Déclaration du dr. James E. Mcdonald sur les objets volants non indentifiés
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 987253 visiteurs aujourd'hui
  • 1879536 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Déclaration du dr. James E. Mcdonald sur les objets volants non indentifiés

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:34

    Déclaration du dr. James E. Mcdonald sur les objets volants non indentifiés 

     

    Les Ovnis et la science

     


    James E. McDonald


    Cette déclaration orale a été faite par James E. McDonald, physicien senior, de l'Institute of Atmospheric Physics, et professeur au Département de Météorologie de l'Université de l'Arizona, Tucson, Arizona, lors du symposium sur les objets volants non identifiés du House Committee on Science and Astronautics à Rayburn Bldg., Washington, D.C. le 29 Juillet 1968.

     

    La biographie Dr. McDonald suit:

     

    Dr. JAMES E. MCDONALD

    Né à: Duluth, Minnessota, USA, 7 Mai 1920.
    Addresse: 3461 East Third St., Tucson, Arizona.


    Education:

     

    University of Omaha, Omaha, Nebraska, B.A. (Chimie) 1942.

    Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, Massachussetts. (Météorologie) 1945.

    Iowa State University, Ames, Ia., Ph.D. (Physique) 1951.

     

    Carrière professionelle:

     

    Instructeur, Département de Physique, Iowa State University, 1946-49.

    Assistant Professeur, Département de Physique, Iowa State University, 1950-53.

    Physicien chercheur. Projet de physique des nuages, University of Chicago, 1953-54.

    Professeur Associé, Département de Physique, University of Arizona, 1954-56, Professeur, 1956-57.

    Directeur Associé. Institute of Atmospheric Physics, University of Arizona, 1954-57.

    Professeur, Département de Météorologie, et Physicien Senior, Institute of Atmospheric Physics, 1958 to present.

     

    Autres activités:

     

    U.S. Navy, 1942-45, renseignement naval et aérologie.

    Membre, Comité sur la Modification de la Météorologie et du Climat, National Academy of Sciences, 1965 à nos jours.

    Membre, ESSA-Navy Project Stormfury Advisory Panel, 1966 à nos jours.

    Membre, American Meteorological Society Commission on Publications, 1966 à nos jours.

    Membre, Advisory panel for weather modification. National Science Foundation, 1967 à nos jours.

     

    Membres d'assocations professionnelles:

     

    American Association for Advancement of Science, American Meteorological Society, Sigma Xi, American Geophysical Union, Royal Meteorological Society, Arizona Academy of Science, American Association of University Professors.

     

    Informations personelles:

     

    Marié, en 1945, Betsy Hunt: six enfants.

     

    Domaines de recherches:

     

    Physique Atmosphérique, physique des nuages et des précipitations, optique météorologique, électricité atmosphérique, modification du climat, phénomènes aériens non identifiés.

     

    DECLARATION DU DR. JAMES E. MCDONALD, PHYSICIEN SENIOR, INSTITUT DE PHYSIQUE ATMOSPHERIQUE, ET PROFESSOR, DEPARTMENT DE METEOROLOGY, UNIVERSITY DE L'ARIZONA, TUCSON, ARIZONA.

     


    Dr. McDonald. Merci, Mr. Roush.

     

    Je suis très heureux d'avoir cette chance de faire à ce comité quelques commentaires et suggestions basés sur ma propre expérience, et je souhaite recommander au Comité de la Science et de l'Astronautique de prendre cette première, et j'espère très significative étape, en regard d'un problème qui a beaucoup embarrassé depuis 20 ans.

     

    Comme le Dr. Hynek l'a souligné dans ses remarques, c'est un des difficultés du problème dont nous parlons aujourd'hui, que la communauté scientifique, pas seulement aux Etats-Unis mais à l'échelle mondiale, tend à escompter et considérer comme un non-sens le problème des OVNIS. Le fait que tellement de données anecdotiques sont impliquées a tout naturellement découragé beaucoup de scientifiques de prendre au sérieux ce que je pense, en fait, être une question d'importance scientifique extraordinaire.

     

    J'ai étudié maintenant pendant environ 2 années, sur une base plutôt intensive, le problème des OVNIS. J'ai interviewé plusieurs centaines de témoins dans des cas choisis, et je suis étonné de ce que j'ai trouvé.

    Je n'ai eu aucune idée de ce que la situation réelle des OVNIS puisse être le moins du monde telle ce qu'elle semble vraiment être.

     

    Il y a un certain parallèle entre la lente reconnaissance de ce problème par le Dr. Hynek et ma lente reconnaissance de ce problème. J'ai été curieux au sujet des OVNIS avec une attitude désinvolte pendant 10 ou 20 années et j'ai même vérifié des cas dans la région méridionale de l'Arizona plutôt au passage et superficiellement, principalement en rencontrant des profanes sincères qui ne sauraient pas reconnaître un phare d'avion, ou Vénus, ou un aérolithe lumineux, quand ils les voient. Il est tout à fait vrai que beaucoup de gens interprètent mal des phénomènes naturels; mais essentiellement mon expérience n'a pas été entièrement limitée à cette sorte de cas.

     

    Il y a environ 2 ans je suis devenu plus qu'un simple curieux pour plusieurs raisons qui ne sont pas trop appropriées à une discussion ici, et j'ai commencé à y consacrer beaucoup plus de temps et j'ai très rapidement changé mes notions au sujet de ce problème. J'ai visité la base aérienne de Wright-Patterson, j'ai vu leurs dossiers très étonnants et très impressionnants sur les OVNIS, dont la nature est entièrement différente de ce que j'avais imaginé.

     

    En même temps, je suis entré en contact avec un certain nombre de groupes d'enquêtes privés sur les OVNIS, un des meilleurs et des plus constructifs étant situé ici à Washington, le Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens (NICAP); j'ai contacté un autres des grands groupes nationaux, l'Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens (APRO), et j'ai trouvé à nouveau, ce ui m'a légèrement surpris, que ces groupes d'amateur opérant avec un budget très limité, et fréquemment dédaignés par nous les scientifiques, faisaient, en réalité, un travail de vraie investigation plutôt bon compte tenu de leurs ressources, et avaient compilé dans leurs dossiers, par exemple celui du NICAP, de l'ordre de 10.000 ou 12.000 cas, dont j'ai plus tard vérifié un grand nombre, et qui impliquent un problème qui a été perdu de vue, balayée sous le tapis, ignoré, et a maintenant besoin d'être très rapidement introduit publiquement car il exige une attention scientifique sérieuse et de haut niveau.

     

    Je souhaite souligner cela. Nous devons très rapidement obtenir que des gens très qualifiés examinent ce problème, parce qu'il semble être un très profondément préoccupant. Nous traitons ici de phénomènes inexplicables, des phénomènes embarrassants, qui ne seront pas clarifiés par personne si ce ne sont les meilleurs scientifiques.

     

    La portée de mes remarques ce matin, et la portée de mes remarques plus détaillées dans mon rapport préparé qui a été soumis, traitent de deux larges secteurs:

     

    J'ai été invité à récapituler les résultats de mes interrogatoires de témoins lors des 2 dernières années, ce que j'ai découvert, les problèmes que j'ai rencontrés et ainsi de suite; et, deuxièmement, de traiter de la catégorie des explications passées d'observations d'OVNIS, qui sont à la charnière de mon propre domaine, la physique atmosphérique.

     

    Permettez-moi de revenir très brièvement sur mon expérience. Lors des deux dernières années j'ai pu consacrer une partie substantielle de mon temps à ce problème. Je me suis principalement concentré sur des témoins dans les observations d'OVNIS qui ont été déjà vérifiées par certains des groupes indépendants; c'est-à-dire que dans les deux dernières années, je n'en étais plus à traiter des données brutes originales où il s'agissait principalement de phénomènes inintéressants, mais plutôt, je traitais des données déjà passées au crible, triées, me penchant très fortement sur des groupes comme le NICAP et l'APRO, et d'autres groupes dans ce pays et à l'étranger pour mes pistes et mon matériau de base.

     

    J'ai également eu la chance d'interviewer 75 ou 80 témoins en Australie, en Nouvelle Zélande, et en Tasmanie, quand j'étais dans ces régions l'été passé. Il y avait divers genres d'explications atmosphériques qui avaient été invoquées pour des cas australiens. Je dois dire que bon nombre d'entre elles sont simplement raisonnable du point de vue scientifique autant que dans celles dans notre pays. Mais principalement j'ai trouvé en Australie que la nature des observations est semblable à celles aux Etats-Unis, des objets en forme de disques, aux objets en forme de cigare, des objets sans ailes, sans moyen de propulsion visible, planant fréquemment sans le moindre bruit, faisant parfois des bruits, planant au-dessus des voitures, arrêtant des voitures, comme le Dr. Hynek l'a précisé, causant l'interférence avec le circuit d'allumage, et le même genre d'hésitation publique à les rapporter était très évident.

     

    Je veux souligner, comme étant une des idées fausses très importantes qui a été propagée, qu'au lieu d'avoir affaire avec des témoins qui rechercheraient principalement la notoriété, qui voudraient raconter une bonne histoire, qui se montreraient pour attirer l'attention, c'est généralement tout à fait l'opposé. Et c'est vrai en Australie, également. Les gens sont tout à fait peu disposés à vous dire qu'ils ont observé un OVNI, leurs connaissances effrayées penseraient qu'elles ont "dévalé la pente," comme on dit en Australie. A plusieurs reprises vous rencontrez cela. Les gens sont peu disposés à rapporter ce qu'ils voient. Il y a une vraie couverture du ridicule, qui n'a pas été mis en place pat un groupe particulier, il a juste évolué de la manière dont le problème entier s'est développé. Ce n'est pas entièrement nouveau en science. Cela s'est déjà produit avant.

     

    Je suis sûr qu'un certain nombre d'entre vous ici à la tribune sont au courant d'un chapitre intéressant de la science il y a des années quand les météorites, dont la NASA et beaucoup de scientifiques autour du monde obtiennent maintenant une quantité très grande d'information scientifique utile, ont été dédaignées et ridiculisées comme étant imaginaires. Elles ont été considérée comme un non-sens inventé par des paysans racontant des histoires de pierres tombant du ciel. Les efforts de quelques scientifiques pour jeter un coup d'oeil au problème et obtenir quelques données initiales ont simplement été ignorés jusqu'à ce qu'un événement très peu commun mais très réel se soit produit dans le nord de la France, une pluie de météorite. Alors a été envoyé un académicien éminent pour vérifier ce dont les gens parlaient, et de façon surprenante, les paysans ont semblé avoir raison. Tout le monde dans le village, le préfet de police, les administrateurs locaux, tous les paysans, avaient vu la chute des pierres tombant du ciel, et pour la première fois l'académie française avait daigné jeter un coup d'oeil au problème. La météoritique était née.

     

    Ici nous faisons face maintenant à une situation très semblable en science. Nous avons tendu à l'ignorer parce que nous n'avons pas pensé que cela semblait raisonnable. Cela défie certainement n'importe quelle explication, et par conséquent la situation a évoluée vers un point où nous ne pouvons pas avancer parce que nous n'avons pas avancé.

     

    La communauté scientifique dans son ensemble ne prendra pas ce problème au sérieux parce qu'il n'a pas de données scientifiques. On veut des données instrumentales.

     

    Pourquoi n'ont-ils pas des données instrumentales?

     

     Parce que les scientifiques ne le prennent pas assez au sérieux pour obtenir les données scientifiques. C'est comme une jeune de 20 ans qui ne peut pas obtenir un travail parce qu'il manque d'expérience, et il manque d'expérience parce qu'il n'a pas encore travaillé. De la même manière vous trouvez que le scientifique souhaite que vous lui donniez de bonnes lectures de compteur et des traces nettes de magnétocompteur, et ainsi de suite: mais nous ne les avons pas encore parce que le corps collectif des scientifiques, moi y compris, ont ignoré les OVNIS.

     

    Me tournant vers certains des points culminants de mon expérience d'intervieweur, je mentionne d'abord "l'effet du ridicule." Nous n'avons pas affaire à des gens avide de publicité. Nous ne sommes pas, et j'approuve ici des remarques du Dr. Hynek, nous ne traitons pas de la bigoterie et du cultisme. Ces gens ne sont vraiment pas le moins du monde intéressées par les observations. Elles ont des convictions fermes entièrement indépendantes des observations. Elles ne causent pas le bruit qui dérange le vrai signal du tout.

     

    Le Général Samford de l'Armée de l'Air l'a dit correctement, il y a 16 ans. Le Général Samford, alors directeur du renseignement, a dit, et je suis d'accord à 100 pour cent, "des observateurs crédibles observent des objets relativement incroyables." C'était dit il y a 16 ans, et cela se produit toujours.

     

    J'aborderai dans un moment ou deux une observation dans la zone de M. Pettis qui illustre très bien cela, une observation de cette année à Redlands, en Californie, dont je pense que le Dr. Harder peut nous parler encore davantage.

     

    Une autre caractéristique en interviewant les témoins est la tendance pour le témoin d'OVNI de se tourner d'abord non pas vers l'hypothèse qu'il regarde un vaisseau spatial, mais plutôt que ce doit être une ambulance là dehors avec un gyrophare rouge, ou que c'est un hélicoptère dans le ciel. Il y a une interprétation conventionnelle considérée d'abord; c'est seulement par la suite, alors le témoin sortent de la voiture ou de la voiture de patrouille et réalise que la chose est immobile en plein air et repoart en arrière et a six lumières brillantes, ou quelque chose comme cela, c'est seulement après que le témoin ait fait une première hypothèse économique, dans ces cas impressionnants, qu'il va plus loin dans ses hypothèses, et réalise finalement qu'il regarde quelque chose qu'il n'a jamais vu avant.

     

    J'aime l'expression du Dr. Hynek pour ceci, "l'escalade des hypothèses." Cette tendance de faire une conjecture simple d'abord et de l'améliorer ensuite est si caractéristique que je la souligne comme point très important.

    Puis, regardant le côté négatif, nous tous qui avons vérifié des cas sommes parfois presque angoissée de l'incapacité typique de la personne scientifiquement non formée à estimer des angles, à seulement comprendre ce que vous demandez au moment où vous demandez une évaluation angulaire. Nous nous rendons tous compte des erreurs grossières dans les distances, les hauteurs, et les vitesses ainsi estimées.

     

    Et je soulignerais pour ceux qui citent l'exemple du jury au tribunal que la tendance pour un groupe de témoins d'un accident à présenter des comptes rendus tout à fait différents, ne doit pas être surestimée ici. Ces témoins n'arrivent par exemple pas d'un accident de coin de rue en prétendant avoir vu une girafe tuée par un tigre. Ils parlent d'un accident. Ils sont confus au sujet des détails. Il y a des différences légalement gênantes du timing et de la distance, et ainsi de suite; mais tous sont d'accord que c'était un accident de voiture.

     

    Donc quand vous traitez des cas d'observations d'OVNIS avec des témoins multiples égelement. Il y a un noyau impressionnant d'uniformité; tout le monde parle d'un objet qui n'a aucune aile, toutes les 10 personnes peuvent dire qu'il était en forme de dôme ou quelque chose comme cela, et ensuite il y a des différences mineures quant à la façon dont ils indiquent ce qu'ils pensent de sa taille, à quelle distance il était, et ainsi de suite. Ces dernières variations posent un problème très réel. Elles se tiennent comme un facteur négatif en ce qui concerne les données anecdotiques, mais cela ne signifie pas que nous ne traitons pas de vraies observations de vrais objets.

     

    Ensuite il y a le problème très réel mais pas terriblement sérieux des farceurs, falsificateurs, menteurs, et ainsi de suite. Vous rencontrez des cas de temps en temps où vous finissez par penser, et bien, cette personne a une certaine raison pour avoir inventé toute l'histoire. Parfois elle est assez évidente. Parfois cela prend beaucoup de creuser pour le prouver.

     

    Je pourrais dire ici que les groupes investigateurs indépendants ont fait un excellent travail. Cela demande une connaissance des caractères humains, une expertise non scientifique, pour détecter des mensonges et des canulars.

     

    Ensuite il y a le problème que vous toujours devez être sûr en parlant avec des témoins que vous n'avez pas affaire à quelqu'un de déjà très enthousiaste au sujet des OVNIS. Vous devez essayer d'établir, et ce n'est pas toujours facile, s'il a une connaissance antérieure de la littérature sur les OVNIS. Avez-vous affaire à quelqu'un qui vous raconte juste ce qu'il a lu dans un magazine récent dans la salle d'attente du dentiste?

    Je souligne que mon expérience est qu'à plusieurs reprises vous trouvez des personnes qui n'étaient pas vraiment intéressées par les OVNIS jusqu'à ce qu'elles aient vu un elles-mêmes. Alors elles sont soudainement devenues très, très intéressées, tandis qu'un de plus dans le public est devenu un témoin d'OVNI; et dans ce corps de citoyens il y a quelques personnes vraiment en détresse qui souhaitent que la communauté scientifique, ou le gouvernement, fassent quelque chose au sujet de ce problème.

     

    Les types d'objets qui sont vus, et j'énonce clairement le mot "objet," pas "des lumières diffuses," sont répartis en une gamme de types, une gamme d'une étendue déroutante. Je veux employer ce mot beaucoup de fois, parce qu'il est parlant pour mon expérience. Le problème des OVNIS déroute. Mais il y a une prédominance des objets en forme de disque et des objets en forme de cigares ovales, des objets sans ailes, sans gouvernes, sans queue, et cette sorte de chose. Typiquement, des objets sans ailes, en forme de disque et en forme de cigare.

     

    Le même type d'observations sont venues de toutes les régions du monde, et ont eu lieu depuis un certain nombre d'années. Mes entrevues directes avec un témoin en Australie parle pour ce modèle global.

    Une autre caractéristique qui émerge est une fréquence tout à fait fluctuante des observations. En ce moment, dans les derniers mois, il n'y a pas eu un grand nombre de cas vraiment impressionnants qui ont faut surface; mais l'automne dernier, par exemple, l'Angleterre a eu une vague d'observations qui a été sans précédent dans l'expérience anglaise, celle-ci a mené, par exemple, à un documentaire de la BBC qui vient juste d'être diffusé. Cela a mené également à une étude récemment publiée, que j'ai obtenue seulement il y a deux semaines, de la région de Stoke-on-Trent dans la Staffordshire, 70 observations environ sur une période de deux mois et demi dans ce secteur. Il se trouve qu'un de mes collègues est un physicien anglais de ce même secteur. Comme il le précise, ce sont des gens de bon sens et non pas des farfelus qui seraient sous LSD, ou qui voient des fantômes dans le ciel.

     

    Il est embarrassé, et je suis embarrassé.

     

    Bien, il y a beaucoup de questions qui sont posées par les scientifiques sceptiques, les membres sceptiques du public; et le scepticisme, comme l'a dit Mark Twain, c'est ce qui vous donne une éducation.

     

    Il y a des questions comme. "Pourquoi les OVNIS ne sont-ils pas vus à l'étranger?" "Pourquoi les OVNIS ne sont-ils pas vus par des pilotes de lignes?" "Pourquoi les OVNIS ne sont-ils vus par des foules de gens plutôt que par des individus seuls?" "Pourquoi ne sont-ils pas dépistés par les radars?" "Pourquoi les observateurs et les météorologues ne voient-ils pas d'OVNIS?" "Pourquoi n'y a-t-il pas de bang de passage du mur du son?"

    En conclusion, une question très fréquemment soulevée, "si les OVNIS viennent d'ailleurs, s'ils sont vraiment des engins qui représentent une certaine civilisation évoluée, pourquoi n'y a-t-il aucun contact?"

     

    C'est une question qui est soulevée à plusieurs reprises, puisque la plupart des personnes qui en savent assez au sujet du problème des OVNIS pour réaliser qu'il doit y avoir là quelque chose de réel, ne peut pas, dans leur première vision du problème, envisager une visite venue d'ailleurs, une surveillance, ou ce que vous voulez, sans contact.

     

    Je veux revenir sur ce point plus tard, mais je souhaite souligner que ceci est une question fallacieuse. Si nous étions sous la surveillance d'une certaine technologie de pointe suffisamment avancée pour faire ce que nous ne pouvons pas faire en ce qui concerne les voyages interstellaires, alors, comme Arthur Clarke l'a tout à fait bien exprimé, cité dans Times Magazine la semaine dernière, nous avons une situation bizarre. Arthur Clarke précise que n'importe quelle technologie suffisamment en avance serait indistinguable de la magie. A quel point cela s'applique aux observations. Vous avez le sentiment que vous traitez d'une certaine technologie très évoluée, des caractéristiques d'une nature entièrement réelle qui défient les explications en termes de science actuelle. Affirmer que nous pourrions prévoir les valeurs, les raisons, motivations, et ainsi de suite, d'un tel système qui a les possibilités de venir ici depuis quelque part d'autre est fallacieux.

     

    C'est une erreur anthropocentrique d'une nature des plus évidentes, pourtant on demande cela encore et encore.

     

    Dans mon rapport écrit je couvrirai mieux encore ces points, naturellement.

     

    Le coeur du problème se situe dans les cas cités, et j'ai étudié, personnellement, de l'ordre de 300 cas en abordant les témoins principaux. J'ai examiné aussi soigneusement que je le peux toutes les explications raisonnables possibles.

     

    Il y a beaucoup de cas qui tombent en morceaux quand vous les étudiez. Ensuite il y en a un bien trop grand nombre qui résistent à la meilleure analyse à laquelle bon nombre d'entre nous ont pu les soumettre.

    Permettez-moi juste de citer brièvement, pour prendre un cas récent plutôt qu'ancien, l'exemple de Redlands, et peut-être que le Dr. Harder pourra vous donner plus de détails complémentaires.

     

    Le 4 Février de cette année, à 19:20 en soirée, au-dessus d'un quartier résidentiel dans cette ville d'une population de 30.000 personnes, un disque a été vu. Vingt témoins interviewés par les enquêteurs de l'Université de Redlands, l'ont décrit comme ayant des "fenêtres" ou des "hublots" ou quelque chose de cette sorte. Ils ont interviewé plus d'une demi-douzaine d'eux et tous ont vu quelque chose sur le dessous qu'ils ont décrit comme "ressemblant à des réacteurs."

     

    Cet objet planait stationnaire à une hauteur estimée à environ 300 pieds. Les évaluations varient, mais elles tournent autour des 300 pieds environ. Les citoyens étaient sortis dans la rue parce que les chiens aboyaient, et, parce qu'ils avaient entendu un bruit inhabituel, et assez rapidement il y avait des partout dans la rue. On a estimé que plus de 100 témoins étaient impliqués, et 20 ont été directement interviewés.

     

    Voici donc un objet vu par de nombreuses personnes. Il a plané, puis il s'est élevé à environ le double de la hauteur initiale, est encore resté stationnaire, et s'est abaissé à travers Redlands sur une courte distance, a été stationnaire à nouveau, et alors filé rapidement au nord-ouest.

     

    Ce cas n'a suscité aucune attention scientifique au delà de cette recherche par le Dr. Philip Seff et ses collègues. Il n'a pas reçu de notoriété publique. Il avait, en fait, seulement été rapporté en une courte colonne dans le journal local et aucunement sur aucun media national. Ceci se produit s'est produit en plusieurs occasion encore.

     

    Ici, par exemple, les rapports pour un mois d'automne dernier, une collection de coupures de presse sur des choses qui obtiennent une couverture locale, mais n'arrivent pas aux média nationaux, parce que dans le climat actuel de l'opinion, les rédacteurs des média, comme les scientifiques, les membres du Congrès, et le public dans son ensemble, on la sensation de certitude que rien n'est réel là dedans, et ils ne transmettent pas les nouvelle. Vous devez aller sur les lieux mêmes pour obtenir ce que la presse locale à couvert, dans la plupart des cas.

     

    Le cas de Redlands, Février 1968, illustre cela très bien. De temps à autre un cas passera par les newswires et suscitera l'attention nationale, mais généralement, on n'a tout simplement aucune connaissance de ces cas dans d'autres parties du pays, parce que les services de télégramme ne les diffusent pas. Permettez moi de vous parler d'un autre cas qui répond aux questions: "pourquoi n'y a-t-il pas de multiples témoins?" "pourquoi ne sont-ils pas vus dans les villes?" "pourquoi ne sont-ils jamais vus pendant la journée?"

     

    Il est vrai qu'il y ait une prépondérance des observations durant la nuit. Peut-être est-ce simplement en rapport avec la luminosité.

     

    Il est également vrai qu'il semble y avoir plus de rapports de régions plutôt éloignées, de secteurs de désert ou de marécages, qu'au milieu des villes. Mais il y a des observations dans les villes. Et il est également vrai qu'il y a plus de cas avec témoin seul que d'observations par de grandes foules. Mais dans chaque exemple il y a des exceptions saisissantes à cela.

     

    Dans la ville de New York, le 22 Novembre 1966, un total de huit témoins, membres du personnel de l'association américaine des éditeurs de journaux, ont été les témoin dans un cas bon. J'ai interviewé William Leick, de ce personnel, le directeur de ce bureau. J'ai entendu parler de lui par un rapport du NICAP. Il n'est pas paru dans le journal, comme je le mentionnerai. William Leick avait regardé hors de la fenêtre, a vu un objet au-dessus du bâtiment de l'ONU. Il planait, et pendant qu'il parlait à un collègue il a réalisé qu'il y avait quelque chose de bizarre au sujet de l'objet, donc ils sont sortis dehors sur la terrasse. Bientôt ils y a eu six autres personnes dehors sur la terrasse. C'était à 16:30 dans l'après-midi. C'était un genre d'objet en forme de coussin, comme il l'a décrit, et il n'avait aucune aile. Il basculait de temps en temps, clignotait dans le soleil de l'après-midi un petit peu, avait une sorte de couleur orange chaude. Tout les huit l'ont observé, et après qu'il ait plané pendant plusieurs moments il est monté verticalement et a alors filé à grande vitesse. Voici là un exemple d'observation en pleine ville à New York où les témoins sont des membres du personnel d'une organisation responsable. Leick, lui-même, avait été formé dans le Renseignement, pendant la deuxième guerre mondiale. Il n'y a aucune raison du tout de penser que lui et ses collègues inventeraient ceci.

     

    Ils ont appelé un journal de New York, mais ce fut pour s'entendre dire qu'ils n'étaient pas intéressés du tout. Il n'y avait eu aucun rapport de ceci publié dans un journal de New York. Après ils ont appelé un bureau local de l'Armée de l'Air mais personne n'est venu pour enquêter. Le cas est parvenu à mon attention parce qu'un des membres du personnel connaissait le NICAP et a envoyé un rapport au NICAP.

     

    Cette sorte de chose s'est produite à plusieurs reprises encore. Le couvercle du ridicule garde ces cas loin de la vue; un trop grand nombre d'eux se produisent pour que l'on doive retarder plus longtemps le travail sur ce problème avec toute l'aide scientifique possible.

     

    Un exemple célèbre à témoins multiples s'est produit à Farmington, Nouveau Mexique, le 17 Mars 1950. J'ai interviewé sept témoins là. Un nombre très grand d'objets étaient impliqué. Il y avait plusieurs différents groupes d'objets, tout décrits en tant qu'objets en forme de disque. Ils ont été expliqués comme étant des ballons Skyhook, officiellement, ainsi j'ai vérifié ceci.

     

    J'ai finalement établi qu'il n'y avait aucun ballon Skyhook qui aurait été lâché de n'importe où aux Etats-Unis autour du jour de l'observation. Les témoins comprenaient certains des citoyens les plus éminents de la ville. On a rapporté le cas nationalement à ce moment-là mais il a été vite oublié.

     

    J'ai interviewé un des témoins dans une observation dans l'Etat de Washington à Longview, le 3 Juillet 1949. Une fête aérienne se tenait et quelqu'un a repéré l'OVNI parce qu'il y avait un avion qui écrivait dans le ciel que certains observaient. Ils ont repéré le premier de trois objets en forme de disque qui sont venus à Longview ce matin. La personne que j'ai interviewée est un ancien commandant de marine, Moulton B. Taylor. Il était le directeur de la fête aérienne, alors il a utilisé la sono et a fait en sorte que tout le monde regarde cet objet avant qu'il ait traversé les cieux. Il flottait là pendant qu'il se déplaçait à travers le ciel. Il y avait des pilotes, des ingénieurs, des officiers de police, et des habitants de Longview dans l'assistance. Beaucoup avaient des jumelles. Taylor a estimé qu'il avait environ 10 minutes d'arc de diamètre. Puisque l'avion de skywriting était toujours en train d'écrire dans le ciel les gens ont continué à observer deux objets successifs du même type qui ont volé dans le ciel dans les 20 minutes suivantes. Un total de trois objets est venu, et ils étaient venus de trois directions différentes: un du nord, un du nord-ouest, et un presque de l'ouest, éliminant tout à fait clairement une explication comme celle de ballons, qui est devenue l'explication officielle. Il n'y avait aucune station de ballon n'importe où près de Longview, Washington, en fait, et l'explication par des ballons est totalement inadéquate.

     

    Ici nous avons une cas avec plus de cent témoins du passage d'un objet sans ailes se déplaçant à vitesse relativement élevée. Quand les deuxièmes et troisième objets sont passés, quelqu'un a eu la présence de l'esprit pour chronométrer leur taux de flottement - il était de 48 par minute.

     

    Ici encore nous avons un cas à témoin multiple, en pleine journée, et un cas que vous ne pouvez pas rapidement éliminer.

     

    Si le temps le permettait je parlerais d'un certain nombre de cas radar. Un des plus célèbre est l'observation de National Airport à Washington. Le 19 Juillet 1952, les radars de la CAA et les radars de l'Armée de l'Air à Andrews AFB ont dépisté des inconnus se déplaçant à des vitesses variables de 100 miles à l'heure à plus de 800 miles à l'heure, et un certain nombre de pilotes de ligne dans le ciel ont vu ces derniers, et parfois ont été dirigés vers eux par les personnels de radar de la CAA, et ont alors vu les objets lumineux aux endroits ou le radar indiquaient qu'ils se trouvent, près de Herndon et de Martinsburg.

     

    J'ai parlé à des cinq de ces personnes de la CAA. On peut toujours y retourner et vérifier ces vieux cas, je le souligne. J'ai également parlé à quatre des pilotes de ligne qui étaient dans le ciel alors. J'ai passé en revue des aspects quantitatifs de l'explication officielle, que c'était du à la canalisation ou le piégeage des rayons de radar. C'est tout à fait impossible. J'ai vérifié la radiosonde, calculée le gradient d'indice de réfraction radar, et il n'est en rien de l'ordre de du gradient causant la canalisation des ondes radar.

     

    En outre, il est très important qu'en même temps trois radars différents, deux de la CAA et un radar de base aérienne d'Andrews, ont tous obtenu des échos compatibles. C'est extrêmement significatif. Et finalement d'un point de vue de la propagation des ondes radar, les angles de la propagation, radar et visuels, étaient loin au-dessus de toutes les valeurs qui les laisseraient être emprisonnées, ce qui fait de ceci un cas qui n'est pas un cas expliqué. C'était un exemple d'objets aériens non identifiés au-dessus de notre capitale, je pense.

     

    On pourrait continuer avec de nombreux cas. Je veux juste aborder brièvement deux catégories des explications atmosphériques qui ont été plutôt largement discutées, et conclure avec celà.

     

    Le système optique météorologique est un sujet que j'apprécie et ai examiné plutôt soigneusement au cours des années, et je dois exprimer pour mémoire mon désaccord très fort avec le Dr. Donald H. Menzel, ancien directeur de l'observatoire de Harvard, dont les deux livres au sujet des OVNIS penchent principalement sur des explications météorologiques. J'ai vérifié cas après cas, et ses explications sont très, très loin au delà de ce que sont les principes bien connus et des aspects quantitatifs des objets optiques météorologiques. Il a fait des déclarations qui simplement ne s'adaptent pas à ce qui est connu au sujet des objets météorologiques.

    Je serais disposé à parler pendant toute la journée sur des exemples spécifiques mais le temps ne me le permettra pas.

     

    Deuxièmement, il y a eu plus récemment une suggestion faite par le rédacteur senior Philip J. Klass de "Aviation week," que les OVNIS vraiment intéressants sont des plasmas atmosphérique-électriques d'un certain type semblable à la foudre en boule, mais peut-être quelque chose de différent, quelque chose que nous ne comprenons pas encore mais qui serait produit par des processus atmosphériques.

     

    La première fois que n'importe qui a essayé l'hypothèse de la foudre de boule avait été lors du projet Grudge de l'Armée de l'Air, en 1949. Le bureau de la météo avait été invité à faire une étude spéciale de la foudre en boule. J'ai récemment obtenu une copie déclassifiée de cela, et la position de l'Armée de l'Air à ce moment-là, et depuis lors, était que la foudre de boule ne parvient pas à expliquer ces observations. Je suis d'accord avec cela. Quand vous traitez de cas à témoins multiples qui indiquent fermement des disques au lustre métallique, aux contours définis, vus dans la journée, complètement en dehors de tout orage, peut-être vus au-dessus du centre de Manhattan, ou peut-être à Redlands, Californie, ils ne sont pas de la foudre en boule ou des plasmas.

    Par une météo complètement indépendante de tout ce qui pourrait fournir une source d'énergie, la source d'énergie continue exigée pour maintenir un plasma face à la recombinaison et à l'affaiblissement d'un plasma, les vues de Klass juste semblent irrationelles.

     

    Il simplement déraisonnable de suggérer que, disons un Stratocruiser de la BOAC qui a été suivi par six OVNIS sur 90 miles au-dessus de la vallée du St Laurent en 1954 a été suivie par du plasma, ou que ces gens de Redlands regardaient un plasma, ou que les 20 objets environs qui ont volé au-dessus de Farmington étaient des plasmas.

     

    Un des caractéristiques d'un plasma est sa vie très courte et son instabilité excessivement grande, comme certains de vos membres la savent de par leur contact avec les problèmes de la recherche sur la fusion. La difficulté à maintenir un plasma pour plus que quelques micro-secondes est une difficulté très grande. Proposer que les conditions atmosphériques de beau temps puissent d'une façon ou d'une autre créer et maintenir des plasmas qui persistent pendant de nombreuses minutes, et tromperaient des pilotes avec 18.000 heures de vol de manière à ce qu'ils pensent que ce sont des disques volants blancs et rouges avec un dôme, pour prendre un cas très célèbre au-dessus de Philadelphie où le pilote a estimé qu'il était à environ 100 yards de ce disque avec dôme, est peu raisonnable. Ce n'est pas un point de vue scientifiquement bien défendu.

     

    Pour conclure, donc, ma position est que les OVNIS sont parfaitements réels et nous ne savons pas ce qu'ils sont, parce que nous en avons seulement ri. La possibilité qu'ils soient des engins extraterrestres, que nous traitions d'une surveillance avec une certaine technologie de pointe, est une possibilité je prends très au sérieux.

     

    J'ai atteins cette hypothèse, comme mon hypothèse préférée, non pas par des preuves matérielles, des morceaux de soucoupes ou leur plaques d'immatriculations, mais en ayant examiné des centaines de cas et en ayant rejeté les hypothèses alternatives comme étant incapables de les expliquer.

     

    Je crains que cette possibilité ait une base suffisamment bonne pour la soutenir, en dépit de son invraisemblance à priori, pour que nous devions examiner les OVNIS. Je pense que votre comité, avec ses nombreux soucis pour le programme aérospatial tout entier, aussi bien que notre programme scientifique national tout entier, ont des raisons très spéciales d'examiner cette possibilité. Si cette possibilité est correcte, s'il y a même une chance qu'elle soit correcte, nous devons obtenir que nos meilleurs scientifiques l'examinent. Au lieu de cela, nous rions collectivement de cette possibilité.

     

    Pour répondre à la demande de M. Rumsfeld, laissez moi faire des remarques sur deux des recommandations du Dr. Hynek. Je suis fortement d'accord sur le besoin d'une certaine nouvelle approche. Je suis sûr que le Dr. Hynek ne suggérait pas qu'il y ait un unique comité des OVNIS. En fait, dit-il, "pas d'approche unique." Une approche pluraliste du problème est nécessaire ici.

     

    Le Département de la Défense soutient déjà un certain travail là-dessus. La NASA a certainement un besoin de se pencher sur ce problème. Nous devons prêter une attention très sérieuse au problème et obtenir une variété de nouvelles approches.

     

    L'autre point mentionné par le Dr. Hynek était que nous tentions d'examiner le problème sur une base mondiale. C'est crucialement important. Nous traitons d'un problème réel ici, et j'affirme que c'est un problème global. Nous pouvons l'étudier aux Etats-Unis, mais si nous ignorons ce qui se produit en France et en Angleterre - une des plus grandes vagues d'OVNIS qui se soit jamais produite était en France - ce serait une grave erreur. Je demande instamment et fortement que votre comité considère de tenir des auditions un peu plus étendues dans lesquelles un plus grand segment de la communauté scientifique ait l'occasion de discuter des pours et des contres dans cette question, des auditions visant à obtenir une nouvelle attention scientifique pour ce problème important.

     

    Merci.

     

    Mr. Roush. Merci, Dr. McDonald, pour votre présentation. Comme nous l'avons expliqué il y a quelque temps, nous sommes pressés par le temps. Nous passons aux questions des membres du comité.

     

    Mr. Bell. Dr. McDonald, je veux vous complimenter sur votre rapport intéressant. Mais quels pistes vous font croire que quoi que soient ces phénomènes, ils sont extraterrestres?

    Quels faits avez-vous?

     

    Dr. McDonald. Puis-je dire que je n'utilise la le mot "croire." Je dirais "l'hypothèse " que cela est une surveillance extraterrestre, est l'hypothèse que je considère actuellement comme très probablement la bonne.

    Comme je l'ai mentionné, ce ne sont pas des faits matériels durs dans le sens de la preuve irréfutable, mais d'avoir traité cas après cas où les témoins ont montré une crédibilité que je ne puis pas contester. Cela m'impressionne. Ceux-ci sont pas du tout comme des phénomènes géophysiques ou astronomiques; ils semblent être des engins, avoir l'allure de machines. Je devrais vous répondre en termes de cas par cas que moi et d'autres avons étudiés, pour rendre ceci clairement. C'est ce corps très grand de témoignages impressionnants par des personnes fiables, de données de radar sur des objets à ultra haute vitesse se déplaçant parfois à plus de 5.000 miles à l'heure, les OVNIS, des cas combinés d'observations radar et visuelles, et tout simplement une surabondance d'autres indications qui nous suggère que nous traitons bien de choses qui sont des machines venant de quelque part ailleurs.

     

    Mr. Bell. Des photographies ont-elles été prises?

     

    Dr. McDonald. Oui; des photographies ont été prises.

     

    Par exemple, une photographie prise en Ohio, par un avion de reconnaissance de l'Armée de l'Air le 24 Mai 1954. J'ai récemment regardé d'un peu plus près les données. Ceci a été expliqué comme un undersun, mais cette idée est sujette à l'observation quantitative. Les angles ne correspondent tout simplement pas à l'undersun. Il y a un cas très important à la base aérienne d'Edwards avec deux témoins, où ils ont obtenu des photographies de l'objet. Malheureusement, dans ce cas-ci je n'ai pas vu la photo, mais j'ai parlé avec les gens qui l'ont prise. Il y a des photographies, mais pas autant que nous le souhaiterions. Nous voudrions en avoir un bon nombre. Dans un cas à Corning, en Californie, un officier de police, un des cinq témoins, avaient eu un appareil photo chargé dans sa voiture de patrouille, à 20 pas de là où il a observé l'objet, et il n'a pas même pensé à chercher son appareil photo. Il a dit qu'il était trop stupéfait pour penser à cela. C'est une partie du problème.

     

    Mr. Roush. Mr. Hechler.

     

    Mr. Hechler. Avez-vous examiné des rapports de communication par ces objets?

     

    Dr. McDonald. Oui; le problème du contact est très important. Il y a une catégorie de contact, pas dans le sens de se serrer les mains, mais plutôt la réponse à la lumière. J'ai un dossier sur plusieurs de ces derniers, et j'en recherche plus. Par exemple, à Shamokin, Pennsylvanie, le témoin s'appelle Kerstetter, il travaille pour une banque à Shamokin. J'ai parlé au président de la banque quant à son sérieux et j'ai obtenu de très bonnes recommandations. L'année dernière, lui et son épouse et leur famille étaient dans une voiture près d'une crête de montagne à Shamokin, et ont vu une chose planant au-dessus de la montagne, comme les lumières clignotantes d'une rampe de théâtre. Il avait une lampe-torche. Il ne connaissait pas le code Morse, mais cela n'a pas vraiment importé. Il a envoyé des flashes de lumière dans divers ordres et il a obtenu des lumières en retour de la chose. La même chose s'est produite à Newton, New Hampshire, en Août de l'année dernière, où plusieurs personnes ont vu un objet venir au-dessus d'eux.

     

    Ils ont eu la m'eme idée et ils ont fait des signaux avec une lampe-torche. Ce n'était pas du Morse, c'était trait point, puis trait trait trait, et le signal leur a été réémis sans défaut. La même chose s'est produite en Virginie Occidentale, où un pharmacien, appelé Sommers, l'a fait avec ses phares de voitures. Quand j'étais en Australie, j'ai parlé avec quelques chasseurs de kangourous. L'un me dit, un disque est venu et "je lui ait fait du morse"; son signal lui a été renvoyé fidèlement, et ils sont partis en hâte. Est-ce que c'est un contact? Je ne sais pas. Personne n'a pu en extraire quelque renseignement, de toute manière, si vous pardonnez l'expression. Il serait terrible qu'en fait cela ait été une surveillance extraterrestre et que notre technologie ait été représentée par la lampe torche de tous les jours. [rire.]

     

    Nous pourrions rater notre examen.

     

    Mr. Roush. Mr. Downing.

     

    Mr. Downing. Je suis intéressé par votre témoignage. A la page 10 de votre rapport écrit, vous dites qu'il est malheureux qu'aucune version acceptable de la référence 6 existe, bien qu'elle soit parvenue à arriver au statut d'acceptabilité limitée. Pourquoi est-ce que ce n'est pas disponible?

     

    Dr. McDonald. Et bien, c'était un document de l'Armée de l'Air. Ceci a été fait en 1949. Ceux-ci ont été classifiés jusqu'à il y a quelques années. Personne ne pouvaient obtenir l'accès à ces documents, parce qu'elles étaient sous le secret au Ministère de la Défense. Mais la règle de 12 ans a expirée, et le Dr. Leon Davidson est parvenu à obtenir une copie.

     

    Il est accessible dans le sens que si je veux payer 90$ de photocopie, je peux maintenant l'obtenir. Il n'est pas accessible dans le sens être disponible à chaque librairie dans le pays. Ma référence 7, que le NICAP a juste publié, est à la disposition des scientifiques partout dans le pays. C'est une question de l'Armée de l'Air ayant une politique de ne pas publier de tels articles, et ils ont été secrets. Je pense que le comité Moss et le NICAP doivent être fortement félicités pour avoir porté au grand jour la référence 7.

     

    Mr. Downing. Y a-t-il une raison pour laquelle ceci avait été secret?

     

    Dr. McDonald. Il y a une raison compréhensible pour laquelle l'Armée de l'Air a dû classer ceci secret. Un objet aérien non identifié, on le présume, est hostile jusqu'à ce qu'il s'avère que ce ne soit pas le cas. Donc il y a eu cette mesure malheureuse, mais entièrement compréhensible de ces deux secteurs. La mission de la défense nationale de l'Armée de l'Air les a rendu nécessaire, c'est une part certaine du problème des OVNIS, inévitablement, et ils ont obtenu la gestion de ce problème en premier lieu. Ils nous ont depuis longtemps indiqué qu'il n'y a aucune hostilité ici, par conséquent les curiosités scientifiques, parce qu'elle ne tombent pas sous la mission de la défense, devraient être en d'autres termes être transférées à la NASA, la NSF, ou quelque chose comme cela. Cela ne signifie pas que l'Armée de l'Air ne continuera pas à surveiller les OVNIS à la milliseconde près, Mais ils n'ont pas besoin de se soucier au sujet de la présente autre partie du problème. Je pense que c'est compréhensible, mais cela doit changer.

     

    Mr. Roush. Mr. Pettis.

    Mr. Pettis. Mr. le président, docteur.

     

    J'étais un petit peu intéressé à vos remarques au sujet de cet OVNI aperçu dans ma ville natale de Redlands.

    Je devrais vous dire que Redlands est une communauté plutôt conservatrice, quand les gens à Redlands disent qu'ils ont vu quelque chose, c'est qu'ils ont vu quelque chose. Il s'avère que je n'étais justement pas à Redlands à cette date particulière, donc moi je ne l'ai pas vu.

     

    Mais je voudrais observer ceci, cela ayant passé beaucoup de ma vie dans le ciel, en tant que pilote, professionnel et privé, je sait que beaucoup de pilotes et pilotes professionnels ont vu des phénomènes qu'ils ne pouvaient pas expliquer.

     

    Ces hommes, la plupart d'entre eux m'ont parlé, ont été très hésitants à parler de ceci publiquement, en raison du ridicule dont ils avaient peur de ce qu'il seraient les victimes, et je suis sûr que si ce comité devait jamais étudier ceci, ou les faire venir ici, il devrait probablement y avoir une audition à huis clos, monsieur le président.

    Cependant, il y a des phénomènes ici qui ne sont pas expliqué. Je pense que nous devrions probablement examiner ceci, c'est mon avis personnel.

     

    Mr. Roush. Mr. Ryan.

    Mr. Ryan. Oui, merci, M. le président.

     

    D'abord je voudrais vous remercier, M. Roush, pour votre intérêt pour le sujet, et remercier le Président du comité plénier pour avoir organisé ces auditions concernant ce problème.

     

    Je pense qu'il est important que ce comité ne s'écarte pas de sa juridiction, mais qu'il explore très soigneusement les propositions qui ont été faites par les témoins ici, et qu'il y ait un domaine continu d'exploration de ce problème global. Je veux remercier le Dr. McDonald pour avoir été persistant en présentant ses vues aux divers membres du comité, aidant à provoquer ces auditions.

     

    Je me suis demandé, Dr. McDonald, si vous vouliez bien évaluer le projet de recherche à l'Université du Colorado, et présente des observations sur celui?

     

    Mr. Roush. M. Ryan, puis-je juste dire que nous avions convenu que ce n'était pas le lieu pour discuter de ce projet particulier, et que le but du colloque n'était pas de nous mêler des activités d'une autre branche du gouvernement, mais d'explorer plutôt ceci en tant que des phénomènes scientifiques.

     

    Je suis sûr que le Dr. McDonald serait très heureux de conférer avec vous en privé sur ceci, mais si vous pouviez montrer une certaine retenue ici, la présidence vous en serait vraiment reconnaissante.

     

    Mr. Ryan. Bien, permettez-moi de reformuler la question.

     

    La suite ici

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359780
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


      --@0C' />
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum