Les "Soucoupes Volantes" sont réelles!
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 1027099 visiteurs aujourd'hui
  • 1919382 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    Les "Soucoupes Volantes" sont réelles!

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:31

    Les "Soucoupes Volantes" sont réelles!

    Par le Major Donald E. Keyhoe, 1950.

     

     

    Un mot sur l'ouvrage, par Patrick Gross, l'auteur du site Les ovnis vus de près et président par intérim de la FFU.

     

    En 1950, Donald E. Keyhoe a écrit un article pour le magazine "True" intitulé "Les Soucoupes Volantes Sont Réelles." L'article était si réussi que Keyhoe en a augmenté le contenu en poursuivant ses recherches. Le résultat, "Les Soucoupes Volantes Sont Réelles," a été édité en livre de poche et a rencontré autant de succès que l'article. Keyhoe a écrit plusieurs autres ouvrages concernant les OVNIS, tel que "Soucoupes Volantes: Top Secret," chacun clairement concentré sur l'examen des dissimulations par l'Armée de l'Air de la réalité des OVNIS. Keyhoe, fondant ensuite le NICAP, a fait inlassablement campagne pour rompre le secret maintenu par le gouvernement américain sur les OVNIS.

     

    Ce livre a été écrit il y a plus d'un demi-siècle. Il contient la plupart des faits du phénomène des OVNIS qui sont encore ignorés par beaucoup. La tonalité vivante du livre et le vocabulaire démodé ne devraient pas être perçus de manière incorrecte: de Ed Ruppelt, le chef du Projet Blue Book de l'US Air Force à James E. McDonald, le célèbre scientifique, tous ceux qui se sont penchés avec sérieux sur le problème des OVNIS ont reconnu que les faits présentés dans les écrits de Keyhoe sont corrects. Je note que les doutes jetés par les gens peu informés sur le sujet des OVNIS sont déjà abordés ici (les témoins sont des faibles d'esprits? Les OVNIS sont des armes secrètes? La science-fiction a inspiré ces canulars? etc...) Keyhoe a travaillé, d'autres ont ri, les soucoupes volantes étaient bien réelles et le sont toujours. Si certains ont choisis de travailler plutôt que de rire, le crédit doit certainement en être accordé au Major Donald E. Keyhoe.

     

    Chapitre I

     

    le Major Donald E. Keyhoe


    C'était une étrange mission.

    J'ai pris le télégramme sur mon bureau et je l'ai lu pour la troisième fois.

     

        NEW YORK, N.Y., 9 MAI 1949

      AI ETUDIE LE MYSTERE DES SOUCOUPES VOLANTES.
      PREMIERE INDICATIONS UNE GIGANTESQUE FALSIFICATION POUR DISSUMULER UN
      SECRET OFFICIEL. PENSE QUE CELA A PU ETRE ORGANISE POUR CACHER
      VRAIES REPONSES. A L'AIR D'UNE SACREE HISTOIRE. POUVEZ-VOUS VENIR
      A WASHINGTON - FIN?

        KEN W. PURDY, EDITEUR, TRUE MAGAZINE

     

    J'ai jeté un coup d'oeil dehors sur le Potomac, me rappelant la première histoire de soucoupe. En tant que pilote, j'avais été sceptique au sujet des disques volants. Puis les rapports des pilotes de l'Armée de l'Air et de ligne aérienne avaient commencé à affluer. Apparemment alarmée, l'Armée de l'Air avait ordonné à des avions de chasse de poursuivre les soucoupes au vol rapide. Dans une poursuite mystérieuse, un pilote avait été tué, et sa mort était non expliquée. Cela s'était passé il y a dix-sept mois. Depuis lors, toute l'énigme des soucoupes volantes avait été cachée derrière le voile du secret par l'Armée de l'Air.

    Et maintenant, une mission sur les soucoupes volantes m'était assignée par True Magazine.

    Vingt-quatre heures plus tard, j'étais dans le bureau de Ken Purdy.

     

    "J'ai des gens s'occupant de cela depuis deux mois," me dit-il. "Je ferais aussi bien de vous prévenir, c'est une histoire difficile à percer."

     

    "Vous pensez que c'est un missile Russe?" lui ai-je demandé. "Ou un secret de l'Armée de l'Air?"

    "Nous avons eu plusieurs réponses. Aucune d'elles ne colle. Mais je suis affirmatif: ils nous ont délibérément égaré quand on a trouvé que nous enquêtions. "

     

    Il m'a dit raconté toute l'histoire du travail qui avait été effectué par le personnel de True et des rapports qui leur ont été envoyés par des reporters compétents. Plus il fouillait profondément dans le mystère, plus la tâche devenait ardu. Plus je me renseignais sur les soucoupes volantes, moins j'en savais.

     

    "Il y a un aspect que je veux vérifier encore une fois," a dit Purdy. "Vous avez entendu parler du cas Mantell? "

    J'ai secoué la tête de façon affirmative.

    "O.K. Essayez d'obtenir les détails du rapport par radio de Mantell à la tour de Godman. Avant qu'il ait été tué, il a décrit la chose qu'il pourchassait - c'est tout ce que nous savons. Le projet "Saucer" en a donné un aperçu, mais ils n'ont jamais publié la transcription. Voici une autre piste. Voir si vous pouvez trouver quoi que ce soit au sujet d'une photo secrète, prise au terrain de Harmon, Terre-Neuve - c'était aux environs de juillet 1947. Je vous enverrai d'autres idées au fur et à mesure."

     

    Avant que je sois parti, Purdy m'a souhaité bonne chance et m'a indiqué qu'il travaillerait en harmonie la plus étroite avec moi.

     

    "Mais faites attention aux conseils fallacieux," a-t-il dit. "Vous rencontrerez probablement certaines personnes au Pentagone qui vous parleront "à titre personnel." Ca bâillonne un reporter. Faites attention à ce qu'ils ne vous lancent pas dans des impasses. Même les déclarations de l'Armée de l'Air et les rapports du projet "Saucer" se contredisent."

     

    Pendant six mois, j'ai travaillé avec d'autres investigateurs pour résoudre le mystère des disques. Nous avons vérifié une centaine de rapports d'observation, croisant fréquemment les équipes du projet "Saucer" et les agents du F.B.I. Les vieux dossiers nous ont fourni des pistes fantastiques. De même que les plans de l'Armée de l'Air pour l'exploration de l'espace. Des experts en fusées, des astronomes, des officiels de l'Armée de l'Air et des pilotes nous ont donné des indices qui nous ont dirigé vers une solution stupéfiante.

     

    Beaucoup de personnes intelligentes - comprenant des scientifiques - pensent que les soucoupes contiennent des occupants d'une autre planète qui nous espionnent.

     

    Quand cette première phase a été finie, nous avons été confrontés à une décision difficile. Nous avions découvert des faits importants et nous savions que les soucoupes étaient réelles. Si on y réfléchissait soigneusement on se rendait compte que l'histoire serait conforme avec une politique secrète de l'Armée de l'Air.


    Dans le numéro de True de janvier 1950, j'ai rapporté que nous avions tiré les conclusions suivantes:


    La Terre a été périodiquement observée par des visiteurs d'une autre planète.
    Cette observation a augmenté nettement ces deux dernières années.


    "La seule autre explication possible," ai-je écrit, "est que les soucoupes sont des engins extrêmement rapides et a long rayon d'action développés ici sur terre. Une telle avance (que l'Armée de l'Air a nié) exigerait un saut presque incroyable dans le progrès technique même pour les scientifiques et les concepteurs américains."

     

    Des commentaires se sont répandus par tout le pays par la presse et la radio suite à la publication de l'article. Cette publicité était évidemment plus grande que l'Armée de l'Air ne l'avait prévu. Dans un délai de vingt-quatre heures le Pentagone a été inondé par des télégrammes, des lettres et des appels longue distance. Apparemment dans la crainte d'une panique l'Armée de l'Air a déclaré à la hâte que les rapports de soucoupes volantes - même ceux faits par ses propres pilotes et officiers de haut rang - étaient des erreurs ou ont été provoqués par de l'hystérie.

     

    insert 1: Air Force press release 629-49, 27 décembre 1949.

     

    Mais trois jours plus tard, quand il fut évident que beaucoup d'Américains ont calmement accepté les révélations de True, l'Armée de l'Air a publié un dossier secret du projet "Saucer" contenant ce rapport significatif:

     

    "Il ne sera jamais possible de dire avec certitude qu'un certain individu n'a pas vu un vaisseau spatial, un missile ennemi ou tout autre objet."

     

    Dans ce même document apparaît également une analyse confidentielle du renseignement. C'est cette synthèse qui contient la suggestion officielle quant aux motifs des visiteurs de l'espace, après qu'il y soit déclaré qu'une telle civilisation serait évidemment beaucoup plus avancée que la notre; le rapport ajoute:

     

    insert 2: Air Force Project "Saucer" Report, 30 décembre 1949.

     

    "Puisque les actes de l'humanité les plus facilement observés à distance sont les explosions de bombe A, nous devrions nous attendre à ce qu'une certaine relation s'observe entre le moment des explosions de bombe A, et le moment où des vaisseaux spatiaux sont vus, et le temps requis pour de tels vaisseaux pour arriver de et retourner à leur base d'origine. "

    (dans un rapport précédent, qui a alternativement averti et a rassuré le public, l'Armée de l'Air avait déclaré que le voyage spatial hors du système solaire est presque une certitude.)

     

    insert 3: Air Force report M-26-49, Preliminary Studies on Flying Saucers, 27 avril 1949.

     

    Depuis 1949 il y a eu une augmentation régulière des observations de soucoupe. La plupart d'entre elles ont été des rapports authentiques, que les démentis de l'Armée de l'Air ne peuvent pas réfuter. En janvier, des disques mystérieux ont été rapportés au-dessus du Kentucky, de l'Indiana, du Texas, de la Pennsylvanie, et de plusieurs autres états. Sur l'itinéraire de Seattle à Anchorage, un avion de fret a été suivi pendant cinq minutes par une soucoupe pendant la nuit. Quand les pilotes ont essayé de se rapprocher, l'engin étrange a filé à une vitesse fantastique. Plus tard, le chef de la compagnie aérienne a signalé que des officiers du renseignement ont cuisiné les pilotes pendant des heures.

     

    "De leurs questions," il a dit, "je peux dire que j'ai eu une bonne idée de ce que sont les soucoupes. Un officier a admis qu'elles existent, mais il n'a pas voulu en dire davantage. "

     

    Un autre incident particulier s'est produit à Tucson, Arizona, le 1er février. Juste au crépuscule, un objet étrange et incandescent a filé vers l'ouest au-dessus de la ville, avec des centaines de témoins stupéfaits dans les rues en dessous. Le Daily Citizen de Tucson a raconté l'histoire le jour suivant avec un gros titre en double page:

     

    DES SOUCOUPES VOLANTES AU DESSUS DE TUCSON?
    UN B-29 N'EST PAS ARRIVE A RATTRAPER L'OBJET


    Soucoupes volantes? Avion expérimental secret? Ou peut-être un engin d'exploration venu de Mars?
    Il est certain que l'avion étrange qui a laissé une traînée de fumée au-dessus de Tucson la nuit
    dernière défie les explications logiques. Il était aussi incompréhensible pour les pilotes expérimentés
    que pour les témoins terrestres qui ont du mal à identifier les avions conventionnels.Déboulant comme un obus à travers le ciel, à environ 30.000 pieds d'altitude, il y a eu
    un objet incandescent, fonçant vers l'Ouest si rapidement qu'il a été impossible d'avoir
    aucune impression claire de sa forme ou taille...

    A ce qui doit avoir été une vitesse maximale l'objet a répandu de la fumée colorée par la lumière,
    mais presque directement au-dessus de Tucson il a semblé planer pendant quelques secondes. La fumée
    est devenue d'un noir sinistre et est puis devenu plus claire quand l'étrange missile a semblé
    reprendre de la vitesse.

    L'opérateur radio de la base de Davis-Monthan a contacté le Lieutenant Roy L. Jones qui allait
    décoller pour un vol de traversée du pays dans un B-29, et lui a demandé d'aller l'étudier.
    Jones fit décoller son transporteur aérien rapide alors que l'avion inconnu se dirigeait
    clairement vers la Californie.

    Le Dr. Edwin F. Carpenter, chef du département d'astronomie de l'université de l'Arizona,
    a dit qu'il était certain que l'objet n'était pas un météore ou tout autre phénomène normal...


    Les standards téléphoniques sautent


    Les standards au commissariat de police du bureau du shérif du comté de Pima
    et de Tucson ont été bloqué par les gens qui posaient des questions. Des centaines
    de personnes ont vu l'objet. Tom Bailey, 1411 E. 10th Street, a pensé que c'était un gros
    avion en feu (les contrôles ultérieurs ont montré qu'aucun avion n'était manquant.)
    Il a dit qu'il oscillait de gauche à droite quand il est passé au-dessus des montagnes.
    Bailey a aussi remarqué que l'engin a semblé ralentir de façon perceptible au-dessus de
    Tucson. Il a dit que la fumée est apparemment sortie en un jet mince et presque
    invisible, gagnant de la substance en quelques secondes.

     


    Cet incident a eu une suite étrange le jour suivant. Sa signification n'a pas été perdue pour le Daily Citizen. Ils ont publié une autre histoire en première page, avec gros titre:

     

    QUE VOULEZ-VOUS DIRE, SEULEMENT UNE TRAINEE DE VAPEUR?


    Comme pour se disculper pour les centaines de têtes des citoyens de Tucson levées
    vers le ciel, l'Armée de l'Air des États-Unis a hier après-midi passé des heures à créer
    des traînées de vapeur à travers le ciel au-dessus de la ville.

    La démonstration a prouvé d'une manière concluante à la satisfaction de la plupart que
    la traînée de fumée sombre et étrange qui a éclatée à travers le ciel du crépuscule
    mercredi n'était aucunement une traînée de vapeur et n'émanait pas d'un avion
    conventionnels quel qu'il soit.

    Mercredi le spectacle de la nuit était entièrement différent. La veille, la fumée lourde a bouilli et
    a tourbillonné en un large ruban foncé s'étirant sur au moins un mille dans la largeur et
    traversant tout le le ciel en une ligne droite. Puisqu'il n'y avait aucune preuve quant
    à ce qui a causé la manifestation étrange du début de la nuit, et parce que même les témoins
    experts ne pouvaient pas expliquer son apparence, ce sujet demeure un objet de spéculation
    intéressantes.


    Il y a de fortes indications que cette histoire a été délibérément retenue de diffusion sur les services de presse. Associated Press d'autres services de télégrammes à Washington n'ont eu aucun rapport. Les demandes de détails par Frank Edwards, de Mutual Newscaster, et d'autres commentateurs radio ont rencontré un mur de silence. Au Pentagone on m'a dit que l'Armée de l'Air n'a eu aucune connaissance de l'observation ou des manoeuvres de recréation des traînées.

     

    Le 22 février deux objets incandescents similaires ont été vus au-dessus de l'aéroport naval de Boca Chica à Key West. Un avion envoyé pour observé a été désespérément distancé; il était évident que les choses étaient de grande taille. En arrière à la station, les radaristes ont dépisté les objets alors qu'ils ont plané pendant un moment au-dessus de Key West. Ils se sont avérées être à au moins cinquante milles au-dessus de la Terre. Après quelques secondes, ils ont accéléré à grande vitesse et filé hors de la vue.

     

    Le lendemain le Commander Augusto Orrego, un officier de la Marine de guerre Chilienne, a rapporté que des soucoupes avaient volé au-dessus de sa base en Antarctique.

     

    "Pendant la nuit antarctique claire," a-t-il dit, "nous avons vu les soucoupes volantes, l'une au-dessus de l'autre, tournant à des vitesses énormes. Nous avons des photographies pour prouver ce que nous avons vu."

     

    Au début de mars, Ken Purdy a téléphoné les derniers développements de la recherche. Il avait juste reçu un tuyau prévoyant une bourrasque de publicité sur les soucoupes pendant le mois de mars. Cela venait d'une source importante à Washington.

     

    "Vous le savez ce que cela signifie probablement," a-t-il dit. "La même chose que ce dont nous avons parlé du mois dernier. Mais pourquoi étions nous mis au courant à l'avance?"

    "C'est une pièce de plus dans le puzzle," ai-je dit. "Si le tuyau vient d'en haut, alors ils intensifient leur programme."

     

    Dans les trois jours, les rapports ont commencé à affluer - du Pérou, de Cuba, du Mexique, de Turquie, et d'autres régions du monde. Ensuite, le 9 mars, un disque métallique brillant a été aperçu au-dessus de Dayton, Ohio. Les observateurs à l'aéroport de Vandalia ont téléphoné au terrain de Wright Patterson. Une masse de pilotes de l'Armée de l'Air et de gens au sol ont observé le disque, alors que les avions de chasse montaient à la poursuite de l'objet mystérieux qui filait verticalement vers le ciel, a plané un moment à des milles au-dessus de la terre, et ont puis a disparu. Un rapport secret a été dépêché en urgence à l'autorité civile de l'aéronautique à Washington, puis retourné aux renseignements de l'Armée de l'Air.

     

    Peu après cela, le Dr. Craig Hunter, directeur d'une société d'approvisionnement médical, a rapporté un objet volant elliptique énorme à basse altitude en Pennsylvanie. Il l'a décrit comme métallique, avec une jante externe encochée et un anneau tournant juste à l'intérieur.

     

    Par-dessus cela, des milliers de gens à Farmington, Nouveau Mexique, ont observé une grande formation de disques au-dessus de la ville.

     

    Dans tous ces rapports, l'Armée de l'Air a refusé d'admettre l'existence des soucoupes volantes. Le 18 mars elle a catégoriquement nié que cela aurait pu être des missiles ou les engins secrets d'exploration de l'espace de l'Armée de l'Air.

    Trois jours plus tard, un avion de passagers de la Chicago And Southern Airlines a vu un disque volant rapide près de Stuttgart, Arkansas. L'engin circulaire, clignotant avec une lumière bleu-blanche étrange, a filé vers le haut dans un arc à une vitesse fantastique. Les deux pilotes ont dit qu'ils ont aperçu des hublots lumineux du côté inférieur pendant que la soucoupe volait au-dessus d'eux. Les lumières avaient une fluorescence douce, et étaient différentes de tout ce qu'ils avaient jamais vu.

     

    Il y avait un aspect particulier dans l'incident de l'Arkansas. Il n'y avait eu aucune tentative apparente de museler les deux pilotes, comme dans des cas précédents impliquant des pilotes de ligne aérienne. Au lieu de cela, une interview par United Press a été rapidement arrangée, pour large publication dans tout le pays. Dans ce télégramme le Capitaine Jack Adams et son copilote C. W. Anderson ont fait deux rapports:

     

    "Nous croyons fermement que la soucoupe volante que nous avons vue au-dessus de l'Arkansas était un avion de type expérimental secret - pas un visiteur de l'espace extra-atmosphérique..."

    "Nous savons que l'Armée de l'Air a nié qu'il y ait quoi que ce soit dans ces affaires de soucoupes volantes, mais nous sommes deux pilotes expérimentés et nous ne sommes pas facilement dupés."

    Le jour après que cette histoire soit apparue, je la discutais avec un fonctionnaire des lignes aériennes à Washington.

     

    "C'est vraiment bizarre," a-t-il dit. "L'Armée de l'Air pourrait avoir persuadé ces pilotes - ou le président de la compagnie - de taire la chose. On dirait que c'est comme s'ils avaient voulu lui donner une large diffusion."

    "Vous voulez dire que la chose entière a été préparée?"

    "Je ne dirai pas cela, bien que cela pourrait avoir été le cas. Ils ont vu probablement quelque chose. Mais ils pourraient avoir été obligés de dire ce qu'ils ont dit à son sujet."

    "Pourquoi cela à votre avis?"

    Il m'a regardé brusquement. "Vous et Purdy savez probablement la réponse. Au hasard, je dirais que cela pourrait avoir été organisé pour faire diversion à cause du rapport de ce commandant de l'US Navy - celui sur les observations de White Sands."

     

    Le cas de White Sands avait embarrassé beaucoup de sceptiques, parce que le Pentagone avait autorisé le rapport publié. L'auteur, le commandant R. B. McLaughlin, était un officier régulier de l'US Navy. En tant qu'expert en matière des fusées de la Navy, il avait été posté à White Sands Proving Grounds au Nouveau Mexique. Dans son article publié il a décrit trois observations de disques à White Sands.

    Un des disques, un engin elliptique énorme, a été dépisté par des scientifiques avec des instruments de précision à cinq miles par seconde. Cela nous fait du 18.000 miles par heure. On l'a estimé être à 56 milles au-dessus de la Terre. Deux autres disques, de types plus petits, ont été observés depuis cinq postes d'observation sur des collines sur les zones de tests. Décrivant des cercles à une vitesse incroyable, les deux disques ont suivi une fusée de haute altitude de l'armée qui venait juste d'avoir été lancée, puis ont filé vers le haut en grimpant plus vite que la fusée.

    Le rapport du Commandant McLaughlin, donnant des dates et des détails effectifs, avait été autorisé par le département de la défense. Il en fut de même avec une émission diffusée par tout le pays plus tard.

    Puis l'Armée de l'Air a fait son démenti classique.

    Pourquoi McLaughlin, un officier en service effectif de la Navy sujet au règlements de sécurité, a-t-il eu l'autorisation de sortir cette histoire? Était-ce une incroyable gaffe? Ou était-ce une partie d'un certain plan soigneusement préparé? Je crois que ce faisait partie d'un programme raffiné pour préparer les Américains pour une révélation dramatique.

    Pendant presque un an j'ai observé les manoeuvres derrière le rideau de ceux qui dirigent ce programme. Dans les chapitre suivants j'ai essayé de montrer les développements étranges dans notre recherche de la réponse; les tuyaux soigneusement fallacieux, les impasses que nous avons prises, les aides inattendues, les coup de fils confidentiels, et les contradictions étourdissantes.

    Cela a été un puzzle compliqué. C'est seulement en voyant toutes les parties de cette image complexe que vous pouvez commencer à entrevoir les raisons de ce secret obstinément caché.

    L'explication officielle peut être imminente. Quand elle sera finalement donnée, je crois que la préparation raffinée - même les duperies que cela a impliqué - seront entièrement justifiés dans les esprits des américains.
     

    Chapitre II


    Deux années étaient passées depuis la mort embarrassante du Capitaine Thomas Mantell.

    Mantell est mort mystérieusement dans les cieux aux Sud de Fort Knox. Mais avant que sa radio se soit tue, il a envoyé un message étrange à la base aérienne de Godman. Les hommes qui l'ont entendu ne l'oublieront jamais.

     

    C'était le 7 Janvier 1948.

     

    Rassemblés dans la tour de contrôle du terrain de Godman, un groupe d'officiers de l'Armée de l'Air a regardé vers le haut le ciel de l'après-midi. Pendant juste un instant, quelque chose a brillé à travers les nuages vers le Sud de la base.

     

    Très haut au-dessus du terrain, trois chasseurs P-51 se sont élevés avec rapidité. Filant au Sud, ils ont rapidement disparu. L'horloge dans la tour indiquait 14:45.

     

    Le Colonel Guy Hix, l'officier au commandement, a lentement déposé ses jumelles. Si la chose était toujours là, les nuages l'ont maintenant entièrement cachée et tout qu'ils pouvaient faire était d'attendre.

     

    La première alarme était venue du fort Knox, quand des M.P. de l'armée avaient transmis par relais une alerte de la police d'état. Un objet brillant énorme avait été vu dans le ciel, se déplaçant vers le terrain de Godman. Des centaines de personnes étonnées l'avaient vu, à Madisonville, quatre-vingt-dix milles de distance.

    Trente minutes plus tard, il avait filé vers le haut au-dessus de la base.

     

    Le Colonel Hix a jeté un coup d'oeil autour sur le reste des hommes dans la tour. Ils avaient tous l'air stupéfaits. Chaque homme là avait vu la chose, quand elle a volé au Sud du terrain. Même à travers les nuages minces, sa lueur rouge intermittente avait laissé entrevoir une certaine source de puissance mystérieuse. Quelque chose d'étranger à leur compréhension.

     

    C'était Woods, l'exécutif, qui avait estimé sa taille. Hix a secoué la tête. C'était incroyable. Mais quelque chose avait été suspendu dans le ciel au-dessus du terrain de Godman pendant presque une heure. L'officier en charge a tourné rapidement la tête quand le haut-parleur, relié aux P-51, est soudainement venu à la vie.

     

    "Capitaine Mantell à la tour de Godman... Mantell à..."

     

    La voix du chef de vol avait une tonalité tendue.

     

    "J'ai aperçu la chose!" a-t-il dit. "Elle semble métallique et elle est de taille énorme!"

     

    L'officier en charge et Woods se sont regardés. Personne ne dit rien.

     

    "La chose commence à s'élever," a dit rapidement Mantell. "Elle est à douze heures de haut, allant à la la moitié de ma vitesse. Je vais essayer de me rapprocher d'elle."

     

    Au bout de cinq minutes, Mantell a repris la parole. L'objet métallique étrange avait accéléré, faisait maintenant du 360 ou plus.

     

    A 15:08, l'ailier de Mantell a appelé. Lui et l'autre pilote avaient tout deux vu l'objet étrange. Mais Mantell les avait distancé et les avait perdu dans les nuages.

     

    Sept minutes se sont écoulées. Les hommes dans la tour transpiraient en silence. Puis, à 15:15, Mantell a fait un contact précipité.

     

    "Il est toujours au-dessus de moi, allant à ma vitesse ou plus. Je vais jusqu'à vingt mille pieds. Si je ne suis pas plus près, j'abandonnerai la chasse. "

     

    C'était son dernier rapport.

     

    Quelques minutes plus tard, son chasseur s'est désagrégé sous une force terrible. L'épave en chute a été dispersée sur des milliers de pieds.

     

    Quand Mantell n'a pas répondu à la tour, un de ses pilotes a commencé à le rechercher. S'élevant à 33.000 pieds, il a piloté sur une centaine de milles vers le Sud.

     

    Mais la chose qui avait précipité Mantell à sa mort avait disparu du ciel.

     

    Dix jours après que Mantell se soit tué, j'ai appris une suite curieuse de l'affaire de Godman.

     

    Un compte rendu de l'Associated Press dans le New York Times avait attiré mon attention. L'histoire, publiée depuis Fort Knox, admettait que Mantell était mort en pourchassant une soucoupe volante. Le Colonel Hix a été cité comme ayant observé l'objet, qui était encore non identifié. Mais il n'y avait aucune mention des messages radio de Mantell - aucune indication de la taille énorme de la chose.

     

    Bien que je savais que la censure était sûrement appliquée, je me suis rendu au Pentagone. Quand l'alarme avait été donnée la première fois, dans l'été de 47, j'avais parlé avec le Capitaine Tom Brown, qui gérait les enquêtes sur les soucoupes. Mais Brown avait été réaffecté, et personne au bureau de presse ne voulait admettre connaître les détails de la chasse de la soucoupe par Mantell.

     

    "Nous ne savons simplement pas la réponse," m'a dit un officier de sécurité.

    "Il y a une rumeur," ai-je dit, "c'est un missile secret de l'Armée de l'Air dont on perd parfois le contrôle."

    "Bon sang, mon vieux!" a-t-il explosé "Si c'était ça, vous pensez qu'on ordonnerait à des pilotes de chasse de les poursuivre?"

     

    "Non - et je n'ai pas dit que j'y crois." J'ai attendu jusqu'à ce qu'il se soit calmé. "Cet ordre que vous avez mentionné - est il pour tous les pilotes de l'Armée de l'Air, ou des unités spéciales de la chasse?"

    "Je n'ai pas dit que c'était un ordre spécial," a-t-il vite répondu. "Tous les pilotes ont des instructions de routines pour rapporter les choses inhabituelles."

     

    "Ils ont fait mettre en alerter des chasseurs sur la côte, quand l'alarme a été donnée la première fois," lui ai-je rappelé. "Est-ce que ces ordres sont toujours en vigueur?"

     

    Il a secoué sa tête. "Non, pas que je sache." Après un moment il a ajouté, "Tous je puis vous dire c'est que l'Armée de l'Air étudie encore. Honnêtement nous ne savons pas la réponse."

     

    Tandis que je sortais de l'entrée du Mall, j'ai rencontré Jack Daly, un des journalistes vétérans de Washington. Avant la guerre, Jack et moi avions fait des articles de magazine ensemble, habituellement sur l'espionnage des forces de l'axe et sur l'activité communiste. Je lui ai dit que j'essayais de trouver la réponse à la mort de Mantell.

     

    "As-tu entendu quelque chose?" lui ai-je demandé.

    "Seulement ce qui était dans l'histoire de l'Associated Press," a dit Jack. "Mais un homme de l'I.N.S. m'a dit qu'ils ont eu une histoire de soucoupe à Columbus dans l'Ohio - et ça pourrait avoir été le même que celui qu'ils ont vu à Fort Knox."

     

    "J'ai raté ça. C'était quoi?"

     

    "Ils ont aperçu la chose au terrain de l'Armée de l'Air en dehors de de Columbus. C'était vers le crépuscule, environ deux heures après que le pilote ait été tué dans le Kentucky."

    "Quelqu'un lui a-t-il donné la chasse?" ai-je demandé.

     

    "Non. Ils n'ont pas eu le temps de décoller, je pense. Ce type de l'I.N.S. a dit qu'il filait comme l'enfer. Aussi vite qu'un jet, quoi qu'il en soit. "

     

    "A-t-il dit à quoi cela ressemblait?"

     

    "Les gars de l'Armée de l'Air ont dit qu'il était aussi grand qu'un C-47," a indiqué Jack. "Peut-être plus grand. Il avait eu un échappement rougeâtre-orange d'écoulant derrière lui. Ils pouvaient le voir à des milles. "

    "Si tu en entends plus, fais le moi savoir," ai-je dit. Jack a promis de le faire.

    "C'est quoi à ton avis?" me demanda-t-il.

     

    "Ca me tourmente. La Russie ne testerait pas des missiles chez nous. Quoi qu'il en soit, je ne puis pas croire qu'ils ont quoi que ce soit de pareil. Et je ne pourrait pas admettre que l'Armée de l'Air laisse des pilotes se tuer pour cacher quelque chose que nous avons."

     

    Une semaine plus tard, j'ai entendu qu'une unité de top secrète avait été installée au champ de Wright pour étudier tous les rapports de soucoupes. Quand j'ai appelé le Pentagone, ils ont admis ça, et c'était tout.

     

    Dans les quelques mois à venir, d'autres histoires de disques volant ont fait les gros titres. Deux pilotes de Eastern Airlines ont rapporté un mystérieux engin à deux ponts aperçu près de Montgomery, en Alabama. J'ai eu connaissance de deux autres observations, l'une au-dessus de l'océan Pacifique et l'autre en Californie. Le second, vu par des jumelles de campagnes, a été décrit comme ayant une forme de fusée, aussi grand qu'un B-29. Il y avait également des rumeurs de disques détectés par les radars, mais c'était presque une année avant que j'aie pu avoir confirmation de tels rapports.

     

    Quand Purdy m'a télégraphié, en Mai 1949, j'avais à moitié oublié les disques. Il s'était passé des mois depuis que tous les observations importantes avaient été rapportés. Mais son message a rapidement rétabli ma curiosité. S'il pensait que le sujet était chaud, je savais qu'il avait ses raisons. Quand je suis entré dans son bureau à 67 West 44e Rue, Purdy a lâché sa cigarette et m'a serré la main. Il m'a regardé par dessus ses lunettes pendant un moment. Alors il a dit abruptement:

     

    "Vous savez quelque chose sur les disques?"

    "Si vous voulez dire, si je sais ce qu'il sont - non."

     

    Il a fait signe pour que je m'asseye. Alors il a pivoté sa chaise, penché ses épaules en avant, et a abaissé les stores.

    "Avez vous lu le Post cette semaine?"

     

    Je lui ai dit que non.

     

    "Il y a quelque chose de sacrement bizarre. Pendant quinze mois, le projet "Saucer" est verrouillé, inaccessible, top secret. Puis soudainement, Forrestal obtient que le Saturday Evening Post publie deux articles, écartant la chose toute entière. Le premier article arrive dans les kiosques - et puis qu'est ce qui se produit? "

    Purdy s'est balancé, et a appuyé son doigt sur un document sur son bureau.

    "Ce même jour, l'Armée de l'Air précipite la sortie de son rapport du projet "Saucer". Elle admet qu'ils n'ont pas identifié les disques dans aucun des cas important. Ils disent que c'est encore assez sérieuse - attendez une minute..." Il a manié maladroitement les papiers agrafés - "'pour exiger la vigilance constante du personnel du projet "Saucer" et de la population civile'."

     

    "Vous penseriez que le Post aurait fait une prise de position," j'ai dit.

    "Je ne veux pas dire qu'ils ont fait un démenti complet," a indiqué Purdy. "Ils ne mentionnent pas le Post, ils le contredisent juste. En fait, le rapport lui même se contredit. C'est comme si ils essayaient d'avertir les gens mais étaient trop effrayés pour en dire trop."

     

    J'ai regardé le titre sur le rapport: "un sommaire des études préliminaires par l'Air Material Command, terrain de Wright, Dayton, Ohio, sur les 'soucoupes volantes'."

    "Est-ce que les journaux l'ont déjà compris?" ai-je demandé à Purdy.

     

    "Vous voulez dire qu'il contredit le Post?" Il a secoué sa tête. "Non, le communiqué de presse du Pentagone n'a pas obtenu beaucoup de place. Combien de rédacteurs sont prêts à se noyer dans un rapport du gouvernement de six mille mots? Même si ils l'avaient lu, ils devraient le comparer, paragraphe par paragraphe, avec l'article du Post."

    Qui a écrit l'article du Post?"

    Purdy a allumé une cigarette et a froncé les sourcils vers les gratte-ciel dehors.

     

    "Sidney Shallett - et il est prudent. Il a eu le soutien de Forrestal. L'Armée de l'Air l'a promené ici et là, lui a organisé des interviews, et lui a censément donné la matière de l'article. Il a passé deux mois là-dessus. Ils ont approuvé son manuscrit, qui indique pratiquement que les soucoupes sont de la gnognotte. Puis ils l'ont démenti."

    "Peut-être qu'une huile au sommet a soudainement décidé que c'était une mauvaise politique de nier les soucoupes volantes," ai-je suggéré.

     

    "Pourquoi ce revirement soudain?" a insisté Purdy. "Disons qu'ils se sont payés le Post pour dissimuler la vérité, dans l'intérêt de la sécurité. C'est possible, bien que je ne le croie pas - ils pourraient simplement leur avoir fourni une histoire fausse. D'une manière ou d'une autre, pourquoi ont-ils précipité cette contradiction à la minute où le Post a atterri dans les kiosques?"

     

    "Quelque chose de sérieux s'est produit," ai-je dit, "après que le Post soit mis sous presse."

    "Oui, mais quoi?" fit Purdy impatiemment. "c'est ce que nous devons découvrir. "

    "Est-ce que le premier article de Shallett mentionne la mort de Mantell?"

    "Il l'explique parfaitement. Vous savez ce que Mantell chassait? La planète Vénus!"

    "C'est ça l'explication du Post?" ai-je demandé, incrédule.

     

    "C'est ce que l'astronome sous contrat de l'Armée de l'Air a dit à Shallett. J'ai vérifié avec deux astronomes ici. Ils disent que même lorsque Venus est à sa taille la plus importante, vous pouvez à peine la voir pendant la journée même lorsque vous la recherchez. Elle avait seulement la moitié de sa taille maximale ce jour là, donc elle était pratiquement invisible."

     

    "Comment l'Armée de l'Air peut-elle s'attendre à ce que quiconque croie que c'est la réponse?" ai-je dit.

    Purdy a haussé les épaules. "Ils nient que c'était Vénus, dans ce rapport. Mais c'est ce qu'ils ont raconté à Shallett, que tous ces officiers de l'Armée de l'Air, les pilotes, la police d'état du Kentucky, et plusieurs centaines de personnes à Madisonville ont confondu Vénus avec un disque métallique de plusieurs centaines de pieds de diamètre."

     

    "C'est un miracle que Shallett l'ait cru."

    "Je ne crois pas qu'il l'ait cru. Il dit que si ce n'était pas Vénus ça devait être un ballon."

    "Quelle est la réponse de l'Air Force?" demandai-je à Purdy.

    "Regarder dans le rapport. Ils disent que quoi que ce soit que Mantell ait pourchassé - ils l'appellent "un objet mystérieux" - est toujours non identifié."

     

    J'ai jeté un coup d'oeil sur le rapport de ce cas, à la page cinq. Il citait le message radio de Mantell disant que la chose était métallique et de taille énorme. En relation avec la mort de Mantell, il y avait le rapport de Lockbourne, Ohio, qui confirmait ce que Jack Daly m'avait dit, une année auparavant. J'ai lu le rapport:

     

    "Le même jour, environ deux heures plus tard, un phénomène dans le ciel a été vu par plusieurs observateurs au-dessus de la base aérienne de Lockbourne, Columbus. Il a été décrit comme "rond ou ovale, plus grand qu'un C-47, et se déplaçant en un vol d'altitude régulière plus rapidement que 500 miles par heure." L'objet avait été en vue de la tour d'observation de Lockbourne pendant plus de 20 minutes. Les observateurs ont dit qu'il brillait de blanc à ambre, laissant une traînée ambre s'étirant sur cinq fois sa propre longueur. Il faisait des mouvements semblables à ceux d'un ascenseur et à un certain moment il a semblé toucher la terre. Aucun bruit n'a été entendu. Finalement, l'objet s'est atténué et s'est abaissé vers l'horizon. "

     

    Purdy a sonné sa secrétaire, et elle m'a apporté une copie du premier article du Post.

    "Vous pouvez obtenir une copie de ce rapport par l'Armée de l'Air à Washington," me dit Purdy. "C'est le seul exemplaire que j'ai. Mais vous trouverez la même réponse pour la plupart des cas importants - les observations à la base aérienne de Muroc, les rapports des pilotes de lignes aériennes, l'observation des disques par Kenneth Arnold - ils sont tous non identifiés."

     

    "Je me rappelle le cas d'Arnold. C'était la première observation."

     

    "Vous avez des contacts à Washington," a continué Purdy. "Commencez d'abord par le Pentagone. Ils savent que nous travaillons là dessus. Sam Boal, le premier homme sur ce job, était descendu là bas un jour ou deux."

    "Qu'est ce qu'il a trouvé?"

     

    "Symington lui a indiqué que les soucoupes étaient des sornettes. Le Ministre Johnson a admis qu'ils avaient eu quelques photographies - nous avons entendu parler d'une photographie secrète prise au terrain de Harmon, Terre-Neuve. Le tuyau dit cette soucoupe a fichu une peur bleu à quelques pilotes et hommes de l'Armée de l'Air là bas.

     

    "Un Major a emmené Boal chez un certain colonel de l'Armée de l'Air et Boal a demandé à voir les les images. Le colonel a dit qu'ils n'en avaient pas. Il a fait un coup de sange quand le Major a dit que Symington avait parlé des photographies à Boal."

     

    "Est-ce que Boal a fini par les voir?" demandai-je.

    "Non," a grogné Purdy, "et je parierai vingt Dollars que vous ne les verrez pas non plus. Mais essayez, quoi qu'il en soit. Et vérifiez cette rumeurs qu'ils auraient détecté quelques disques avec les radars. Un cas était censé s'être produit à une base aérienne au Japon."

     

    Alors que je partais, Purdy m'a donné un résumé de rapports d'observation.

     

    "Certaines de ces derniers ont été publiés, certains autres, nous avons du les trouver nous-mêmes," a-t-il dit. "Nous avons obtenu des trucs confidentiels par des pilotes de lignes aériennes, il est assez évident l'Armée de l'Air a essayé de les faire se taire."

     

    "Très bien," ai-je fait. "Je m'y mets. Peut-être que les choses ne sont pas tellement verrouillées, vu que ce rapport est maintenant publié."

     

    "Nous avons découvert quelques trucs au sujet du Projet "Saucer", a dit Purdy. "Que ce soit une couverture ou que ce soit une enquête réelle, il y a beaucoup de mystère autour du Projet. Ils ont des astronomes et les astrophysiciens travaillant pour eux, et aussi des experts en fusées, des analystes techniques, et le renseignement spécial de l'Armée de l'Air. On nous a dit qu'ils peuvent demander l'aide de n'importe quel organisme gouvernemental et je sais qu'ils emploient le F.B.I."

     

    Cela prenait une ampleur plus importante que ce que j'avais cru.

     

    "Si la sécurité nationale est en jeu," ai-je dit à Purdy, "ils peuvent nous faire taire en un clin d'oeil."

     

    "S'ils m'indiquent que c'est le cas, d'accord" a dit Purdy. Il a ajouté amèrement, "mais je pense qu'ils font une sacrée erreur. Ils pensent probablement que ce qu'ils font est ce qui est le mieux. Mais la vérité pourrait surgir de la mauvaise manière."

     

    "Il est possible," ai-je pensé, "que les soucoupes appartiennent aux Russes."

     

    "S'il s'avèrent être des missiles soviétiques, ne comptez plus sur moi," fis-je. "Nous aurions le Pentagone et le F.B.I. sur le dos."

     

    "Ok, si c'est ça la réponse." Il riait sous cape. "Mais vous devriez vous préparer à un choc."

    Chapitre III


    La seule idée de disques volants colossaux était assez incroyable. Elle était presque aussi difficile de croire que de tels missiles pourraient avoir été développés sans que quelque chose ne fuie au-dehors, pourtant nous avions produit la bombe A dans des conditions de secret comparables, et je savais que nous travaillions sur des missiles guidés à longue portée. Il y avait déjà un plan pour une zone de test de trois mille miles. Nos avions supersoniques étaient arrivés autour deux mille miles à l'heure. Nos fusées à deux étages étaient allées à plus de deux cents miles de haut, selon des rapports. Si un moteur atomique avait été secrètement développé, il pourrait expliquer la vitesse et le rayon d'action des soucoupes.

     

    Mais je continuais à revenir sur la mort de Mantell et aux ordres de l'Armée de l'Air pour que les pilotes interceptent les soucoupes. Si les disques étaient des missiles américains, cela n'avait aucun sens.

    Quand j'ai atteint l'entrée, j'ai vu qu'il était quatre heures dix. J'ai attrapé un taxi et suis arrivé au Congressionnal Limited avec juste une minute d'avance. Dans la voiture du club, je me installé pour regarder le résumé de Purdy.

     

    En parcourant les pages, j'ai vu plusieurs cas familiers. Ici et là, Purdy avait gribouillé de brefs commentaires ou suggestions. Près du rapport de l'Eastern Airlines d'une soucoupe à deux ponts, il avait écrit:

    "Vérifier la rumeur d'un même type d'engin vu au-dessus de la Hollande à peu près à cette date. En outre, inconnu Philippin similaire rapporté à date inconnue.

     

    J'ai repris au commencement. Le premier cas énuméré était celui de Kenneth Arnold, un homme d'affaires de Boise, qui avait déclenché l'alarme au sujet des soucoupes. Arnold pilotait son avion privé de Chehalis à Yakima, état de Washington, quand il a vu un reflet lumineux sur son aile.

     

    Regardant vers le Mont Rainier, il a vu neuf disques brillants décrits contre la neige, chacune environ de la taille d'un C-54.

     

    "Ils volaient près des cimes de la montagne, en une formation en ligne diagonale," a-t-il dit plus tard. "C'était comme sil ils avaient été reliés les uns auy autres."

     

    Les disques ont semblé être de vingt à vingt-cinq milles de distance et se déplaçant à une vitesse fantastique. L'évaluation d'Arnold était douze cent miles à l'heure.

     

    "Je les ai observés environ trois minutes," il a dit. Ils faisaient des écarts vers le haut et le bas autour des crêtes élevées de la montagne. Ils étaient plats, comme une poêlle à frire, et si brillants qu'ils ont reflété le soleil comme un miroir. Je n'ai jamais vu quelque chose de si plat.

    La date était le 24 Juin 1947.

     

    Ce même jour il y avait un autre rapport de soucoupe, qui n'a reçu qu'une attention limitée. Un prospecteur de Portland a appelé Fred Johnson, qui travaillait vers le haut dans les montagnes de Cascade, a repéré cinq ou six disques volant dans le soleil. Il les a observés par son télescope pendant plusieurs secondes et a alors soudainement noté que la boussole sur sa montre de poignet spéciale tournait d'une manière extravagante d'un côté à l'autre. Johnson a insisté sur le fait qu'il n'avait pas entendu parler du rapport d'Arnold, qui n'avait été diffusé que plus tard dans la soirée.

     

    L'histoire de Kenneth Arnold a été généralement reçue avec amusement. La plupart des Américains ignoraient que le Pentagone avait reçu des rapports de disques dès janvier. Les nouvelles et les commentaires de radio sur le rapport d'Arnold avaient mis plusieurs autres incidents en évidence, que les observateurs avaient gardée pour eux-mêmes par crainte du ridicule.

     

    A Oklahoma City, un pilote privé a dit aux investigateurs de l'Armée de l'Air qu'il avait vu un objet rond énorme dans le ciel pendant la dernière partie de mai. Il volait trois fois plus rapidement qu'un jet dit-il, et sans aucun bruit. Des citoyens de Weiser, Idaho, décrivirent deux objets rapides étranges qu'ils avaient vu le 12 Juin. Les soucoupes filaient vers le Sud-Est, se laissant de temps en temps tomber à une basse altitude, puis s'élevant à nouveau rapidement. Plusieurs objets mystérieux ont été rapportés volant à grande vitesse près de Spokane, juste trois jours avant expérience d'Arnold. Et quatre jours après cette rencontre, un pilote de l'Armée de l'Air volant près du lac Meade, Nevada, a été stupéfait de voir une demi-douzaine de soucoupes dépasser son avion.

     

    Déjà si tôt dans l'alarme des soucoupes volantes, les rapports officiels se contredisaient. Juste aprés que l'histoire d'Arnold soit publiée, l'Armée de l'Air a admis qu'elle enquêtait sur les disques mystérieux. Le 4 juillet l'Armée de l'Air a déclaré qu'aucune autre recherche n'était nécessaire, tout n'était que des hallucinations. Le même jour, le terrain de Wright a indiqué à l'Associated Press que l'Air Material Command essayait de trouver la réponse.

     

    Le quatre Juillet fut un jour à marquer en lettres d'or dans le mystère des soucoupes volantes. A Portland, Orégon, des centaines de citoyens, y compris d'anciens pilotes de l'Armée de l'Air, des policiers, des pilotes du port, et des shérifs adjoints, ont vu des douzaines de disques brillants volant à grande vitesse. Les choses ont semblé être au moins à quarante mille pieds dans le ciel - peut-être beaucoup plus haut.

     

    Le même jour, des disques ont été aperçus à Seattle, à Vancouver, et d'autres villes du Nord-Ouest. Les rapports rapidement croissants ont rencontrés a la fois la ridiculisation et l'inquiétude. Dans le groupe des sceptiques se trouvait le Capitaine E. J. Smith, de United Airlines.

     

    "J'y croirais quand je les verrais," il a dit aux employés des ligne aérienne, avant de décoller de Boise dans l'après midi du 4.

     

    Juste au moment du coucher du soleil, son avion de ligne volait au-dessus d'Emmett, Idaho, quand le Capitaine Smith et son copilote, Ralph Stevens, ont vu cinq objets étranges dans le ciel en avant. Smith a appelé l'hôtesse, Marty Morrow, et tous trois ont observé les soucoupes pendant plusieurs minutes. Puis quatre disques de plus sont arrivés. Bien qu'il ait été impossible de dire leur taille, parce que leur altitude était inconnue, l'équipage était sûr qu'ils étaient plus grands que l'avion dans lequel ils étaient. Après environ dix minutes les disques ont disparu.

     

    L'Armée de l'Air a rapidement démenti avoir n'importe quoi qui puisse ressembler aux objets décrits par le Capitaine Smith.

     

    "Nous n'avons aucun engin expérimental de cette nature en Idaho - ou n'importe où ailleurs," déclara un fonctionnaire à Washington. "Nous sommes totalement mystifiés."

     

    La Marine a déclaré avoir fait une enquête, et n'avoir trouvé aucune réponse. Il y avait eu des rumeurs que les disques étaient des versions "gonflées" du Flying Flapjack de la Marine, un avion circulaire bimoteur connu techniquement comme le XF 5-U-1. Mais la Marine a insisté sur le fait que seulement un modèle avait été construit, et qu'il était maintenant hors service.

     

    A Chicago, deux astronomes firent des conjectures supposant que les disques pourraient être des météores. Le Dr. Girard Kieuper, directeur de l'observatoire de l'Université de Chicago, a déclaré catégoriquement qu'ils ne pouvaient pas être des météores.

     

    "Ils sont probablement artificiels," déclara-t-il à l'Associated Press. Le Dr. Oliver Lee, directeur de l'Observatoire du Nord-Ouest, été d'accord avec Kuiper.

     

    "L'armée, la Marine, et l'Armée de l'Air travaillent secrètement sur toutes les sortes de choses," dit-il. "Rappelez-vous le secret autour de la bombe A et des signaux radar vers la Lune."

     

    Pendant que je parcourais la synthèse de Purdy, je me suis rappelé ma propre réaction après le rapport de United Airlines. Après avoir vu le commentaire du Pentagone, j'avais appelé le Capitaine Tom Brown, aux relations publiques de l'Armée de l'Air.

     

    "Vous prenez vraiment ça au sérieux?" lui avais-je demandé.

     

    "Et bien, nous ne pouvons pas simplement l'ignorer," avait-il dit. "Il y a trop de pilotes dignes de confiance racontant la même histoire - des objets ronds, aplatis, capables de manoeuvres impossibles aux avions ordinaires, et plus rapides que tout ce que nous avons. Trop de récits correspondent."

     

    Je lui ai dit que j'avais entendu que la Civil Air Patrol dans le Wisconsin et d'autres états commençaient à faire une surveillance du ciel.

     

    "Nous avons un jet à Muroc, et six chasseurs se tenant prêt à Portland en ce moment même," dit Brown.

     

    "Armés?"

     

    "Je n'ai aucun rapport sur cela. Mais je sais que certains d'entre eux portent des équipements photographiques."

     

    Deux jours plus tard un pilote de transport des Coast Guards m'a dit que quelques chasseurs avaient été armés et qu'ont avait ordonné aux pilotes de forcer les disques à se poser si c'était humainement possible. Le même jour, le terrain de Wright a admis qu'ils vérifiaient des récits de missiles en forme de disque vus récemment dans le Nord-Ouest Pacifique et dans le Texas.

     

    Après ceci, il y eut une histoire de l'Associated Press, datée du 7 Juillet, citant un fonctionnaire anonyme de l'Armée de l'Air à Washington:

     

    "Les soucoupes volantes peuvent être un de ces trois choses:

     

    "1. Des réflexion du soleil sur des nuages bas. [un scientifique à Washington, a qui on a demandé de commenter, a dit que c'était à peine imaginable.]

     

    "2. Des petits météores qui se brisent, leurs cristaux attrapant les rayons du soleil. Mais il semblerait qu'ils auraient été vu tomber et que des fragments auraient été trouvés.

     

    "3. Des conditions de givrage pourraient avoir formé de grands grêlons; et ils pourraient avoir été aplatis et avoir plané un peu, donnant l'impression d'un mouvement horizontal quoique tombant verticalement."

    A ce moment tout le monde avait son mot à dire.

     

    "Les disques sont provoqués par la transmutation de l'énergie atomique," a dit un scientifique anonyme, censé faire partie du personnel de California Tech. L'Université l'a rapidement démenti.

     

    Le Dr. Vannevar Bush, scientifique mondialement célèbre, et le Dr. Merle Tuve, inventeur de la fusée de proximité, ont tous les deux déclarés qu'ils seraient au courant si c'étaient des missiles américains secrets - et que ce n'en étaient pas.

     

    A Syracuse, dans l'état de New York, le Dr. Harry Steckel, psychiatre de ministère des anciens combattants, a éclaté de rire à la suggestion de l'hystérie de masse.

     

    "Trop de personnes raisonnables voient ces choses. Le gouvernement entreprend probablement quelques expériences révolutionnaires."

     

    La suite ici

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359776
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum