Sites nucléaires : plusieurs incidents liés aux OVNIs
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 1057432 visiteurs aujourd'hui
  • 1949715 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Sites nucléaires : plusieurs incidents liés aux OVNIs

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:45

    Sites nucléaires : plusieurs incidents liés aux OVNIs


    Pourquoi un crash mystérieux s'est-il produit précisément à Roswell au Nouveau-Mexique, lieu du premier essai atomique de l'histoire? Pourquoi ces engins sont observés principalement aux USA? L'étude de la relation apparitions d'ovnis, essais atomiques et développement du nucléaire nous apporte la réponse. Les explosions atomiques sont bien évidemment visibles de l'espace et ont des conséquences sur l'environnement, il n'en fallait pas plus pour attirer l'attention des ovnis et lancer les premières vagues d'observation de l'ère moderne dans le monde...



    Contrôle Stratégique Aérien, Installations Nucléaires  et ovnis

     

    Il y a un lien évident entre l'apparition d'Ovni et le nucléaire. Dès l’explosion de la première bombe atomique en 1945, les OVNIs ont harcelé les installations du complexe militaro-industriel, avec une prédilection pour les sites nucléaires. En France, nous avons cette histoire au sujet du plateau d'Albion, mais ce n'est pas la seule.

     

    Il semblerait que les ovnis s'intéressent aux activités nucléaires de notre civilisation. Des conseillers Américains auraient eu l'idée de provoquer des explosions volontairement afin de mesurer le temps que mettaient les OVNI pour arriver sur site. Il est à noter que le site de Roswell n'est pas très loin de la base ou la première bombe atomique fut créée! Des cas français démontrent le même intérêt nucléaire de la part des OVNI, notamment une observation au-dessus de la zone de tests atomiques de Colomb-Béchar dans le désert algérien en décembre 1965.

     

    Nous sommes en présence d’engins, aux performances ahurissantes, violant l’espace aérien et se permettant de survoler les sites les plus sensibles des Etats-Unis. Les stratèges militaires ont vite mesurer l’abîme « technologique » qui sépare notre science à celle de la source qui produit les apparitions d’OVNIs. Ces engins non-identifiés sont capables d’apparitions ou de disparitions instantanées, de se scinder en plusieurs objets pour fusionner ensuite, d’anticiper toutes manœuvres agressives qui leur seraient destinées. A vrai dire, les OVNIs bénéficient d’un contrôle quasi total sur notre environnement. Si cette situation est inavouable, c’est parce qu’elle est ingérable.

     

    La seule manière de diminuer drastiquement les apparitions d’OVNIs aurait été de renoncer au nucléaire, car celui-ci agit comme catalyseur à leurs manifestations. Mais une telle éventualité était manifestement inenvisageable. La bombe atomique conditionnait désormais la doctrine stratégique de l’Oncle Sam et l’Union soviétique, de son côté, avait procédé, avec succès, à l’explosion de sa première bombe atomique en 1949. Afin d’éviter une énorme panique, c’est probablement avec rancœur que les initiés décidèrent de tromper et de maintenir le public dans l’ignorance, en instiguant le second projet officiel (en fait, de relation publique) sur les OVNIs, le projet « Grudge » (« Grudge », signifiant, en français « rancœur »).


    Dans son livre Ovnis et Guerre froide Jean-Claude Sidoun démontre de façon convaincante des points essentiels :


    - Les ovnis ne sont pas des technologies humaines.
    - Ils sont apparus massivement avec l’ère nucléaire.
    - Les ovnis se concentrent sur les sites stratégiques.

    - Une politique de désinformation est habilement menée aux USA, comme ailleurs.

     

    Installations atomiques sous surveillance

     

    Le fameux complexe de Los Alamos, le centre d’enrichissement d’uranium de Oak Ridge ou les installations de fabrication de plutonium de Hanford sont au centre des manifestations d’OVNIs. Entre 1947 et 1952, on ne compte pas moins de 37 observations d’OVNIs au-dessus des périmètres du complexe de Oak Ridge et de la base de Clarksville, hauts lieux de la recherche nucléaire.

     

    Un mémorandum secret du 2 décembre 1952 rédigé par H. Marshall Chadwell, assistant directeur de la recherche scientifique de la CIA au directeur de l’agence centrale de renseignement Walter Bedell Smith, rapportait que « les observations d’engins non-identifiés volant à haute altitude et se déplaçant à grande vitesse dans le voisinage des principales installations de défense américaines ne sont ni attribuables à des phénomènes naturels ni à des engins connus » .

     

    Quant au patron du FBI, John Edgar Hoover, il s’inquiétait de la protection des « installations vitales ». La situation n’invite pas à la rigolade : on est loin des sarcasmes imbéciles sur les « soucoupes volantes » et des blagues sur les « petits hommes verts » que la propagande du Pentagone et de la CIA ont si bien orchestrée.

     

    Enfin à noté que le fameux incident du “crash de Roswell” se déroule à proximité de Roswell Army Air Field qui abrite la seule et unique escadrille de bombardiers atomiques au monde, le 509th Bomb Group.

     

    Confirmation Statistique

     

    Le Dr. Donald Johnson a un intérêt de longue date pour le phénomène ovni et maintient un catalogue informatisé de plus de 150 000 rapports d'ovnis pour le CUFOS, nommée UFOCAT. Il a analysé la fréquence des incidents OVNIs de 1945 à 2001 en fonction de la distribution géographique des installations nucléaires sur le territoire des Etats-Unis.

     

    Les résultats suggèrent “ une corrélation significative entre la présence d’installations nucléaires et la fréquence d’observations d’OVNIs et de rencontres rapprochées ” (1).

     

    (1). Donald Johnson, Do Nuclear Facilities Attract UFOs ?, http://www.cufon.org

     

    Un peu d'histoire sur le nucléaire

     

    Le premier essai atomique: Trinity

    Trinity était le nom de code du premier essai atomique de l'histoire. L'explosion eut lieu le 16 juillet 1945 à Alamogordo au Nouveau-Mexique dans le désert Jornada del Muerto. Finalisation du projet Manhattan lancé par les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, Trinity consistait en l'explosion d'une bombe au plutonium nommée « Gadget ». Semblable à une grosse boule, « Gadget » ne fut pas larguée d'un avion mais fut hissée au sommet d'une tour métallique. L'essai devait servir à valider l'ensemble des recherches menées sur l'arme atomique et suite à la réussite complète du programme, deux bombes seront larguées sur le Japon quelques semaines plus tard.


    « Gadget » hissée au sommet de sa tour.

    L'idée d'une explosion expérimentale n'était pas nouvelle. En 1940, les savants français avaient envisagé un essai au Sahara, et les Anglais avaient choisi une zone désertique de l'Australie. En 1944, le général Groves avait porté son choix sur Alamogordo, dans le désert du Nouveau-Mexique, à 350 km de Los Alamos, et à 35 km de l'agglomération la plus proche. En un an, ce site était devenu un complexe de routes reliant des centres d'observation sous abris bétonnés, placés en auréole autour du " point zéro " (" ground zero " en anglais) où avait été édifiée une tour d'acier. Au sommet de celle-ci devait être placée la bombe en vue de l'opération Trinity (nom de code donné par Oppenheimer à l'expérimentation de la première bombe atomique). Le 15 juillet 1945, alors que Little Boy (la bombe lancée sur Hiroshima) était embarquée à bord du croiseur Indianapolis à destination de Tinian (île où Little Boy et Fat Man furent entreposées), cent cinquante savants réunis à Alamogordo s'apprêtaient à assister à l'essai d'un des deux engins au plutonium (l'autre étant précisément Fat Man). Le montage des éléments de plutonium eut lieu sur place, et la bombe fut hissée au sommet de la tour. Testée dans le plus grand secret le 16 juillet 1945, dans le désert d'Alamogordo, au Nouveau-Mexique, la toute première bombe au plutonium, baptisée Trinity, est identique à celle qui détruira Nagasaki quelques semaines plus tard.

    Explosion et conséquences



    Bulle de gaz de 300 mètres de diamètre formée par Trinity après 0.025 secondes

    À 5h29 du matin (Mountain WarTime, soit 11h29 TU), la bombe explose et dégage une énergie de 19 kilotonnes de TNT (87,5 térajoules). Un cratère de 3 mètres de profondeur et de 330 mètres de diamètre se forme sur le lieu de la détonation. La silice contenue dans le sable s'est transformé en verre d'une couleur vert clair, appelé « trinitite » pour l'occasion.

    Les montagnes aux alentours furent illuminées pendant deux secondes et le grondement de l'explosion atteignit les observateurs après 40 secondes. Personne ne se trouvait à moins de 9 kilomètres de l'explosion, il y avait environ 260 personnes sur le site à ce moment.

     


    Oppenheimer and Groves at Ground Zero in September, 1945.


    L'onde de choc fut ressentie à plus de 160 kilomètres et le champignon atomique grimpa jusqu'à une altitude de 12 kilomètres. Le directeur de Los Alamos, Robert Oppenheimer, était l'un des spectateurs. Il dira plus tard qu'une citation d'un texte sacré hindou, la Bhagavad Gita, lui vint à l'esprit : « Maintenant je suis devenu la mort (I am become death), le destructeur des mondes ».

    Une explosion qui à des conséquences comme vous pouvez le constater sur cette carte ou nous voyons Roswell:


    Retombées radioactives autour du site de Trinity en direction du nord-est

    Témoignage de Enrico Fermi, qui assistait au premier essai nucléaire



    "Le matin du 16 juillet, j'ai été posté au camp de base de Trinity, à environ dix milles du site de l'explosion. L'explosion a eu lieu à environ 5:30 A.M. J'ai protégeé mon visage avec un grand panneau dans lequel un morceau de verre foncé de soudure avait été inséré. Ma première impression de l'explosion était le flash très intense de lumière et une sensation de chaleur sur les parties de mon corps qui ont été exposées. Bien que je n'aie pas fixé l'objet du regard, j'ai eu l'impression que, soudainement, la campagne est devenue plus lumineuse qu'en plein jour. J'ai ultérieurement regardé dans la direction de l'explosion par le verre foncé et j'ai pu voir quelque chose qui ressemblait à une concentration de flammes qui a rapidement commencé à se lever. Après quelques secondes, est apparu une énorme colonne de fumée surmontée d'un champignon colossal qui s'est élevé rapidement au delà des nuages probablement à une altitude de 30.000 pieds. Après atteinte de sa taille maximale, la fumée est restée stationnaire pendant un moment avant que le vent ait commencé à l'étendre. Environ 40 secondes après l'explosion le jet d'air m'a atteint. J'ai essayé d'estimer sa vitesse en mesurant le temps de chute de petits morceaux de papier d'une hauteur de six pieds avant, pendant, et après le passage du souffle. Lorsque il n'y avait aucun vent, je pouvais observer très distinctement le déplacement des morceaux de papier qui tombaient. Lors du passage du souffle, le décalage était environ 2 mètres et ½. J'en ai déduit que ce souffle correspondait à une puissance de 20 mille tonnes de T.N.T

    Les États-Unis ont réalisé des centaines d'essais nucléaires au site d'essais du Nevada.

    Le Projet Manhattan a été la plus grande course à l'armement jamais connue par l'homme. Regardons les conséquences qu'il a eues. Sur le plan scientifique, jamais si peu de temps n'a séparé l'imagination d'une conséquence d'une découverte scientifique (celle de la radioactivité) de sa réalisation (la Bombe) : seulement 5 ans ont suffit, c'est-à-dire la durée de la Deuxième Guerre Mondiale, le premier conflit qui revêtit une dimension scientifique.

    Le recours à la bombe atomique devint aussi une arme de dissuasion : quel pays oserait prendre le risque de détruire le monde ? Elle permit ainsi de réduire les risques d'un conflit ouvert entre les deux blocs. Sur le plan de l'environnement, l'usage de la Bombe eut des effets désastreux. Tous les incidents nucléaires conduisent à une dégradation de l'environnement, qu'il soit animal, végétal ou humain.

    Plusieurs incidents liés aux OVNIs

    Si les OVNIs se contentaient de survoler les sites nucléaires, la situation serait simplement ‘extrêmement préoccupante’. Mais ces engins non-identifiés interviennent directement sur ces complexes stratégiques ! Voici quelques-uns de ces incidents, qui sont passés entre les mailles resserrées du secret :


    * Vandenberg AFB : une ogive nucléaire factice pulvérisée


    Le 15 septembre 1964, le premier lieutenant Robert Jacobs filme le tir d’une fusée Atlas F et transmet le film pour développement. Le jour suivant,  le major Florenz J. Mansmann le convoque dans son bureau. Le film est projeté : on peut voir la fusée Atlas F, équipée d’une ogive nucléaire factice, décoller et poursuivre normalement sa course. Un objet apparaît alors dans le ciel et tire un rayon lumineux sur l’ogive à quatre reprises. Actuellement, Jacobs est professeur associé à la Bradley University de Chicago. « A l’époque, j’envisageais une carrière à la NASA, j’ai donc observé le silence (…). Pendant 18 ans, je n’en ai parlé à quiconque. Ni à mes meilleurs amis, ni à ma femme ». En 1982, au terme de sa carrière militaire, il rompt son serment. Contacté par des enquêteurs, le major Mansmann, retraité, corrobore le récit de Jacobs : « l’histoire racontée par Robert Jacobs est authentique (…). Après coup, je regrette de ne pas avoir pu visionner le film plus que trois fois. Deux agents du gouvernement ont confisqué la pellicule et l’ont emportée dans un attaché case (…). Je reçus l’ordre de mon chef de considérer cet incident comme top secret ».

     

    * Malmstrom AFB : des missiles intercontinentaux mis hors service


    La base aérienne de Malmstrom située dans le Montana abrite des missiles intercontinentaux, l’une des principales composantes des forces de dissuasion nucléaires américaines. Le 16 mars 1967, le premier lieutenant Robert Salas est en service quand plusieurs gardes observent de l’extérieur d’étranges lumières zigzaguant dans le ciel. Soudain, un problème technique est signalé sur l’un des silos de missiles : en quelques secondes, huit missiles intercontinentaux sont déclarés hors service ! Tandis que Salas informe immédiatement le poste de commandement, un commando est légèrement blessé en s’approchant d’un OVNI rougeoyant en forme de soucoupe. Pour Salas, l’affaire est entendue :  « J’ai toujours eu l’impression que cet objet nous avait envoyé une sorte de message au sujet de nos armes nucléaires. C’était une démonstration de force, sans nul doute pour nous montrer que nous sommes observés de près. Le public a le droit de savoir. Il est temps de dire qu’une partie de nos missiles intercontinentaux ont été rendus hors service pendant que des OVNIs étaient observés dans les parages par des témoins on ne peut plus crédibles. L’Air Force continue de démentir que ce phénomène a été à l’origine de la panne survenue sur nos missiles. Or c’est faux. Et le public mérite tout simplement de connaître la vérité » . Malmstrom AFB est touchée par de nouvelles apparitions d’OVNIs dans le cadre d’une vague de grande ampleur qui touchera plusieurs bases entre le 27 octobre et le 11 novembre 1975.

     

    * Woodbridge : interventions contre des armes nucléaires


    En Europe, des OVNIs sont intervenus contre les bases de Bentwaters et de Woodbridge, situées dans le Suffolk, Royaume-Uni, entre le 27 et le 30 décembre 1980. Dans un rapport officiel, rédigé par le lieutenant-colonel Charles Halt, il est écrit qu’un des objets « tirait des rayons en direction du sol ». Récemment, Nick Pope, anciennement en charge du bureau d’enquête officiel de Sa Majesté sur les OVNIs, fut informé que ces rayons visaient précisément les entrepôts d’armes nucléaires de Woodbridge. Cette intervention est confirmée par l’enquêteur Peter Robbins qui note que « les objets ont tiré des rayons lumineux sur les bunkers stockant des ogives nucléaires » . Quant à Georgina Bruni, auteur de ‘You Can’t Tell the People’, elle conclue que l’interventionnisme OVNI « a probablement été provoqué par l’entreposage nucléaire » . Comme l’affaire commençait à faire des vagues dans la presse nationale, le ministère de la Défense britannique prit l’initiative de publier une « Defensive Press Line » : il s’agissait d’argumenter que cet incident n’avait aucun « intérêt pour la sécurité nationale ». Si plusieurs engins non-identifiés violant l’espace aérien de bases de l’OTAN et intervenant contre son arsenal nucléaire ne relève pas de la sécurité nationale, alors qu’est-ce qui est assez grave pour mériter ce statut ?

     

    Des Ovnis ont été aperçus au-dessus d’une installation d’armement nucléaire des forces aériennes.

     


    La divulgation du Projet révélation fait état que plusieurs services militaires et de renseignements savent qui sont les membres du Commandement des forces aériennes stratégiques et d’autres spécialistes du nucléaire se sont mis en avant pour témoigner sur le fait que les OVNIS sont bel et bien réels et semblent être en corrélation avec notre armement nucléaire.

     

    Le Projet a recueilli ses nombreux premiers témoignages, parmi lesquels des gens provenant de l’intérieur des services, dont les documents et les témoignages en faveur de l’existence des OVNIS, ces mêmes personnes ayant dirigé des installations nucléaires dites sensibles, depuis au moins les années 50. Jusqu'à ce que les OVNIS ne furent pas hostiles, il était clair qu’ils étaient préoccupés par les armes de destruction massive des humains. Les OVNIS ont même, une fois, pris possession de plus d’une douzaine d’engins balistiques intercontinentaux (ICBM) provenant d’une zone de lancement du Commandement des forces aériennes stratégiques hors ligne.


    Les témoignages:

     

    Le Lieutenant Colonel Dwynne Arneson de l’armée aérienne des Etats-Unis a déclaré :

     

    « J’étais l’officier de contrôle top-secret sur la base aérienne de Malmstom pour la vingtième division. J’ai lu, par hasard, un message passant par mon centre de communication. On pouvait y lire… qu’un Ovni avait été aperçu près d’un silo de missile… il était en train de l’aspirer. Le message faisait état que la relève qui arrivait, ainsi que ceux qui travaillaient, á ce moment, ont tous vu l’OVNI, aspirant les missiles dans l’air. C’était un objet circulaire métallique, et de ce que j’en ai compris, les missiles furent, tous, désarmés. Quelque chose les avait désarmés, afin qu’ils ne puissent être mis en mode de lancement. »

     

    Le Capitaine Robert Salas: Officier Responsable du Lancement pour le Commandement des forces aériennes stratégiques (1964-71) a déclaré :

     

    "Entre 1966 et 1969, j'étais un officier de l'US Air Force stationné à Malmstrom AFB (Air Force Base), dans le Montana, et ma fonction était celle d'officier d'officier de tir de missile (ICBM's Minuteman).

     

    Le 16 mars 1967, j'étais en fonction à l'un de nos centres de lancement (LCF - Launch Control Facilities) et je surveillais le statut de 10 missiles nucléaires.

     

    Tôt ce matin là, j'ai reçu un appel de mon garde de la sécurité qui était passablement effrayé alors qu'il rapportait qu'un OVNI "planait" juste au-dessus du poste de garde de l'entrée principale. L'objet était entouré d'un halo de lumière rouge. Le garde (chef poste) m'informa que ses hommes étaient prêts à ouvrir le feu. Pendant notre conversation, l'un des soldats fut blessé et mon interlocuteur mit fin à l'appel.

     

    Alors que j'étais en train d'informer mon commandant de cette conversation, la plupart de nos missiles furent désactivés. Quand nous avons rapporté cet événement au poste de commandement, ils nous ont informés qu'un incident semblable s'était produit au même moment sur un autre site de lancement et que tous les missiles avaient été désactivés pendant que des OVNI étaient observés directement au dessus des sites de lancements.

     

    Cependant, l'Air Force a mené une enquête mais aucune cause n'a jamais été déterminée en ce qui concerne la mise "hors service" des missiles. J'ai pu acquérir certains documents officiels, relatifs ces événements, de l'Air Force grâce à une loi américaine spéciale appelée FOIA (Freedom Of Information Act). L'incident fut déclassifié récemment, suite à l'obtention de ces documents. J'ai pu obtenir le témoignage d'anciens militaires qui valident mon récit."

    « L’incident relatif á l’Ovni est arrivé le 16 mars 1967, á Oscar Flight, une des cinq installations de control de lancement, sous la garde de la 490eme escadre de missile de lancement. J’ai reçu un appel provenant du garde de la sécurité le plus important… et il m’a dit que lui et quelques gardes ont été les témoins d’étranges lumières flottant près du site et de l’installation de contrôle de lancement. Je lui ai demandé s’il voulait dire Ovni ? Et bien, il a répondu qu’il ne savait pas ce que c’était, mais il y avait des lumières qui flottaient autour de la base. Ce n’était pas des avions, ni des hélicoptères, ils ne faisaient aucun bruit… (peu après) nos missiles ont commencé à s’arrêter de fonctionner un par un. Lorsque je dis s’arrêter de fonctionner, cela veut dire qu’ils affichaient « hors d’état de marche », une condition qui signifie qu’ils ne pouvaient être lancés. Cet arsenal se compose de missiles de type Minuteman one, et étaient bien sûr des missiles nucléaires de charge militaire… cet incident a extrêmement inquiété le quartier général Commandement des forces aériennes stratégiques, car ils étaient dans l’incapacité d’en expliquer les origines. »

     

    Questions réponses:

     

    Après avoir pris connaissance du récit de M. Salas, je lui posai quelques questions afin d'éclaircir certains points.

     

    Quel était votre grade à cette époque?

     

    - J'étais alors premier lieutenant.

     

    Pouvez-vous vous souvenir du nom du garde qui vous a appelé?

     

    - Non, malheureusement.

     

    Combien de gardes y avait-il à l'entrée du site? Ont-ils ouvert le feu sur l'objet?

     

    - Quatre des cinq gardes ont vu l'OVNI. Ils se sont mis en position, l'arme prête, mais ils n'ont pas tiré sur l'engin.

     

    Quel genre de blessure a reçu l'un d'eux? Qui est cet homme? Un rapport médical a-t-il été dressé?

     

    - Je me rappelle que la blessure était légère, soit une brûlure ou une coupure reçue alors qu'il approchait ou s'éloignait de l'engin. Mais ceci n'a pas été le résultat d'aucune attaque de l'objet. Cet homme fut évacué du site avant que nous soyions relevés par l'équipe suivante. Cependant, nous avons demandé les documents en rapport à cette blessure. Mais nous n'avons pas eu l'accord de recevoir ce rapport médical.

     

    Avez-vous, ou quelqu'un d'autre, demandé une assistence aérienne?

     

    - Nous avons appris d'autres sources qu'un F-106 fut envoyé en interception de l'un des objets, mais nous ne possédons aucune trace écrite du résultat de cette intervention. Nous, dans le LCC (Centre de Contrôle de Lancement), nous n'avons pas demandé de support aérien à cause de la suite des événements : l'OVNI quitta le site durant les quelques minutes de notre rapport et son comportement n'était pas hostile.

     

    Quelle fut la réaction de la sécurité?

     

    - Des équipes de sécurité furent envoyées afin d'enquêter sur place. L'une d'elles rapporte avoir vu un OVNI au-dessus de l'un des sites de lancement mais celui-ci partit très rapidement.


    L'incident a-t-il été mentionné dans le cahier du chef poste?

     

    - Oui, l'événement fut aussi bien mentionné dans le journal du chef de la sécurité que dans le mien (équipe du site November) et celui de l'équipe de l'autre site (Echo).


    Quel était le nom et le grade de votre commandant?

     

    - Mon commandant direct était le capitaine Frederick C. Meiwald. Il termina sa carrière militaire sous le grade de colonel.

     

    Parlez-nous de l'autre site qui fut également visité. Est-ce arrivé au même moment?

     

    - L'autre LCC était nommé Echo. Nous, nous étions à November. Ces sites sont distants l'un de l'autre d'environ 35 à 45 miles (56 à 72 km). Leur incident se produisit la même matinée.

     

    Ces observations (et aussi la blessure du garde) apparaissent-elles dans les documents récemment déclassifiés ou mentionnent-ils seulement le problème des missiles?

     

    - L'un des documents que nous avons obtenus est l'historique du 341ème Wing de Missiles Stratégiques pour la période janvier - mars 1967. Ce texte rapporte de manière très détaillée l'incident du site Echo mais ne mentionne pas les événements de November si ce n'est qu'il précise que les membres des équipes de sécurité November ont été questionnés. Ce rapport ne parle d'OVNI qu'une seule fois et c'est en ces termes : "Des rumeurs faisant état d'OVNI ont été réfutées". Je peux certainement montrer que cette déclaration est fausse si l'on considère mon témoignage, celui de mon commandant (situé dans le même local) et de l'autre équipe. Ce document ne rapporte pas la blessure de notre garde.

     

    Avez-vous reçu l'ordre de ne pas parler de cet incident?

     

    - Oui. Une fois de retour à la base, nous avons été en débriefing (rapport oral de fin de garde ou de mission) avec notre Commandant de Wing (unité de la Force aérienne), George W. Eldridge. Un membre de l'AFOSI (Air Force Office of Special Investigations - le service de renseignement de l'USAF) assista à cette entrevue. Lorsque le briefing fut terminé, ils nous ont dit que l'incident était désormais classifié (top-secret) et que nous ne pouvions en parler à personne. J'ai suivi ces ordres même dans la vie civile. J'ai démissionné en 1971. Ce n'est qu'après avoir lu un résumé de l'incident "Echo" dans un livre que j'ai décidé d'envoyer une requête d'information, sous le sceau du FOIA (Freedom Of Information Act), demandant la déclassification des documents relatifs à cet événement. A ce moment là, je pensais que j'étais au "flight" Echo car je ne me rappelais plus de ma position. Plus tard, j'ai appris qu'en fait j'étais au flight November. Si je rends cette affaire publique, c'est à cause de la déclassification de l'incident "Echo".

    Le Colonel Ross Dedrickson, de l’armée aérienne des Etats-Unis et membre de la Commission relative à l’énergie nucléaire, a déclaré :

     

    « Après que je suis parti en retraite de l’armée de l’air des Etats-Unis, j’ai rejoint la compagnie Boeing, j’étais en charge du recensement de toute la flotte nucléaire pour les missiles de type Minuteman. Au cours de cet incident, ils ont bel et bien pris en photo l’OVNI qui suivait le missile, lorsque le dit OVNI montait dans le vide, avec un faisceau lumineux tout autour, et neutralisa le missile. J’ai aussi appris qu’un nombre d’incidents, tel que le cas de quelques armes nucléaires envoyées dans l’espace, puis détruites par les extraterrestres. Notre gouvernement a envoyé une arme nucléaire en vue d’une explosion sur la surface lunaire… (et) les extraterrestres ont détruit l’arme sur sa trajectoire vers la lune. (Apparemment) l’idée de quelconque explosion dans l’espace par quelconque gouvernement terrien était intolérable pour les extraterrestres, et on a eu très souvent la preuve. »

     

    Le professeur Robert Jacobs: Lieutenant de l’United States Airforce (Armée de l’air étasunienne) 1369eme escadron Photo:

     

    « …nous étions en train de tester des missiles balistiques qui devaient larguer des charges nucléaires sur la cible… ma tâche était de superviser les instruments de photographie de chaque missile qui s’échouait sur la tranche ouest de la zone de test… et à l’intérieur de l’écran, quelque chose d’autre fit son apparition. Cela traversa l’écran et heurta un faisceau lumineux sur la charge militaire. Maintenant, vous devez garder en mémoire que tout ces trucs étaient en train de voler à plus de 1000 miles à l’heure, donc, ces objets ont engendré un faisceau lumineux sur la charge militaire, et l’a percutée. La charge militaire a tourbillonné dans l’espace. L’objet, c’est-à-dire les points lumineux que l’on a aperçus, la charge militaire et tout le reste, ont voyagé tout droit à travers la frontière entre l’atmosphère et l’espace, à une distance d’environ 60 miles, et allaient à une vitesse avoisinant entre 11 et 14 milles miles à l’heure, lorsque cette chose a rattrapé son retard sur les missiles, les a traversés, et a flotté tout autour d’eux, puis s’est retirée. »

     

    M. Harland Bentley :

     

    « J’ai pris part à un programme d’études supérieures en ingénierie nucléaire… travaillant sous contrat depuis 1963 : la NASA, le Département à l’Energie, et plusieurs industries de l’électronique autour de Washington DC. J’étais en poste dans une installation en Californie… classant des travaux… dont je ne peux pas trop parler… Nos astronautes effectuaient des boucles autours de la lune en 1967 et 1968… Je les ai entendus dire qu’ils possédaient un boggie (terme utilisé pour qualifier les OVNIS)… c’était un autre type de vaisseau. Ils ne pouvaient pas voir à l’intérieur de certaines entrées. Ils ne pouvaient discerner des être de quelque sorte que ce soit. Ils ne pouvaient pas décrire ces êtres, ils jetèrent juste un coup d’œil sur les photographies. Ils ont seulement dit que c’était une soucoupe volante. Puis, ils ont dit : " Voilà par où ils rentrent, puis il (le boggie) disparu de ma vue presque immédiatement." »

     

    Lieutenant Colonel Joe Wojtecki (US Air Force, octobre 2000)

    Le Lt. Colonel Wojtecki a passé 20 ans dans l'Air Force et s'est retiré en 1988. Il a passé la plupart de son temps avec le "Strategic Air Command" et le "Tactical Air Command". Une nuit d'avril 1969 lorsqu'il était stationné à Loring AFB dans le Maine, lui et son instructeur de vol ont tous les deux vus trois lumières très brillantes en triangle équilatéral parfait volant silencieusement à travers le ciel. Ils ont estimé que cet OVNI était plus bas que 3'000 pieds (1'000m, Ndt). Il a découvert le matin suivant que pendant six heures, un OVNI avait été vu stationnant au-dessus d'un groupe de B-52 contenant des armes nucléaires. Chaque fois qu'un avion s'approchait des lumières, elles partaient et volaient d'une manière totalement non-conventionnelle. Lorsque les avions partaient, les lumières revenaient de nouveau ensemble et se concentraient au-dessus du groupe de B-52. Plusieurs années plus tard, le Lt. Col. Wojtecki assista à une conférence donnée par SG (Steven Greer, Ndt) et vit une photographie d'un OVNI qui avait exactement la même configuration qu'il avait vu des années auparavant.

    Sergent Stoney Campbell (US Air Force, octobre 1999)

    Le Sergent Campbell est entré dans l'Air Force en 1966. Pendant l'été 1967, il gardait un B-52 sur une base du SAC dans l'Oklahoma lorsque tout d'un coup, directement au-dessus d'un B-52, une gigantesque brume bleue est apparue. Cela avait la forme d'une aile de boomerang et c'était brillant et pas solide. Cela a été relevé sur le radar et vu par de nombreuses personnes.



    Le Projet de Révélation, un groupe d’intérêt public de recherche sans but lucratif, a identifié des centaines de renseignements militaires, gouvernementaux ou de témoignages de professionnels.

     

    Voir : http://www.disclosureproject.org/

     

    Notes des éditeurs : J’ai rencontré et parlé à la plupart des témoins, qui possèdent une connaissance impressionnante en matière d’OVNI, qu’ils acquièrent en travaillant pour le gouvernement. Peu d’enquêteurs sur les OVNIS possèdent les bases de connaissance de ces témoins.

     

    Source: http://www.ufocom.org/UfocomS/malm67.htm

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359800
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum