Mais avant que les secrets ne soient révélés, les hommes construisirent, rapidement, une autre cabane où ils rangèrent les secrets qu’ils essayaient de garder pour eux. Bientôt, la deuxième cabane fut découverte et le groupe réalisa qu’il devrait donner quelques secrets pour protéger le reste. Donc, ils construisirent une troisième cabane pour protéger tous les secrets possibles. Le processus se répéta de lui-même jusqu’à ce que quiconque voulant trouver les secrets de la première cabane poursuive sa route de cabane en cabane jusqu’à ce qu’il arrive à un cul-de-sac parce qu’il ne connaissait pas la localisation de la cabane suivante.

     

    Pendant 50 ans, ce fut comme ça que les secrets de Roswell furent maintenus secrets et ça continue encore aujourd’hui. Ceux qui cherchent des documents Gouvernementaux déclassés afin de trouver les secrets de Roswell et les contacts que maintiennent les USA avec ceux qui les visitent, trouveront des projets, nom de code après nom de code, chacun avec ses propres dossiers, son propre système de classification, sa propre administration militaire ou gouvernementale, son propre budget et même ses propres rapports sur des documents hautement classifiés. Tous ces projets avaient la même fonction. Gérer la relation en cours avec les visiteurs extraterrestres découverts à Roswell. Ainsi, à chaque niveau, une fois la sécurité violée, pour n’importe qu’elle raison, une partie du secret était révélée à travers la dé-classification, pendant que le reste était emmené dans un nouveau projet classifié ou déplacé dans un projet déjà existant.

     

    Pour ceux qui travaillent dans la logique militaire et gouvernementale, le gouvernement est dynamique, très réactif. Pendant toutes les années après Roswell, ils n’ont pas été seulement une poignée à vouloir savoir ce qui s’était réellement passé, ils étaient des centaines voire même bien plus. En fait, ils n’ont jamais caché la vérité, elle a toujours été là, les gens ne savaient pas ce qu’ils regardaient et ne reconnaissaient donc pas ce qu’ils voyaient.

     

    Le projet BLUE BOOK fut créé pour calmer le Public et le satisfaire d’avoir un organisme qui permette de rapporter les observations. Les projets "GRUDGE" et "SIGN" étaient classés au plus haut niveau de sécurité afin de permettre aux Militaires d’enquêter sur les observations qui n’étaient pas explicables par des ballons, des oies, ou la planète Vénus. BLUE FLY et TWINKLE avaient d’autres buts, comme par exemple camoufler d’autres projets comme HORIZON, HARP, RAINBOW et même la SDI (Space Defense Initiative). Tous avaient en commun la technologie extraterrestre. Mais personne n’en a rien su.

     

    Quand des journalistes, aujourd’hui, décrivent des rencontres extraterrestres, ils se tordent de rire ou vendent l’histoire aux tabloïds, lesquels impriment un dessin d’Extraterrestre avec une grosse tête, des yeux en amande, et six doigts. À nouveau tout le monde rigole, mais c’est ce à quoi ces Choses ressemblent réellement parce que Corso en a vu une en partance pour Wright Field.

     

    Les soucoupes volantes ont vraiment volé au-dessus de Washington en 1952 et il y a plein de photos et de rapports de radars pour le confirmer. Mais ils nièrent tout et ils encouragèrent les écrivains de Science-fiction à faire des films comme "THE MAN FROM PLANET X" pour dégonfler la pression à propos de la vérité sur les soucoupes volantes. C’était appelé camouflage avec révélation limitée et ça marchait plutôt bien. Si le Public pouvait s’en amuser voire même s’en effrayer, en suivant des voies pourvues de leurres placés à cet effet par le Groupe de travail, il serait moins à même de tomber sur ce que nous faisons réellement. Mais que se passait-il réellement ?

     

    Comme l’avait suggéré le Général Twining, dans son rapport, la "Technologie étrangère" était la section pour effectuer des recherches sur les objets extraterrestres de Roswell. "Technologie étrangère" était un terme qui englobait beaucoup : De l’hélicoptère Français, au Mig Russe capturé.

     

    Et si quelques débris technologiques d’un étrange vaisseau en forme d’aile arrivaient dans les bureaux des RD ?

     

    Toute cette recherche était classifiée parce qu’il s’agissait de mises au point d’armes contre les Russes et les journalistes le savaient. Donc les RD n’avaient rien à dire. Les RD étaient la couverture parfaite. Tout ce qu’avait à faire Corso, c’était de chercher quoi faire avec les objets qu’il possédait.

     

    "Venez Phil, allons-y" dit le Général Trudeau à Corso par l’intercom de son bureau.

     

    Corso rejoignit Trudeau dans son bureau. C’était une routine répétée 3 ou 4 fois par jour. Trudeau voulait être mis au courant en personne parce que les murs avaient des oreilles au Pentagone. Leurs discussions étaient toujours privées.

     

    "Donc maintenant, vous savez comment le paquet est arrivé ?" demanda Trudeau. Sur une feuille, Corso avait tracé le chemin de l’information de Roswell du 509e Groupe jusqu’à Fort Bliss, puis de là, à Wright Field, le point de dissémination.

     

    "Je me doutais que cela n’était pas arrivé par la Poste" dit-il, "Je ne pense pas qu’Elle avait un camion assez gros."

     

    "Est-ce que cela peut nous aider à trouver ce que nous devons faire ?" demanda t’il.

     

    Même s’il avait été négligé pendant des années, il était clair que le bureau des RD était la destination voulue de ce paquet. Le Général Twining, plus que quiconque, savait combien le budget des RD était protégé pendant les années de Guerre Froide.

     

    Corso comprenait désormais comment la censure s’était mise en place et il voyait maintenant combien le plan du Général était brillant. À moins qu’ils ne fassent partie du groupe de travail d’Eisenhower, même les membres de la Sécurité Nationale de la Maison Blanche ne savaient pas que les RD servaient de dépôt pour les objets de Roswell. Corso en faisait partie. En fait, c’est jusqu’à ce qu’il voie les dossiers par lui-même que Corso réalisa ce que Twining et son groupe de travail avaient accompli. Au moment où Corso était à la Maison Blanche, tout était, apparemment, de l’histoire ancienne. Les gens étaient plus inquiets à propos des informations sur les observations qui inondaient chaque jour le projet BLUE BOOK que par l’histoire oubliée de Roswell.

     

    Trudeau voulait savoir ce que les recherches de Corso avaient données et ce qu’il savait sur Roswell pendant ses années à la Maison Blanche et ce qu’il avait vu.

     

    "Phil, nous savons tous les deux que le paquet que vous possédez n’est pas une surprise." dit Trudeau.

    Corso ne répondit pas car en répondant à cela, il brisait la confidentialité auquel il était assigné par l’équipe de N.S.C. à la Maison Blanche.

     

    "Vous n’avez rien à dire officiellement" continua t’il, "et je ne vous en veux pas. Mais vous pouvez me donner vos impressions sur la façon de parler des gens qui travaillaient pour le Groupe."

     

    "Je n’ai pas travaillé pour le Groupe, mon Général" dit Corso, "Et quoi que j’ai pu voir ou entendre, est dû au fait que c’est passé à côté de moi. Pas parce que j’étais supposé travailler dessus."

     

    Mais Trudeau poussa Corso à se rappeler comment la N.S.C. avait traité avec le Groupe et combien l’équipe du Centre des Renseignements, à la Maison Blanche, pressait pour avoir toute l’information possible sur ce que faisait le Groupe.

     

    Bien sûr, Corso se rappelait de ce qui avait pu se passer à Roswell, à propos de ce qui se cachait derrière le projet BLUE BOOK et aussi à propos de ces lumières survolant Washington en 1952. En 1961, avec les informations que Corso venait de recueillir, il pouvait voir clairement ce qu’il n’avait pas compris en 1955. Il ne comprenait pas pourquoi la CIA était si agressive à propos des observations répétées d’ovnis et pourquoi elle cherchait toutes les informations possibles sur la technologie de Roswell.

     

    Trudeau voulait savoir comment travaillait la bureaucratie, combien d’activités différentes gérait lui-même le Groupe. Le Général W. B. Smith avait remplacé Forrestal après son « suicide » durant la deuxième année de l’Administration Truman. À travers les questions du Général Trudeau, Corso se rendit compte que non seulement il connaissait déjà parfaitement l’histoire mais qu’en plus il savait quels types de problèmes rencontreraient les RD et comment les résoudre.

     

    Ce Groupe était au-dessus du Top-secret et officiellement, n’avait pas le droit d’exister.

     

    Des sous-groupes furent formés pour enquêter sur des zones spécifiques de la Recherche. Ces groupes avaient des niveaux de classifications inférieurs. Le groupe devait déterminer ce qui pouvait être diffusé au public et ce qui devait rester secret, coûte que coûte.

     

    Comme dans l’histoire des cabanes, les membres du groupe créèrent de nouvelles structures de protection pour l’information qu’ils devaient préserver.

     

    Le camouflage officiel pliait sous le poids de l’information que le Groupe devait étudier. La structure du groupe a changé depuis sa formation à la fin des années 40. Ce qui avait commencé comme un groupe de vieux amis était devenu un désordre incontrôlable dans les cinq années à suivre.

     

    Beaucoup de morceaux du gâteau s’échappaient alentour et chaque branche militaire voulait une part du "budget noir". Il était donc nécessaire d’avoir une Administration entière juste pour gérer les gestionnaires de la censure. Ainsi, à un certain moment, en cours d’Administration Eisenhower, le grand camouflage semblait craquer. Personne ne savait ce que faisaient les autres.

     

    Dans les années 50, une cascade d’effets se développa. Ce qui avait commencé par une simple opération de camouflage s’était fragmenté en plusieurs petites unités. Les fonctions de contrôle et de commandement commençaient à faiblir et comme un sous-marin faisant surface, des morceaux d’information émergeaient. Le CIC de l’Armée, une des forces les plus efficaces pour préserver le secret de Roswell, avait faibli à cause de la CIA et du FBI qui poussaient derrière.

     

    À la fin des années 50, le schéma original pour perpétrer le camouflage était défectueux. Les fonctions étaient maintenant gérées par une série de groupes individuels dans les agences militaires et civiles, chacun avait accès à une information limitée, et chacun poursuivait ses propres recherches et enquêtes et chacun se comportait comme si le Super Groupe du renseignement était aux commandes.

     

    La suite ici

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359926
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum