ovni ufo:Les témoignages des militaires et Hauts Membres du Gouvernement et de la NASA
Page d'accueil | Forum | Portail | Tchat | Rechercher | Actualité | Témoignages ovni | Vidéo ovni | Signaler un problème | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme les éléments les plus solides et vérifiables sur le phénomène Ovni et ses implications.

Devenir fan du site

 

Le forum de discussion du site (Les Mystères des Ovnis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Liens

  • ovni et vie extraterrestre
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • rimarchives.free
  • ufoinfo
  • Les Repas Ufologiques
  • Fédération Française d’Ufologie
  • ufocasebook.com
  • photovni.free
  • ovni
  • http://
  • http://
  • ZeBlog
  • Wikio

    Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Traduction du site

    Choose your language please:

    Livre d'or et contact

    Un petit message sur le livre d'or fait toujours plaisir:

    Livre d'or du site

    Sondage

    Newsletters

    Inscription

    Recherche

    Rechercher sur le site :

    Compteurs

  • 975708 visiteurs aujourd'hui
  • 1867991 visites depuis le 01/06/06
  • 158 billets
  • Bookmark and Share

    Derniers commentaires

    Grazr

    Derniers sujets du forum

    Grazr

    Fils RSS

    ovni ufo:Les témoignages des militaires et Hauts Membres du Gouvernement et de la NASA

    Recommander ce site :: Imprimer cette page:: Par ovni :: 18/10/2008 à 22:28

    Les témoignages des militaires et Hauts Membres du Gouvernement et de la NASA

     

    Introduction

     

    Dans cette partie, vous entendrez des personnes qui ont été impliquées dans des évènements où des objets d'origine extraterrestre ont atterri - librement ou de force - ou se sont écrasés, avant d'être récupérés. Ce sont, évidemment, des témoignages explosifs. Ils établissent la réalité des phénomènes et justifient le fait que nous les ayons étudié durant des années. Beaucoup de personnes peuvent penser que ce genre d'événement se limite à Roswell, dans les années 40 ; cela ne pourrait pas être plus éloigné de la réalité. En fait, il y a eu de multiples événements de ce genre, au moins deux douzaines, où des objets d'origine extraterrestre ont été descendus, récupérés puis étudiés.

     

    Nous pensons que ces activités sont d'une extrême importance car on ne peut pas considérer que des programmes secrets - ayant coûté des centaines de milliards de dollars, sur plusieurs décennies, en recherches et développements, nommés aussi " ingénierie inverse " ou " ingénierie induite ", sur les technologies extraterrestres - n'aient pas résulté en des percées technologiques significatives. Et c'est ce que l'on voit tous les jours : des découvertes qui surgissent sous forme d'avancées en électronique, en sciences, l'apparition de nouveaux matériaux. Cependant, la découverte physique principale, se rapportant au " quantum du vide spatial " (quantum vacuum space, Ndt) - appelé aussi " phénomène du point zéro d'énergie ", comme l'anti-gravité, la propulsion électrogravitationnelle - a été cachée à notre société. Les programmes d'étude des technologies et formes de vie extraterrestres ont toujours cours maintenant. Ce serait quelque chose qui serait d'une grande importance pour le monde et la communauté scientifique, mais bien plus encore pour les officiels qui, nous le savons, n'ont pas été briefés correctement sur ce sujet.

     

    Philip James Corso (lieutenant-colonel) (1915-1998)

     

     

    Dans un livre paru en juin 1997, Corso déclare avoir vu un corps d'extraterrestre récupéré du crash. Il déclare également avoir travaillé de 1961 à 1963 sur les découvertes de Roswell, chargé par son supérieur le général Trudeau de transmettre la technologie récupérée du crash à diverses compagnies américaines telles que IBM, Hughes Aircraft, les laboratoires Bell et Dow Corning, sans que ces compagnies soient au courant de la provenance des éléments technologiques qui leur étaient transmis. Corso considère que de cette action a permit la "découverte" de technologies telles que les microprocesseurs, les fibres optiques, le LASER, et les fibres à super-tenacité. Il parle également de l'influence qu'à eu la technologie extraterrestre dans les événements politiques et géopolitiques, le programme spatial américain, le programme de "guerre des étoiles", et la fin de la guerre froide.

     

    Philip James Corso (à droite) Rome, 1945

     

    Suite aux déclarations fracassantes du colonel Corso dans son livre en 1997, le CAUS entâme le 25 Mars 1998 des poursuites (cas Civil 98-0538PHXROS) contre l'Armée US pour obtenir tout les documents que Corso déclare avoir pu voir et lire. Pour aider le CAUS dans cette démarche, Corso signe un affidavit où il jure sous serment ce qu'il a déclaré dans son livre. Le parjure, ou mentir sous serment, est punissable comme une offense criminelle encourant généralement une peine de prison pour la personne coinvaincue de parjure.

     

    Le jour après Roswell par le Col. Philip Corso:

    http://www.rr0.org/Documents/Livres/corso/LeJourApresRoswell.html

     

    Tokyo, 1953


    L'affidavit de Corso est le suivant :

     

                           UNITED STATES DISTRICT COURT
                              THE DISTRICT OF ARIZONA

    CITIZENS AGAINST UFO SECRECY, INC.
    7349 Via Paseo Del Sur #515-194
    Scottsdale, Arizona 85258
    (602) 818-8248
                                         CIV98-0538PHXROS
                           Plaignant,
                                         AFFIDAVIT
    v.
    DEPARTEMENT DE L'ARMEE
                           Défendeur

     

    Moi, Col. Philip J. Corso, (Ret.) jure par la présente, sous peine de parjure, que les déclarations suivantes sont vraies :

     

    Qu'à chaque moment mentionné ci-après, j'ai été membre et officier du défendant.

    Que durant mon emploi avec le défendant j'ai été membre du Conseil National de Sécurité du Président Eisenhower et ancient directeur du Bureau des Technologies Etrangères au sein du département de Recherche et Développement du défendeur.

     

    Que le 6 Juillet 1947 ou aux alentours de cette date, alors que j'étais posté à Fort Riley, Kansas, j'ai personnellement observé une créature non-humaine de 4 pieds avec des mains étranges à quatre doigts, des jambes et des pieds frêles, et une tête disproportionnée de la forme d'une ampoule électrique à incandescence. Les emplacements des yeux étaient disproportionnés et en forme d'amande et pointés vers le bas vers son minuscule nez. Le crâne de la créature était tellement sur-développé que tous les éléments de son visage étaient disposés de face, occupant seulement un cercle restreint sur la partie inférieure de la tête. Il n'y avait pas de sourcils ni aucune indication de poils au visage. La créature avait seulement une minuscule trait pour bouche et il était complètement fermé, ressemblant plus à un pli ou une indentation entre le nez et le bas du crâne sans menton qu'un orifice pleinement fonctionnel.

     

    Colonel Philip J. Corso (à droite) Germany, 1960

     

    Qu'en 1961, j'ai été en possession de ce que je désigne comme le 'dossier Roswell'. Ce dossier contenait des rapports sur le terrain, des rapports d'autopsie médicale et les débris technologiques du crash d'un véhicule extraterrestre à Roswell, Nouveau Mexique en 1947. Que j'ai personnellement lu les rapports d'autopsie médicale qui réfèrent à l'autopsie de la créature précédemment décrite que j'ai vu en 1947 à Fort Riley, Kansas.

    Que le rapport d'autopsie en question indiquait que l'autopsie avait été effectuée à l'Hôpital Walter Reed, qui était sous l'autorité du défendeur à l'époque de l'autopsie. Que le rapport d'autopsie en question désignait la créature en tant que 'entité biologique extraterrestre'.

     

    Colonel Philip J. Corso (ret.)
    Prété sous serment
    ce jour de Mai, 1998.

     

    http://www.rr0.org/CorsoPhilipJames.html

    Copyright © 2000-2006 Jérôme Beau.

     

    George Scratchley Brown (général) (-1978)


    Brown naît à Montclair (New Jersey). Il fait ses études au lycée de Leavenworth (Kansas), puis après un an à l'Université du Missouri, il reçoit une affectation du congrès à l'Académie Militaire américaine de West Point (New York), en 1937.  Sa première affectation après sa formation de pilote est à Barksdale Field (La.) où en tant que membre de l'équipe du 93ème Groupe de Bombardement, il pilote des B-24 Liberators. Il va alors à Fort Myers (Fla.), où il vole dans la patrouille anti-sousmarine.

     

    Seconde guerre mondiale

     

    En Août 1942 il pilote dans le 93ème Groupe de Bombardement en Angleterre, en faisant le premier groupe de B-24 à rejoindre la 8ème Air Force. Jusqu'en Avril 1944, il sert à diverses positions dans ce groupe, dont le commandement du 329ème Escdron Bombardier, les opérations de groupe puis officier exécutif. C'est en tant que tel qu'il prend part au fameux raid à basse altitude sur les raffineries d'huile de Ploesti (Roumanie) le 1er Août 1943. Le 93ème Groupe est le second de cinq groupes de B-24 qui partent sur Ploesti depuis une base temporaire à Bengasi (Lybie). Le 93ème group, dirigé par son commandant, perce les fortes défenses pour toucher trois des six raffineries cibles. L'appareil leader et 10 autres sont abattus ou s'écrasent sur la cible. Brown, alors major, prend la tête du 93ème et l'emène à nouveau vers Bengasi. Il reçoit la Croix pour Distinction de Service pour ses actions dans cette mission.

     

     

    En Mai 1944 Brown est nommé officier asssitant pour les opérations de la 2nde Division Aérienne. Il occupe des responsabilités similaires en Mai 1945 aux Quartiers Généraux du Commandement de l'Entraînement Aérien de Fort Worth (Texas). En 1946 il rejoint le Commandement de la Défense Aérienne à Mitchel Field (N.Y.) comme assistant au Chef d'Etat-Major Aérien, puis devient assistant adjoint pour les opérations.

     

    Corée

     

    Durant la guerre de Corée en 1950, il devient commandant du 62ème Groupe de Transport de Troupes à la base de l'USAF de McChord (Washington), qui opère entre la côte Ouest et le Japon. Durant 1951 et pendant le début de 1952, il commande le 56ème Fighter Wing à la base USAF de Selfridge (Mich.) et en Mai 1952 rejoint les Quartiers Généraux de la 5ème Air Force à Seoul (Corée) en tant que directeur des opérations.

    En Juillet 1953 Brown prend le commandement de la 3525ème Pilot Training Wing à la base USAF de Williams (Arizona). Il entre au Collège National de Guerre en 1956, et une fois diplômé en 1957 sert en tant que responsable auprès du Chef d'Etat-Major de l'USAF. En Juin 1959 il est sélectionné comme assistant militaire du Secrétaire Adjoint à la Défense, puis directement du Secrétaire à la Défense.

     

    En Août 1963 Brown devient commandant de la Eastern Transport Air Force à la base USAF de McGuire (New Jersey). En Septembre 1964 il est sélectionné pour la Joint Task Force II, une unité d'Etat-Major inter-armées formée à la base de Sandia Base (Nouveau Mexique) pour procéder aux essais des systèmes d'armement de tous les services militaires.

     

    De Août 1966 à Août 1968, il sert comme assistant du président, aux Etats-Majors Unifiés à Washington (D.C.). Il prend alors la charge du commandement de la Septième Air Force et devient également commandant adjoint des opérations aériennes d'assistance militaire des Etats-Unis au Vietnam. En tant que commandant de la 7ème Air Force, il est responsable de l'ensemble des attaques de combat aérien de l'USAF et des opérations de soutien et de défense aérienne en Asie du Sud-Est. A cette position MACV, il est conseiller pour tous les sujets touchant au soutien tactique aérien et coordonne les opérations des Etats-Unis et de la République du Vietnam pour le domaine de responsabilité du MACV.

     

    Observation (1968)

     

    Cet été là, Brown a eu affaire à des objets volants non-identifiés :

     

    Je ne sais pas si cette histoire a déjà été racontée ou non. On ne les appelait pas ovnis. On les appelait hélicoptères ennemis. Et on les vit uniquement la nuit et uniquement en certains endroits. Ils furent observés près du DMZ au début de l'été 1968. Et cela déboucha sur un léger affrontement. Pendant la bataille, le destroyer Australien fut touché et nous ne trouvâmes aucun ennemi, il ne restait plus que nous lorsque quand tout ceci fut terminé. Cela aboutit à des tirs, et il n'y avait aucun ennemi impliqué mais nous réagîmes à chaque fois. Toujours après la nuit. La même chose arriva à Pleiku dans les Highlands en 1969 [16 Octobre 1973, déclaration à une conférence de presse en Illinois].

     

    En Septembre 1970 en tant que général Brown commande l'AFSC, dont les quartiers généraux sont à la base USAF de Andrews (Md.). Il est nommé chef d'état-major de l'USAF par le président, officiellement le 1er Août 1973. Le 16 octobre, il relate l'incident du début de l'été 1968 à une conférence de presse en Illinois.

     

    A partir du 1er Juillet 1974 il dirige l'Etat-Major Inter-Armées du DoD. En tant que tel, il est conseiller militaire pour le président, le NSC et le secrétaire à la défense. Brown décède en 1978.

     

    http://www.rr0.org/BrownGeorgeScratchley.html

    Copyright © 2000-2006 Jérôme Beau.

     

    Joseph J. Bryan III (colonel)

     

    Conseiller pour l'aviation auprès de l'OTAN. Ancient assistant du Secrétaire de l'USAF.

    Fondateur et chef d'origine de l'équipe de guerre psychologique de la CIA.

     

    En 1960, peu après avoir rejoint le comité directeur du NICAP, Bryan écrit à Donald Keyhoe :

     

    Je sais que des centaines de pilotes militaires et civils, le personnel d'aéroports, des astronomes, suiveurs de missiles et autres observateurs compétents ont signalé des observations. Je sais aussi que nombre de ces ovnis ont été signalés manoeuvrant en formation, et que nombre d'entre eux ont été simultanément suivis au radar. Mon opinion est que :

     

    Les ovnis signalés par des observateurs compétents sont des appareils sous contrôle intelligent. Leurs vitesses, manoeuvres et autres éléments techniques prouvent qu'ils sont supérieurs à tout appareil ou appareils spatiaux connus aujourd'hui produits sur Terre.

     

    Ces ovnis sont des appareils interplanétaires observation la Terre de manière systématique, étant pilotés ou contrôlés à distance, ou les 2.

     

    L'informations sur les ovnis, y compris les rapports d'observation, a été et est toujours officiellement retenue. Cette politique est dangereuse, en particulier parce que la mauvaise identification d'ovnis en tant qu'attaque secrète russe pourrait accidentellement déclencher la guerre. A moins que cette politique ne soit changée, un investigation du Congrès devrait avoir lieu pour réduire ou éliminter ce dangers et d'autres.

     

    Si Bryan nie tout lien avec la CIA durant son appartenance au NICAP, celui-ci est révélé en 1977. On apprend à l'occasion qu'il lui avait été demandé de ne pas en faire part parce que cela pourrait embarasser la CIA [Fowler 1981 < Good 1987, pp. 347-348].

     

    http://www.rr0.org/BryanJoseph.html

     

    Dewey Fournet, Junior (major)

    Après que le Génie militaire américain eût déclaré qu'un de ses savants avait reproduit une soucoupe volante en laboratoire, Fournet mène une enquête. Le savant concerné y gagne une certaine publicité, mais son prestige en subit une forte atteinte, ses confrères jugeant sévèrement son attitude.

    Fournet travaille presque 4 ans dans l'US Army durant la seconde guerre mondiale, dont les 3 dernières années dans le renseignement pour l'AAF. Lorsque cette dernière devient l'USAF indépendante après la guerre, la commission de réserve de Fournet est transférée de l'Army à l'USAF. En Avril 1951, il est rapellé au service actif et envoyé à l'Ecole de Commandement et Personnel Aérien, jusqu'en Août. Il est ensuite rapidement affecté dans les renseignements au Pentagone.

    Blue Book (1952-1953)


    Là-bas il remplace un lieutenant-colonel incapable en tant qu'officier de liaison du projet Blue Book entre l'ATIC de la base de l'USAF de Wright-Patterson et l'état-major de l'USAF, installé au Pentagone. Il est supposé y travailler à mi-temps, mais pendant des mois il y passe tout son temps. Il a accès aux rapports de l'USAF, dont l'estimation de la situation rédigée par les experts du projet Sign.

     

    Il devient particulièrement convaincu de la réalité et de l'étrangeté du phénomène [Keyhoe] [Ruppelt] :

     

    En fait j'étais sceptique à propos des OVNIs lorsque je fut affecté au programme. A un moment au fil des quelques premiers mois de mon affectation — probablement vers le début de 1952 — je devins convaincu que le sujet méritait une attention sérieuse.

     

    Ce changement intervint suite à ma découverte des dossiers du projet et de l'étude du volume résolument croissant des rapports d'observation. Je ne devint pas un "croyant" dans le sens commun du terme ; je changeais simplement ma position de complet dédain du sujet à une de conviction qu'une étude sérieuse était nécessaire [Robert Barrow 1976, UFO Magazine, Février 1977].


    Pour Fournet, l'USAF doit apprendre autant que possible du phénomène ovni, ne serait-ce que pour être capable de distinguer une attaque soviétique potentielle du fond "statique" créé par le déluge de rapports d'OVNI en 1952.

     

    Fournet montre à Albert Chop les films d'observations dans le Montana et Utah. Comme Chop, il les trouve très étranges. Après les examens en laboratoire et les interview des témoins du film de l'Utah, Fournet va participer à la classification du film dans les cas "inexpliqués".

     

    "UFO flap" à Washington

     

    Fournet est présent lors du "UFO flap" de Juillet 1952 au-dessus de Washington, avec son collègue Albert Chop de Blue Book :

     

    Mon implication dans les incidents de Washington occasionna des jours et des nuits survoltés, bien que ces observations ne représentèrent seulement qu'une petite partie d'une incroyable période survoltée de 8 ou 9 mois en 1952.


    L'avantage de ces observations nationales est cependant que Fournet n'a pour une fois pas eu à dépendre des récits de témoins visuels. Il était sur les lieux, observant les ovnis sur le radar :

     

    Mon attention à ce qui se passait, cependant, était loin d'être totale — appels longue distance à prendre, requêtes à faire au chasseur intercepteur, les journalistes dehors à satisfaire, etc.

     

    (...) En fait, je n'était même pas présent lorsqu'un pilote de chasseur signala qu'il était entouré par des OVNI. (...) Cela arriva alors que j'étais au téléphone, parlant à Bob Ginna de 'Life' [magazine].

     

    (...) Al devint le récipiendaire privilégié d'informations considérables car j'avais convaincu mes supérieurs en 1952 que toute information non sensible sur les OVNI devait être rendue disponible au public. Pour cette raison, j'essayai de garder Al informé de tous les développements qui je pensais provoqueraient des demandes de la presse et du public. Ce fut la seule période "ouverte" à ma connaissance dans l'entière existence du projet OVNI [Blue Book].


    Au bout d'un total de cinq ans et demi d'activité militaire, il quitte le projet et retourne dans le civil en Janvier 1953, où il travail comme ingénieur aéronautique pour la Ethyl Corporation à Baton Rouge (La).

    Robertson (1953)C'est justement en Janvier que la commission Robertson procède à ses premières consultations, et Fournet fait partie des personnes interrogées. Cependant, les résultats de cette commission sont plutôt négatifs :

     

    Personellement, je regrette le fait que le gouvernement ne soit plus associé avec ce sujet, bien que je n'ai aucun remord quant à l'enterrement du projet de l'USAF, parce que le chemin pris après 1953 fut généralement très négatif. Le capitaine Ruppelt me confia qu'il put voir le négativisme développé à la suite du rapport de la Commission Scientifique de la CIA au début de 1953, et ce fut la principale raison de sa demande d'être réaffecté hors du projet.

     

    (...) Lorsque la Commission Scientifique de la CIA conlut en 1953 qu'il n'y avait pas de menace évidente, la philosophie de l'Air Force semble avoir subit une modification drastique avec des variations mineures jusqu'à ce que le projet soit démantelé par l'infâmant rapport Condon.


    NICAP (1957)

     

    En 1957, toujours civil, Fournet intègre le Comité des Gouverneurs du NICAP.

     

    (...) Il n'y a que peu d'organisations vraiment sérieuses. Trop ont tombé dans la marge, soit pour promouvoir des philosophies préconçues et/ou des "solutions", soit pour réaliser des gains pécuniaires. Alors, les quelques organisations se faisant entrendre représentent une fragmentation de ressources et des efforts redondants, dont la conséquence est que personne n'est capable de tirer parti de tout le talent disponible dans une attaque coordonnée du problème.


    Lorsque l'on demande à Fournet, qui a travaillé au sein du projet Blue Book, si beaucoup d'information importante sur les ovnis a été ou est toujours censurée par certaines agences gouvernementales, Fournet répond :

     

    Autant que je sache, il n'y a jamais eu de censure en tant que telle, à l'exception de la suppression de noms de témoins et de toute données liées au radar ou aux procédures d'interception.

     

    D'un autre côté, il est vrai que le public fut fréquemment alimenté de statistiques et d'exemples de cas trompeurs qui étaient atypiques, dont le seul but était de faire apparaître le sujet comme entièrement stupide.


    Références :

    [Robert Barrow 1976, UFO Magazine, Février 1977]
    http://rr0.org/personne/FourneyDeweyJ/index.html 

     

    Brigadier General Steven Lovekin, Esq. Army National Guard Reserve

     

    Le Brigadier Général Lovekin est entré dans le militaire en 1958. En 1959, il a rejoint la "White House Army Signaling Agency" et a servi sous le Président Eisenhower et ensuite sous le Président Kennedy avec une autorisation "au-dessus de top-secret". Il était familier avec le projet Blue-Book et explique comment ce projet traitait de cas OVNI spécifiques et hautement scientifiques, dont les sources étaient hautement crédibles. Ils ont analysé des photos prises par des pilotes de l'Air Force, des pilotes du Marine Air Corps, de quelques pilotes étrangers et de multiples rapports sur des détections radar. On lui a aussi montré des débris métalliques provenant du crash de Roswell. Lorsqu'il travaillait sous le Président Eisenhower, il a découvert qu'Eisenhower avait un intérêt tout particulier pour les OVNI, mais qu'Eisenhower réalisa qu'il avait perdu le contrôle sur ce sujet.

     

    ...Ce qu'ils essayaient de dire c'était, "Regardez, nous avons cette évidence physique pour avancer avec ce que vous avez vu dans Blue-Book ; nous avons maintenant pu mettre la main sur cela et pouvons vous montrer ce matériel" et c'est ce qu'il fit. Il continua son explication comme quoi ce matériel venait d'un crash d'un engin extraterrestre au Nouveau-Mexique en 1947 et on a discuté de cela un bon moment... Il n'a pas décrit à quoi ressemblaient les corps, bien qu'ils aient discuté le fait que c'était des corps, des corps extraterrestres...

    Si vous voulez ruiner votre carrière, nous a-t-on expliqué, la chose qui fera cela le plus rapidement, c'est de parler d'OVNI...

     

    Nous avons vu beaucoup de photos d'OVNI. Certaines images que j'ai vues étaient peut-être un peu meilleures que celles qu'on peut voir aujourd'hui. Ces photos d'OVNI avaient été prises par des pilotes de l'Air Force...

    J'estimerai qu'il y avait probablement entre deux et trois cent cas de détection radar. C'est pourquoi ces cas étaient ici - parce-qu'ils étaient authentiques...

     

    Mais ce qu'il se passa, c'est qu'Eisenhower, sans s'en rendre compte, a perdu le contrôle sur ce qui se passait au sujet de la situation OVNI. Dans son dernier discours à la nation, je pense qu'il nous a dit que le Complexe Militaro-Industriel nous "planterait dans le dos" si nous n'étions pas totalement vigilants. Et je pense qu'il sentait qu'il n'avait pas été assez vigilant. Je pense qu'il avait l'impression d'avoir fait confiance à trop de personnes. Et Eisenhower était un homme de confiance. C'était un grand homme. Et je pense qu'il a réalisé que tout d'un coup ce sujet est tombé sous le contrôle de corporations qui pouvaient très bien agir au détriment de sa nation.

     

    Cette frustration, d'après mes souvenirs, a continué pendant des mois. Il a réalisé qu'il avait perdu le contrôle du sujet OVNI. Il a réalisé que le phénomène auquel nous devions faire face ne serait pas dans les meilleures mains. D'après ce que je me souviens, c'était l'expression qu'il a utilisée, "cela ne va pas dans les meilleures mains." C'était une réelle préoccupation.

     

    Cela a été discuté de nombreuses fois, ce qu'il pourrait m'arriver si je discutais de cela. Je dirais que le gouvernement a fait du bon travail en renforçant le secret à travers la mise en place d'une terreur abjecte, la plus importante de mémoire de l'homme moderne. Je pense vraiment qu'ils ont fait un travail.

    Un vieil officier a discuté avec moi de ce qu'il pouvait se passer s'il y avait une révélation. Il parlait d'être effacé et j'ai dit, "Qu'est-ce que tu veux dire effacé ?" Et il a dit, "Oui, tu seras effacé - disparu." Et j'ai dit, "Comment savez-vous tout cela ?" Et il a dit, "Je sais. Ces menaces ont été faites et exécutées. Ces menaces ont commencé en 1947. L'Army Air Force avait un contrôle absolu sur la manière de gérer cela. Ce fut la plus grande situation de sécurité auquelle ce pays a dû faire face et il y a eu plusieurs effacements..."

     

    Je ne veux pas savoir quel genre de personne vous êtes. Je ne veux pas savoir si vous êtes fort ou courageux. Ce serait une situation pleine de peur car d'après ce que m'avait dit Matt [ce vieil officier], "Ils ne s'en prendront pas seulement à vous. Ils s'en prendront à votre famille." C'était ses mots. Et, de ce fait, je peux seulement dire que c'est par la terreur qu'ils ont réussi à dissimuler cela pendant si longtemps. Ils sont très sélectifs sur les personnes qu'ils choisissent d'effacer. Et je sais que cela a été réalisé...

     

    Et je le vois, lorsque vous propagez un mensonge et que vous propagez une peur de la vérité, vous vous mettez vous-même dans une position très vulnérable...

     

    Et vous ne pouvez rien créer de positif à travers la peur. La peur dégénère seulement l'âme humaine et la psyché, l'esprit humain si vous voulez.

     

    Je pense que le secret a été renforcé car ce qui serait révélé détruirait totalement l'économie qui a été élaborée par certains capitalistes dans ce pays il y a longtemps pour les maintenir, eux et leurs corporations, d'ici à l'éternité. Je pense que l'industrie pétrolière a des intérêts spéciaux à maintenir sa position (prédominante, Ndt), sans se soucier de la pollution et des effets désastreux qu'elle a pu produire et continue de produire.

    Je pense que ce avec quoi nous sommes en train de traiter, c'est avec certains dispositifs électromagnétiques qui sont alimentés par des sources que nous ne comprenons pas encore très bien - bon, nous n'en faisons certainement pas une grande publicité. Mais, ces dispositifs généreraient une énergie gratuite. Et l'énergie gratuite ferait paniquer les corporations. Je pense que le gouvernement panique au sujet de cela...

    Mais à un moment donné on devra partager cette information qui nous permettra d'avoir de l'énergie gratuite. Le gouvernement sait tout cela. C'est de la folie de leur part d'essayer de nous faire passer pour des imbéciles et de dire que cela ne peut pas se passer. Cela peut se passer.


    La question était, "Est-ce que j'avais entendu que nous avions certaines fois détecté des signaux qui ne pouvaient pas être identifiés ou que, s'il pouvaient être identifiés, ils provenaient d'étranges engins qui, peut-être, nous avaient mis sous surveillance ?" Oui, j'ai entendu cela. J'ai entendu cela de la part d'au moins cinq ou six rapports qui provenaient de Bluebook. En fait, plusieurs rapports provenaient des radios des pilotes...

     

    http://ufologie.net/rw/w/stephenlovekinf.htm

     

    Walter S. Anderson (contre-amiral)   US Navy


     

    Capitaine dirigeant l'ONI en 1940, Anderson donne au code brisé de "Purple" le nom de code "Magic." C'est un intitulé étrange à l'époque, une référence à la fois à l'incroyable virtuosité des crypto-analystes et au goût du secret et de l'occulte dans lequel baigne la cryptographie depuis le Moyen-âge. Les messages japonais, une fois déchiffrés, étaient appelés "magics", avec un "m" minuscule. Les personnes ayant accès aux messages "Purple" sont appelés "Ultras". Parce que savoir que le code Bei Gwa avait été brisé était une information particulièrement sensible, "Magic" devient également un niveau de classification, plus élevé que Top Secret. L'avantage de la lecture des messages japonais aurait été perdu si les japonais avaient appris que le Bei Gwa était compromis.

     

    Début 1941, Anderson est détaché comme Directeur du Renseignement Naval. Suite à l'attaque de Pearl Harbor le 7 Décembre, le vice-amiral Anderson est promu le vendredi 31 Janvier par Roosevelt contre-amiral de la Flotte de Vaisseaux de Guerre du pacifique (Battleships Battle Force, puis Battleships Pacific Fleet), pourtant peu populaire (il était l'un des rares à ne pas être sur son navire USS Maryland le jour de l'attaque, ce qui a levé des suspicions à son égard). Il le restera jusqu'au 10 Avril 1942.

     

    Le 5 mars 1942, le général George C. Marshall aurait envoyé un second memo Top-Secret au président, indiquant :

     

    Comme indiqué dans le memorandum pour vous du 26 f évrier concernant le raid aérien au-dessus de Los Angeles il a été appris par le G2 de l'Armée que le contre-amiral Anderson (...) a récupéré un avion non-identifié au large de la côte de Californie (...) sans indication d'une explication conventionnelle (...) Cet état-major en est arrivé à la détermination que les avions mystérieux ne sont en fait pas terrestres et d'après des sources de renseignement secrètes ils sont selon toute probabilité d'origine interplanétaire. (...) En conséquence j'ai donné des ordres à G2 de l'Armée pour qu'une unité spéciale de renseignement soit créée pour enquêter plus avant sur le phénomène et rapporter tout lien significatif entre les incidents récents et ceux collectés par le directeur de la Coordination de l'Information.

     

    Le mémo porte des numéros de document correct de l'OCS et comporte la mention "Interplanetary Phenomenon Unit" (IPU) imprimée dessus plus tard par une machine à écrire différente. Il semble donc que ce soit cet ordre qui crée l'IPU [Majestic].

     

    De Novembre 1942 à Juin 1944, Anderson est président du Comité d'Inspection et d'Etude, dont le but est de s'assurer que la Navy dispose de navires correctement équipés pour des missions rapides, fiables et prolongées en mer. Du 17 Juillet 1944 au 2 Septembre 1945, il est vice-amiral du 7ème district naval (Seventh Naval District) dans le Golfe.

    http://rr0.org/personne/a/AndersonWalterS/

     

    Peter Bostrom


    Vétéran de la guerre du Viêt-nam, en service actif de 1969 à 1971.

    En 1990, lors d'une conférence que donna Linda Moulton Howe dans le Middle West, Bostrom lui parle d'une rencontre militaire avec des entités non-humaines à la peau grise. Bostrom lui tend plusieurs pages dactylographiées, disant :

     

    Lisez çà. C'est une des conversations les plus étranges que j'aie jamais eue avec quiconque dans ma vie. Si vous voulez l'utiliser pour votre travail, vous avez ma permission.

     

    Il s'agit d'une interview d'un certain "Joe", à propos d'une rencontre d'aliens pendant la guerre du Viêt-nam.

    http://www.rr0.org/BostromPeter.html


    William T. Coleman (colonel) (1920) 


    Observation (1955)

     

    En 1955, Coleman et son équipage de 4 personnes sont en route depuis l'Aéroport International de Miami vers la base USAF de Greenville (Missouri) dans un vieux B-25. L'équipage remarque un disque argenté brillant dans le Soleil : Nous volions à 10000 pieds lorsque nous repérèrent une cible quelque part entre 20000 et 25000 pieds. Elle était à environ 7 miles devant nous sur notre droite, et nous la dépassions. Après une tenative de contact radio soldée par un échec, Coleman le prend en chasse : Elle commença à descendre avec le risque de croiser notre trajectoire de vol, et je décidais d'y regarder de plus près. J'augmentai donc la puissance et commençai à me rapprocher un peu plus vite et en descente. Nous continuèrent à nous rapprocher et très rapidement nous étions à 1 mile de l'objet, volant au-dessus à des arbres à 345 miles/h. Il se rapproche par l'arrière, jusqu'à 1/8ème de mile de l'objet, virant pour éviter une collision, puis se repositionne pour s'apercevoir que l'ovni a disparu. Il faisait environ 60 pieds de diamètre et 10 ou 11 pieds d'épaisseur au centre, dit-il. Il avait ce qui pouvait ressembler à une finition de type titanium (gris argenté). J'ai tiré le manche et fait un virage serré qui le mit hors de vue pour 4 bonnes secondes. Coleman remonte à 2000 pieds, et voit alors l'ovni filer le long d'une zone rurale, projetant une ombre ronde à environ 100 pieds au-dessus de champs labourés. Je zoomed up jusqu'à 1500 pieds. "Il est là" dis-je. Il était à environ 2 miles en face de nous volant au-dessus d'un champ et laissant une traînée poussiéreuse derrière lui. J'évaluai sa vitesse à environ 170 miles/h. Il tombe derrière lui, virant de bord pour entâmer une manoeuvre de contournement, et lorsqu'il revire pour lui couper le chemin, le disque est parti. Tout ce que vous pouviez voir était ces 2 colonnes de poussière qui montraient d'où il était parti juste depuis le milieu du champ se rappelle-t-il. Il n'y avait rien en vue.

     

    Entre 45 et 50 minutes plus tard, lorsque le bombardier entâme sa descente vers Greenville, l'ovni réapparait. Il était comme le premier que nous avions vu, à environ 2 h en haut, traversant notre trajectoire de vol. Cette fois, Coleman décide de ne pas jouer. Le jour suivant, Coleman collecte les 5 rapports des témoins visuels, dont le sien, et les expédie au Projet Blue Book. Coleman aura joué au chat et à la souris avec cet objet durant 11 mn au-dessus de la Floride du Nord et du Sud de l'Alabama.

     

    Après une autre plongée, l'équipage perd l'objet de vue.

     

    Blue Book (1962-1964)

     

    En 1961, on propose que Coleman intègre l'équipe de Blue Book, en tant chargé des relations publiques du projet. Coleman se souvient de cette proposition du Secrétaire de l'USAF de l'époque, le général Eugene Zukert. Coleman se souvient :

     

    Avant d'accepter le boulot, je savais que je devais lui expliquer ma propre observation. Après que je lui ait raconté l'histoire, il dit : "Bien, vous êtes exactement l'homme pour ce travail. Vous êtes resté objectif, et c'est ce que nous voulons pour ce programme — dire la vérité."

     

    Il profite de l'occasion pour demander au directeur du projet, Robert J. Friend, le rapport qu'il avait envoyé en 1955, sans succès. Je pensai que c'était plutôt un bon cas, parce qu'il y avait 5 rapports de témoins visuels crédibles recoupant le même événement déclare-t-il. Il attribue cela au traitement bureaucratique du projet. En 1964, Coleman quitte le projet.

     

    A propos de Blue Book, Coleman raconte :

     

    Au cours des presque 21 ans de son existence, le projet à examiné plus de 12800 rapports d'observation. Tous furent expliqué sauf 728 cas. Parmi ceux-là, l'Air Force restait avec 130 cas qui étaient relativement préoccupants et non résolus.

     

    C'est-à-dire, que ces cas contenaient deux caractéristiques vitales qui les plaçaient en marge de tous les autres.

     

    Tout d'abord, ils faisaient preuve de hauts facteurs de crédibilité, comme la présence plusieurs témoins hautement qualifiés. Ensuite, ils étaient qualifié de ce que nous appelions "haute étrangeté". Cela signifie que les témoins avaient observé quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu auparavant même s'ils avaient une grande expérience de l'observation des phénomènes aériens.

     

    Qu'est-ce que je crois ?

     

    La possibilité d'une vie intelligence manipulatrice dans notre univers est très probable, peut-être même dans notre propre galaxie de la Voie Lactée. Parmi les 10 classes d'étoiles qui existent, trois pourraient fournir le type de chaleur stable et les environs qui pourraient soutenir des planètes comme la nôtre.

     

    Avons-nous étés visités par des êtres extraterrestres ?

     

    Au cours du projet Blue Book, nous n'avons trouvé aucun élément qui permettrait de conclure à la preuve que oui. Cela ne signifie pas que nous n'ayons pas eu de telles visites. Cela signifie seulement que nous n'en avons pas trouvé de preuve.

     

    Tout visiteur extraterrestre induirait - et lui ou sa propre race - divers problèmes majeurs. En dehors de ceux liés aux questions géopolitiques, théologiques et autres, la plus importante serait peut-être d'ordre biologique.

    Cela veut dire l'introduction possible de batéries et virus inconnus dans notre population et pour lesquels nous n'avons aucune défense naturelle. De plus, un extraterrestre pourrait très bien être confronté à un tel problème s'il ou elle était infecté(e) par des germes provenant de la Terre.

    (...)

     

    Nommes-nous seuls ? Je pense que non. J'ai toujours trouvé excitant le passage des Ecritures Saintes de la Bible "Tu n'es pas la seule brebis dans mon troupeau." [Florida Today, 24 Octobre 1999].

     

    Porte-parole de l'USAF (1971-1974)

     

    A partir de 1971, Coleman travaille du Bureau des Affaires Publiques du Pentagone.

     

    Le film de Holloman (1973)

     

    En 1973, Bob Emenegger et Alan Sandler, lancés dans la réalisation d'une série de documentaires financés par le DoD sur les relations de l'armée et des ovnis, rencontrent au Pentagone Coleman et d'autres responsables, pour faire valider l'exactitude technique de leur script.

     

    Par la suite, Coleman déclarera que le film en question ne concernait pas les ovnis :

     

    Il n'y avait là rien que je puisse considérer extraordinaire. Tout ce que je sais est que nous n'aurions pas diffusé le film parce qu'il y avait des lentilles spéciales sur les caméras concernées, et que nous ne voulions pas que nos capacités technologiques se trouvent dans le domaine public [Interviewé par Billy Cox dans Florida Today, Network joins search for 'truth' ].

     

    Production de films

     

    Project UFO (1978-1979)

     

    A partir de Février 1978 Coleman produit la série Project UFO qui passe sur NBC. En Juin, lors de la promotion de sa nouvelle émission télévisée sur le Merv Griffin show, Coleman raconte son observation. La série Project UFO est diffusée durant 2 saisons, jusqu'en Juillet 1979.

    Coleman habite à Indian Harbour Beach.


    http://www.rr0.org/ColemanWilliamT.html

    Copyright © 2000-2006 Jérôme Beau.

     

    La suite ici


    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://ovni.zeblog.com/trackback.php?e_id=359772
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Bonjour, Vous pouvez laisser ici votre commentaire sur cet article. Attention, merci de rester sérieux dans vos commentaires. Les insultes sont strictement interdites de même que l'écriture en SMS et les fautes volontaires. Vous êtes seul et unique responsable des propos tenus sur ce site. L'adresse IP de vos commentaire est enregistrée et archivée

    Related Posts with Thumbnails
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
    ovni, ufo, ufologie, paranormal, forum