Les "Soucoupes Volantes" sont réelles! (suite)
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 975772 visiteurs aujourd'hui
  • 1868055 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Les "Soucoupes Volantes" sont réelles! (suite)

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:32

    Le 8 Juillet encore plus de disques ont été rapportés. Près de la base aérienne de Muroc, où les engins top secrets étaient testés, six soucoupes argentées-blanches rapides ont été vues par des pilotes et des officiers au sol.

     

    Cet après-midi là, l'Armée de l'Air a indiqué qu'ils travaillaient sur un cas impliquant un expert des fusées de la Marine, C. T. Zohm. Tandis qu'il était en mission secrète pour la Marine dans le Nouveau Mexique, en liaison visuelle avec une fusée en cours de test, Zohm avait vu un engin volant argenté en forme de disque brillant au-dessus du désert. Il traversait le désert avec trois autres scientifiques quand il a vu l'objet étrange filer vers le Nord à une altitude d'environ dix mille pieds.

     

    "Je suis sûr que ce n'était pas un météore," a dit Zohm. "Ce pourrait avoir été un missile guidé, mais je n'ai jamais entendu parler de quoi que ce soit comme lui."

     

    A ce moment, les rapports de soucoupes arrivaient de presque quarante états. L'alarme augmentait, et il y avait des demandes pour que le radar soit utilisé pour dépister les disques. L'Armée de l'Air a répondu qu'il n'y avait pas assez d'équipement de radar pour couvrir le pays, mais que ses pilotes étaient en train de rechercher des soucoupes.

     

    Un rapport a mentionné un récit curieux provenant de Twin Falls dans l'Idaho. On y disait que le disque aperçu là volait tellement bas que les cimes des arbres avaient tourbillonné comme sous un orage violent. Quelqu'un avait téléphoné à Purdy au sujet d'un disque détecté par des observateurs de ballons météo à Richmond, en Virginie. Il y avait une autre note sur une observation au terrain de Hickam, à Honolulu, et deux rapports d'objets non identifiés vus près d'Anchorage, en Alaska.

     

    Une liste dactylographiée des observations mondiales avait été faite par le personnel de True. Elle contenait beaucoup de cas qui étaient nouveaux pour moi, des rapports du Paraguay, de la Belgique, de la Turquie; de la Hollande, de l'Allemagne, et des pays Scandinaves. A la fin de cette liste, Purdy avait écrit: "continuer aussi à vérifier la rumeur que les Soviétique auraient un projet de soucoupe volante. Pourrait être une diversion."

    De la masse des rapports, John DuBarry, le rédacteur en matière d'aviation de True, avait méthodiquement établi une image moyenne des disques: "le rapport général est qu'ils sont ronds ou ovale (ceci pourrait être un objet elliptique vu de profil), d'aspect métallique, très lumineux - soit de couleur blanc brillant ou argentée polie, il peut se déplacer à une extrêmement grande vitesse, rester stationnaire, accélérer rapidement, et faire des manoeuvres impossibles aux avions conventionnels."

     

    "Les lumières sont habituellement vues séparément - très peu de formations rapportées. Elles semblent avoir les mêmes vitesse, accélération, et capacités de manoeuvres. Dans plusieurs cas elles ont pu échapper aux avions de l'Armée de l'Air dans des rencontres nocturnes."

     

    Continuant à lire les cas, je me suis rendu compte que Purdy et son personnel avaient creusé dans au moins cinquante rapports qui n'étaient pas apparus dans les journaux. (quelques uns de ces cas se sont montrés incorrects, mais un contrôle avec les rapports de cas de l'Armée de l'Air publiés le 30 Décembre 1949, a prouvé que les dossiers de True contenaient tous les cas les plus importants.) Ces cas ont inclus des observations sur onze bases aériennes et quatorze aéroports américains, des rapports provenant de navires en mer, et des masses de rencontres par des pilotes de lignes aériennes et des pilotes privés.

     

    Les témoins incluaient l'armée, la marine, les Marines, les forces aériennes; la police d'état et la police de municipalités; les agents du F.B.I.; les observateurs météo, les commandants de navires civils, les astronomes, et quelques bons milliers de citoyens américains en bonne et due formes. J'ai appris plus tard que beaucoup de témoins avaient été interrogés par le F.B.I. pour éliminer les témoins qui avaient l'esprit dérangé.

    Je me retrouvais pas mal embarrassé. Les preuves étaient plus impressionnantes que ce que j'avais suspecté. Il était évident que de nombreux rapports avaient été entièrement supprimés, ou au moins tenus au loin des journaux. Il y avait quelque chose de sinistre à ce sujet. Qu'importe ce que la réponse était, c'était assez sérieuse pour être maintenu caché.

     

    Si c'étaient un missile soviétique, ai-je pensé, que Dieu nous vienne en aide. Ils avaient récupéré de nombreux scientifiques Nazi et leurs secrets de guerre. Et les Allemands avaient été loin en avance sur nous en ce qui concerne les missiles guidés. Mais pourquoi nous donneraient-ils un avertissement de deux ans, à tester leurs trucs ouvertement au-dessus de l'Amérique? Cela ne semblait pas raisonnable.

     

    http://ufologie.net/books/fsar03f.htm#doc

     

    Chapitre IV


    Je me suis rendu au Pentagone le lendemain matin. Je ne m'attendais pas à apprendre grand chose, mais je voulais m'assurer que nous n'étions pas en train de nous mêler de quelque chose de secret.

     

    J'avais travaillé avec Al Scholin et Orville Splitt, de la section des magazines des Relations Publiques, et je pensais qu'ils m'en diraient autant que tout autre. Quand je suis entré, je leur ai balancé la chose directement.

     

    "Quels sont mes chances de consulter les fichiers de votre Projet "Saucer?"

    Al Scholin en resta plus ou moins abasourdi. Splitt m'a regardé un moment et fit ensuite une grimace.

     

    "Ne me dites pas que vous pensez que ces trucs sont réels?"

     

    "Peut-être," ai-je dit. "Qu'est ce qu'il en est de mon autorisation d'accéder au Projet "Saucer?"

    Al secoua la tête. "C'est toujours classé secret."

     

    "Ecoute, Don," said Splitt, "Pourquoi voulez vous farfouiller dans ces histoires de soucoupes? Il n'y a rien du tout là dedans."

     

    "C'est très différent de ce que l'Air Force disait en 1947," lui ai-je dit.

    Il haussa les épaules. "L'Air Force a passé deux ans à vérifier. Tout le monde à Symington vous dira que les soucoupes volantes sont des sornettes."

     

    "Mais ce n'est pas ce que le Projet "Saucer" dit dans ce rapport d'Avril."

     

    "Ce rapport était fait il y a longtemps," dit Splitt. "Ils ont juste tardé à le publier."

     

    "Alors ils ont toutes les réponses maintenant?"

     

    "Ils savent qu'il n'y a rien là dedans," répéta Splitt.

     

    "Alors dans ce cas," dis-je, "Le Projet "Saucer" n'aurait pas d'objection a ce que je voie leurs fichiers et leurs photos."

     

    "Quelles photos?"

     

    "Celle prise au terrain de Harmon, en Terre Neuve, pour commencer."

     

    "Oh, ce truc," dit Splitt. "Ce n'était rien - juste une ombre sur un nuage. Quelqu'un vous a fait marcher."

     

    "Si c'est juste une ombre sur un nuage, pourquoi ne puis-je la voir?"

    Splitt commençait a être un peu irrité.

     

    "Ecoutez, vous savent combien de temps il faut pour déclassifier des choses. Ils n'ont pas encore eu le temps de le faire. Croyez moi sur parole, les soucoupes volantes sont des idioties. J'ai regardé avec Sid Shallett certaine de ses interviews. Ce qu'il a mis dans le Post est parole d'évangile.

     

    "C'est bizarre, ce rapport du 27 Avril," ai-je dit, "la façon dont il contredit le Post."

    "Je vous ai dit c'est un vieux rapport -"

     

    "Je ne dirais pas cela," Al Scholin intervint. "L'Air Force ne prétend pas avoir toutes les réponses. Mais ils ont prouvé que beaucoup de ces rapports sont des canulars ou des confusions."

     

    "Justement," ai-je dit, "l'Armée de l'Air a enregistré dans ses dossiers, en date du vingt sept Avril, que c'est assez sérieux pour que tout le monde soit vigilant. Et ils admettent que la plupart des choses dans les cas importants, sont encore non identifiés. Y compris la soucoupe que Mantell chassait. "

     

    "Ces affaires au terrain de Godman c'était une certaine sorte d'hallucination," a insisté Splitt.

    "Je suppose que tous ces pilotes et officiers du terrain de Godman ont été hypnotisés? Sans mentionner plusieurs mille personnes à Madisonville et à fort Knox? "

     

    "Ne vous énervez pas les gars, " dit Al Scholin. "Vous avez tous les deux le droit d'avoir une opinion. "

    "Oh sûr," a indiqué Splitt. Il m'a regardé, sa grimace était revenue. "Ca m'est égal si vous pensez que ce sont des Martiens."

     

    "Ne nous égarons pas," ai-je dit. "Dites moi ceci: est-ce que Shallett a obtenu de voir tous les dossiers secrets au terrain de Wright? "

     

    "Absolument pas."

     

    "Alors il a dû croire sur parole l'Armée de l'Air pour chaque cas?"

     

    "Pas entièrement. Nous avons arrangé quelques interviews pour lui."

     

    "Une chose encore - et ne vous enervez pas. Si tout est des sornettes, pourquoi ne pas avoir mis fin au Projet "Saucer?"

     

    "Qu'est ce que j'en sais? Probablement que personne ne veut en prendre la responsabilité."

     

    "Alors quelqu'un au sommet pense que ce ne sont pas que des sornettes," ai-je dit.

     

    Splitt rit. "Comme vous voulez."

     

    Avant de les quitter, je leur dit que je travaillais avec True Magazine.

     

    "Je veux que vous documentiez," dis-je, "que je vous ai dit cela. S'il y a n'importe quel problème de sécurité impliqué - si vous me dites que c'est quelque chose sur quoi vous travaillez - naturellement je laisserai tomber."

    Al Scholin fit avec emphase, "ce n'est pas un engin Américain, si c'est cela que vous voulez dire."

    "Certains pensent que c'est Russe."

     

    "Si c'est le cas je ne suis pas au courant," dit Al, "ni l'Air Force non plus."

     

    Après que j'aie quitté la section des magazines, j'ai essayé plusieurs officiers que je connaissais. Deux d'entre eux avaient les mêmes opinions que Splitt. Pas le troisième.

     

    "On m'a dit que ce sont des sornettes," il a dit, "mais on a le sentiment qu'ils essayent de s'en convaincre eux-mêmes. Ils agissent comme des gens près d'une maison hantée. Ils jureront qu'elle n'est pas hantée - mais ils ne s'en approcheront pas."


    "Nous n'avons plus de copies disponibles en ce moment," dit-il. "Je vous en enverrais une la semaine prochaine."

     

    Je lui ai demandé franchement ce qu'il a pensait que les soucoupes étaient.

     

    "Je doute que quelqu'un ait la réponse complète," répondit-il très sérieusement. "Il y a eu de l'hystérie - également quelques erreurs. Mais beaucoup de rapports ont été rédigés par des pilotes dignes de confiance, y compris nos propres pilotes. Vous ne pouvez pas juste en rire."

     

    Alors que je rentrais à la maison, j'ai pensé à tout ce que j'avais entendu. Tout que j'avais appris était que l'Armée de l'Air semblait divisée. Mais ce pouvait être un écran de fumée. En moins de vingt-quatre heures, j'ai reçu mon premier tuyau me rendant soupçonneux. Il était environ dix heures du matin, quand mon téléphone a sonné.

     

    "M. Keyhoe? Ici John Steele," a dit la voix à l'autre bout du fil. (En raison du rôle particulier qu'il a joué, maintenant et plus tard, je n'emploie pas son vrai nom.) "Je suis un ancien officier du renseignement de l'Armée de l'Air. J'étais sur le théâtre Européen pendant la guerre. "

     

    J'ai attendu. Il a hésité un instant.

     

    "J'ai entendu dire que vous travaillez sur le problème des soucoupes volantes," il a dit rapidement. "Je pourrais avoir des informations qui vous intéresseraient."

     

    "Cela vous ennuyerai de me dire qui vous a dit que je travaille là dessus?" demandais-je.

     

    "Personne directement. Il s'avère simplement que je l'ai entendu dire au Club de la Press. Franchement, je suis curieux au sujet des soucoupes volantes depuis 1945."

     

    Cela m'a surpris, mais je ne lui en ai rien dit.

     

    "Avez vous une idée de ce qu'elles sont?" demanda Mr. Steele.

     

    "Non, j'ai juste commencé les vérifications. Mais je serais heureux d'apprendre ce que vous avez."

     

    "Je puis être hors sujet," a dit Steele. "Mais je me suis toujours interrogé sur les "Foo Fighters" que nos pilotes ont vu au-dessus de l'Europe vers la fin de la guerre."

     

    J'ai réfléchi pendant une seconde. "N'était pas une certaine sorte de missile lancé depuis le sol?"

     

    "Non. Le renseignement n'a jamais obtenu n'importe quelle réponse véritable, autant que je sache. Ils étaient une sorte d'engin circulaires, ils réellement ont chassé nos avions un certain nombre de fois. Nous avons pensé qu'ils étaient quelque chose que les Nazis avait inventée - et je le pense encore."

     

    "Alors qui les lance maintenant?"

     

    "Eh bien, c'est évidemment la Russie ou nous. Si c'est les Soviétiques - eh bien, c'est ce qui m'inquiète. Je ne pense pas que cela devrait être traité comme une plaisanterie, de la manière dont certains au Pentagone le font."

     

    J'ai regardé le téléphone, essayant de m'imaginer son visage.

     

    "Je voudrais en parler plus longuement avec vous," j'ai dit. "Peut-être que vous tenez quelque chose."

    "Je vous ai donné tout ce que je sais," répondit Steele. "il y avait un rapport du renseignement que vous pourriez essayer d'obtenir - les fichiers de la Huitième Armée de l'Air devraient l'avoir."

     

    "Attendez une minute," ai-je. "Donnez moi votre numéro, au cas où je trouverais quoi que ce soit."

    Il me l'a donné sans hésitation apparente. Je l'ai remercié et ai raccroché, toujours songeur.

     

    Si c'était une tentative de dissimulation, elle était certainement grossière. La mention de son ancien rattachement à l'Armée de l'Air serait suffisante pour éveiller les soupçons à moins qu'il ait compté sur son apparente franchise pour la faire rejeter.

     

    Et qu'en était-il de cette histoire du Club de la Presse? Cela indiquerait que Steele était un journaliste. Est-ce que ceci a pu être simplement une tentative de me copier et d'obtenir quelques tuyaux sur mes recherches? Mais ce serait tout aussi grossier que l'autre idée. Naturellement, il pouvait être sincère. Mais indépendamment de ses motifs, cela avait une vilaine apparence. Et qui lui avait parlé à mon sujet?

     

    J'ai pensé à cela pendant une minute. Alors j'ai pris le téléphone et j'ai composé le numéro de Jack Daly.

    "Jack, connaissez vous quelqu'un nommé John Steele?" lui ai-je demandé. "Je pense qu'il est un journaliste. "

    "Personne que je ne connaisse," fit Jack. "Pourquoi, qu'est ce qui se passe?"

     

    Je le lui ai expliqué, et j'ai ajouté, "J'ai pensé que peut-être vous le connaissiez, et qu'il a entendu parlé de moi par vous."

     

    "Bon sang non" a indiqué Jack. "Vous devriez savoir que je ne laisserais pas fuir une chose comme ça."

     

    "Ce ne serait pas une fuite - je ne sais rien au sujet de cette affaire pour le moment. Par ailleurs, quand vous étiez au Star avez-vous traité de quoi que ce soit concernant les "Foo Fighters?"

     

    "Non, c'était après que je sois parti. Bill Shippen aurait couvert cela, quoi qu'il en soit."

     

    Je lui ai dit que je regarderais ce qu'il en est dans les archives du Star. Jack a dit qu'il me retrouverais là-bas à trois heures; en attendant il verrait ce qu'il pourrait découvrir au sujet de Steele.

     

    Jack était peu un en retard, et je suis allé parcourir les dossiers du Star sur les Foo Fighters. La plupart des faits ont été couvertes dans une histoire datée du 6 Juillet 1947, qui avait été inspirée par les manifestation d'alarmes au sujet des soucoupes. Je l'ai copié pour usage postérieur:

     

    Pendant la dernière partie de la deuxième guerre mondiale, des pilotes de chasse en Angleterre ont été convaincus que Hitler avait une nouvelle arme secrète. Les Yankees avaient appelé ces enfins "Foo Fighters" ou "Kraut Fireballs." Un des hommes du renseignement de l'Armée de l'Air maintenant affecté au contrôles sur l'alarme des soucoupes était l'officier qui a étudié les rapports des aviateurs militaires qui disaient que des engins circulaires étaient vus au-dessus de l'Europe et également sur les itinéraires de bombardement vers le Japon.

     

    On a rapporté que les officiers du renseignement n'ont jamais obtenu d'explication satisfaisante pour ces rapports des sphères et de disques argentés volant au-dessus de l'Europe Nazie en hiver de 1944-45. Plus tard, les équipages de B-29 en mission de bombardement vers le Japon ont rapporté voir des objets quelque peu semblables.

     

    En Europe, quelques Foo Fighters ont dansé juste près des saumons d'aile des chasseurs alliés et ont joué avec eux en faisant des piqués impressionnants. D'autres sont apparu en des formations précises et en une occasion un équipage entier de bombardier en a vu environ 15 les suivre à une certaine distance, leur lueur étrange clignotant en marche et en arrêt. Un Foo Fighter a pourchassé le lieutenant Meiers de Chicago sur environ 20 miles en descendant la vallée du Rhin, à 300 miles par heures, a rapporté un correspondant de guerre de l'Associated Press. Les officiers du renseignement ont pensé à ce moment-là que ces sphères pourraient être les objets contrôlés par radar envoyés pour mettre en panne les circuits d'allumage ou dérouter les réseaux de radars des alliés.

     

    Il n'y a aucune explication de leur apparition ici, à moins que les objets pourraient avoir été importés pour des essais secrets dans ce pays.

     

    J'ai lu le dernier paragraphe deux fois. Cela ressemblait fortement à une piste vers la réponse, malgré les démentis de l'Armée de l'Air. Il y avait d'autres possibilités moins plaisante. Les Russes pourraient avoir saisi le dispositif et l'avoir développé secrètement, en utilisant l'aide de scientifiques Nazi. Peut-être le Nazis avait été près de la réalisation d'un moteur atomique, même si ils n'avaient pas produit la bombe.

    Jack Daly est entré tandis que je relisais encore l'histoire.

     

    "J'ai eu la marchandise sur Steele," a-t-il dit. "Il fait des papiers pour un petit syndicat, et j'ai trouvé qu'il avait fait partie de l'Armée de l'Air. Je pense qu'il était alors capitaine. Les gens qui le connaissent disent que c'est une personne de parole. Quelqu'un de franc.

     

    "Ce qui ne l'empêcherait toujours pas de me donner un faux renseignement, si quelqu'un lui indiquait c'était la bonne chose à faire. "

     

    "Peut-être," a dit Jack, " mais pourquoi voudraient-ils imposer cette idée des Foo Fighters?"

    Je lui ai montré la coupure de presse. Il l'a lue et a secoué la tête.

     

    "C'est très différent de disques de trois cents pieds de diamètre."

     

    "Si nous - ou la Russie - obtenions le principe, en construire de plus grands ne serait pas forcément un gros problème."

     

    "Je n'arrive toujours pas à avaler ça," a dit Jack. "Ces choses ont été vues partout dans le monde. Comment pourraient ils les contrôler aussi loin- et être sûrs qu'elles ne s'écraseraient pas, où que quelqu'un pourrait les étudier et diffuser leur secret?"

     

    Nous en avons discuté dans tous les sens sans arriver à rien.

     

    "Je donnerais beaucoup pour savoir ce que Steele sait," j'ai dit, "si vous entendez quoi que ce soit de plus sur lui, passez-moi un coup de fil.

     

    Jack approuva. "Je verrai ce que je peux faire. Mais je ne peux pas creuser trop loin, sinon il en entendra parler."

     

    Vers la sortie, j'ai trouvé une cabine téléphonique et j'ai appelé Splitt.

     

    "Les Foo Fighters?" dit-il. "Sur, je me rappelle ces histoires. Vous pensez que ce sont vos soucoupes volantes?"

    Je pouvais l'entendre tiquer.

     

    "Je vérifie simplement tous les aspects," je lui ai dit. "La Huitième Armée de l'Air n'a-t-elle pas étudié les Foo Fighters?"

     

    "Oui, et ils n'ont rien trouvé qui soutienne les affirmations des pilotes. Crise de nerfs du au stress de la guerre, apparemment."

     

    "Que diriez-vous si je jetais un oeil au rapport du renseignement?" ai-je demandé.

     

    "Attendez une minute." Splitt fut loin du téléphone pour deux fois cette minutes, puis il est revenu." désolé, c'est classifié."

     

    "Si tout ces trucs sont des idioties, pourquoi garder le secret là dessus?" ai-je insisté. Je commençais à la trouver saumâtre.

     

    "Ecoutez, Don," fit Splitt, "Ce n'est pas moi qui fait les règles."

     

    "Bien sûr, je sais - je suis désolé," ai-je dit. J'ai eu une impulsion pour lui demander s'il connaissait John Steele, mais j'ai raccroché à la place. Il n'y avait aucun intérêt à se taper la tête contre le mur de l'Armée de l'Air.

    Le jour suivant j'ai décidé d'analyser le cas Mantell, du commencement jusqu'à la fin. Il paraissait être la clef pour au moins un aspect: la question d'un missile secret de l'Armée de l'Air. A moins qu'il y ait eu quelque gaffe, de sorte que Mantell et ses pilotes aient reçu l'ordre de chasser le disque par erreur, ce pourrait alors être un meurtre de sang froid.

     

    Je ne pouvais pas croire que n'importe quel officier de l'Armée de l'Air donnerait un tel ordre, quelque soit l'importance énorme d'un secret à garder.

     

    Mais je tenterai de le savoir, si possible.

    http://ufologie.net/books/fsar04f.htm#doc

     

    Chapitre V


    Pendant plus de deux semaines, j'ai vérifié la tragédie du terrain de Godman. Un fait a été clair dès le début: la mort de Mantell avait eu un effet profond sur beaucoup de gens dans l'Armée de l'Air. On m'a dit une douzaine de fois:

     

    J'ai pensé que les soucoupes étaient une plaisanterie - jusqu'à ce que Mantell soit mort en pourchassant cette chose à Fort Knox."

     

    De nombreux officiers de rang qui avaient ri de l'alarme des soucoupes ont cessé de ricaner. Un de ces derniers était le Général Sory Smith, maintenant directeur adjoint des relations publiques de l'Armée de l'Air. Plus tard lors de mon enquête, le Général Smith m'a dit:

     

    "C'était le cas Mantell qui m'a eu. Je connaissais très bien Tommy Mantell, et aussi le Colonel Hix, l'officier aux commandes à Godman. Je savais qu'ils étaient deux hommes intelligents - pas du genre à imaginer des choses."

     

    Pendant quinze mois, l'Armée de l'Air a gardé un silence buté. dans l'intervalle, les rumeurs ont commencé à se répandre. Un récit indiquait que Mantell avait été descendu, son corps grêlé de balles; son P-51 également mitraillé, s'était simplement désagrégé. Une autre rumeur a rapporté que Mantell aurait été tué par une force mystérieuse; cette même force avait également détruit son avion de chasse. L'Armée de l'Air, disait les rumeurs, avait dissimulé la vérité en disant à la famille de Mantell qu'il s'était évanoui par manque d'oxygène.

     

    Vérifiant ce dernier aspect, j'ai constaté que c'était bien l'explication donnée à la mère de Mantell. Juste après sa mort, des officiers de Standiford Field lui ont dit qu'il avait volé trop haut en poursuivant l'objet étrange.

    Shallet, dans les articles du samedi de l'Evening Post, a décrit la reconstitution du cas par le Projet "Saucer." On a dit que Mantell était monté jusqu'à 25.000 pieds, en dépit de sa décision ferme de terminer sa poursuite à 20.000 pieds puisqu'il n'a emporté aucun oxygène. Autour de 25.000 pieds, selon les investigateurs de l'Armée de l'Air cités par Shallet, Mantell a du avoir perdu conscience. Après ceci, son avion sans pilote est monté sur jusqu'à environ 30.000 pieds, et a alors plongé. Entre 20.000 et 10.000 pieds, suggère Shallet, le P-51 a commencé à se désagréger, évidemment du fait de la vitesse excessive. L'objet brillant qui a hypnotisé Mantell dans cette ascension mortelle était, dit Shallett, la planète Venus ou un ballon de recherches sur les rayonnements de la Marine.

     

    Le rapport su projet "saucer" de l'Armée de l'Air du 27 Avril 1949, publié juste après le premier article du Post, a fait ces déclarations:

     

    "Cinq minutes après que Mantell a disparu de sa formation, les deux avions restants sont revenus à Godman. Quelques minutes plus tard, on a repris les recherches, couvrant un territoire 100 milles au sud et aussi haut que 33,000 pieds, mais on n'a rien trouvé.

     

    "Les recherches suivantes ont montré que Mantell avait probablement perdu connaissance à 20.000 pieds par manque de l'oxygène et était mort de suffocation avant l'accident."

     

    "L'objet mystérieux que le pilote a chassé jusqu'à son décès a été d'abord identifié comme la planète Venus. Cependant, davantage de sondage a montré que les lectures d'altitude et d'azimut de Venus et de l'objet à intervalles indiqués de temps ne coïncidaient pas."

     

    "Il est toujours considéré comme non identifié."

     

    L'explication par Vénus, quoique maintenant nié, m'étonnait. Il était évident que l'Armée de l'Air avait sérieusement considérée l'offrir comme réponse, puis abandonnée. Apparemment quelqu'un avait mélangé ses papiers et a laissé Shallett utiliser la réponse rejetée. Et pour une certaine raison inconnue, l'Armée de l'Air avait trouvé impératif de nier l'histoire de Vénus immédiatement.

     

    Dans ces premières semaines de vérifications, j'avais rencontré l'explication par Vénus dans d'autres cas. Plusieurs officiers de l'Armée de l'Air l'ont affirmée tellement rapidement qu'elle avait tout d'un simple alibi. Mais pendant les cas en plein jour cet alibi devenait presque ridicule.

     

    Je connaissais quelques exemples lors de la deuxième guerre mondiale dans lesquels des équipages de bombardier et des mitrailleurs dans des avions avaient été trompés par l'éclat de Vénus. Mais cela avait lieu la plupart du temps la nuit, quand la planète était à sa brillance maximale. Et plus d'un mitrailleur a plus tard a admis avoir ouvert le feu juste pour tromper les longues heures d'ennui. Puisque les avions ennemis n'avaient pas de lumières, il n'y avait aucun cas authentique, à ma connaissance, où les mitrailleurs d'avions ou au sol ont cru réellement que Vénus était un avion ennemi.

     

    Vérifiant le rapport de l'astronome, j'ai relu le rapport de conclusion:

     

    "Ce ne pouvait tout simplement pas avoir été Vénus. Ils devaient être vraiment désespérés pour même suggérer Vénus en premier lieu."

     

    Des mois plus tard, dans le rapport secret du Projet "Saucer" fut publié le 30 Décembre 1949, j'ai trouvé la confirmation officielle des avis de cet astronome. Puisqu'il a une importance particulière concernant le cas de Mantell, je le cite maintenant:

     

    Quand Vénus en est à son plus grand éclat, il est possible de la voir pendant la journée si on sait exactement où regarder. Mais le 7 Janvier 1948, Vénus avait moins de la moitié de sa brillance maximale. Cependant, dans des conditions atmosphériques particulièrement bonnes, et avec l'oeil protégé des rayons directs du soleil, Vénus pourrait être vu comme point lumineux excessivement minuscule. Cependant, les chances de regarder juste à l'endroit approprié sont très faibles.

     

    On a reconnu de manière officieuse que l'objet était un ballon de recherches sur les rayonnements cosmiques de la Marine. Si ceci peut être établi, cette explication doit être préféré. Cependant, si on accepte l'affirmation que les rapports de diverses autres localités se rapportent au même objet, un tel ballon doit avoir été a un bon nombre de miles d'altitude - 25 à 50 - pour pouvoir avoir été vu clairement, presque simultanément, depuis des endroits distants de 175 miles.

     

    Si tous les rapports concernaient un objet unique, dans mes connaissances d'investigateur, aucun objet fait de la main de l'homme ne pourrait avoir été grand assez et assez loin pour des observations à peu près simultanées. Il est extrêmement peu probable, cependant, que tant de gens auraient pu à ce moment là séparément avoir eu la chance de voir Vénus dans le ciel diurne. Il semble donc beaucoup plus probable que plus d'un objet était impliqué.

     

    L'observation pourrait avoir impliqué deux ballons ou plus (ou des avions) ou elle pourrait avoir inclus Vénus et des ballons. Pour des raisons données ci-dessus, cette dernière explication semble plus probable.

     

    Deux choses ressortent clairement de ce rapport:

     

    1. La détermination évidente de trouver une certaine explication, aussi forcée soit-elle, à l'observation de Mantell.

     

    2. L'impossibilité que Vénus - un point de lumière minuscule, vu seulement avec difficulté - ait été l'objet métallique énorme décrit par Mantell et vu par des officiers du terrain de Godman.

     

    Vénus étant éliminé, je me suis mis à travailler sur la théorie du ballon. Puisque j'avais été un pilote de ballon avant de faire des études pour piloter des avions, c'était pour moi un terrain assez familier.

    La théorie alternative de Shallett selon laquelle Mantell avait chassé un ballon de recherches de la Marine a été largement répétée par des lecteurs peu familiers avec l'opération des ballons. Peu ont pensé à vérifier les vitesses, les tailles, et les distances impliquées.

     

    Les ballons de recherches sur les rayonnements cosmiques ne sont pas contrôlés; ils sont lâchés pour dériver librement avec le vent. Ce type particulier de ballon de la Marine est lâché sur une base proche de Minneapolis. Le sac de gaz est rempli seulement à un faible pourcentage de sa capacité en hélium avant le décollage.

    Dans un vol normal, le ballon monte rapidement à une altitude très élevée - aussi haut que 100.000 pieds. A ce moment le sac de gaz a atteint sa pleine taille d'environ 100 pieds de hauteur et 70 de diamètre. A un moment prédéfini, un dispositif libère la caisse des instruments sous le ballon. Les instruments descendent par un parachute, et le ballon, s'élevant rapidement, éclate par son expansion soudaine.

     

    De temps en temps un ballon commence à fuir, et il reste alors relativement bas. A première vue, ceci pourrait sembler être la réponse aux observations du Kentucky. Si le ballon était assez bas, il apparaîtrait indistinctement vers le haut comme un grand objet circulaire, vu de directement d'au dessous. Quelques témoins pourraient estimer son diamètre comme étant de 250 pieds ou plus, au lieu de ses 70 pieds réels. Mais cette incapacité à identifier le ballon exigerait une vision incroyablement faible de la part des observateurs qualifiés, de la police d'état, de la police de l'armée, des officiers du terrain de Godman, de Mantell et de ses pilotes.

     

    Le Capitaine Mantell était un pilote de temps de guerre, avec plus de trois mille heures de vol. Il a été formé pour identifier un avion ennemi éloigné en une fraction de seconde. Sa vision était parfaite, et également celle de ses pilotes. En plein jour, ils ne pouvaient pas échouer à identifier un ballon pendant leur chasse de trente minutes.

     

    Le colonel Hix et les autres officiers de Godman ont observé l'objet avec des jumelles à fort grossissement pendant de longues périodes. Il est incroyable qu'ils n'aient pas pu identifier comme étant un ballon.

    Avant son apparition au-dessus du terrain de Godman, le ballon avec des fuites aurait dérivé, à une basse altitude, sur plusieurs centaines de miles. (Une fuite assez grande pour le faire descendre d'une altitude élevée l'aurait fait tomber sur la terre et être retrouvé.) Dérivant à une basse altitude, il aurait été vue par plusieurs centaines de milliers de personnes, Au moins. Beaucoup l'auraient rapporté comme étant un ballon. Mais même si cet angle est ignoré ce ne pourrait pas probablement pas avoir été un ballon à basse altitude. Le vol rapide depuis Madisonville, l'arrêt brusque pendant une heure où il est resté stationnaire au terrain de Godman, les éclats rapides de vitesse que Mantell a rapportés rendent cela impossible. Pour voler les 90 miles de Madisonville à Fort Knox en 30 minutes, un ballon exigerait un vent de 180 M/H. Après déplacement à cette vitesse d'ouragan, il aurait alors dû arriver à un arrêt net au-dessus du terrain de Godman. Quand le P-51's approché, il aurait dû accélérer à nouveau à 180 mph, puis à plus de 360 mph pour rester en avant de Mantell.

    Les trois pilotes de chasseur ont pourchassé l'objet mystérieux pendant une demi-heure. (j'ai plusieurs fois ballons pourchassés des ballons avec un avion, les rattrapant en quelques secondes.) Dans une interception en ligne droite, Mantell se serait rapproché en 30 secondes; le vent arrière agissant sur son chasseur annulant la dérive du ballon en avant.

     

    Mais même si vous acceptez ces facteurs improbables, il y a un fait final qui annule l'explication du ballon. L'objet étrange avait disparu quand les équipiers de Mantell ont fouillé le ciel, juste après la mort de leur chef. S'il avait été un ballon resté stationnaire pendant une heure à une altitude élevée, et brillant assez fort pour être vu é travers des nuages, il serait resté visible dans la même position générale. Vu de 33.000 pieds, il aurait été encore plus lumineux, en raison de l'air plus clair.

     

    Mais l'objet mystérieux avait complètement disparu en ces quelques minutes. Une recherche couvrant cent milles n'en a pas indiqué une trace. Qu'il soit àa une haute ou basse altitude, un ballon ne pourrait pas avoir échappé aux yeux des pilotes. Il aurait également continué à être vu au terrain de Godman et en d'autres points, par les coupures occasionnelles dans les nuages.

     

    J'ai précisé ces faits à un officier de l'Armée de l'Air au Pentagone. Le jour suivant il m'a téléphoné:

    "J'ai trouvé la solution. Le dispositif de largage s'est déclenché et le ballon a éclaté. C'est pourquoi le pilote ne l'a plus vu."

     

    "C'est une coïncidence bizarre, " ai-je dit, "qu'il ait éclaté cinq minutes après dernier rapport de Mantell. "

    "Néanmoins, c'est évidemment la réponse," a-t-il dit.

     

    Vérifiant cet aspect, j'ai trouvé:

     

    1. Personne dans la région du Kentucky n'avait rapporté de parachute descendant.

    2. Aucun parachute ou caisse d'instrument de recherches sur les rayonnements n'a été trouvée dans le secteur.

    3. Aucun instrument n'a été retourné à la Marine de cette région. Et tous les ballons et instruments lâchés à ce moment-là ont été entièrement comptabilisés.

     

    Même si cela avait été un ballon, il n'expliquerait pas les observations postérieures du 7 Janvier - les observations simultanées mentionnées par le professeur Hynek dans le rapport du Projet "Saucer." Ceci inclut la chose vue à la base aérienne de Lockbourne deux heures après la mort de Mantell.

     

    Évidemment, la soucoupe volante vue volant à 500 miles par heure au-dessus du terrain de Lockbourne ne pouvait pas avoir été un ballon. Même s'il y avait eu plusieurs ballons dans ce secteur (et il n'y avait pas, ce qui est établi par les enregistrements officiels), ils ne pourraient pas avoir couvert les distances rapportés. Dans certains cas, ils auraient volé contre le vent, à une vitesse terrible.

     

    Alors quel était l'objet mystérieux? Et qu'est ce qui a tué Mantell?

     

    Tant l'Armée de l'Air que les articles du Post spéculent que Mantell s'est négligemment laissé perdre connaissance.

     

    Puisqu'une explication quelconque devait être donnée, ceci pouvait sembler être une bonne réponse. Mais Mantell était connu pour son sang froid. En tant que pilote de temps de guerre, il était au courant des signes de l'anoxie (le manque d'oxygène). Le fait qu'il savait quelle était sa tolérance pour l'altitude est prouvée par sa déclaration ferme d'abandonner la chasse à 20.000 pieds, puisqu'il n'avait aucun équipement d'oxygène avec lui.

     

    Mantell avait son altimètre pour l'avertir. De par son expérience, il identifierait les premiers signes de flou, de rétrécissement de la vision, et des autres symptômes de l'anoxie. En dépit de ceci, l'explication par sa "perte de connaissance" a été acceptée comme plausible par de nombreux Américains.

     

    Pendant que j'étudiais le cas Mantell, j'ai parlé avec plusieurs pilotes et ingénieurs aéronautiques. Plusieurs ont douté de ce qu'un P-51 commençant un piqué à 20.000 pieds se serait désagrégé tellement complètement. "De trente mille pieds, oui," a dit un ingénieur. "Si l'idée était de fournir une explication quelconque, j'aurais choisi une altitude plus élevée pour commencer. Mais un avion sans pilote ne plonge pas nécessairement, comme vous savez.

     

    "Il pourrait glisser vers le lointain et tourner, ou s'engager vers des spirales vers le bas, et certain ont même atterri d'eux même. En outre, si l'avion commencé à descendre à partir de vingt mille pieds, le pilote n'aurait pas suffisamment perdu connaissance. Les chances auraient été importantes pour qu'il reprenne connaissance et arrivant dans un air plus dense - en admettant qu'il se serait même évanoui, ce qui est seulement une conjecture de l'Armée de l'Air. Je ne vois pas pourquoi ils sont si certain que Mantell soit mort avant qu'il ait heurté la terre - à moins qu'ils sachent quelque chose que nous ne savons pas."

    L'un parmi le groupe des pilote a dit les choses plus nettement.

     

    "Cela ressemble à de la dissimulation pour moi. Je pense que Mantell a fait exactement ce qu'il a dit qu'il allait faire - se rapprocher de la chose. Je pense que soit il est entré en collision avec elle, ou plus probablement il a été descendu. Ils ont du penser qu'il essayait de les descendre, a arriver là comme ça."

     

    Même si vous acceptez la réponse de l'évanouissement, cela n'explique toujours pas ce que Mantell chassait. Il est possible que, passionné par l'objet énorme et mystérieux, il se soit imprudemment élevé au delà du niveau dangereux, bien qu'un tel acte ait été complètement en désaccord avec son caractère.

     

    Mais l'identité de la chose demeure - officiellement - un mystère. Si c'était quelque engin expérimental étrange ou un missile guidé, à qui appartenait-il? Des officiers de l'Armée de l'Air m'avaient à plusieurs reprises dit qu'ils n'avaient aucun tel engin. Le Général Carl Touhy Spaatz, ancien chef de l'Armée de l'Air, avait publiquement insisté sur le fait qu'aucune telle arme n'avait été développée sous son commandement. Le Ministre Symington et le Général Hoyt Vandenberg, chef de l'Armée de l'Air, avait été tout aussi emphatique. Naturellement, des démentis officiels pouvaient être prévus si c'était un secret de niveau supérieur. Mais si c'était un engin secret, le testerait-on tellement en vue de publice que des milliers de gens le verraient?

     

    Si c'était un engin de l'Armée de l'Air, alors je ne pouvais voir qu'une seule réponse pour l'incident du terrain de Godman: la chose était un secret si étroitement gardé que même le Colonel Hix n'était pas au courant. Cela signifierait que tous, ou la plupart des commandants de bases aériennes étaient également dans l'ignorance de l'engin secret.

     

    Est-ce que cela avait pu être expérience de l'US Navy, gardée secrète par rapport à l'Armée de l'Air?

     

    J'ai fait des vérifications.

     

    L'Amiral Calvin Bolster, chef des recherches en matières d'engins aéronautiques expérimentaux, était un de mes camarades de classe à Annapolis. Et il en était de même du Capitaine Delmer S. Fahrney, chef du programme des missiles guidés de la Navy. Fahrney était à Point Mugu, base d'essai de missile en Californie, et je ne pouvais pas le voir. Mais je le connaissais et savais que c'était un officier soigneux et consciencieux; je ne puis pas croire qu'il laisserait un tel engin, piloté ou pas, faire du vol plané au-dessus d'une base aérienne sans en avertir son commandant opérationnel.

     

    J'ai vu l'amiral Bolster. Son démenti m'a semblé sincère; à moins qu'il se soit transformé en expert du bluff tel que pratiqué au poker depuis les jours plus anciens ou je le connaissais, j'étais sûr qu'il disait la vérité.

    La seule autre alternative était la Russie. Il était incroyable qu'ils développeraient un tel engin et puis l'exposeraient au regards attentifs des officiers de l'Armée de l'Air des États-Unis. Il a pu être photographié, sa vitesse et manoeuvrabilité a été vérifiée; il pourrait s'écraser, ou les défenses antiaériennes pourrait le descendre. Le secret pourrait être perdu dans un tel vol d'essai.

     

    Il y avait une autre explication: la chose n'a pas été prévue pour être vue; on en avait perdu le contrôle. Dans une telle éventualité, la longue période planante au terrain de Godman a été provoquée par le besoin de réparations à l'intérieur de la soucoupe volante, ou a des réparations à ses appareils de télécommande.

    Si c'étaient l'Armée de l'Air ou la Marine, cela expliquerait le souci officiel; même si il n'y avait eu aucune négligence, le service responsable serait blâmé de la mort de Mantell. S'il étaient Russe, l'Armée de l'Air essayerait naturellement de cacher le fait par crainte de l'hystérie publique.

     

    Mais si l'engin était américain, cela signifiait que le projet "Soucoupe" était une couverture. Tout en feignant de faire des recherches, il serait en réalité une opération de dissimulation des rapports, composerait des explications fausses, et tenterait de sauvegarder le secret de toutes les manières possibles. En outre, l'ordre donné pour que les pilotes de l'Armée de l'Air poursuivent les disques devrait être des faux. Au lieu de cela, il y aurait des ordres secrets leur imposant d'éviter les objets étranges dans le ciel.

     

    Quand j'avais fini mes vérifications, j'étais sûr d'une chose: cette soucoupe particulière avait été réelle.

    J'étais presque certain d'un autre point; que la chose avait été à plus de 30 milles de haut pendant une partie de son vol. J'ai constaté après que la mort de Mantell qu'il avait été rapporté simultanément de Madisonville, d'Elizabethtown, et de Lexington - une distance de plus de 175 miles. (L'analyse du professeur Hynek a plus tard confirmé ceci.)

     

    Il n'y avait aucune manière de déterminer jusqu'à quelle altitude la plus basse il avait été quand il était stationnaire au-dessus de Godman, et pendant la chasse de Mantell. Mais toutes les preuves indiquaient une ascension rapide après le dernier rapport de Mantell.

     

    Est ce que Mantell aurait dit plus de choses à la tour de contrôle que ce que l'Armée de l'Air avait admis? Je suis retourné au Pentagone et j'ai demandé une transcription intégrale des messages radio du chef de vol. Je me suis fais rembarré en vitesse. Les rapports, m'a-t-on dit, étaient toujours classés secrets. Les demandes de photographies de l'épave du P-51, et un rapport sur l'état du corps de Mantell, ont également été refusés. J'avais entendu dire que quelques photographies de la soucoupe ont été prises depuis le terrain de Godman, à l'extérieur de la tour. Mais l'Armée de l'Air a nié avoir connaissance de telles images.

     

    En réfléchissant à l'énigme, je me suis rappelé John Steele, un ancien capitaine du renseignement. Si par quelque chance cela était une couverture, il serait intéressant de suggérer les diverses réponses et d'observer sa réaction. Quand je lui ai téléphoné pour suggérer que nous déjeunions ensemble, Steele a étés immédiatement d'accord. Nous nous sommes réunis à l'Occidental, sur Pennsylvania Avenue. Steele était plus jeune que ce que j'avais prévu - pas plus de vingt-cinq ans. C'était un homme grand, avec une coupe au carré et la stature d'un rugbyman. Le voyant pour la première fois, je m'attendais à une certaine froideur. Au lieu de cela, il était presque solennel.

     

    "Je vous dois des excuses," a-t-il dit d'une voix grave après que nous ayons passé commande. "Vous savez probablement que je suis un auteur syndiqué?"

     

    Je me suis demandé s'il avait découvert que Jack Daly s'était renseigné sur lui.

    "Quand vous avez mentionné le Club de la Presse," ai-je indiqué, "j'en ai déduis que vous étiez dans la Presse."

     

    "J'étais inquiet que vous puissiez penser que je pêchais des tuyaux." Steele m'a regardé avec sincérité. "Je ne travaille pas sur le sujet - je suis occupé par d'autre choses."

     

    "N'y pensez plus," lui ai-je dit.

     

    Il semblait anxieux de me rassurer. "Je me suis inquiété depuis un certain temps à propos des soucoupes. Je vous ai appelé cette nuit sur une impulsion."

     

    "J'en suis heureux," dis-je. "J'ai besoin de chaque indice que je puis obtenir."

     

    "Cela vous a-t-il aidé?"

     

    "Oui, bien que tout ne colle pas encore. Mais je puis vous dire ceci: Les soucoupes sont réelles, ou au moins une d'entre elles."

     

    "Laquelle?"

     

    "La chose que le capitaine Mantell a poursuivi près de Fort Knox, avant qu'il ne se tue."

     

    "Oh, celle-là." Steele a regardé vers la tartine qu'il beurrait. "Je croyais que le cas avait été entièrement expliqué. N'avait-il pas chassé un ballon? "

     

    "L'Armée de l'Air indique que c'est toujours un non identifié." Je lui ai dit que ce que j'avais appris, "apparemment vous avez raison - c'est un missile américain ou soviétique."

     

    "Après ce que vous m'avez dit," a dit Steele, "je ne puis pas croire qu'il est à nous. Il doit être Russe."

    "Ils seraient vraiment stupides s'ils font des essais ici."

     

    "Vous avez dit que c'était certainement devenu incontrôlable."

     

    "Ce cas particulier oui, peut-être. Mais il y en a eu plusieurs centaines vu ici. S'ils trouvaient que leurs contrôles ne marchaient pas, ils ne continueraient pas à tester ces choses chez nous avant d'avoir corrigé ça."

    Le serveur est venu avec du potage, et Steele resta silencieux jusqu'à ce qu'il soit parti.

     

    "Je ne puis toujours pas croire que c'est une de nos armes," il a dit lentement. "Ils ne feraient pas mettre en alerte des pilotes de l'Armée de l'Air pour chasser ces choses. Et il se trouve que je sais que c'est ce qu'ils font."

    "Il y a quelque chose d'étrange au sujet de cet idée de missile," ai-je dit. "Cette soucoupe a été vue en même temps par des personnes à cent soixante-quinze milles de distance. Pour être aussi haut dans le ciel, et avoir été estimée tout de même à une taille de plus de deux cents cinquante pieds de diamètre, elle doit avoir été énorme."

    Steele n'a rien répondu pendant un moment.

     

    "Evidemment, c'était une illusion, " il a finalement répondu. "j'ignorerais ces évaluations."

     

    "Même Mantell? Et les officiers du terrain de Godman?"

     

    "Ne sachant pas la taille de la chose, comment ont-ils pu l'estimer exactement?"

     

    "Pour être vue à des points aussi distants, il a dû être au-dessus des 30 miles d'altitude," lui ai-je dit. "Il devrait être énorme simplement pour être seulement visible."

     

    Il a secoué la tête. "Je ne puis pas croire que ces rapports sont exacts. Elle doit avoir été aperçue à des heures différentes."

     

    J'ai laissé tombé.

     

    "Sur quoi travaillez-vous maintenant?" A demandé Steele, après une minute ou deux.

    Je lui ai dit que je n'en avais pas encore décidé. En fait, je projetais un voyage vers la côte, pour interviewer des pilotes qui avaient aperçu des disques volants.

     

    "Que feriez-vous si vous trouviez que ce ne sont pas des missiles Soviétiques?" dit Steele. Il a semblait adopter un ton presque artificiellement léger.

     

    "S'il y avait des implications au niveau de la sécurité était impliquée, je me tiendrais tranquille. Mais l'Armée de l'Air et la Marine jurent qu'ils n'ont pas de telles choses."

    Steele m'a regardé pensivement.

     

    "Vous savez, True pourrait rendre quelque chose public qu'il vaudrait mieux laisser secrète." Il a souri ironiquement. "Je réalise que cela semble bizarre, puisque j'ai suggéré l'hypothèse Russe. Mais si ce n'est pas Russe - cependant je pense toujours que cela l'est - alors nous n'aurions pas de quoi nous inquiéter."

    J'étais presque sûr maintenant qu'il participait à une couverture. Pendant le reste du déjeuner, j'ai essayé de le faire parler, mais Steele avait fini de s'exprimer. Quand nous nous sommes séparé, il m'a donné un avertissement sobre.

     

    "Vous et True devriez considérer votre responsabilité morale, qu'importe ce que vous trouvez. Même si ce n'est pas réellement un problème de sécurité, il peut y avoir des raisons de conserver le silence."

     

    Après qu'il m'ait laissé, j'ai essayé de comprendre. Si l'Air Froce était derrière ceci, ils ne devaient pas avoir grande idée de mon intelligence. Ou alors ils avaient été si pressés de savoir ce qu'il en était des recherches de True qu'ils n'ont pas eu le choix et ont employé Steele. Naturellement, il était toujours possible que Steele agissait de son propre chef.

     

    De l'une ou l'autre manière, son but était évident. Il avait espéré nous faire avaler la réponse des missiles Soviétiques. Si nous l'avalions, alors nous devrions rester tranquilles, quoique nous ayons trouvé la preuve absolue. Évidemment, il serait dangereux d'imprimer une telle histoire.

     

    En y repensant, je me suis rappelé tentative apparente de Steele pour écarter le cas Mantell. J'étais convaincu maintenant. L'affaire du terrain de Godman devait être un indice important que j'avais mésestimé. Ce pourrait même être la clef de toute l'énigme des soucoupes volantes.


     

    http://ufologie.net/books/fsar05f.htm#doc

     

    La suite ici

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359777
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum