Les "Soucoupes Volantes" sont réelles! (suite2)
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 975739 visiteurs aujourd'hui
  • 1868022 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Les "Soucoupes Volantes" sont réelles! (suite2)

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:32

    Chapitre VI

    Peu de temps après mon entretien avec Steele, je me suis envolé vers la côte. Pendant trois semaines j'ai étudié les observations qui avaient été rapportées par des pilotes de lignes aériennes et des pilotes privés et d'autres témoins compétents.

     

    Au début, les pilotes de ligne aérienne étaient peu disposés à parler. La plupart d'entre eux se rappelaient les moqueries qui avaient suivi les rapports publiés par d'autres pilotes de lignes. Un pilote m'a dit qu'on lui avait intimer l'ordre de se taire au sujet de son expérience - c'était soit la compagnie aérienne soit l'Armée de l'Air, il ne voulait pas le dire. Mais la plupart d'entre eux avaient finalement accepté de parler, si je ne publiais pas leurs noms.

     

    Un capitaine de ligne aérienne - je l'appellerai Blake - avait rencontré une soucoupe la nuit. Lui et son copilote avaient aperçu l'objet, brillant dans le clair de lune, à un demi mile vers leur gauche.

     

    "Nous étions à environ douze mille pieds," a-t-il dit, "quand nous avons vu cette chose nous suivre. Elle n'avait aucune lumière de navigation, mais nous pouvions voir le clair de Lune se refléter comme sur un métal brillant. Il y avait une lueur le long du côté, comme une certaine sorte de lumière, ou d'échappement."

    "Pouviez vous en distinguer la forme?" ai-je demandé.

     

    Blake a fait la grimace. "Vous pensez que nous n'avons pas essayé? J'ai coupé vers lui. Il a tourné dans la même direction. J'ai tiré le manche vers le haut pour monter d'environ trois cents pieds, et il a fait la même chose. En conclusion, j'ai ouvert mes commandes de puissance en pensant passer au dessus si nous en arrivions à devenir trop proches. Je n'avais pas besoin de m'inquiéter. La chose a laissé sortir un éclat de flammes rougeâtres et a filé vers le haut hors de notre vue. Elle a été trop loin en quelques secondes. "

    "Alors cela avait du être piloté," I dit.

     

    "Si il n'était pas piloté, alors il devait avoir eu une sorte de radar guidant ses réponses pour le faire virer au loin quand quelque chose se rapprochait de lui. Il a répondu à chaque mouvement que j'ai fait, jusqu'au dernier."

    Je lui ai demandé que ce qu'il pensait que la soucoupe était. Blake a hésité, puis il m'a fait une grimace éloquente.

     

    "Et bien, mon copilote pense que c'était un vaisseau spatial. Il dit qu'aucun pilote ici sur terre ne pourrait prendre autant de G, quand la chose a filée."

     

    J'avais entendu quelques "hommes de Mars" à propos des soucoupes, mais c'était là un pilote expérimenté qui le mentionnait.

     

    "Vous ne croyez pas cela?" ai-je dit.

     

    "Non," Blake a indiqué. "Je pense que c'était un nouveau type de missile guidé. S'il prenait autant de G comme Chuck, mon copilote, le pense, alors il devait avoir été radioguidé ou contrôlé à distance.

     

    Plus tard, j'ai trouvé deux autres pilotes qui avaient la même opinion que Chuck. Un capitaine avait peur que les soucoupes volantes aient été russes; son copilote a pensé qu'elles venaient de l'Armée de l'Air ou de la Marine. J'ai rencontré un fonctionnaire de ligne aérienne qui était indigné que l'on fasse des tests de tels missiles près des routes aériennes.

     

    "Même si ils ont un certain dispositif pour les inciter à virer au loin," a-t-il dit, "je pense que c'est risqué. Cela va faire mal si une de ces trucs touche un jour un avion de ligne."

     

    "Ils volent autour de nous depuis deux ans," m'a précisé un pilote de ligne. "Personne a n'a eu d'urgence pour le moment. Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de danger."

     

    Quand j'ai laissé la côte, j'ai volé vers New York. Ken Purdy a appelé John DuBarry, le rédacteur en matière d'aviation de True; pour entendre les détails. Purdy l'appellait "John le sceptique." Après que je leur aie dit ce que j'avais appris, Purdy a hoché la tête.

     

    "Que pensez vous que les soucoupes soient?" demanda DuBarry.

     

    "Elles doivent être des missiles guidés," ai-je dit, "mais cela laisse quelques étranges lacunes dans le tableau."

     

    J'avais composé une liste de réponses possibles, et je leur ai lu cette liste:

     

    "Premièrement, les soucoupes n'existent pas. Elles sont provoquées par des erreurs, de l'hystérie, et ainsi de suite. Deuxièmement, elles sont des missiles guidés Russes. Troisièmement, elles sont des missiles guidés Américains. Quatrièmement, la chose entière est un canular, un tour de la guerre psychologique."

    "Vous voulez dire un tour à nous?" dit Purdy.

     

    "Sûr, pour inciter les Soviétiques à penser que nous pourrions les atteindre avec un missile guidé. Mais je ne pense pas que c'est la réponse - je l'ai juste énumérée comme une possibilité."

    DuBarry a considéré ceci pensivement.

     

    "En premier lieu, vous devriez introduire des milliers de personnes dans l'arrangement, de manière à ce que les disques obtiennent assez de publicité. Vous devriez avoir un certain genre de dispositif, peut-être quelque chose lancé bombardiers volant à haute altitude, pour donner de la substance à la rumeur. Ils feraient certainement un meilleur travail que ceci, pour tout dire. Et cela n'expliquerait pas pas les observations à l'échelle mondiale. En outre, le Capitaine Mantell ne se tuerait pas juste pour donner de la substance à un canular officiel."

     

    "John a raison," a indiqué Purdy. "de toute façon, c'est trop grossier. Cela fuirait comme une passoire, et l'agent soviétique le plus idiot verrait vite clair là dedans."

     

    Il a regardé à nouveau ma liste. "Barrez le numéro un. Il y a bien trop de témoignages compétents, en plus du fait que de toute évidence on tente de dissimuler quelque chose."

     

    "Cela nous laisse les missiles Russes ou les missiles Américains," ai-je dit, "comme Steele l'a suggéré au début. Mais il y a là quelques points qui ne s'ajustent tout simplement pas à la théorie des missiles."

     

    "Vous avez omis une réponse," fit Purdy.

     

    "Laquelle?"

     

    "Interplanétaire."

     

    "Vous plaisantez!" ai-je dit.

     

    "Je n'ai pas dit que je le crois," dit Purdy. "Je dis juste que c'est possible."

     

    DuBarry m'observait. "Je sais ce que vous ressentez. C'est comme cela que ça m'a frappé la première fois que Ken me l'a mentionné."

     

    "Je l'ai déjà entendu auparavant," ai-je dit. "Mais je ne l'ai jamais pris au sérieux."

     

    "Peut-être ceci vous intéressera," dit Purdy. Il m'a donné une note de Sam Boal:

     

    "Viens de parler avec D.," disait la note. (D est un ingénieur aéronautique éminent, le concepteur d'un avion mondialement célèbre.) "Il pense que les disques peuvent être interplanétaires et que l'Armée de l'Air le sait - ou au moins, le suspecte. J'inclus des croquis montrant comment il pense que les disques fonctionnent."

    "Il n'est pas le premier qui nous ait indiqué cela," a dit Purdy. "Nous avons entendu la même chose d'autres ingénieurs. Plus d'une douzaine de pilotes de lignes aériennes pensent qu'ils viennent de l'espace. Et il y a un expert en matière de fusée au terrain de Wright qui a averti le Projet "Saucer" que ces choses sont interplanétaires. C'est pourquoi je ne l'écarte pas."

     

    "Avez-vous lu les idées du Projet "Saucer" sur le voyage dans l'espace?" m'a demandé DuBarry. Je lui ai dit que ma copie ne m'avait pas atteint. Il m'a lu quelques paragraphes soulignés dans sa copie du rapport préliminaire:

     

    "'Il y a eu des spéculations que les phénomènes aériens pourraient réellement être une certaine forme de pénétration de la part d'une autre planète. L'existence de la vie intelligente sur Mars n'est pas impossible mais est complètement improuvée. La possibilité de la vie intelligente sur la planète Venus n'est pas considérée comme complètement déraisonnable par des astronomes. Les scientifiques concèdent que la matière organique pourrait se développer dans des environnements chimiques qui nous sont étrangers... dans les cinquante années à venir nous commencerons presque certainement à explorer l'espace... Les chances que des voyageurs de l'espace existant proviennent de planètes tournant autour d'étoiles voisines est beaucoup plus grande que la chance de voyageurs de l'espace venus de Mars. Cela peut être considéré comme une quasi certitude...'"

     

    DuBarry m'a remis le rapport. "Tenez - je le connais pratiquement par coeur. Prenez-le avec vous. Vous pourrez le renvoyer plus tard."

     

    "Je sais que l'idée du voyage spatial semble idiote au début," a dit Purdy, "Mais c'est la seule réponse qui explique toutes les observations - particulièrement celles du siècle dernier."

     

    Il a demandé à DuBarry de me donner leur dossier sur les rapports historiques. Tandis que John le cherchait, Purdy a continué:

     

    "Faites attention au sujet de cet homme, Steele. Après ce qu'il a dit au sujet de la "responsabilité morale" je suis sûr qu'il est une taupe."

     

    J'ai pensé de nouveau à l'avertissement de Steele. J'ai dit à Purdy: "S'il avait l'hypothèse du voyage spatial à l'esprit, peut-être qu'il a raison. Cela pourrait créer une panique qui ferait ressembler l'affaire déClenchée par Orson Welles à un pique-nique."

     

    "Cela se pourrait certainement," fit Purdy. "Nous devrions gérer cela prudemment - s'il s'avérait que c'est la vérité. Mais je pense que l'Armée de l'Air fait une erreur, si est c'est ce qu'ils nous cachent. Cela pourrait venir au jour de la mauvaise manière et être pire."

     

    John DuBarry est revenu avec le dossier des vieux rapports. "Cela pourrait vous intéresser de savoir," a-t-il dit, "que l'Armée de l'Air a vérifié toutes ces vielles observations également."

    L'idée était toujours difficile à croire pour moi.

     

    "Ces suggestions de voyage spatial pourraient être une couverture," ai-je dit. "L'Armée de l'Air peut laisser entendre cela pour cacher le secret de missiles guidés."

     

    "Oui, mais plus tard ils nient l'hypothèse spatiale," a dit Purdy. "Cela semble être comme si ils essayent de mettre des gens en garde et puis minimisent l'idée pour qu'ils ne soient pas paniqués."

    Alors que je rangeait les rapports historiques dans mon attaché-case, Purdy m'a remis une lettre d'un enquêteur nommé Hilton, qui avait travaillé dans le Sud-Ouest. J'ai survolé son rapport.

     

    Hilton avait entendu parler de quelques observations nocturnes peu communes dans le Nouveau Mexique. L'histoire avait été étouffée, mais il en avait appris quelques détails par un pilote à Albuquerque.

     

    Une de ces "lumières volantes" mystérieuses avait été vue à Las Vegas, le 8 Décembre 1948 - juste un mois avant que Mantell ait trouvé la mort dans le Kentucky. Il faisait trop sombre pour que la forme derrière la lumière soit distincte, mais tous les témoins étaient d'accord à propos de ses manoeuvres. La chose s'était élevée à une vitesse énorme, son mouvement ascendant montré par une lumière vert clair. Cependant la lueur verte était beaucoup plus lumineuse que les lumières de navigation d'un avion normal, et tous les programmes de vols avaient été soigneusement vérifiés.

     

    "Je pense qu'ils essayaient de le mettre sur le dos d'un chasseur à réaction," dit le pilote d'Albuquerque à Hilton. "Mais il n'y avait aucun jet près de là. Quoi qu'il en soit, la montée de la chose était trop rapide pour un jet. Elle doit avoir fait de près de neuf cents miles à l'heure."

     

    L'Armée de l'Air avait également vérifié les lâchers de ballons, apparemment juste pour le sport, puisqu'aucun ballon ne pourrait même approcher la vitesse d'élévation terrible de la soucoupe. Là encore, ils ont fait chou blanc.

     

    "De la manière dont cela a été couvert par le secret," a commenté Hilton, "ils semblent être inquiets de ce genre d'observations. J'ai entendu deux rapports selon lesquels le F.B.I. est mêlé à l'affaire d'une façon ou d'une autre dans l'affaire, mais je n'ai pas pu aller plus loin."

     

    "Voyez si vous pouvez obtenir une piste là dessus," m'a dit Purdy. "Ces histoires de F.B.I. m'intriguent. Quel est leur rôle là dedans?"

     

    J'ai dit que j'essayerais de le découvrir. Mais il allait se passer presque quatre mois avant que nous apprenions la réponse: les hommes de F.B.I. avaient été des témoins. (ceci plus tard a été admis dans une référence croisée obscure dans le rapport final du projet "Soucoupe." Mais toutes les réponses officielles aux observations des étranges lumières vertes avaient été soigneusement omises. Les cas concernées étaient les 223, 224, 225, 226, 227, 230, et 231, qui seront discutés plus tard.)

     

    "Quand vous retournerez à Washington," a dit Purdy, "voyez quelle réaction vous obtiendrez à l'hypothèse interplanétaire."

     

    J'avais une très bonne idée de ce que serait la réaction, mais j'ai hoché la tête. "Ok. je vais affréter un vaisseau spatial et j'y vais."

     

    "Ok, moquez-vous," a dit Purdy. " mais ne négligez pas cette idée. Si par n'importe quelle chance elle est la bonne, ce sera la plus grande histoire depuis la naissance du Christ."

    http://ufologie.net/books/fsar06f.htm#doc

     

    Chapitre VII


    C'était déjà la nuit quand la limousine de la compagnie aérienne est arrivée au terrain de La Guardia. J'avais prévu de prendre un avion plus tôt mais DuBarry m'a persuadé de rester chez lui pour le dîner.

     

    Nous nous sommes arrêtés dans l'Algonquin, juste à côté du bâtiment ou True avait ses bureaux. Au milieu du dîner, j'ai demandé à John ce qu'il pensait de l'hypothèse du voyage dans l'espace.

     

    "Oh, c'est possible," a-t-il dit avec précaution. "Les aspects spatiaux et temporels rendent l'idée difficile, mais si nous projetons d'explorer l'espace dans un délai de cinquante ans, il n'y a aucune raison que d'autres êtres d'autres planète ne pourraient pas le faire. Naturellement, si ils nous avaient observés depuis plus d'un siècle, comme les observations anciennes semblent l'indiquer, ils doivent être très en avance sur nous, au moins en terme de progrès technique.

     

    Plus tard, il a dit pensivement, "bien que ce soit possible, je déteste penser que c'est la réponse. Imaginez simplement l'impact sur le monde. Nous devrions réorienter nos vies entières - et les choses sont déjà assez compliquées."

     

    Me tenant à la porte, attendant d'être appelé à mon avion, j'ai pensé a ces aspects. Supposant que le voyage spatial était la solution - ce que je ne pouvais toujours pas croire - quel en serait l'effet sur le monde?

    C'était une chose difficile à décrire. Cela dépendrait tellement des visiteurs de l'espace. Quel serait leur but? Seraient-ils pacifiques ou hostiles? Pourquoi auraient-ils observé la terre tellement intensivement ces dernières années?

    Je pouvais penser à cent questions. A quoi ressembleraient les gens de l'espace? Seraient-ils semblables aux hommes et aux femmes sur terre, ou à quelques créatures effrayantes à la Buck Rogers qui terrifieraient l'Américain moyen - y compris moi?

     

    Il était évident qu'ils serait largement supérieurs à nous de beaucoup de manières. Mais leur civilisation pourrait être entièrement différente. L'évolution pourrait avoir développé leurs esprits, et probablement leurs corps, en des directions que nous ne pourrions pas même saisir. Peut-être ne pourrions-nous même pas communiquer avec eux.

     

    Quel serait l'effet net d'un contact avec des êtres venus d'une planète éloignée? Est-ce que les Terriens seraient terrifiés, ou, si cela semblait une exploration pacifique, serions-nous intrigués par l'idée d'une grande aventure? Cela dépendrait entièrement des motifs des visiteurs de l'espace, et de la façon dont le monde aurait été préparé pour une telle révélation.

     

    Plus je pensait à cela, plus la chose semblait fantastique.

     

    Mais il n'y avait pas si longtemps que l'on avait pensé que l'idée de voler en avion était le rêve d'idiots. Cette scène ici à la La Guardia aurait paru être de l'imagination pure 1900 - les Constellations et les énormes DC-6; les Stratocruisers à double pont, parcourant tout le pays, les grands avions de la Pan-American, décollant pour toutes les destinations du globe. Nous avons parcouru un long chemin au cours des quarante six ans depuis le premier vol des frères Wright.

     

    Mais le voyage dans l'espace!

     

    Le guichetier a vérifié mon billet, et je suis sorti vers l'avion pour Washington. C'était un vaisseau de luxe, un DC-6 quadrimoteur pour cinquante-deux-passager, programmé pour arriver à la capitale une heure après le décollage. Et au matin cet avion, l'Aztec, serait à Mexico.

     

    Le couple montant la passerelle devant de moi avaient dans les soixante ans. Il y a cinquante ans, qu'auraient-ils dit si quelqu'un leur avait décrit ce vol? La réponse à cela était facile; à ce moment-là, les albums de chansons dans les lycées comportaient une chanson bien connue intitulée "Darius Green et sa machine volante." Darius, semble-t-il, était un jeune homme simple d'esprit qui croyait qu'il pourrait réellement voler.

    Cinquante ans. C'était la durée que l'Armée de l'Air avait estimé pour que nous commencions à explorer l'espace. Les Américains en viendront-ils à accepter le voyage dans l'espace comme une chose allant de soi - comme les gens montant maintenant à bord de cet avion? Les jeunes, probablement; les plus âgés, en règle générale, serait un peu plus prudent.

     

    Dans le salon ovale à l'arrière de l'avion, j'ai sorti le dossier des vieux rapports d'observation. Jetant un coup d'oeil dessus, j'ai vu des extraits des journaux du dix-neuvième siècle et des extraits des gazettes astronomiques et scientifiques officielles. La plupart des observations anciennes avaient eu lieu en Grande-Bretagne et sur le continent, avec quelques rapports dispersés autour du monde. Les rapports américains n'ont pas commencé avant la dernière partie du siècle.

     

    Le DC-6 a roulé sur la piste et a décollé. Pendant quelques minutes j'ai observé les lumières de Manhattan et du Greater New York en dessous. La tour de l'Empire State Building était au-dessus de nous, car l'avion passait au-dessus de l'East River. Nous nous sommes élevés rapidement, et le contour familier de Manhattan s'est dessiné comme une carte clairement marquée par des millions de lumières.

     

    N'importe quelle grande ville vue de l'air la nuit a une certaine magie, et surtout New York. Regardant vers le bas, j'ai pensé: Qu'est-ce qu'un astronaute penserait, voyant cette ville brillamment éclairée, les gratte-ciel très hauts? D'autres planètes auraient-elles de telles villes, ou serait-elle quelque chose de nouveau et embarassant pour un visiteur de l'espace?

     

    Retournant aux vieux rapports, je les ai parcouru jusqu'à ce que j'aie trouvé les observations américaines. Une des premières était un incident à Bonham, dans le Texas, en été de 1873.

     

    Il faisait plein jour quand un objet étrange et rapide est apparu dans le ciel, au Sud-Ouest de la ville. Pendant un moment, les gens de Bonham ont regardé la chose, ne croyant pas leurs yeux. Le seul engin volant alors connu était le ballon dérivant. Mais cette chose était énorme, et filait si rapidement que ses contours étaient presque une tache floue.

     

    Les fermiers terrifiés ont plongé sous leurs chariots. Les citadins se sont sauvés à l'intérieur de leurs maisons. Seules quelques âmes robustes sont demeurées dans les rues. L'objet mystérieux a effectué deux cercles autour de Bonham, puis a filé au loin à l'Est et disparu. Les descriptions de la machine étrange ont changée de rond ou ovale à une forme de cigare. (Les détails de l'observation de Bonham plus tard m'ont été confirmés par Frank Edwards, un journaliste de Mutuel Networks, qui a étudié ce cas.)

     

    Vingt-quatre heures après l'incident de Bonham, un engin correspondant à la même description est apparu à Fort Scott, dans le Kansas. Les soldats frappés de panique se sont sauvés de la place de manoeuvre tandis que la chose a filé au-dessus de leur tête. En quelques secondes elle a disparu, faisant un cercle vers le Nord.

    Jusqu'ici, j'avais supposé que le terme "soucoupe" était apparu avec Kenneth Arnold. En fait, le premier qui a comparé un objet volant à une soucoupe était John Martin, un fermier qui vivait près de Denison, dans le Texas.

     

     Les nouvelles quotidiennes de Denison du 25 Janvier 1878, font l'exposé suivant:

     

    De M. John Martin, un fermier qui vit à environ six milles au Sud de cette ville, nous apprenons l'histoire étrange suivante: Mardi matin tandis qu'il était sorti à la chasse, son attention s'est portée vers un objet foncé haut dans le ciel méridional. La forme et la vitesse avec laquelle l'objet a semblé approcher a attiré son attention et il a plissé les yeux pour en découvrir la nature.

     

    La première fois qu'il l'a vu, cela avait semblé être à peu près de la taille d'une orange, qui a continué à grandir en taille. Après l'avoir regardé pendant un certain temps M. Martin est devenu aveugle à force de regarder trop longtemps et cessa de regarder l'objet pendant un certain temps afin de reposer ses yeux. Quand il a repris son observation, l'objet était presque au dessus de sa tête avait augmenté considérablement sa taille, et avait semblé passer par l'air à une vitesse merveilleuse.

     

    Quand il fut directement au-dessus de lui il était à peu près de la taille d'une grande soucoupe et était évidemment de grande taille. M. Martin a pensé qu'il a ressemblait, comme il pouvait juger, à un ballon. Il est parti aussi rapidement qu'il était venu et a été bientôt perdu de vue dans les cieux. M. Martin est un monsieur de réputation incontestable et cette occurrence étrange, si ce n'était pas un ballon, mérite l'attention de nos scientifiques.

     

    Dans le dossier, j'ai vu que une note DuBarry avait rédigée:

     

    "Je prendrais les rapports anciens avec prudence. Par exemple, celui du 9 Août 1762, qui décrit un corps étrange et fusiforme voyageant à grande vitesse vers le soleil. Je me rappelle que Charles Fort a accepté ceci, avec d'autres observations anciennes, comme des preuves de vaisseaux spatiaux. Mais cette chose particulière pourrait avoir été un météore - les météores en tant que tels étaient presque inconnus alors. Les rapports postérieurs sont plus convaincants, et il est également plus facile de vérifier les sources, particulièrement celle après 1870 ci-dessus."

     

    De 1762 à 1870, les rapports étaient maigres. Certains ont décrit les lumières mystérieuses dans le ciel; quelques uns ont mentionné des objets ronds vus en journée. Quoiqu'ils n'aient pas été aussi pleinement documentés que les observations plus récente, un point m'a heurté. En ces jours, il n'y avait aucun télégraphe, téléphone, ou radio pour dissiper des nouvelles rapidement et pour créer une pléthore de rumeurs.

    Une observation en Ecosse ne pouvait pas être la cause d'un rapport semblable deux jours plus tard dans le Sud de la France.

     

    Commençant en 1870, il y avait des séries de rapports qui ont continué au tournant du siècle. Dans le London Times, le 26 Septembre 1870, il y avait une description d'un objet étrange qui a été vu croisant devant la Lune. On l'a rapporté comme elliptique, avec une certaine sorte de queue, et cela a pris presque trente secondes pour accomplir son passage devant la lune. Puis en 1871, un grand corps rond a été aperçu au-dessus de Marseille, France. Cela avait eu lieu le 1er Août. Il s'est déplacé lentement à travers le ciel, apparemment il était de grande taille, et avait été visible environ quinze minutes.

     

    Le 22 Mars 1880, plusieurs objets brillamment lumineux ont été rapportés à Kattenau, en Allemagne. Aperçus juste avant le lever de soleil, ils ont été décrits comme se levant de l'horizon et se déplaçant d'Est en Ouest. Le compte rendu a été édité dans le magazine britannique Nature, volume 22, la page 64.

     

    Le prochain rapport dans le dossier mentionnait brièvement un objet rond étrange vu dans les cieux au-dessus des Bermudes. La source pour ce compte rendu était la Gazette Royale des Bermudes. Cela avait eu lieu en 1885. La même année, un astronome et d'autres témoins ont rapporté un objet aérien colossal à Adrianople, Turquie. Le 1er Novembre l'apparition étrange a été vue se déplaçant à travers le ciel, les observateurs l'ont décrite comme ayant une forme ronde et quatre à cinq la taille de la lune.

     

    Cette évaluation est semblable à la comparaison de l'OVNI avec une orange à Denison, Texas. L'objet serait réellement énorme pour être vu avec n'importe quelle grande taille. Mais à moins que la taille véritable ne soit connue, n'importe quelle évaluation de taille serait juste de la devinette.

     

    Le 19 Mars 1887, deux objets étranges sont tombés dans la mer près d'un bateau de pêche Hollandais. Tel que décrit par le capitaine C. D. Sweet, un des objets était foncé, l'autre brillamment lumineux. L'objet incandescent est tombé avec un bruit de grondement puissant, et le chef du bateau était certain que ce n'était pas un météore.

     

    En Nouvelle Zélande, un an après, un disque ovale a été rapporté filant au dessus des têtes à grande vitesse. Cela avait été le 4 Mai 1888. Environ deux ans après ceci, plusieurs grands ont été vus planant au-dessus des Indes Orientales Hollandaises.

     

    La plupart des récit les ont décrit eux comme à peu près triangulaires, environ cent pieds sur la base et deux cents pieds de côté. Mais quelques observateurs ont pensé qu'ils pourraient être plus longs et plus étroits, avec une base arrondie; ceci les inciterait à être d'accord avec des histoires plus récentes d'objets en forme de cône avec les dessus arrondis vus dans les cieux américains.

     

    Le 26 Août 1894, un amiral Britannique a rendu compte de l'observation d'un grand disque avec une projection comme une queue et une année après ceci, l'Angleterre et l'Ecosse ont été submergées par des histoires d'objets de forme triangulaire comme ceux vus dans les Indes Orientales Hollandaises. Bien que de nombreux officiels ricanaient de ces histoires, plus d'un astronome s'est en tenu à sa croyance que les choses mystérieuses pourraient venir de l'espace extra-atmosphérique. Puisque les avions et des dirigeables étaient alors inconnus, il n'y avait à ces époques personne sur terre qui pourrait en avoir été responsable.

    En 1897, les observations aux Etats-Unis ont commencé à être plus fréquentes. Un des rapports les plus étranges décrit un incident qui a commencé le 9 Avril. Volant à une grande altitude, un engin énorme en forme de cigare a été vu dans le Midwest. Des ailes courtes se projetaient sur les côtés de l'objet, selon les rapports des astronomes qui l'ont observé par des télescopes.

     

    Pendant presque une semaine, le visiteur aérien a été aperçu autour du Midwest, aussi au Sud que St Louis et aussi à l'Ouest que le Colorado. Plusieurs fois, des lumières rouges, vertes, et blanches ont été vues étinceler dans le ciel; certain témoins ont pensé que l'équipage de cet engin étrange pourrait essayer de faire des signaux vers la terre.

     

    Le 15 Avril, la chose, quelle qu'elle puisse avoir été, a disparu du Midwest. Mais le 19 Avril 19, le même objet - ou bien un objet similaire - est apparu au-dessus de la Virginie Occidentale. Tôt ce matin la ville de Sisterville a été réveillée par les sirènes de la scierie et ceux qui sont sortis de leurs maisons ont vu une chose étrange. D'un objet volant en forme de torpille, des phares brillants se dirigeaient vers le bas, balayant la campagne; la chose a semblé avoir environ deux cents pieds de long, environ trente pieds de diamètre, avec des ailes tronquées et des feux rouges et verts le long des côtés. Pendant presque dix minutes le visiteur aérien a fait des tours de la ville, puis elle a filée vers l'Est et a disparu.

     

    Le rapport suivant a été publié par la revue mensuelle de météorologie de l'US Weather Bureau. A la page 115 dans le numéro de Mars 1904, il y a un compte rendu de cet observation étrange en mer. Le 24 Février 1904, une lumière mystérieuse avait été vue au-dessus de l'Océan Atlantique par des membres d'équipage de l'U.S.S. Supply. Elle se déplaçait vite et clairement à altitude élevée. Le rapport a été certifié par le Lieutenant H. Schofield franc, U.S. Navy.

     

    En Juillet 1907, une explosion mystérieuse s'est produite dans les cieux près de Burlington, Vermont. Quelques témoins ont décrit un engin étrange et en forme de torpille faisant des cercles en l'air. Peu de temps après qu'il ait été vu, un objet rond et lumineux a jailli du ciel vers le bas, et a alors éclaté. (Weather Review, 1907, page 310.)

     

    Un autre engin en forme de cigare a été rapporté à une basse altitude au-dessus de Bridgewater, dans le Massachusetts, en 1908. Comme celui à Sisterville, il portait des phares, qui ont balayé la campagne dans les deux sens. Après quelques moments, le visiteur s'est élevée en une ascension raide, et les phares se sont éteints.

     

    Il n'y avait eu aucun rapport pour 1909 en Amérique, bien qu'un objet aérien étrange ait été aperçu près des îles Galapagos. Mais en 1910, lors d'une matinée de Janvier, un engin argenté en forme de grand cigare a effaré les gens de Chattanooga. Après environ cinq minutes, la chose a filé au loin, apparaissant au-dessus d'Huntsville, Alabama, peu de temps après. Elle a fait une deuxième apparition au-dessus de Chattanooga le jour suivant, se dirigent vers l'Est et n'a plus jamais été revue.

     

    Dans Popular Astronomy, le 27 Janvier 1912, un Dr. F. B. Harris a décrit un objet intensément noir qu'il a vu croiser la lune. D'après ce qu'il pouvait en dire, elle était colossale dans la taille - il n'y avait cependant encore aucune manière d'être sûr de la distance de la chose à lui ou à la Lune. Faisant une sous-estimation prudente, le Dr. Harris avait dit: "je pense qu'un phénomène très intéressant et curieux s'est produit cette nuit. "

    Une ombre étrange a été notée sur les nuages à Fort Worth, Texas, le 8 Avril 1913. Elle a semblé être provoquée par grand corps immobile planant au-dessus des nuages. Tandis que la couche de nuages se déplaçait, l'ombre est restée dans la même position. Puis elle a changé de taille, diminuant, et a rapidement disparu, comme si quelque chose s'était élevée verticalement. Un rapport sur ceci a été présenté dans la Weather Bureau Review de cette année, le numéro 4-599.

     

    A partir de 1919, les dirigeables étaient naturellement bien connus pour la majeure partie des gens. Quand un objet en forme de dirigeable est apparu au-dessus de Huntington, en Virginie Occidentale, en Juillet de cette année, il n'y avait eu aucune grande alarme. On a pensé que c'était un dirigeable Américain, bien que l'obscurité - il était onze heure du soir - avait empêché les observateurs d'en être sûr. Mais un contrôle ultérieur a prouvé que n'était pas un vaisseau Américain, et qu'il n'avait pas pu provenir d'un des pays possédant un tel engin.

    Pendant un certain période après ceci, il n'eut que peu de rapports authentiques. Puis en 1934, Nicholas Roerich, à la tête d'une expédition Américaine dans le Thibet, a eu une expérience remarquable qui concerne l'énigme des soucoupes.

     

    Aux pages 361 et 362 de son livre Altai Himalaya, Roerich décrit l'incident. Le groupe de l'expédition était dans les paysages sauvages du Thibet un matin quand un porteur a remarqué les agissements bizarres d'un buzzard. Il a attiré l'attention de Roerich sur lui, et alors ils tous ont vu quelque chose haut dans le ciel, se déplaçant à grande vitesse du Nord au Sud. L'observant par des jumelles, Roerich a vu qu'il était de forme ovale, visiblement de taille énorme, et qu'il reflétait les rayons du soleil comme du métal brillamment poli. Tandis qu'il la suivait avec ses jumelles, l'objet a soudainement changé de direction, de Sud en Sud-Ouest. Il a été hors de vue en quelques instants.

     

    C'était la dernière observation listée avant la deuxième guerre mondiale. Quand j'eus fini, j'ai regardé hors du hublot de l'avion, curieusement dérangé. Comme la plupart des gens, j'avais grandis croyant que la Terre était le centre de tout - de la vie, de l'intelligence, et de la religion. Maintenant, pour la première fois dans ma vie, cette croyance était bousculée.

     

    C'était une chose curieuse. Je pouvais accepter l'idée que nous allions par la suite explorer l'espace, nous poser sur la lune, et continuer vers les planètes éloignées. J'avais lu des plans, et je savais que nos ingénieurs et scientifiques trouveraient de façon ou d'autre le moyen de le faire. Cela ne dérangeait pas mes croyance en notre supériorité.

     

    Mais confronté à ces indications de la présence d'une race supérieure dans l'univers, mon esprit se rebellait. Pendant des années, j'avais été accoutumé à penser en termes de bande dessinée à la Buck Rogers, avec des vaisseaux spatiaux à l'apparence étrange et des Martiens aux visages verts.

     

    Mais maintenant, si ces observations étaient vraies, l'avantage était dans l'autre camp. Nous serions confrontés à une race d'êtres des centaines d'années en avance sur notre civilisation - peut-être des milliers d'années. Dans leurs yeux, nous pourrions ressembler à des primitifs.

     

    Mes conjectures avant le décollage avaient juste été des pensées oisives; je n'avais pas vraiment cru que ceci pourrait être la réponse. Mais la question revenait maintenant brusquement. Comment réagirions-nous à une apparition soudaine de vaisseaux spatiaux, transportant une race plus évoluée vers la Terre? Si nous étions entièrement préparés, informés, de cette aventure fantastique, elle pourrait se dérouler sans ennui. Mais non préparés, nous serions jeté dans la panique.

     

    Les lumières de Philadelphie sont apparu en avant, et une pensée m'a frappée. Qu'est-ce que les Philadelphiens de 1776 aurait pensé en voyant ce DC-6 voler à travers leur ville à trois cents miles à l'heure? Qu'auraient fait les sentinelles à Valley Forge, un an après, si cet avion de passager illuminé avait filé au-dessus de leurs têtes?

     

    Folie. Bousculades. Telle était la réponse.

     

    Mais il y avait une différence maintenant. Nous avions eu les miracles modernes, la radio, la télévision, les avions supersoniques et la promesse d'encore plus de miracles. Nous pourrions être préparé, ou être au moins en partie disposés, à accepter des visiteurs de l'espace - en cinquante ans nous avions appris à voler. Dans cinquante ans, nous explorerions l'espace. Pourquoi devrions-nous croire qu'une telle intelligence créatrice aurait été limitée à la Terre? Ce serait incroyable si la Terre, parmi tous les millions de planètes, se révélait être le seul point habitée dans l'univers entier.

     

    Mais, instinctivement, je luttais toujours contre l'idée que les soucoupes volantes étaient des vaisseaux spatiaux. Par la suite, nous aurions des contacts avec des races d'autres planètes; ils visiteraient assurément un jour la terre. Mais elle pourrait être éteinte. Un problème que les générations postérieures devront gérer...

    Si les disques se révélaient être des missiles guidés américains, ce serait une réponse plus facile.

     

    En parcourant le rapport du projet "saucer" que DuBarry m'avait prêté, je lisais les éléments que le voyage spatial, espérant trouver une certaine indication sur le fait que ce pourrait être un écran de fumée. A la page 18, dans une discussion sur Mars, j'ai trouvé ce commentaire:

     

    "Des rapports sur des objets étranges vus dans les cieux ont été transmis au cours des générations. Cependant, les scientifiques croient que si les Martiens visitaient maintenant la Terre sans établir le contact, on pourrait supposer qu'ils auraient juste récemment réussi le voyage spatial, et que leur civilisation serait pratiquement à la hauteur de la nôtre. Ceci parce qu'ils ont du mal à croire que n'importe quelle race techniquement évoluée viendrait ici, ferait démonstration de ses capacités mystérieuses au cours des années, mais repartirait simplement chaque fois sans jamais établir de contact."

     

    Il pourrait y avoir plusieurs réponses à cela. Les Martiens pourraient ne pas pouvoir vivre en notre atmosphère, excepté dans leurs vaisseaux spatiaux étanches. Eux, ou une race d'une autre planète, pourraient nous avoir observés périodiquement pour vérifier nos lents progrès. Jusqu'à ce que nous ayons commencé à approcher leur niveau de civilisation, ou que d'une manière quelconque nous leurs causions du souci, ils ne verraient probablement aucune raison pour essayer d'entrer en contact. Mais d'une façon ou d'une autre j'ai trouvé vague confort dans l'argument, malgré les failles qu'il contienne.

     

    Recherchant plus loin, j'ai trouvé d'autre commentaires sur le voyage spatial. A une page, l'Armée de l'Air a admis que c'était presque une certitude que les voyageurs de l'espaces proviendraient de planètes en dehors du système solaire. Mais à la page suivante, j'ai découvert cette phrase: "ainsi, bien qu'on pense que des visites venant de l'espace soient possibles, on pense qu'elles sont fortement improbables."

     

    Quelle était la réponse? Est-ce que ce juste une discussion décousue des possibilités, mal formulées, ou était-ce une indication de la vérité? Cela avait pu être la première étape d'une préparation de l'Amérique pour une révélation. Cela pouvait aussi être une tromperie soigneusement réfléchie.

     

    Ce rapport entier avait pu être conçu pour cacher une arme secrète. Si l'Armée de l'Air ou la Marine avait un missile secret, quelle meilleure manière de détourner l'attention? Les vieux rapports d'observations avaient pu être invoqués comme accumulation d'indications de visiteurs de l'espace.

    Et soudain cela m'a frappé.

     

    Même si c'étaient un écran de fumée, comment expliquer ces vieux rapports?

     

    Ils restaient toujours à expliquer. Il y avait seulement une explication possible, à moins que vous n'ayez rejeté les observations comme étant des mensonges. Cela a signifiait critiquer de nombreux témoins dignes de confiance - des officiers de la Marine, des Commandants de la marine Marchande, des explorateurs, des astronomes, des ministres, et des officiels publics responsables.

     

    Sans compter qu'en plus de tout cela, il y avait là avaient des milliers d'autres témoins, quand des groupes nombreux avaient vu les objets.

     

    La réponse a semblé inévitable, mais je l'ai mis en attente. Je ne voulais pas y croire, avec tous les changements que cela pourrait amener, l'effet imprévisible sur notre civilisation.

     

    Si je continuais à faire des vérifications je pourrais trouver les preuves qui apporterait une explication différente pour les soucoupes volantes actuelles.

     

    Dubarry avait mis un autre groupe de rapports dans l'enveloppe; cette série couvrait la phase de la deuxième guerre mondiale et continuait jusqu'à la manifestation de l'alarme à propos de soucoupe aux Etats-Unis. Une partie de la série, concernant les Foo Fighters, m'était déjà connue. Ceci était relié avec les mystérieuses fusées rapportées au-dessus de la Suède. Les premiers observations suédoises s'étaient produits avant la guerre. La plupart des prétendues "fusées fantômes" ont été vues la nuit, se déplaçant à une vitesse énorme. Puisqu'elles sont venues de la direction de l'Allemagne, la plupart des Suédois ont cru que les fusées guidées étaient la réponse.

     

    Pendant l'été de 1946, après que les Russes aient pris le contrôle de Peenemunde, la base d'essai de missiles des Nazis, des fusées fantômes ont encore été rapportées volant au-dessus de la Suède. On a dit que certaines auraient fait demi tour et seraient aller voler dans des secteurs soviétiques. Pratiquement toutes ont été vus la nuit, et donc aucun n'avait été décrit comme un disque volant. Au lieu de cela, on disait que c'étaient des lumières de couleurs rouges, vertes, bleues, et oranges, souvent floues à cause de leur grande vitesse.

    Mais il y avait une complication embarrassante. Des lumières mystérieuses, et parfois des disques volants, ont été simultanément rapportés au-dessus de la Grèce, du Portugal, de la Turquie, de l'Espagne, et même du Maroc français. Soit il y avait deux réponses différentes, soit un certain pays avait développé des missiles ayant une portée incroyablement grande.

     

    En Janvier 1947, les observations de fusées fantômes en Europe avaient diminuées à moins d'une par mois. Assez curieusement, le rapport composé par le Projet "Saucer" l'avait été ce même mois. Le premier cas de 1947 détaillé par le Projet "Saucer" s'est produit à Richmond, en Virginie. C'était à peu près à mi-Avril. Un observateur de la météo de Richmond avait vu un ballon et le dépistait avec un théodolite quand un objet étrange a croisé son champ visuel. Il a dirigé le théodolite sur lui et parvint à suivre la chose, en dépit de sa grande vitesse. (Les données de vitesse et d'altitude réelles déterminées par une comparaison avec la taille du ballon en divers moments n'ont été jamais publiées. L'Armée de l'Air n'a pas non plus publié le rapport de cet observateur sur la taille de l'objet, qui selon le Projet "Saucer" était plus précise que la plupart des évaluations par des témoins.)

     

    Aux alentours du 17 Mai 1947, une soucoupe ovale énorme dix fois plus longue que son diamètre a été aperçue par Byron Savage, un pilote de Oklahoma City. Deux jours plus tard, une autre soucoupe volante rapide a été rapportée à Manitou Springs dans le Colorado. Dans le temps court on l'a observé que, elle a été vue changeant de direction deux fois, manoeuvrant à une vitesse incroyable.

     

    Alors le 24 Juin arriva le fameux rapport de Kenneth Arnold, qui a lancé l'alarme au sujet des soucoupes. Le reste de l'histoire, je la savais maintenant presque par coeur, et quand le DC-6 a débarqué à Washington, j'avais pris une décision. Puisqu'il était impossible de vérifier la plupart des anciennes observations, je me concentrerais sur certains rapports de cas récents dans lesquels les objets avaient été décrits comme étant des vaisseaux spatiaux.

     

    Tandis que j'attendais un taxi, j'ai regardé vers le ciel. C'était une nuit claire d'été, sans un seul nuage. Au delà de la basse colline à l'ouest je pouvais voir les étoiles.

     

    Je me rappelle que j'ai pensé, si c'est vrai, alors les étoiles ne sembleront plus jamais les mêmes.
     
    http://ufologie.net/books/fsar07f.htm#doc

     

    Chapitre IIX


    Le lendemain matin, dans la lumière d'une nouvelle journée, l'idée des visiteurs de l'espace avait quelque peu perdu son côté menaçant. Si les disques étaient des vaisseaux spatiaux, au moins ils n'avaient montré aucun signe d'hostilité, pour autant que je sache. Naturellement, il y avait Mantell; mais s'il avait été descendu par une certaine arme du disque volant, cela pouvait avoir été de l'autodéfense. Dans la plupart des cas, les soucoupes faisaient retraité au premiers signes de poursuite.

     

    Mon esprit était encore peu disposé à accepter le voyage spatial comme réponse, malgré les vieux rapports. Mais j'ai continué à penser au célèbre concepteur d'avions qui pensait que les disques étaient des engins spatiaux; aux pilotes de lignes aériennes que Purdy avait mentionné; à Chuck, le copilote de Blake.

    Maintenant que je l'ai rappelé, Blake avait été plus embarrassé qu'il me l'avait semblé quand je l'avais appelé et qu'il parlait de Chuck. Peut-être que c'est lui qui pensait que les soucoupes étaient des vaisseaux spatiaux, plutôt que son copilote absent.

     

    Après le petit déjeuner, j'ai parcouru la liste des observations depuis Juin 1947. Il y avait plusieurs soucoupes qui avaient été décrites réellement comme des vaisseaux en forme de projectile. De tout ces cas, le plus célèbre était le cas des Eastern Airlines.

     

    Il était 20:30, le 23 Juillet 1948, quand un DC-3 de Eastern Airlines a décollé de Houston, Texas, pour un vol vers Atlanta et Boston. Le capitaine de l'avion de passagers était Clarence S. Chiles. Pendant la guerre, il avait été dans le commandement des transports aériens, avec le grade de Lieutenant Colonel. Il avait effectué 8.500 heures de vol. Son copilote était John B. Whitted, un pilote de temps de guerre sur B-29. Tous deux étaient réputés dans l'Eastern Airlines comme des pilotes attentifs et prudents.

     

    C'était une nuit éclairée par la Lune, avec des nuages dispersés dans le ciel. Le DC-3 était à vingt miles à l'Ouest de Montgomery, à 20:45, quand un brillant engin en forme de projectile est venu filer le long de la route aérienne.

     

    Chiles l'a vu en premier et l'a pris pour être un avion à réaction. Mais l'instant d'après les deux pilotes ont vu que ce n'était aucunement un chasseur à réaction.

     

    "Il allait vers le Sud-Ouest," expliquera Chiles plus tard, "exactement à l'opposé de notre cours. Quoi que cela ait été, il a filé à notre rencontre à une vitesse terrible. Nous avons viré vers la gauche. Il a viré brusquement aussi, et est passé à environ sept cents pieds à notre la droite. J'ai vu alors qu'il n'avait pas d'ailes."

    Le mystérieux vaisseau est passé sur le côté de Whitted, et il a peu le voir d'assez près.

     

    "La chose avait environ cent pieds de long, était en forme de cigare et sans ailes," a-t-il décrit. "Elle avait environ deux fois le diamètre d'un B-29, sans aucun ailerons saillants."

     

    Le Capitaine Chiles a dit que la carlingue est apparue comme un compartiment pilote excepté pour sa luminosité étrange. Tous les deux, lui et Whitted ont convenu qu'il était aussi lumineux qu'une fusée au magnésium. Ils n'ont vu aucun occupant, mais à leur vitesse ceci n'avait rien d'étonnant.

     

    "Une lueur bleu-foncé intense venait du côté du vaisseau," a rapporté Chiles. (Des ingénieurs ont suggéré plus tard que la lueur étrange pouvait être venue d'une certaine usine électrique peu commune.) "Elle courait sur la longueur entière du fuselage - comme une lumière fluorescente bleue. L'échappement était une flamme rouge-orange, avec une couleur plus légère prédominante autour des bords externes. "

     

    Les deux pilotes ont dit que la flamme se prolongeait sur trente à cinquante pieds derrière le vaisseau. Alors qu'il passait, Chiles a noté un museau comme une pointe de radar. Tous deux, lui et Whitted ont aperçu deux rangées de fenêtres.

     

    "Juste au moment ou il passait," a dit Chiles, "son pilote a engagé le vaisseau vers le haut comme si il avait vu notre DC-3 et avait voulu nous éviter. Il y avait un énorme éclat de flamme de l'arrière. Il a filé dans les nuages, son passage avait bousculé notre DC-3."

     

    L'évaluation de Chiles de la vitesse du vaisseau mystérieux était entre cinq cents et sept cents milles à l'heure.

    Pendant que l'objet avait disparu, Chiles est allé dans la carlingue voir les passagers. La plupart avaient été endormis ou somnolent. Mais un homme a confirmé qu'ils n'avaient pas perdu leur lucidité. Ce passager, Clarence McKelvie de Columbus, Ohio, leur a dit (et l'a dit plus tard aux enquêteurs du Projet "Saucer") qu'il avait vu une lumière brillante filer devant son hublot. Elle était passée trop vite pour qu'il en percoive les détails.

     

    L'Associated Press a interviewé M. McKelvie peu après qu'il ait atterri, et a publié l'histoire suivante:

    "Kennett Square, Pennsylvania, 24 Juillet 24 (AP). Clarence L.McKelvie, rédacteur de gestion assistant de la Presse d'Education Américaine, a dit il était le seul passager sur l'avion d'EAL Houston-Boston qui n'ait pas été endormi quand l'engin fantôme a été aperçu.

     

    "Je n'ai vu aucune forme ou silhouette," a dit M. McKelvie. "J'étais du côté droit de l'avion, et soudainement j'ai vu cette strie incroyable et étrange hors de ma fenêtre, elle était très intense, pas comme la foudre ou quoi que ce soit que j'avais déjà vu."

     

    "L'homme de Columbus a dit qu'il était stupéfait et que l'objet s'est déplacé trop rapidement pour qu'il ajuste sa vision sur lui."

     

    A Washington, les fonctionnaires de l'Armée de l'Air ont insisté sur le fait qu'ils ne pouvaient jeter aucune lumière sur le mystère. Depuis Santa Monica, le Général George C. Kenney, alors chef du Stratégique Air Command, a déclaré que l'Armée de l'Air n'a eu rien qui ressmble même de loin au vaisseau décrit.

    "J'aurais bien aimé que nous ayons un engin comme cela," dit le Général Kenney aux journalistes. "Je voudrais bien voir cela, pour sûr."

     

    L'histoire publiée de ce "vaisseau spatial" a relancé les inquiétudes - et aussi les quolibets au sujet des pilotes mentalements dérangés. Mais Chiles et Whitted n'étaient pas des malades mentaux; ils étaient des pilotes fortement respectés. La confirmation par un passager apportait un poids supplémentaire. Mais même si chacun des trois avait été considéré victimes d'une illusion, les investigateurs de l'Armée de l'Air ne pourraient pas venir à bout des rapports venant de la base aérienne de Robbins.

     

    Juste une heure environ avant l'incident du DC-3, un objet flamboyant étrange est venu foncer au Sud à travers le ciel nocturne au-dessus du terrain de Robbins, à Macon en Géorgie. Des observateurs de la base aérienne ont été stupéfaits de voir ce qui a semblé être un énorme objet sans ailes filant en l'air avec à sa suite une traînée multicolore. (la description des témoins correspondait avec celle de Chiles et de Whitted.) Le vaisseau mystérieux a disparu vite; tous les observateurs ont convenu qu'il a disparu de la ligne de vision juste comme un avion normal le ferait.

     

    Tandis que je travaillais à ce cas, un contact à Washington m'a donné un tuyau intéressant.

    "Dans les quarante huit heures qui ont suivies l'observation des Eastern Airlines, les ingénieurs de l'Armée de l'Air se sont dépêchés de faire des plans et des modélisations du "vaisseau spatial," basées sur ce que les deux pilotes leur ont dit."

     

    Que ce soit vrai ou pas, j'ai constaté que les ingénieurs de l'Armée de l'Air ont calculé la vitesse probable et ont résolu le mystère de l'engin étrange. Le vaisseau s'est avéré être resté dans les limites des lois aérodynamiques pour des opérations en notre atmosphère. Voici le rapport de l'Armée de l'Air:

    L'application de la théorie courante de la gravitation a indiqué qu'un fuselage de ces dimensions, rapporté par Chiles et Whitted pourrait soutenir une charge comparable au poids d'un avion de cette taille, à un vol dans les vitesses subsonique. (ceci correspond à l'évaluation de Chiles de 500 à 7OO miles par heures.)

     

    Quatre jours après que l'histoire du vaisseau spatial ait été éditée, un porte-parole de la Marine a été cité comme laissant entendre que cela avait pu être une fusée de haute atmosphère égarée par les terrains de tests du Nouveau Mexique. Le bref rapport est apparu à la page éditoriale du Washington Star le 28 Juillet 1947. Il disait ceci:

     

    "La Navy dit que les techniciens navals avaient testé une fusée à 3000 miles par heure au Nouveau Mexique. Si l'une d'elle s'égarait, elle pourrait voyager à travers notre continent en peu de temps."

     

    A première vue j'ai pensé que ceci pourrait être la vraie réponse au cas de Chiles-Whitted. Mais après quelques minutes j'aie vu que c'était presque impossible.

     

    D'abord, des fusées de White sands sont lancées et commandées avec le plus grand soin. Il n'y avait eu aucun cas rapporté d'une fuite de fusée sur une telle distance.

     

    En second lieu, si une telle fusée s'était égarée, cela aurait certainement causé une grande agitation à White Sands jusqu'à ce qu'ils aient trouvé où elle est tpmbée. Des centaines de personnes auraient été au courant de la chose; il serait sûr que l'affaire aurait transpiré au dehors.

     

    Troisièmement, une telle fusée aurait dû voyager de White Sands à Macon, en Géorgie, puis faire des cercles autour de cette ville pendant plus de quarante minutes. (si elle avait conservé la vitesse observée au terrain de Robbins, elle aurait dépassé Montgomery longtemps avant que le DC-3 ait atteint le secteur). En outre, la fusée aurait dû virer brusquement pour s'éloigner de l'avion de transport civil, comme les deux pilotes en ont témoigné, et puis monter dans les nuages. Aucune fusée d'essai de haute atmosphère n'a des contrôles automatiques autorisant ceci.

     

    Et si elle avait été perdue par White Sands, la télécommande de la station ne l'aurait plus guidée.

    Le "vaisseau spatial" des Eastern Airlines ne pouvait donc pas êtr simplement une fusée fugitive. Mais c'a pu être un nouveau type d'avion, quelque chose de révolutionnaire, développé en secret absolu.

     

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359778
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum